Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Jean-François Fogel, Bruno Patino, La condition numérique

Paris, Grasset, coll. Essais français, 2013, 216 pages
Gilles Boenisch
p. 316-318
Référence(s) :

Jean-François Fogel, Bruno Patino, La condition numérique, Paris, Grasset, coll. Essais français, 2013, 216 pages

Texte intégral

1L’essai présenté par Jean-François Fogel – consultant pour la conception et le développement du site lemonde.fr – et Bruno Patino – responsable des programmes et du développement numérique de France télévisions – s’attache à décrypter les implications de l’internet pour la condition humaine. En donnant une vision spécifique des mutations provoquées par le numérique, l’expression « condition numérique » tente d’exprimer l’implication sur les comportements, les rapports aux autres, la façon d’agir en société, la façon de penser, le rapport au réel, qui seraient largement impactés par l’accroissement de l’interconnexion généralisée : « Une forme nouvelle de la condition humaine naît de cet accès permanent au réseau. Il n’y a plus de virtuel ou de réel. Tout est réel. L’expérience numérique est devenue une veille sans fin qui transforme tout. Les mass médias, les loisirs, le système de production, les rapports interpersonnels et même l’idée que nous nous faisons de la vie » (quatrième de couverture).

2D’abord, « l’homo sapiens n’est pas devenu homo numericus » et nous ne sommes pas à l’aube d’une révolution. Selon les auteurs, la vraie nouveauté est « le temps de la connexion permanente » (p. 9) qui, peu à peu, exerce une dépendance sur des individus qui ne peuvent « se soustraire de l’espace social auquel il donne accès » (p. 17) : « Je suis connecté, donc je suis » (p. 18). Cet état est décrit comme une configuration presque manichéenne, où « il faut être là, connecté, toujours, ou bien renoncer au réseau » (p. 20) avec une soumission à l’immédiateté qui semble peser sur l’expérience. C’est même plus que cela pour les deux co-auteurs qui présentent le numérique comme un moyen de « se bâtir une narration fragmentée du monde faite d’ajouts successifs » (p. 21), une expérience numérique kaléidoscopique qui brille par son immanence et sa persistance, où l’essentiel serait la réactualisation immédiate faite « d’interruption permanente » (p. 22). En cela, un ensemble d’usages apparaît en même temps que ceux-ci créent un espace social. D’ailleurs, « l’expérience numérique est désormais une veille sans fin qui transforme tout » (p. 28), « la connexion ne change pas la vie, elle étend sa dimension sociale, sa temporalité et l’espace du réel. Une forme nouvelle de la condition humaine naît de l’accès permanent au réseau » (ibid.). Cette coexistence prendrait appui sur l’orgueilleux désir d’exister, de « s’engager » et de façonner une véritable identité en ligne, projection externe de celle hors-ligne (p. 36). Mais, l’internet n’est pas un univers partagé entre les espaces privé et public : c’est un espace social différent où le public est médiatisé par le privé. Ainsi, pour Jean-François Fogel et Bruno Patino, le réseau n’est-il pas un monde virtuel qui s’opposerait au réel, non plus un monde parallèle tel un miroir de la réalité. C’est bien un espace réel qui agit sur le réel transformé par l’attention portée à l’interconnexion numérique du maillage social médiatisé. Pour l’internaute, il importerait donc de « passer du singulier au pluriel, de l’isolement à l’appui collectif, de la rareté à l’abondance […], disposé en temps réel autour de sa connexion devenue le centre d’un mode qu’il a choisi et dont il se sent le seul maître » (p. 74).

3Ensuite, les auteurs soulignent l’importance de l’engagement des internautes sous l’égide de la gratuité qui ne coïncide pas avec son concept traditionnel. En réalité, « l’internaute paye fidèlement en données à chaque connexion » (p. 139), « une monnaie invisible à la valeur bien réelle » (p. 137) qui échange service « gratuit » contre éléments personnels, comportementaux, constituant une part de son capital individuel exploitable. « Pris au piège » (p. 144) par la gratuité, il utilise un service réglé d’avance, « payé d’emblée » (p. 147) avec des dépenses d’une importance sans précédent pour communiquer et se divertir (p. 148). À cela s’adjoint un autre concept préexistant dans d’autres domaines : « Produire n’est pas détenir ». L’internaute produisant les données qui le caractérisent n’a pas la légitimité à les posséder ; son inscription inclut systématiquement son renoncement à la propriété, par extension à la propriété privée. L’effacement des données est également remis en cause, en permettant la révélation de relations insoupçonnées, de schémas explicatifs, d’usages émergents à la solde d’entités « contrôlant les principaux canaux de distribution » (p. 78) et influençant indirectement l’espace et les pratiques en dehors du numérique. Pourtant, Jean-François Fogel et Bruno Patino font l’impasse sur l’économie réelle de la gratuité à la genèse de l’informatique, du réseau internet et de toutes les avancées technologiques actuelles. Cette dimension se renforce considérablement à mesure que les espaces de liberté interfèrent avec l’exploitation consumériste de l’internet. Ainsi semble-t-il très restrictif et erroné de caractériser le phénomène numérique aux cinq grandes entités commerciales citées dans l’ouvrage, en soustrayant ce qui fait réellement l’essence du réseau : l’économie du partage. Tout n’a pas à être approprié dans une jouissance exclusive, il est des choses qu’il est plus productif de partager, y compris pour soi-même. L’économie du partage n’est pas une négation du capitalisme, mais une optimisation des propriétés de chacun au service du collectif comme de l’individu.

4Enfin, le point important soulevé par Jean-François Fogel et Bruno Patino est la vivacité et l’évolution permanente de l’univers numérique auquel la législation n’a pu s’adapter. D’autant que, pour les auteurs, « le cadre légal du capitalisme numérique est un état de fait que légitime à chaque seconde l’activité des internautes. Réguler le réseau de façon différente, après plusieurs décennies de vie numérique, revient à se mêler de l’activité de milliards d’internautes qui ont choisi par eux-mêmes la façon d’utiliser leur connexion » (pp. 156-157). L’internet s’appuie donc sur une sorte d’hypercapitalisme « autorégulé », fondé sur l’économie du partage. Cette particularité fait écrire aux auteurs que « les discours des premiers temps numériques sur la convergence […] sont désormais dépassés. Les convergences sont en fait des universalités : universalité des outils […], universalité géographique […], universalité des rôles […], universalités des savoirs. L’apparition d’une autre culture, réellement globale, résulte de ces universalités » (p. 131). Là réside peut-être la clé des conditions numériques. Soit les données restent un bien privé à la discrétion exclusive des géants de l’internet, soit elles pourraient être un bien commun universel.

5Finalement, l’essai tente de fournir une vulgarisation de la prégnance des activités numériques. La réflexion s’efforce de se construire sur l’humain conceptualisé dans les technologies de l’information et de la communication, à partir d’une succession de modules textuels. Cette construction atypique explique peut-être les fréquentes et parfois étranges références, indiquant « d’évidence » que l’homme a toujours été indissociable de ses activités sociales et techniques. En cela, à défaut de présenter une réelle problématique, La condition numérique illustre ses propos avec des citations d’auteurs antérieurs au numérique : Marshall McLuhan, William Gibson, Pierre Teilhard de Chardin, Jean Baudrillard, Vladimir Nabokov, Arthur C. Clarke, Jules Verne, Karl Marx, André Malraux, Alexis de Tocqueville… Pourtant, même si cette mise en perspective décalée a le mérite d’ouvrir un interstice dialogique, elle n’arrive pas à éclairer suffisamment les thématiques successives pour que l’on puisse aller au-delà d’un discours grand public. On aurait aimé que les textes incitent à investir plus que l’immédiateté et, parfois, la superficialité des propos, en se donnant les moyens d’une analyse pluridisciplinaire prenant en compte, a minima, les écrits spécialisés et les enjeux s’y attenant.

6Néanmoins, l’ouvrage suscite l’intérêt pour ce qu’il livre des auteurs : un instantané des conceptualisations et des visions d’auteurs référents au cœur des sphères médiatiques privées et publiques, décrivant ce qu’ils perçoivent de l’univers numérique qu’ils s’efforcent « d’exploiter ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Boenisch, « Jean-François Fogel, Bruno Patino, La condition numérique », Questions de communication, 24 | 2013, 316-318.

Référence électronique

Gilles Boenisch, « Jean-François Fogel, Bruno Patino, La condition numérique », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8841

Haut de page

Auteur

Gilles Boenisch

CREM, université de Lorraine, F-57000
gilles.boenisch@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page