Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Jean Stern, Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais

Paris, Éd. La Fabrique, 2012, 210 pages
Michael Palmer
p. 306-307
Référence(s) :

Jean Stern, Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais, Paris, Éd. La Fabrique, 2012, 210 pages

Texte intégral

1Solidement documenté, l’ouvrage se situe dans la lignée de publications engagées qui, depuis des lustres, réunissent informations pertinentes et tonalité peu amène avec l’objet scruté – ici, les patrons de presse. L’épilogue capture ce ton avec l’emploi d’allusions – « Tous à la ferme » (p. 169) – au discours managérial-publicitaire qui fait des ravages dans les médias depuis un demi-siècle. « La ferme des contenus » (ibid.), quant à elle, est liée au développement des sites internet depuis les années 90 et les agrégateurs numériques des moteurs de recherche. Les « attentes de la multitude » (ibid.) façonneraient la production des breaking news par tout un chacun, les journalistes dits professionnels se trouvant ainsi broyés par l’abondance des producteurs de « l’info » et de ses produits dérivés.

2En effet, le sort de journalistes se situe en filigrane de l’enquête conduite par le journaliste. Les patrons des groupes de presse/médias – « Pigasse-Lagardère-Rothschild-Dassault-Niel-Arnault » (p. 109) – tirent leur épingle du jeu, s’enrichissent souvent, non sans risque ; les journalistes, eux, restant souvent sur la paille, de plus en plus fragilisés. La rengaine est connue mais n’en est pas moins vraie, même s’il est des journalistes devenus eux-mêmes cadres dirigeants. Ceci est largement attesté dans un ouvrage nourri tant par des informations récentes, recueillies auprès de nombreux sources et sites, que par des « infos » puisées dans des volumes, souvent rédigés par des journalistes des années 70-80, dénonçant les « trois H [...] qui « mont[ai]ent en puissance » (p. 47) alors – les Havas, Hachette, Hersant, même si les deux premiers avaient déjà entamé leur ascension dès le milieu du xixe siècle.

3Jean Stern démonte les avantages des divers holdings, des stratégies déployées par des groupes aux intérêts nombreux, des liaisons dangereuses entre ce patronat de presse, des médias, souvent présent dans d’autres branches des industries culturelles – qu’on voudrait rebaptiser « industries créatives »… – et des hommes politiques au pouvoir, sans parler des banques. Après les liens connus entre François Mitterrand et Robert Hersant, on revisite ceux entretenues entre Nicolas Sarkozy et François Pinault. Publié en 2012, Les patrons de la presse nationale ne traite pas de l’arrivée à la tête du quotidien Le Monde, en 2013, de Natalie Nougayrède – journaliste-maison – et de Vincent Giret – précédemment directeur délégué de la rédaction de Libération. Mais, plusieurs des thèmes – par exemple, l’importance du site internet du journal et le déclin de la version papier – se situeraient en arrière-fond.

4Dans un court passage, Jean Stern, sorti du Centre de formation des journalistes (cfj) en 1977, évoque son propre parcours de journaliste et indique que le trajet à l’origine du « naufrage… de la presse nationale » motive son essai.

5En conclusion, qu’il nous soit permis de poser une question dérangeante : que font de tels ouvrages les enseignants-chercheurs en communication dispensant, par exemple, des cours d’économie des médias ? Car les informations présentées leur sont des plus utiles. Peut-être le point de vue motivant l’enquête l’est-il moins. Les stratégies et milieux décrits décourageraient plus d’un apprenti-journaliste ou pratiquant des médias. Mais, il est vrai que, depuis au moins les Illusions perdues (1837-1843) d’Honoré de Balzac, il en est ainsi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Palmer, « Jean Stern, Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais », Questions de communication, 24 | 2013, 306-307.

Référence électronique

Michael Palmer, « Jean Stern, Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8826

Haut de page

Auteur

Michael Palmer

CIM, université Sorbonne nouvelle-Paris 3, F-75005
michael.palmer@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page