Navigation – Plan du site
Dossier. La ville, une œuvre ouverte ?

Refonder Milan : Silvio Berlusconi et la promotion de nouveaux quartiers pour les classes supérieures

Refounding Milan: Silvio Berlusconi and the Development of New Upper-Class Neighborhoods
Bruno Cousin
p. 41-60

Résumés

L’article rend compte de la naissance, durant les années 70, des premiers quartiers italiens refondés – Milano San Felice et Milano 2 (dans la commune de Segrate) – qui constituent la principale exception à la centralité pluriséculaire des classes supérieures dans la métropole milanaise. En abordant notamment le rôle crucial joué par Silvio Berlusconi, sont analysées les stratégies spécifiques d’innovation, de promotion immobilière, de marketing urbain, et de réinvention de la mémoire des lieux. En effet, celles-ci ont contribué à faire de ces nouveaux quartiers – issus de vastes opérations d’arasement, reconstruction, repeuplement et fermeture – un mode de résidentialité légitime et attractif pour une partie des Milanais les plus aisés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Une synthèse de nombreuses innovations récentes
Les premiers quartiers refondés
L’hésitation entre fermeture et quartier multifonctionnel
Un modèle au succès limité
Réinventer une mémoire et une identité des lieux
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au printemps 1970, dans les pages des quotidiens et sur les panneaux bordant les routes lombardes, les slogans faisant la promotion d’un ensemble résidentiel qui n’existait pas encore apparurent : « Milano 2, la ville des numéros un » (« Milano 2, la città dei numeri uno »), « un nouveau mode de vie » (« un nuovo modo di vivere »). Ils vendaient à la fois une marque statutaire et une promesse d’isolement, de coupure vis-à-vis du trafic automobile, des quartiers ouvriers, de l’agitation populaire et étudiante, de la délinquance et du spectre du terrorisme qui incitaient alors une partie des Milanais aisés à déserter les espaces publics, et les plus riches d’entre eux à quitter la ville par peur des enlèvements (Foot, 2001). « Milano 2, une ville pour vivre ».

Pourtant, le secteur des kidnappings périclitait déjà et, habitués des placements dans la pierre, les chefs des clans siciliens réinvestissaient dans le Nord du pays ; alors que Luigi Berlusconi, cadre mandataire, puis directeur ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Cousin, « Refonder Milan : Silvio Berlusconi et la promotion de nouveaux quartiers pour les classes supérieures », Questions de communication, 25 | 2014, 41-60.

Référence électronique

Bruno Cousin, « Refonder Milan : Silvio Berlusconi et la promotion de nouveaux quartiers pour les classes supérieures », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8928 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.8928

Haut de page

Auteur

Bruno Cousin

Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques
Université Lille 1
F-59655
bruno.cousin@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page