Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Pierre-Emmanuel Guigo, « Le chantre de l’opinion ». La communication de Michel Rocard de 1974 à 1981

Paris, Ina, coll. Médias histoire, 2013, 265 pages
Alexandre Eyries
p. 299-300
Référence(s) :

Pierre-Emmanuel Guigo, « Le chantre de l’opinion ». La communication de Michel Rocard de 1974 à 1981, Paris, Ina, coll. Médias histoire, 2013, 265 pages

Texte intégral

1Que la vie politique française et internationale soit, ces dernières années, de plus en plus fréquemment traversée par des pratiques communicationnelles, cela n’a échappé à personne. Pas plus que le rôle accru des hommes de l’ombre (les fameux spin doctors ou conseillers en communication), la dimension croissante prise par les études d’opinion et les sondages ainsi que l’importance de l’image publique véhiculée par les personnalités politiques, image soigneusement (re)travaillée et retouchée par les conseillers en communication. Ces éléments sont tellement intégrés à la vie politique moderne qu’ils semblent être une évidence, comme si ces phénomènes avaient toujours existé. Or, il n’en est rien. La communication politique professionnelle est une activité relativement récente – comme le marketing politique auquel Philippe J. Maarek a consacré un remarquable ouvrage (Communication et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007).

2Si la pratique est donc peu ancienne, on peut retrouver, dans l’histoire politique française contemporaine, un jalon important de ce qui va devenir la communication politique moderne. Il s’agit de Michel Rocard qui, par ses idées et son parcours, fut un pionnier de cette nouvelle communication politique et dont on n’avait pas, jusqu’alors, mesuré l’importance dans cette histoire politique. Le principal mérite de l’ouvrage de Pierre-Emmanuel Guigo – agrégé d’histoire et doctorant à l’Institut d’études politiques de Paris – est de reconstituer une généalogie, de donner à voir le parcours significatif (même s’il est entaché d’un échec à l’élection présidentielle de 1969) d’un homme qui a fait basculer la communication politique de la gauche française dans la modernité. Ainsi que l’écrivent Alain Bergounioux (historien, inspecteur général de l’Éducation nationale) et Serge Berstein (historien, professeur émérite) dans leur avant-propos (pp. 7-9), Pierre-Emmanuel Guigo montre comment Michel Rocard, dès avant son entrée au Parti socialiste en 1974, « se soucie de son image publique et fait jouer pour la modeler un réseau de journalistes et de spécialistes de la communication. À cet égard, sa candidature à l’élection présidentielle de 1969 qui le fait connaître du grand public et met en valeur sa jeunesse, mais aussi ses idées et sa compétence, constitue un moment fort de cet action » (p. 7). Comme le montre précisément l’auteur, au lendemain de cette expérience fondatrice pour Michel Rocard, se met en place autour de l’homme politique une véritable organisation vouée à sa communication politique qui adapte à son image publique les méthodes du marketing politique. Ainsi « entouré d’une équipe constituée de politologues spécialistes des sondages, de journalistes, d’universitaires, pour la plupart issus du centre de recherches politiques de Sciences-Po, le cevipof qui testent autour de lui à la fois les méthodes scientifiques qu’ils mettent en œuvre et leurs résultats, Michel Rocard va connaître une remarquable consécration médiatique » (p. 8). C’est fort de cette équipe qu’il quitte le Parti socialiste unifié et entre au Parti socialiste, alors que, simultanément, un « groupe “Image et stratégie” se préoccupe de son avenir et gère en fonction de cet objectif un capital médiatique dont l’objectif ultime n’est rien de moins que la conquête de l’Élysée » (ibid.).

3En introduction de l’ouvrage, Pierre-Emmanuel Guigo explique que Michel Rocard semble avoir été parmi les premiers à gauche à considérer l’usage des médias et, plus généralement, la communication comme un élément essentiel de l’activité politique : « Cet intérêt pour la communication étonne d’autant plus que l’homme séduit les médias autant que l’opinion. Une caractéristique qui ne laissait pas indifférents ses contemporains, engendrant l’inimitié de certains (tout particulièrement à gauche) et en surprenant d’autres » (p. 11). Michel Rocard a été l’un des précurseurs de l’adoption des nouveaux vecteurs de communication à gauche, en raison de son parcours atypique qui l’a poussé à rechercher les modes de communication qui lui permettaient d’établir un lien direct avec l’opinion ainsi que la proximité de professionnels des médias et de la communication. Entré au Parti socialiste en 1974, l’homme devient, à partir de 1978, le « chouchou des sondages » et apparaît comme l’un des meilleurs communicants de sa génération, semblant pouvoir rivaliser avec François Mitterrand et même avec Valéry Giscard d’Estaing dans la course à l’élection présidentielle.

4Dans le premier chapitre de l’ouvrage (pp. 27-50), Pierre-Emmanuel Guigo analyse l’entrée en communication politique de Michel Rocard et son recours précoce aux techniques et aux méthodes transposées du marketing qui ont joué un rôle marquant dans l’élection de John Fitzgerald Kennedy aux États-Unis. L’auteur montre que, dès ses débuts en politique, Michel Rocard se trouve « au confluent d’un réseau d’intellectuels, et de spécialistes en sciences sociales très intéressés par l’usage des médias de masse, des sondages et des moyens de la publicité » (p. 35). Ce que l’on appelle alors la « deuxième gauche » se caractérise par une grande proximité entre les milieux universitaires, politiques et journalistiques. Il n’est donc pas étonnant de retrouver autour de Michel Rocard d’anciens collaborateurs de L’Express (comme Jean Daniel ou Georges Suffert). Lors de la campagne de 1969, l’homme politique cherche à apprivoiser les médias. Peu familiarisé avec la télévision, « Michel Rocard doit donc s’adapter à ce nouveau média, d’autant que ses interventions jusque-là dépassent rarement la minute. Des premières séances d’entraînement fondées sur le mode de questions-réponses ainsi que des séances d’entraînement vidéo sont organisées dans l’urgence » (p. 43). La création du groupe Image montre que, à cette époque, Michel Rocard accorde le plus grand intérêt aux conseillers en communication et aux techniques de media training puisqu’un groupe entier de conseillers est affecté aux questions communicationnelles. Le groupe Image est constitué de politologues, de journalistes, de publicitaires et de politiciens et montre le profond attachement de l’homme politique au travail collaboratif.

5Dans le troisième chapitre (pp. 65-106), l’auteur s’intéresse de manière plus détaillée à l’entraînement vidéo qu’a suivi le politique pour gommer tous les défauts repérés par ses conseillers en communication (élocution rapide, langage trop complexe) en dépit d’un profil très télégénique. En 1974, le groupe Image dispose de moyens techniques relativement importants pour l’époque. Si dès ses premières campagnes, « Michel Rocard avait disposé par l’intermédiaire de Claude Neuschwander d’un magnétoscope et même du studio d’enregistrement de Publicis, il bénéficie désormais de l’aide de Michel Bloesch et de Michel Castagnet. Ceux-ci possèdent un studio qui sera à plusieurs reprises mis à la disposition de Michel Rocard. Il reçoit également les conseils de journalistes réputés comme Gilbert Denoyan, mais aussi Jean Lallier, réalisateur de télévision » (p. 87).

6Avant chaque passage à la télévision, chaque phrase est soigneusement apprise, chaque partie de l’intervention est mémorisée et répétée jusqu’à ce qu’elle devienne un réflexe, un automatisme.

7Dans la conclusion de son ouvrage vivifiant et solidement documenté, Pierre-Emmanuel Guigo écrit que « Michel Rocard présente le paradoxe d’avoir été l’un des pionniers de l’usage de la communication politique et des médias, et d’être aujourd’hui surtout perçu comme un mauvais communicant » (p. 207). Était-il vraiment un si mauvais communicant ? Il n’appartient pas à l’auteur de l’ouvrage de l’affirmer. Cependant, celui-ci reconnaît volontiers que la popularité de l’homme politique vient en grande partie de ce qu’il s’est toujours honoré de vouloir entretenir un dialogue avec l’opinion publique. Outre son statut de témoin privilégié de l’évolution de la communication politique, Michel Rocard semble aussi en être un contre-exemple parce que son histoire est surtout celle d’un échec. En effet, « s’il put bénéficier de l’appui des sondages et d’une bonne part de la presse de gauche, ceux-ci ne suffirent pas à convaincre le parti et François Mitterrand de ses chances » (p. 210). La communication de Michel Rocard est à son image, atypique, décalée, mais aussi et surtout pédagogique, rationnelle et rigoureuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Pierre-Emmanuel Guigo, « Le chantre de l’opinion ». La communication de Michel Rocard de 1974 à 1981 », Questions de communication, 24 | 2013, 299-300.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Pierre-Emmanuel Guigo, « Le chantre de l’opinion ». La communication de Michel Rocard de 1974 à 1981 », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8817

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

I3M, université Nice Sophia Antipolis, F-06200
alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page