Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Claire Despierres, Mustapha Krazem, éds, Quand les genres de discours provoquent la grammaire... et réciproquement

Limoges, Lambert-Lucas, 2012, 240 pages
Driss Ablali
p. 349-352
Référence(s) :

Claire Despierres, Mustapha Krazem, éds, Quand les genres de discours provoquent la grammaire... et réciproquement, Limoges, Lambert-Lucas, 2012, 240 pages

Texte intégral

1La notion de genre de discours a donné lieu à des prises en charge théoriques variables, voire divergentes, et rares sont les disciplines des sciences humaines à n’y avoir pas recouru. C’est aussi une question longuement débattue en théorie littéraire, alors qu’en linguistique, elle fut jugée, durant une bonne partie du siècle dernier, comme dénuée de sens. Évoquer la question du genre, c’est nécessairement s’installer dans la pluralité des disciplines et des points de vue. En sciences du langage, la notion est floue et instable, et soulève encore de nombreuses difficultés théoriques et épistémologiques dans des domaines aussi variés que l’analyse du discours, la sémiotique, la psychologie du langage, la pragmatique, la sociolinguistique et la didactique. Différents paliers de la textualité sont convoqués pour explorer l’impact des genres sur les textes : l’ancrage social, les régularités syntaxiques, énonciatives et stylistiques, les marqueurs discursifs et lexicaux, les caractéristiques compositionnelles, les contraintes situationnelles, etc. C’est à partir et autour des questions de grammaire que les auteurs de Quand les genres de discours provoquent la grammaire... et réciproquement ont choisi d’étudier la catégorie du genre. L’angle d’attaque est précisé par les éditeurs dans la présentation du livre : « Certes, depuis un demi-siècle que la linguistique s’intéresse – de façon croissante – aux genres de discours comme objets d’étude, le role central constructeur, de la perception grammaticale intuitive que les locuteurs ont de ces productions de langage marquées par l’usage social ou communicationnel n’avait pas échappé aux chercheurs. Pourtant, la dimension grammaticale ne semble pas avoir été la plus étudiée, et peu de théories se réclamant d’un champ de la grammaire en ont fait un pilier théorique. Si l’articulation entre genres de discours et faits de grammaire est si peu évoquée, c’est sans doute parce que ces derniers sont souvent perçus d’emblée comme les indicateurs stables d’identification des premiers » (p. 7). Sans prétendre rendre compte, dans cette note de lecture, de manière exhaustive de toute la richesse de cet opus, nous nous contenterons de résumer les grandes lignes de chaque contribution avant de faire une remarque conclusive sur ce que les rapports entre grammaire et genre engagent comme autre type de relations.

2Après une présentation, par les éditeurs, de la thématique de l’ensemble du livre et des genres de discours retenus, Jean-Michel Adam (pp. 9-26) ouvre l’opus avec une contribution intitulée « Grammaire, généricité et textualité dans les contes de Perrault : l’exemple de la place de l’adjectif dans le groupe nominal » (p. 9) pour montrer que certaines unités grammaticales peuvent être érigées en marques d’un genre « conte merveilleux » ou plus particulièrement « conte-de-Perrault ». Signée Sophie Anquetil (pp. 27-36), la deuxième contribution s’éloigne du conte pour nous plonger dans le discours de la presse à travers l’examen des phénomènes de co-illocution dans les éditoriaux. Dans « Comment les genres de discours construisent des phénomènes de co-illocution : le cas de l’éditorial », Sophie Anquetil cherche à « valider l’hypothèse selon laquelle le figement de la cooccurrence illocutoire n’est pas aléatoire : des valeurs illocutoires seraient inscrites dans les genres de discours et elles favoriseraient l’émergence des co-illocutions » (p. 29). La lecture de l’article suggère une remarque que nous formulons après la lecture d’une partie de la conclusion : « En conclusion, l’analyse des visées attribuables au locuteur permet de dessiner une armature illocutoire propre aux genres de discours » (p. 38). Il est très difficile de conclure ainsi sans passer par l’examen d’un corpus « représentatif » des éditoriaux. Or, la contribution a porté sur l’examen d’un seul éditorial de Télérama, publié en janvier 2010. La troisième contribution, de Bernard Combettes, s’intitule « Discursivité et syntaxe en diachronie : l’opposition des plans » (pp. 39-50). Elle vise l’examen des relations entre genre et faits de langue dans le cadre de la linguistique textuelle. Selon l’auteur, c’est la question de l’opposition des plans qui semble être la pièce maitresse pour comprendre la problématique du marquage des notions descriptives. Or, même s’il lui arrive parfois de parler de « genre narratif » (p. 46), Bernard Combettes étudie plus les types de texte que les genres de discours. Ses analyses le montrent sans ambages quand il traite du texte narratif, informatif et argumentatif pour constater clairement l’interface syntaxe/textualité dans l’opposition des plans.

3C’est un autre genre que donne à lire l’article de Claire Despierres intitulé « Le monologue de théâtre contemporain : un nouveau genre ? » (pp. 51-66). L’essentiel de cette contribution porte sur la dimension dialogique des monologues en vue de relever les marqueurs linguistiques les plus saillants du genre. Plusieurs textes ont été soumis à l’analyse pour arriver à la conclusion suivante : « Le monologue autonome ne s’appuie plus, comme le monologue du théâtre classique, sur un avant et un après, et ne constitue plus une pause-réflexive préparant le rebondissement de l’action, aussi il puise sa puissance dramatique en lui-même, dans une orchestration de la parole qui jaillit souvent comme une déflagration, une urgence de “dire”… » (p. 65). Mais, comme le reconnaît l’auteure elle-même, le dialogique ne peut être une composante autonome dans un texte et dans un genre. Les corrélations avec les autres composantes « sémantique[s], telle que la thématique, compositionnelle, telle que la progression et l’enchaînement des focus, propres à ces nouveaux objets théâtraux » (p. 65) sont indispensables pour cerner le genre dans toutes ses facettes. Ici, à notre avis, le problème essentiel à cerner dans cette caractérisation des genres est celui de la corrélation et de l’interaction entre composantes et non celui de leur autonomie et indépendance. Avec la cinquième contribution, « De l’exemple en grammaire des genres de discours » (pp. 67-76), Claire Despierres et Mustapha Krazem sont au cœur de la problématique des rapports grammaire et genre de discours. La question centrale qui y est développée concerne le statut de l’exemple dans une grammaire intégrant les genres de discours pour illustrer des faits de langue, tels les phrases averbales, l’inversion du sujet nominal, l’infinitif de prescriptions et le présent de l’indicatif. Dans « Faits de langue et effets de voix populaires dans les fictions romanesques » (pp. 77-88), Françoise Favart et André Petitjean convoquent les notions de genre, de faits de langue et de langue populaire. « D’un roman à l’autre, les voix populaires thématisées dans les fictions étudiées correspondent à des groupes hétérogènes […]. Et pourtant l’on retrouve dans toutes ces œuvres des phénomènes syntaxiques récurrents, preuve que l’on est bien en présence d’un “patron discursif” qui ne connaît que de modestes variations » (p. 85). « Du prédictible à l’inclassable : comment envisager une relation dynamique entre faits de langue et genres » (pp. 89-104), par Sylvie Freyermuth, témoigne de « la nécessité d’aborder les textes dans une perspective dynamique et non plus dans le cadre rigide d’un genre, en montrant l’intérêt d’une attention apportée à la fois à la grammaire du texte, au sens large du terme, et aux orientations génériques qui le traversent » (p. 103). Dans « Interjections et genres à la fin du xviie siècle » (pp. 105-114), Yana Grinshpun procède différemment, selon ses termes, pour étudier les liens entre faits de langue et genre. « L’intérêt qu’il a à s’appuyer sur une telle catégorie (l’interjection) est qu’elle donne accès à des contraintes qui relèvent des fonctionnements énonciatifs profonds, dont l’interprétation n’est pas immédiate » (p. 105). Un autre genre, les recettes de cuisine, fait l’objet d’un examen fixé sur la question de l’infinitif pour montrer comment les genres influencent les faits grammaticaux. Dans « L’infinitif dans les recettes de cuisine » (pp. 115-126), Nooreeda Khodabocus propose de montrer que « l’infinitif des recettes est un cas où le genre influence la grammaire et que les caractéristiques de l’infinitif injonctif telles qu’avancées par la grammaire traditionnelle ne sont que partiellement applicables » (p. 115).

4Loin des recettes, la contribution de Greta Komur-Thilloy, « La presse féminine : de nouveaux formats qui révolutionnent le genre journalistique » (pp. 127-142), replonge dans le discours de la presse en ciblant une catégorie spécifique, celle de la presse féminine. En analysant deux magazines féminins, Elle et Marie Claire, elle aboutit à la conclusion suivante : « Les nouvelles pratiques discursives du français écrit ancrées désormais dans la culture quotidienne véhiculée par la presse féminine révolutionnent le genre journalistique. Ce type d’écriture, qui établit des passerelles entre l’expression journalistique et la libre expression, constitue, selon nous, une nouvelle façon de faire du journalisme qui brouille les pistes des genres journalistiques traditionnels pour accueillir de nouvelles œuvres, quelque peu hybrides, à la frontière des genres et des formes, dans lesquelles les ruptures et les passages induisent une lecture dynamique » (p. 139). La question de l’infinitif revient une seconde fois comme fait de langue à décrire en rapport avec les genres. Mustapha Krazem signe un texte, intitulé « Décrire l’infinitif par les genres de discours » (pp. 143-170), pour « prouver qu’il est illusoire de décrire le mode infinitif en s’affranchissant de la personne qui lui est intrinsèquement liée, personne qui participe pleinement le plus souvent à l’acte et/ou la situation d’énonciation » (p. 143). Dans leur contribution, « La représentation de l’oral dans les dialogues dramaturgiques. Les énoncés averbaux » (pp. 171-186), Florence Lefeuvre et Noalig Tanguy ciblent, en comparant les discours théâtral et oral, les énoncés averbaux. En contrastant plusieurs cas, elles constatent que « le langage dramatique, appelé ici “oral fictif”, se présente plus resserré que l’oral dit “spontané” […]. Même si le propre du genre dramatique est d’employer simultanément des particularités du langage écrit et du langage oral (Larthomas), il existe de nombreuses différences entre l’oral et l’écrit spontané » (pp. 184-185). Dans « Pour une saisie holistique des fonctionnements de la grammaire et de la généricité : formes, normes et situations génériques comme contribution aux visées discursives » (pp. 187-202), Julien Longhi soumet un corpus de différents genres produits sur le thème des jeunes de banlieue dans la presse écrite pour décrire les contraintes que fait peser la généricité d’un texte sur sa grammaire. Sa conclusion au sujet de ce rapport complexe entre genre et grammaire est sans équivoque : « La grammaire est donc liée au fonctionnement des normes sémantiques qui caractérisent le genre, et c’est la notion de discours qui constitue l’horizon des processus grammaticaux et qui articule les deux volets de notre hypothèse : les visées discursives imposent les enjeux qui conditionnent l’inscription dans un système de genre, et la langue fournit la structuration du vécu qui est nécessaire pour répondre à ces enjeux » (p. 200). Avec « Les propriétés grammaticales du genre de l’offre d’emploi aux fondements d’une méthode de classement automatique » (pp. 203-222), Romain Loth et Fanny Rinck essaient de montrer, sur un corpus d’offres d’emploi, « dans quelle mesure une approche basée sur une analyse distributionnelle des dépendances et plus précisément sur une approche de type dsm (Distributional Semantic Models) va permettre de retrouver, de spécifier ou de refonder les types d’informations qu’on peut identifier manuellement » (p. 205). Dans le sillage de la perspective néosaussurienne définie par Simon Bouquet, la dernière contribution, « Composante dialogique des genres et linguistique de l’interprétation : sémantique du verbe dire » (pp. 223-233), signée Denise Malrieu, a pu vérifier que le genre provoque bien la grammaire : « On a pu montrer que s’il est vrai que le type de complémentation contraint le sens du vd [verbe dire], on peut opposer les cod [compléments d’objet directs] gn [groupes nominaux] qui ne relèvent du dr [dire représenté] et où ce sont les classes d’objets cod qui déterminent le sens du vd, et les complétives (infinitive, conjonctive ou attribut prépositionnel) qui introduisent un dr » (p. 235).

5Nous avons seulement synthétisé les éléments forts de chaque contribution en renvoyant le lecteur au cœur de l’ouvrage pour découvrir par lui-même, grâce à de nouveaux outils, de nouveaux observables linguistiques qui nourrissent les liens entre grammaire et genres de discours. Mais, après lecture de l’ensemble des contributions, une question demeure pendante : pourquoi ne retenir qu’un seul niveau, le niveau grammatical, pour montrer comment il provoque les genres de discours ? Pour dire les choses de façon claire et sans ambages : est-ce que la grammaire permet à elle-seule de comprendre comment certains faits de langue sont plus sensibles que d’autres aux genres ? De notre point de vue, la grammaire ne peut se passer des autres niveaux, comme la morphologie, la syntaxe, l’énonciation, l’argumentation, la ponctuation ou la composition, pour assurer cette médiation montrée, marquée et repérable. Autrement dit, on ne peut pas réduire cette « provocation » des genres de textes à la présence ou l’absence d’un seul phénomène grammatical, syntaxique, morphologique ou stylistique. Car le genre est toujours « entre » plusieurs phénomènes : entre les catégories grammaticales, ente les phrases, entre les paragraphes, entre les textes et entre les différents genres du même discours. Et c’est l’ensemble de ces paliers qui participe à produire une cartographie de l’univers générique d’un texte, dans une sorte d’attirance magnétique que les paliers corrélés exercent l’un sur l’autre comme les pôles d’un aimant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Driss Ablali, « Claire Despierres, Mustapha Krazem, éds, Quand les genres de discours provoquent la grammaire... et réciproquement », Questions de communication, 25 | 2014, 349-352.

Référence électronique

Driss Ablali, « Claire Despierres, Mustapha Krazem, éds, Quand les genres de discours provoquent la grammaire... et réciproquement », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9077

Haut de page

Auteur

Driss Ablali

CREM, université de Lorraine, F-57000
driss.ablali@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page