Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Contextualiser les théories du jeu de Johan Huizinga et Roger Caillois

Contextualizing the Theories of Game and Play of Johan Huizinga and Roger Caillois
Laurent Di Filippo
p. 281-308

Résumés

Les réflexions de deux des théoriciens du jeu parmi les plus importants, Johan Huizinga et Roger Caillois, font régulièrement l’objet de citations et de discussions dans des recherches diverses. Cependant, dans les études sur le jeu, force est de constater que peu de chercheurs se référant à leurs travaux s’attachent à les replacer dans leurs contextes sociohistoriques ou dans l’œuvre globale de leurs auteurs. L’article vise à combler ce vide et montre que les théories des deux hommes impliquent une vision du monde qui leur est propre et ne peuvent par conséquent pas être reprises sans interroger leurs fondements, leurs implications ainsi que leurs enjeux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Définitions et influences
Johan Huizinga, historien de la culture
Période de l’entre-deux-guerres
Jeu et culture
Jeu, sacré et cercle magique
Roger Caillois, le jeu et le sacré dans la sociologie française
Le ludique et le sacré
La querelle avec Claude Lévi-Strauss
Une sociologie à partir des jeux
La question du modèle général
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis quelques décennies, l’importance prise par les industries du jeu et leur place de plus en plus visible dans les pratiques culturelles, notamment à la suite de l’essor des jeux vidéo, entraînent une multiplication des travaux scientifiques portant sur ces thèmes. Sous le terme « jeu » se retrouvent des phénomènes variés auxquels de nombreux auteurs ont tenté de donner des définitions. Comme dans tout travail de recherche, ces derniers font alors appel aux théories de leurs prédécesseurs qui ont abordé des thèmes similaires. Développées dans leurs ouvrages majeurs respectifs, Homo Ludens (1938) et Les jeux et les hommes (1958b), les théories de Johan Huizinga et de Roger Caillois font office de « passage obligé » pour les chercheurs sur le jeu. Cependant, force est de constater que si beaucoup, reprenant leurs théories, se sont attachés à les présenter afin de les critiquer, très peu ont cherché à les replacer dans leurs contextes sociohistoriques ou dans les œuvres globales de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Di Filippo, « Contextualiser les théories du jeu de Johan Huizinga et Roger Caillois », Questions de communication, 25 | 2014, 281-308.

Référence électronique

Laurent Di Filippo, « Contextualiser les théories du jeu de Johan Huizinga et Roger Caillois », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9044 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.9044

Haut de page

Auteur

Laurent Di Filippo

Centre de recherche sur les médiations
Université de Lorraine
F-57000
laurent@di-filippo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page