Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Cyril Trimaille, Jean-Michel Éloy, éds, « Idéologies linguistiques et discriminations »

Carnets d’atelier de sociolinguistique, 6, 2013, 268 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 358-359
Référence(s) :

Cyril Trimaille, Jean-Michel Éloy, éds, « Idéologies linguistiques et discriminations », Carnets d’atelier de sociolinguistique, 6, 2013, 268 pages

Texte intégral

1Se présentant comme le recueil des communications proposées lors d’une session du colloque du Réseau francophone de sociolinguistique (Rennes, 16-18 juin 2009), la livraison des Carnets d’atelier de sociolinguistique proposée par Cyril Trimaille et Jean-Michel Éloy affronte l’épineuse question de la dimension idéologique dans les processus d’acquisition et d’enseignement des langues en contexte plurilingues. Dans une introduction rigoureusement argumentée (pp. 9-23), les éditeurs reviennent en premier lieu sur la notion d’idéologie en replaçant celle-ci dans son contexte d’origine à la fin du xviiie siècle et au début du xixe où, en dépit de l’hostilité affichée de Napoléon, cette science des idées s’affirme comme une rupture épistémologique brutale avec la métaphysique d’Ancien Régime. Puis, ils passent en revue les différentes déclinaisons de cet objet polymorphe à travers le xxe siècle (p. 11), plus particulièrement dans le secteur du langage et de la sociolinguistique francophone. Cela leur permet d’introduire logiquement les notions de discrimination, catégorisation et frontières (p. 14) sur la base desquelles s’étayent les différentes contributions. Au nombre de douze, celles-ci peuvent se répartir entre un premier massif traitant des questions liées à l’éducation scolaire et un second qui s’attache à l’étude des manifestations des idéologies du langage, des langues et de la communication (illc) ou des discriminations dans des contextes extrascolaires. Il serait fastidieux de rendre compte de chacune des contributions, aussi ne retiendrai-je ici que les contributions qui m’ont semblé apporter à la question des idéologies des éléments de réflexion nouveaux.

2Dans « La langue comme dynamique d'insertion scolaire et sociale » (pp. 25-45), Frédéric Pugnière-Saavedra analyse la langue comme processus d’insertion scolaire et sociale et montre qu’elle constitue un indicateur signifiant dans le contexte du signalement d’enfants en danger. Kathleen C. Riley – « L’idéologie hétéroglossique et l’identité dialogique » (pp. 59-83) – étudie les jeunes plurilingues de Montréal et arrive à la conclusion que les locuteurs observés changeent de code pour des raisons ludiques ainsi que pragmatiques en transmettant des significations dialogiques ainsi que discursives. Ce qui a pour effet de « jouer, ou même déjouer, l’homogénéité de l’identité » (p. 73). Elke Laur – « Those who work in the bush ou l'effet des lunettes idéolinguistiques utilisées dans une recherche qui a fait école » (pp. 130-148) – sort intelligemment des conventions du genre pour montrer que les représentations épilinguistiques des linguistes eux-mêmes peuvent avoir de lourdes incidences sur leur travail d’analyse. Prenant pour exemple la recherche de William E. Lambert, Robert C. Hodgson, Richard Gardner et Stephen Fillenbaum sur la perception du français et de l’anglais à Montréal (« Evaluational Reactions to Spoken Languages », Journal of Abnormal and Social Psychology, 1, vol. 60, 1960, pp. 44-51), l’auteur montre que les conclusions de cette étude, sur le fondement de laquelle ont été ultérieurement produits de nombreux travaux, étaient en réalité entachées d’aprioris peu légitimes sur les relations interlinguistiques (p. 144). D’où la nécessité de déjouer les artefacts susceptibles de s’introduire dans un travail qui se veut scientifique. Jeanne Gonac’h – « De quelques différences dans les pratiques langagières de migrants » (pp. 187-207) – étudie les pratiques langagières des migrants d’origine turque en France et en Angleterre et montre que ces deux pays s’opposent fortement sous l’angle de la représentation qu’ils donnent du lien existant entre les pratiques discursives et les idéologies linguistiques dominantes en chacun d’eux. Tandis que l’Angleterre produit de la différence au niveau linguistique en privilégiant la reproduction des spécificités de sa langue, la France n’en fait pas de même en raison de son déni des différences et de son souci d’intégration (p. 204). Dans une étude finement documentée, « La discrimination à l’accent en France : idéologies, discours et pratiques » (pp. 227-245), Médéric Gasquet-Cyrus montre comment et pourquoi, aujourd’hui encore, l’accent, notamment celui du midi, incline à la discrimination. Son étude confirme curieusement le programme d’enseignement de la grammaire que les frères Bescherelle mettaient en place au début du second tiers du xixe siècle, puisque dans leur Almanach des instituteurs et des institutrices pour l’année 1838 (Charles Martin et al., Paris, A. Saintain et Thomine), la bonne prononciation parisienne constitue le couronnement de l’enseignement grammatical. La trace d’un accent local incite à connoter péjorativement le statut social du locuteur. Rien de bien neuf donc sous le soleil, mais des effets et conséquences toujours d’actualité. D’ailleurs, la dernière contribution, « Idéologies, représentations et différenciations sociolinguistiques : quelques notions en question », reprend intelligemment cette conclusion pour retourner in fine à un approfondissement de la notion d’idéologie. En testant sur des témoins francophones le modèle d’analyse de la construction idéologique de la différence proposé par Susan Gal et Judith T. Irvine (« The Boundaries of Languages and Disciplines : How Ideologies construct Difference », Social Research, 4, vol. 62, 1995, pp. 967-1001), James Costa, Patricia Lambert et Cyril Trimaille en viennent à distinguer entre idéologies linguistiques et idéologies langagières (p. 262), les premières s’attachant au matériel des langues et les secondes se fixant plutôt sur les pratiques communicatives et interactionnelles induites par les discours.

3Parvenu au terme de cette livraison, dont nous n’avons volontairement retenu que les contributions les plus saillantes, le lecteur est très habilement conduit à reconsidérer les sens qu’il convient de donner à l’expression si couramment utilisée d’idéologies linguistiques. De réalisation matérielle satisfaisante, la livraison peut donc être recommandée sans réserve à toutes les personnes soucieuses de mieux comprendre pourquoi et comment la langue et les discours constituent de terribles instruments de discrimination sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Cyril Trimaille, Jean-Michel Éloy, éds, « Idéologies linguistiques et discriminations » », Questions de communication, 25 | 2014, 358-359.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Cyril Trimaille, Jean-Michel Éloy, éds, « Idéologies linguistiques et discriminations » », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9090

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87000
jacques-philippe.saint-gerand@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page