Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Emmanuelle Danblon, L’Homme rhétorique. Culture, raison, action

Paris, éd. Le Cerf, 2013, 226 pages
Céline Pieters
p. 348-349
Référence(s) :

Emmanuelle Danblon, L’Homme rhétorique. Culture, raison, action, Paris, éd. Le Cerf, 2013, 226 pages

Texte intégral

1Dans l’imaginaire collectif, la rhétorique se voit régulièrement associée à l’éloquence, aux figures de style, à la forme, autrement dit à une technique pour bien parler. Cependant, force est de constater qu’elle ne se résume pas à un ensemble de traits du logos à utiliser pour « faire joli », car la rhétorique entretient un rapport fondamental à la rationalité et ce, depuis ses origines. En effet, dès le moment où elle fut admise comme expression universelle d’un logos spontané, comme une discipline, un art à exercer et à transmettre, la rhétorique a ouvert le débat sur les critères de sa rationalité. C’est sans surprise qu’on apprend l’apparition des premières réductions de la raison accompagnées d’idées reçues à propos de l’art oratoire, qui se sont accumulées depuis le ve siècle jusqu’à nos jours. Et s’il subsiste une difficulté constante à donner sa juste place à la rhétorique dans notre société, c’est à l’ouvrage d’Emmanuelle Danblon qu’il faut se référer afin de pouvoir enfin l’apprécier pour ce qu’elle est, à savoir « une condition nécessaire de la raison humaine » (p. 11).

2Par conséquent, suivre la trace de l’homo rhetoricus, c’est s’offrir une vision plus réaliste et plus cohérente de la raison, en questionnant les clichés et autres préjugés tenaces qui s’appliquent à la rhétorique. Il s’agit de s’écarter des deux versions caricaturales de la raison, véhiculées jusque dans nos sociétés modernes et qui se sont inévitablement transmises à notre conception du logos. Ainsi, loin d’Emmanuelle Danblon est l’idée « toute faite », soufflée par Platon, qui consiste à différencier la bonne rhétorique, en tant que reflet mathématique du réel, de la mauvaise rhétorique, sournoise et manipulatrice, car illusion de la réalité. En effet, c’est à partir de l’éclairage d’Aristote qu’il faut comprendre la vision de l’auteure dont le désir est de s’affranchir « d’une part de ceux qui réduisent leur vision du monde à la biochimie et d’autre part, de ceux qui refusent de voir l’esprit à partir de sa matière » (p. 14). L’ambition est donc bien celle de reconnaître à l’art rhétorique un caractère spontané et naturel, tout en évitant l’écueil du réductionnisme.

3Sans attendre et sans détour, nous accédons à ce point de vue dès le premier chapitre (« Comment tout a commencé », pp. 25-33) où il est question de comprendre comment et pourquoi l’homme fut conduit à créer une technique qui prolonge ses capacités naturelles liées au logos. En revenant sur les mécanismes de sa construction et l’origine des controverses qui se sont engagées à son propos, Emmanuelle Danblon donne à ses lecteurs l’occasion de se réconcilier avec cette raison rhétorique, qui est au cœur de l’identité de l’homme. Et si nous n’avons cessé de tenter de théoriser la rhétorique, l’auteure appelle précisément à ne pas l’envisager comme une théorie, mais comme un exercice d’artisan. Un artisan du logos qui pratique son art, exerce « son cœur intelligent, ses intuitions rationnelles, sa liberté d’esprit » (p. 192), ce qui fait de lui un membre de l’humanité. Ainsi peut-il renouer avec son aptitude à savoir comment agir et réagir face à un monde complexe qui sera toujours hors de sa « mesure ».

4Une fois réconcilié avec la culture de l’homme rhétorique et tout ce qu’elle a de plus rationnel, on peut se lancer à la découverte de la deuxième partie de l’ouvrage (« Comment se pratique la rhétorique », pp. 69-190) qui, il faut le souligner, envisage de façon extrêmement limpide les différentes activités de notre quotidien qui sollicitent nos capacités rhétoriques. De fait, il s’agit de toutes les situations où nous désirons emporter l’adhésion, et celles-ci ne sont pas moins nombreuses qu’importantes. En effet, une société ne peut ni se construire, ni survivre sans produire des jugements qui organiseront sa justice, sans prendre de décisions qui commanderont l’action politique, sans discours qui célèbreront ses héros et dénonceront ses traîtres… Cet ensemble de pratiques est le propre de la culture de l’homme rhétorique. Dès lors, il ne peut persister aucun doute sur les fonctions de cette technique qui prolonge une faculté universelle semblablement à « un outil qui décuple la force et l’agilité d’une main » (p. 21).

5Comme exposé dans un point de l’ouvrage en particulier, la rhétorique, en outil précieux et utile, permet par exemple à l’homme de savoir décider (pp. 148-169). Et, tout en admettant le « bon choix » comme le produit d’une délibération collective réalisée par l’échange d’arguments, la faculté de savoir prendre la « bonne décision » peut définitivement être exercée. Pour cela, comme Aristote, l’auteure envisage « la nature, l’étude et l’exercice » afin de permettre de devenir cet humain capable et habile. De fait, c’est en s’exerçant à l’art rhétorique et en procédant par essais et par erreurs, que l’homme, le citoyen, développera peu à peu sa disposition à faire le « bon choix ». Pour celui-ci, cela aura pour conséquence de ne pas se paralyser au nom de la prudence, mais bien d’apprendre à se faire confiance. La raison pratique est alors une condition pour « bien » décider, car c’est précisément l’épreuve d’une pensée en action qui permettra d’apprivoiser une incertitude toujours présente.

6Enfin, en guise de conclusion (pp. 191-214), Emmanuelle Danblon reprend les termes du défi annoncé en début d’ouvrage. De fait, nous sommes confrontés à cette idée d’un logos qui fait de l’homme un humain, c’est-à-dire qui ne représente pas seulement ce qui lui est propre, mais qui est aussi une condition pour le devenir et le rester. Dans cette dernière partie, l’auteure explique donc tout l’intérêt qu’il y a à découvrir comment utiliser les outils de notre raison humaine.

7Pour finir, je tiens à louer la structure manifeste avec laquelle l’ensemble de l’ouvrage est régi. Ainsi organisé, il apporte la clarté et le concret des propos sans pour autant se priver de la fluidité nécessaire à une lecture captivante. Passionnant, l’ouvrage l’est d’autant plus qu’il nous confronte à notre propre courage, car alors que nous progressons au fil de la pensée de son auteure, il est impossible d’échapper à un face à face lucide avec des conceptions rassurantes mais erronées de la raison humaine. Et cela tombe bien. Comme le suggère Emmanuelle Danblon, le temps est arrivé de « se comporter en humain devant un vieux monde fatigué et orphelin de tout guide » (p. 13). Certes, le pari de l’ouvrage peut paraître idéaliste tandis que la pratique de la rhétorique fait entendre sa capacité d’offrir à l’homme une possibilité d’acquérir une confiance en lui, dans un monde incertain. Mais l’art rhétorique comme compétence humaine et utile à une société commune suggère simplement de renouer avec le bon sens ; ce sens commun auquel se réfère si souvent Aristote. Nous sommes donc désormais invités à appréhender l’incertitude sans laisser place au désenchantement, par la pratique d’un modèle rhétorique qui, comme le dit un proverbe chinois, préfère brandir une bougie plutôt que de maudire les ténèbres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Pieters, « Emmanuelle Danblon, L’Homme rhétorique. Culture, raison, action », Questions de communication, 25 | 2014, 348-349.

Référence électronique

Céline Pieters, « Emmanuelle Danblon, L’Homme rhétorique. Culture, raison, action », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9074

Haut de page

Auteur

Céline Pieters

Université libre de Bruxelles, B-1050
cepieter@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page