Navigation – Plan du site
Dossier. La ville, une œuvre ouverte ?

Mobilités territoriales, médiations associatives et mémoires urbaines

Territorial Mobility, Associative Mediation and Urban Memories
Sandro Cattacin et Mary Leontsini
p. 125-142

Résumés

L’article analyse les associations des personnes mobiles en tant qu’agents de la production de la ville. Celles-ci ont un rôle de médiation. Elles produisent du sens et de l’identité urbaine et créent simultanément des liens interpersonnels et interorganisationnels. Ces associations se transforment continuellement, permettant ainsi l’inclusion de nouveaux arrivants en développant une réflexivité pragmatique quant à leur mémoire de référence, la ville. Grâce à leur travail, la ville se régénère en liant son passé aux nouveaux arrivants et en inscrivant sa transformation permanente dans une continuité sociale et sémantique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les associations de personnes mobiles
Se mettre en communauté
S’informer
Inventer
Mémoires
Les codes de l’altérité
Les associations créatrices de l’urbain
Processus de différenciation à l’intérieur des associations
Relations extérieures des associations
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le regard des sciences sociales sur la société de l’après-guerre était plutôt statique. Sous l’emprise du structuralisme, nous étions déterminés à souffrir de notre incapacité à maîtriser notre destin. Le fordisme organisait la société de l’uniformité et de la stabilité, et les sciences sociales en rendaient compte. La mobilité était l’exception, qu’elle fut sociale ou territoriale, politique ou même économique. L’étude des mobilités territoriales illustre le passage d’un regard statique à un regard dynamique. Car si la recherche de la période fordiste s’intéressait encore à des questions comme le déracinement et l’assimilation, elle restait néanmoins dans l’espace fermé du nationalisme méthodologique – par la distinction désuète entre « pays d’accueil » et « d’envoi » (Hoffmann-Nowotny, 1970 ; Sayad, Gillette, 1976). Maintenant, les thèmes liés aux mobilités sont les flux, l’urbain et l’innovation. Les mobilités se transforment en caractéristiques principales de la ville, en ressou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandro Cattacin et Mary Leontsini, « Mobilités territoriales, médiations associatives et mémoires urbaines », Questions de communication, 25 | 2014, 125-142.

Référence électronique

Sandro Cattacin et Mary Leontsini, « Mobilités territoriales, médiations associatives et mémoires urbaines », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8977 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.8977

Haut de page

Auteurs

Sandro Cattacin

Département de sociologie
Université de Genève
CH-1211
Sandro.Cattacin@unige.ch

Mary Leontsini

Département d’éducation préscolaire
Université d’Athènes
GR-10680
mleontsini@ecd.uoa.gr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page