Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Catherine Gravet, Héliane Kohler, éds, « Le non-dit »

Cahiers internationaux du symbolisme, 134-135-136, 2013, 313 pages
Katherine Rondou
p. 353-354
Référence(s) :

Catherine Gravet, Héliane Kohler, éds, « Le non-dit », Cahiers internationaux du symbolisme, 134-135-136, 2013, 313 pages

Texte intégral

1Dans cette livraison spéciale des Cahiers internationaux du symbolisme, Catherine Gravet (université de Mons) et Héliane Kohler (université de Franche Comté) rassemblent le fruit d’une collaboration triangulaire entre les universités de Cadix et de Besançon – qui ont organisé des colloques consacrés au sujet en octobre 2010 et avril 2011 – et l’université de Mons, qui publie la revue. Le non-dit constitue un sujet d’étude particulièrement riche : il touche l’histoire, la linguistique, la psychanalyse, la philosophie, la littérature, etc., et multiplie les angles d’approche. Ses causes, ses objectifs (censure, pudeur, secret, ignorance, etc.) varient, et ses effets (politiques, stylistiques, etc.) sont tour à tour voulus, contrôlés ou non. Autant d’aspects qui intriguent, passionnent, agacent ou indignent le chercheur, « naturellement » féru de vérité et de transparence.

2Verbale ou non verbale, orale ou écrite, toute communication comporte un – parfois plusieurs – contenu(s) tacite(s), qui impose(nt) au récepteur des calculs interprétatifs. « Tu », le non-dit ne s’oppose pas nécessaire au « dit ». En effet, la relation établie par le non-dit entre le « tu » et le « dit » demeure plus complexe en raison de l’appartenance du non-dit à la classe de l’implication (le non-dit implique le dit) et de la possibilité d’une relation d’inclusion du non-dit au dit (le non-dit est inclus dans le dit). Le dit et le non-dit ne constituent pas des notions figées et dichotomiques, mais plutôt des ensembles corrélatifs, où chacun des éléments adjacents participe à la production, à la communication et à l’interprétation du discours. En effet, le plus souvent, le sens principal d’un message ne réside pas dans le dit (dans ce qui est exprimé), mais dans les représentations et les interprétations des sujets producteur et récepteur. Si le sens nécessite l’intervention de différents paramètres contextuels (le lieu, l’époque, la culture, etc.), l’interprétation est fonction de nombreux éléments extérieurs au discours (situations présentes et passées, mémoire discursive, connaissance partagée, etc.). Sollicitant un travail interprétatif de la part du récepteur, le non-dit déclenche une activité de déchiffrement des sens cachés et des contenus sous-entendus. Le non-dit fait donc appel au savoir du destinataire.

3Située à la croisée de différentes disciplines (linguistique, analyse du discours, littérature, philosophie, psychanalyse, sociologie, anthropologie culturelle, histoire de l’art, etc.), la question du non-dit a conduit les auteurs à mener une réflexion interdisciplinaire et transculturelle sur ses différentes formes et fonctions. La livraison rassemble des travaux variés, dont le but consiste à (re)lire les sens cachés des discours, en s’appuyant sur les différentes approches théoriques et méthodologiques du langage, du sujet, de l’histoire, de l’idéologie, etc. Les différentes études rassemblées par Catherine Gravet et Héliane Kohler revisitent le concept de l’implicite, repensent les formes et les fonctions du silence et du secret dans différents types de discours. Elles cherchent aussi à expliciter les multiples stratégies de communication et leurs différentes modalités d’inscription dans les discours, afin de déceler et d’expliciter leurs sens voilés. Par ailleurs, les analyses reprises tentent de montrer que les discours peuvent agir d’une manière à la fois occulte et extrêmement efficace. Par exemple, Patrick Bégrand (pp. 31-50) souligne la fonction narrative du secret de famille et de la censure politique dans le film Hermanas (2004) de la réalisatrice argentine Julia Solomonoff, tandis que Sonia Gomez-Jordana Ferary (pp. 85-98) dégage un message sous-jacent aux simples vœux de fin d’année, à travers l’analyse de l’allocution présidentielle télévisuelle de Nicolas Sarkozy de décembre 2008, et démontre donc les possibles continuations d’un discours. Deux contributions très différentes, tant par le choix du corpus que par l’approche méthodologique, qui indiquent la complexité de la communication.

4Les auteurs s’intéressent aussi au silence, dont le processus demeure particulier dans les mécanismes de signification. Non seulement le silence imposé, mais aussi le silence présent entre les mots. En effet, pour comprendre le discours, il faut penser à ce que le discours passe sous silence, puissant vecteur de sens. Les travaux ont réfléchi de différentes manières à l’incomplétude des discours. Que le non-dit des discours se présente sous la forme de présupposé, d’implicite, de secret, de croyances indicibles, de savoirs élitistes, d’oubli, de tabous, de dissimulation ou de silence, il en est une partie intégrante faisant toujours sens. Les travaux de Vera Lucia Soares (pp. 193-200), par exemple, dégagent l’impact du silence paternel sur l’écriture de la romancière franco-algérienne Leïla Sebbar. L’œuvre de l’écrivaine se construit sur un manque : la méconnaissance de la langue arabe. Le processus créatif permet à l’auteure de combler les silences de son père, qui refuse de lui enseigner l’arabe, de lui transmettre sa culture, de partager son ressenti face à la colonisation française.

5La vingtaine d’études rassemblées par Catherine Gravet et Héliane Kohler constitue donc une approche particulièrement riche d’un point de communication complexe : le non-dit. Par la pluralité des réflexions, et des méthodes d’analyses envisagées, la livraison propose une présentation globale des tenants et aboutissants du non-dit et suggère de multiples pistes d’investigation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katherine Rondou, « Catherine Gravet, Héliane Kohler, éds, « Le non-dit » », Questions de communication, 25 | 2014, 353-354.

Référence électronique

Katherine Rondou, « Catherine Gravet, Héliane Kohler, éds, « Le non-dit » », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9081

Haut de page

Auteur

Katherine Rondou

Université libre de Bruxelles, B-1050
krondou@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page