Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Maurice Mouillaud, Le discours et ses doubles. Sémiotique et politique

Éd. par Geneviève Mouillaud-Fraisse et Jean-François Tétu, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014, 320 pages
Michael Palmer
p. 357-358
Référence(s) :

Maurice Mouillaud, Le discours et ses doubles. Sémiotique et politique, éd. par Geneviève Mouillaud-Fraisse et Jean-François Tétu, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014, 320 pages

Texte intégral

1Quelle intelligence ! Tant de la part de l’auteur, que de Jean-François Tétu et de Geneviève Mouillaud-Fraisse, qui ont réuni et annoté les textes de Maurice Mouillaud (1924-2012) – une quinzaine – du Discours et ses doubles.

2Maurice Mouillaud, dont le père fut, comme lui, militant engagé de gauche, pédagogue et avide de connaissances, a marqué tout une génération de sémiologues français et de chercheurs, à Lyon, à Paris, et ailleurs. La revue Mots. Les langages du politique lui doit beaucoup. Ses échanges avec les intellectuels, communistes et autres, de sa génération et des suivantes, marquent, par leur convivialité même, tant ses collègues en information-communication qu’en lettres, et non seulement en France. Aiguisée par le Front populaire, la conscience politique de Maurice Mouillaud était encore, au début des années 70, à scruter le discours de L’Humanité, sa « couverture » du procès de Leningrad où sont accusées des personnes juives, et l’affaire Overney, militant de la Gauche prolétarienne tué par un vigile de la régie Renault. Et Maurice Mouillaud était un passeur, promouvant en France, notamment à l’Institut français de presse à Paris, crée par Jacques Kayser, comme à l’Institut d’études politiques de Lyon et à la formation « info-com » mise en place par Jean-François Tétu, l’apport à cette interdiscipline en émergence, des travaux de chercheurs, souvent venus d’Europe, établis et produisant aux États-Unis.

3Le Britannique Gregory Bateson était de ceux-là. Maurice Mouillaud lut, relut et enseigna Bateson à propos du « double bind ». Celui-ci devient sous sa plume « la double contrainte » et « le discours indicible ». Notion venue de l’étude par Gregory Bateson de la schizophrénie et que Maurice Mouillaud applique à l’étude du non dicible dans un corpus de presse : sonder ce qui ne se dit pas, ne s’écrit pas, mais qui est là pourtant, est un leitmotiv de son œuvre. Oeuvre, il faut dire, où il affectionne l’essai et l’ouvrage à quatre mains, tel Le journal quotidien (Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1989) avec Jean-François Tétu, où est respectée la part de chacun, ouvrage qui marqua tant les recherches françaises du dernier quart de siècle.

4Dans Le discours et ses doubles, que de phrases où Maurice Mouillaud évoque le cadre, la structure et les stratégies pour s’en échapper, les moments où l’on y songe : « le trompe l’œil » (p. 42), ce moment à la fin de la nuit « entre le sommeil et la veille » (p .298), « une lacune pratique » (p. 76), « un cadre en expansion » (p. 286). Il s’interroge même sur ce qu’il vient d’écrire : « C’est dans ce demi-sommeil que j’ai revu (plutôt que relu) ce que j’avais écrit » (p. 298).

5Maurice Mouillaud était aussi romancier, littéraire plus encore « qu’info-commien » – si ce dernier mot revêt un sens autre que l’étude de la communication et de l’information dans toutes leurs manifestations et supports (du face à face à l’interface, de l’art pariétal au numérique…). Littéraire qui cite Stendhal et Roland Barthes, mais qui signe « Troppman », en souvenir de ce criminel de 1869 érigé en « vedette » de faits divers, genre journalistique qu’il analysa. L’auteur scrute les formules qui font mouche – « le foulard », « la purification ethnique », etc. Son auto-reflexivité est constante : « Ce que je ne peux dire à personne, je le dis à tout le monde » ; sa compagne, Geneviève Mouillaud-Fraisse, clôt son texte sur le « jeu d’esquive » de Maurice Mouillaud (pp. 303-310).

6Maurice Mouillaud était un homme engagé dans son siècle. Je ne prendrai que deux des textes réunis, apparemment les moins en rapport avec l’actualité : le « Marc Antoine » de Shakespeare et un échange de 1908 autour du mot « race ». Marc Antoine, mais Brutus aussi – qui autorise Marc Antoine à rendre hommage à César – sont tous les deux aux prises avec la double contrainte. Maurice Mouillaud analyse comment Marc Antoine s’en sort, en convoquant la notion de discours de contrebande de Léo Strauss (auquel l’auteur consacre un autre chapitre) : un discours dominé est masqué par un discours dominant ; Maurice Mouillaud cerne les trois moments où Marc Antoine déconstruit la crédibilité (l’honorabilité) de Brutus (pp. 215-226) : « for Brutus is an honorable man » – que nenni… Deuxième texte : le mot « race », ce vocable à emploi politique d’une actualité constante suscite un échange à la Chambre des députés, entre Joseph Reinach et Maurice Barrès. Peut-être est-il possible de prolonger ce que Maurice Mouillaud avance. Deux difficultés se posent d’emblée au chercheur : « patate chaude » qu’est ce vocable, en 1908 comme au moment où Maurice Mouillaud rédige son texte, « race » n’a pas les acceptions, les connotations au début du siècle en tous points semblables à celles de la fin du siècle. L’auteur convoque l’historienne Madeleine Rebérioux pour saisir le contexte de 1908, ainsi que Danièle Lobchak et Pierre-André Taguieff, pour celui du temps où il écrit. Soit : mais le contexte parlementaire de 1908, ajoutons-le, ne peut s’expliquer par ces seules références-là. Heureusement qu’intervient, dans ce que restitue l’auteur, le président de l’Assemblée, Henri Brisson qui, lui aussi, tout comme Joseph Reinach et Maurice Barrès, a un parcours de journaliste et de parlementaire. L’essayiste, certes, n’a pas ici à faire œuvre d’historien.

7La structure donnée à l’ensemble des treize textes réunis comporte deux parties, accompagnées d’une préface et d’une biographie. Maurice Mouillaud scrute certaines polémiques du Parti communiste français au xxe siècle et en explore la nature même : « À quelles conditions, entre quels mondes le/la polémique est-elle possible ou impossible ? » (p. 168). Dans un passage étourdissant où sont convoquées tour à tour l’affaire Dreyfus et l’affaire Rushdie, l’horizon – ce passé-présent d’une génération –, « les récits intouchables lorsque le mythe est en effervescence », « l’idiotie du croire », Othello de William Shakespeare et Cris et chuchotements d’Ingmar Bergman, on aboutit à ce constat : « La polémique, ce sont ces lignes de faille, de plus ou moins grande ampleur qui creusent le social et le politique (et pas seulement eux), […] ce sans quoi le penser tomberait dans la stupeur » (p. 188).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Palmer, « Maurice Mouillaud, Le discours et ses doubles. Sémiotique et politique », Questions de communication, 25 | 2014, 357-358.

Référence électronique

Michael Palmer, « Maurice Mouillaud, Le discours et ses doubles. Sémiotique et politique », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9088

Haut de page

Auteur

Michael Palmer

CIM, université Sorbonne nouvelle-Paris 3, F-75005
michael.palmer@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page