Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Nicolas Pélissier, Marc Marti, dirs, Le storytelling. Succès des histoires, histoire d’un succès

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication et civilisation, 2012, 203 pages
Justine Houyaux
p. 302-304
Référence(s) :

Nicolas Pélissier, Marc Marti, dirs, Le storytelling. Succès des histoires, histoire d’un succès, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication et civilisation, 2012, 203 pages

Texte intégral

1L’ouvrage est un ensemble de textes qui ont été soumis à l’évaluation par un comité scientifique à l’issue de la journée d’étude ayant eu lieu à l’université Nice Sophia Antipolis en novembre 2011 : « Du storytelling à la mise en récit des mondes sociaux : la révolution narrative a-t-elle eu lieu ? ». Onze contributions y sont présentées.

2Après une introduction de Marc Marti et Nicolas Pélissier (pp. 11-22) présentant très brièvement l’histoire de la controverse sur le storytelling et regroupées dans le chapitre « Storytelling, retour sur un concept controversé » (pp. 23-72), les trois premières contributions s’attachent à discuter le concept même de storytelling en revenant sur l’ouvrage fondateur de Christian Salmon (Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater des esprits, Paris, Éd. La Découverte, 2007). Ouvre le bal avec « Storytelling, réévaluation d’un succès éditorial » (pp. 23-38), Marc Lits concède à l’ouvrage de Christian Salmon le mérite d’avoir ouvert la discussion sur le rôle social du récit et d’avoir « dénonc[é] certaines de ses utilisations contemporaines en tant qu’outil de formatage » (p. 23), mais pose les limites de l’analyse présentée. Ensuite, l’auteur laisse la place à « la dimension libératrice des récits » (p. 28) dans laquelle les médiacultures ne sont plus aliénantes, mais émancipatrices des masses, au retour du journalisme narratif et pose la question de la fin du storytelling en politique. Enfin, Marc Lits conclut sur la nécessité de « réinventer la narratologie » (p. 35). Pour sa part, et de façon synthétique, Marc Marti (pp. 39-52) distingue quatre approches des formes du récit, « le structuralisme et la logique de l’énoncé » (p. 40), centré sur l’histoire proposée par le récit, par son organisation ; « la narratologie genettienne et l’approche énonciative » (p. 41) qui, comme son nom l’indique, a été développée par Gérard Genette (Figures III, Paris, Éd. Le Seuil, 1972) et qui s’intéresse aux formes du discours à travers une analyse des figures ; « le lecteur et la lecture du récit » (p. 42), où la subjectivité du lecteur vient combler l’incomplétude du texte ; enfin, « le récit, production sociale et culturelle » (p. 43) qui étudie la question du contexte de production et de réception du récit et qui, par la même occasion, annihile l’hypothèse d’universaux narratifs. Le reste du chapitre étudie la pratique du storytelling dans le champ récit scientifique, où « la narrativisation vient jouer le rôle de médiateur caché » (p. 50). Dans « Le transmédia : terrain d’acculturation communicationnelle des publics ? Vers une approche narratologique communicationnelle » (pp. 53-72), Céline Masoni-Lacroix pose que le processus d’acculturation communicationnelle « croise l’offre médiatique et transmédiatique du circuit de production et la manière dont le public en fait usage et sens » (p. 54). Riche de nombreux exemples, la contribution présente aussi un rappel des théories d’Henry Jenkins (Convergence Culture. Where Old and New Media Collide, New York, New York University Press, 1992 et offre une typologie des publics selon les compétences des fans d’une narration transmédiatique, ainsi qu’une analyse éclairée du phénomène des extensions narratives non autorisées, à savoir les fanfictions.

3Dans le deuxième chapitre, « Le storytelling politique : entre ruptures et continuités » (pp. 73-102), les deux textes portent sur le storytelling en politique dans la continuité du travail de Christian Salmon. Avec « Henri Guaino, storyteller sarko-gaullien. Psychosociologie d’un conseiller spécial » (pp. 73-86), Alexandre Eyries mesure le rôle d’Henri Guaino, conseiller spécial auprès de Nicolas Sarkozy, dans la transposition du storytelling politique à l’américaine dans le système politique français en le comparant au cas d’André Malraux qui, en son temps, avait écrit les chroniques gaullistes. Puis, Stéphane Pouffary – « Mise en scène et mise en récit de l’acte politique dans le débat climatique » (pp. 87-102) – examine le cas concret du débat politique sur la question climatique et met en garde contre « un appauvrissement de la démocratie » (p. 87) tout en montrant dans quelle mesure le storytelling politique, s’il suscite bien de l’émotion, ne conduit qu’à peu d’action. L’auteur conclut sur les limites de notre mode de gouvernance internationale.

4La troisième partie – « Fictions du réel et réalités de la fiction dans les médias » (pp. 103-136) – compte deux études qui s’intéressent au rapport entre fiction et réel, car, comme l’indique Christian Salmon, il existe un rapport étroit entre le storytelling et Hollywood. Le travail de Jean-Paul Aubert (et non Jean-Louis Aubert, contrairement à ce qu’annonce le sommaire, à la plus grande déception des fans de Téléphone), « Le cinéma à l’épreuve du storytelling » (pp. 103-116), s’articule autour de trois réflexions : « Le storytelling et le cinéma se rejoignent du fait de la place prépondérante que l’un et l’autre accordent au scénario ; [ils] privilégient tous deux l’art de raconter des histoires ; [ils] reposent sur des stratégies narratives dont les modèles sont interchangeables » (p. 104). Pourtant, selon l’auteur, il ne faut pas confondre cinéma et storytelling, ni laisser les deux notions donner l’illusion qu’elles sont semblables car si la première repose sur le scénario, la seconde a pour ressort la scénarisation. Ensuite, dans « Le journalisme narratif : vecteur privilégié du storytelling ou antidote à ses dérives » (pp. 117-136), Nicolas Pélissier, par ailleurs directeur de l’ouvrage, s’intéresse à l’histoire du journalisme narratif et au contre-pouvoir qu’il peut exercer face au storytelling. Il en établit les limites, qui dépendent de la capacité du journalisme narratif à remplir quatre conditions, à savoir « le renforcement des compétences narratives des journalistes », « une certaine forme de décélération » de la production de nouvelles, « la prise en compte des attentes et compétences du public » par les journalistes et, enfin, l’existence d’un « souci de vigilance réaliste de la part [de ses] praticiens et promoteurs » (p. 131).

5Les trois contributions suivantes s’intéressent aux « Récits enchantés des organisations à l’épreuve du vécu » (pp. 137-186) qui, au contraire de la rubrique précédente, confrontent le storytelling au réel. « Écoles et storytelling : les enseignants modèles à la ville et à l’écran aux États-Unis et en France » (pp. 137-154) d’Émilie Souyri dresse un panorama inquiétant de la narration portant sur les enseignants modèles où la Michelle Pfeiffer de Esprits rebelles (Smith, 1995) offre une résonnance de la figure christique à laquelle on ne s’attendait pas tout-à-fait et où, surtout, le déplacement de l’attention vers les enseignants en tant qu’objets à réformer est en fait le symptôme d’un storytelling qui incite à désigner des responsabilités individuelles plutôt qu’à régler les problèmes systémiques. Cependant, selon l’auteure, cette dynamique n’a pas d’écho en France car elle est inextricablement liée à la foi (même laïque) dont l’influence est bien plus grande dans l’imaginaire américain que dans l’imaginaire français. Quant à eux, Lorrys Gherardi et Sylvie P. Alemanno s’attèlent à l’étude de la « Communication enchantée de l’idéologie managériale : storytelling et journal d’entreprise » (pp. 155-172). Tout en exposant la nature et la fonction des journaux d’entreprise, les auteurs s’intéressent à un cas concret en analysant les résultats générés par le logiciel Alceste (Analyse de lexèmes cooccurrents dans les énoncés simplifiés d’un texte) lors de l’examen d’un corpus de journaux d’entreprise. Dernière contribution de ce chapitre « Du récit de contrôle social à la narration éthique : comment se raconte la secte ? » (pp. 173-186) d’Arthur Mary répond à la question « comment raconte-t-on la secte ? ». Ceci grâce à l’étude de deux textes écrits par un ancien témoin de Jéhovah et de la narration par l’auteur même d’un reportage sur les sectes, de son expérience de montage rhétorique, sans qu’il reconnaisse pour autant son propre recours au storytelling.

6La dernière contribution est celle de Daniel Moati (pp. 187-200). Elle est présentée sous la forme d’un témoignage dans lequel il évoque « La communication narrative de l’histoire de l’écriture comme vecteur de remédiation esthétique ». Outre raconter son expérience personnelle, l’auteur vise à lancer l’espoir que le « storytelling pédagogique, loin de servir à formater les enseignants, puisse aider ces derniers à renouer avec les élèves des classes populaires » (p. 197).

7Enfin, l’ouvrage est agrémenté d’une courte biographie de chacun des auteurs et les contributions disposent toutes de riches bibliographies qui entraîneront sans nul doute les lecteurs intéressés sur de nouvelles pistes de réflexion. Dans l’ensemble, Le storytelling. Succès des histoires, histoire d’un succès n’est pas un ouvrage à la portée des lecteurs à la recherche d’une introduction au domaine. Il est préférable d’avoir des notions de narratologie et d’avoir lu le livre de Christian Salmon qui y est mentionné. En revanche, les spécialistes y trouveront leur compte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Houyaux, « Nicolas Pélissier, Marc Marti, dirs, Le storytelling. Succès des histoires, histoire d’un succès », Questions de communication, 24 | 2013, 302-304.

Référence électronique

Justine Houyaux, « Nicolas Pélissier, Marc Marti, dirs, Le storytelling. Succès des histoires, histoire d’un succès », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8821

Haut de page

Auteur

Justine Houyaux

Université de Mons, B-7000
justine.houyaux@umons.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page