Navigation – Plan du site
Dossier. La ville, une œuvre ouverte ?

« Les formes informent » : le retour du symbolique dans la fabrique de la ville néolibérale

The Forms inform us” about the Symbolic Return in the Fabric of the Neoliberal City
Olivier Chadoin
p. 21-39

Résumés

Les critiques adressées aux conceptions modernistes et fonctionnalistes de l’architecture et de la ville ont conduit, dans ce champ professionnel, à un renouvellement des positions et des doctrines pour une architecture « signifiante ». Renouvellement qui, au tournant des années 70, a conduit nombre d’architectes à chercher des ingrédients intellectuels du côté des sciences sociales et de la sémiologie. Aujourd’hui, ces postures architecturales croisent une volonté croissante d’identité narrative et distinctive des villes, liée à la métropolisation, qui passe par la mobilisation de l’architecture et encourage en retour le développement d’une « starification » du champ architectural. D’abord, l’article rappelle comment le renouvellement des doctrines et postures architecturales n’est possible que dans la mesure où il rencontre un renouvellement des formes de la commande architecturale et urbaine. Ensuite, il examine les usages contemporains du pouvoir symbolique de l’architecture et interroge les limites de ce phénomène et ses effets sur le monde urbain contemporain.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Architecture et pouvoir symbolique
Le marquage architectural de l’espace
L’architecture comme manifestation de division sociale
Débats et théories : architecture et sciences sociales
L’effondrement de la « suffisance technicienne »
Le retour du symbolique
Architectes versus managers
La ville néo-libérale et le retour des « créateurs »
Changement de paradigme/changement de commande/changement de légitimité
Griffe architecturale, marketing urbain et « grands projets » 
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’architecture peut être interrogée, d’une part, comme corps de savoir et de savoir-faire et, d’autre part, comme produit. Production symbolique, elle propose également une forme matérielle d’organisation des activités sociales. « Il n’est pas vrai que la société ne soit composée que d’individus […] le fait social se matérialise parfois jusqu’à devenir un élément du monde extérieur. Par exemple, un type déterminé d’architecture est un phénomène social […] la vie sociale qui s’est ainsi comme cristallisée et fixée sur des supports matériels, se trouve donc par cela même extériorisée et c’est du dehors qu’elle agit sur nous » (Durkheim, 1897 : 35). De fait, l’architecture est une ressource symbolique distinctive, permettant de manifester des écarts de grandeurs et de position. Elle est aussi une forme matérielle de la vie sociale capable d’enregistrer et de manifester des formes de différenciation sociale. Activités de marquage de l’espace, elle est une ressource sociale à dimension s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Chadoin, « « Les formes informent » : le retour du symbolique dans la fabrique de la ville néolibérale », Questions de communication, 25 | 2014, 21-39.

Référence électronique

Olivier Chadoin, « « Les formes informent » : le retour du symbolique dans la fabrique de la ville néolibérale », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8918 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.8918

Haut de page

Auteur

Olivier Chadoin

Laboratoire Architecture ville urbanisme environnement
École nationale supérieure d’architecture de Bordeaux
F-33400
olivier.chadoin@bordeaux.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page