Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Marlène Coulomb-Gully, Jean-Pierre Esquenazi, « Fictions politiques »

Mots. Les langages du politique, 99, Lyon, ens Éd., juillet 2012, 158 pages
Alexandre Eyries
p. 294-295
Référence(s) :

Marlène Coulomb-Gully, Jean-Pierre Esquenazi, « Fictions politiques », Mots. Les langages du politique, 99, Lyon, ens Éd., juillet 2012, 158 pages

Texte intégral

1Tandis que de nombreuses chaînes programment des séries télévisées françaises et surtout américaines qui explorent les marges du surnaturel, les frontières du fantastique et de la science-fiction, d’autres, au contraire, prennent le parti de traiter de phénomènes et de questions proprement politiques. Bien que cette pratique ne soit ni véritablement nouvelle, ni encore très répandue, force est de constater que, depuis quelques années, le développement des fictions politiques dans un contexte national réputé frileux face à ce types de productions télévisuelles est une niche en constante évolution. La livraison de la revue Mots. Les langages du politique, dirigée de concert par Marlène Coulomb-Gully – professeure en sciences de l’information et de la communication (sic) à l’université de Toulouse 2-Le Mirail – et par Jean-Pierre Esquenazi – professeur en sic à l’université Jean Moulin-Lyon 3 –, consacre son dossier aux fictions télévisuelles dont les intrigues traitent largement de la vie politique.

2Dans l’introduction, les coordinateurs rappellent que de nombreux téléfilms portant sur des personnalités politiques de premier plan ou sur des affaires sensibles ont été diffusés : « Ainsi des Prédateurs, de Lucas Belvaux, sur l’Affaire Elf, produit par Canal Plus et diffusé en 2007, ou encore de L’École du pouvoir, sur la fameuse promotion Voltaire de l’ena où se côtoyèrent François Hollande, Ségolène Royal ou Dominique de Villepin, toujours produit par Canal Plus et diffusé en 2009. Durant la récente campagne présidentielle de 2012, le succès […] des Hommes de l’ombre, […] mettant en scène des femmes candidates et leurs conseillers en communication, confirme cette tendance » (p. 5).

3Selon les deux auteurs, le cinéma – qui avait un temps paru aux antipodes des problématiques politiques – renoue depuis peu avec ce genre spécifique « comme en témoigne l’emblématique Conquête, de Xavier Durringer (2011) ou L’Exercice de l’État de Pierre Schoeller (en 2011 également) » (ibid.). Ces éléments attestent d’une très grande visibilité de la politique (qui est ici comprise dans un sens restreint de « mise en scène de professionnels de la politique ») dans les médias. Mais, ceci ne doit pas faire oublier que le roman et le théâtre contemporains – pour ne citer que ces genres littéraires – se sont récemment appropriés les questions politiques, contribuant beaucoup à renforcer le sentiment d’un renouveau des fictions politiques. De ce fait, comment expliquer la multiplication de ces fictions politiques ? Un premier élément d’explication provient du statut même de leurs auteurs qui « sont des insiders, pour emprunter au jargon contemporain : des journalistes ou des politiques qui ressentent le besoin d’exprimer leur vérité sous le masque de la fiction, ce qu’ils ne pourraient effectuer […] dans l’exercice “normal” de leur métier ou compte tenu de leurs fonctions » (p. 6). Les coordinateurs du dossier citent, entre autres exemples, Eva Joly (candidate à l’élection présidentielle de 2012 et ancienne magistrate), Dominique Paillé (ex-conseiller de Nicolas Sarkozy) ou encore Jean-Louis Debré (président du Conseil constitutionnel et auteur de romans noirs). Tous font mention d’une « plus grande liberté [offerte] par un texte de fiction, pour évoquer une vérité impossible à dire dans le cadre d’un discours réputé vrai » (ibid.). Les fictions politiques ont vocation à combler les non-dits des discours informationnels, à tel point qu’elles finissent par apparaître plus vraies et plus crédibles qu’eux. En outre, cette inversion paradoxale des polarités est considérablement renforcée par les opérations de storytelling et de scénarisation de la vie politique. D’une manière générale, notre époque semble redécouvrir les vertus heuristiques de la fiction, aussi bien en histoire, que dans l’ensemble des domaines scientifiques. Le dossier explore donc les soubassements politiques et, plus largement, sociétaux des fictions télévisuelles contemporaines.

4Dans sa contribution, Camille Baurin (pp. 45-60) explore les fictions américaines mettant au premier plan des super-héros contemporains qui sont nés en 1938 avec Superman et se sont rapidement ancrés dans l’histoire politique des États-Unis. Lors de la Seconde Guerre mondiale, le super-héros « a été érigé en modèle exemplaire, à l’image de Captain America qui engageait les lecteurs à participer à l’effort de guerre et à défendre les valeurs américaines » (p. 45). La chercheuse s’intéresse essentiellement aux récits uchroniques qui postulent qu’un évènement historique se serait déroulé d’une manière différente de la réalité, entraînant une chronologie parallèle et une réinterprétation de l’Histoire par le truchement de la fiction : « Ainsi Watchmen d’Alan Moore et David Gibson (1986-1987) présente un univers où, grâce à des super-héros, les États-Unis ont remporté la guerre du Vietnam. Mark Millar et Bryan Hitch racontent avec Ultimates (2002-2007) les aventures d’une équipe de justiciers formée par le gouvernement Bush Jr et composée, entre autres, de versions actualisées de Captain America, Iron Man et Thor » (p. 45). Dans tous ces récits, l’uchronie permet de dévoiler les ressorts du système idéologique que donne à voir le super-héros et en fait un témoin oblique de l’Histoire américaine. Elle est un moyen d’imposer une distance par rapport à l’Histoire et la politique telles qu’elles sont présentées dans les discours officiels.

5Pour sa part, Céline Bryon-Portet (pp. 97-112) s’intéresse à la dimension politique de la série Plus belle la vie (France 3, 2004‑) et à la manière dont elle se fait l’écho des polémiques qui agitent l’opinion publique et des problèmes qui concernent toute la société. En France, la fiction télévisée a souvent eu mauvaise presse, étant aussi bien méprisée par les universitaires que par les journalistes spécialisés plus concernés par le cinéma. L’auteure souhaite montrer que le point de vue négatif ou réducteur ne s’applique pas à l’ensemble des fictions diffusées sur le petit écran : à partir d’une étude de cas relative à la série Plus belle la vie, elle montre « que certaines fictions proposent une lecture politique des problématiques citoyennes et des débats socioculturels qui traversent notre espace public, dans laquelle on peut voir une tentative de sensibilisation, voire d’éducation à destination des téléspectateurs » (p. 97). L’article propose une réflexion sur le rôle que peuvent jouer les industries culturelles dans la diffusion de messages politiques et, plus largement, l’influence qu’une fiction peut avoir sur la construction des représentations symboliques. Dès l’origine, la série représente la diversité culturelle à travers la vie des habitants du quartier imaginaire du Mistral et valorise la mixophilie, en d’autres termes le brassage identitaire, social et culturel : « Cette mosaïque sociale induit des problématiques identitaires et permet à la série d’aborder une réflexion autour de l’altérité, de l’acceptation ou du rejet de la différence, de la tolérance et de l’intolérance » (ibid.). Dans la série, l’accent est clairement mis sur un lieu spécifique du quartier, la place centrale du Mistral, qui en constitue le cœur vivant et autour de laquelle la vie s’organise. Les personnages vont et viennent, les intrigues se structurent : « Espace de convivialité, voire de sociabilité, la place du Mistral est aussi un espace public où des individus débattent de sujets d’actualité, relatifs à des évènements ponctuels et éphémères, et de problèmes de société davantage intemporels » (ibid.). Ainsi s’apparente-t-elle à une agora qui favorise toutes les discussions (même les plus difficiles) et réserve le meilleur accueil aux problématiques sociétales. Ce faisant, la série développe – notamment en direction des plus jeunes – une véritable éducation au politique et à la politique.

6Par l’étendue des problématiques qu’il embrasse, par la finesse des analyses qu’il permet de développer, ce dossier s’impose comme un outil de référence pour tous ceux qui s’intéressent à la politisation grandissante des séries télévisées – qu’elles soient diffusées sur des chaînes privées ou répondent à une mission de service public – et devrait, à cet égard, toucher un large public parce qu’il fournit de nombreuses clés et ouvre des perspectives fécondes pour analyser ces séries à la lueur de leur substrat politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Marlène Coulomb-Gully, Jean-Pierre Esquenazi, « Fictions politiques » », Questions de communication, 24 | 2013, 294-295.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Marlène Coulomb-Gully, Jean-Pierre Esquenazi, « Fictions politiques » », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8812

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

I3M, université Nice Sophia Antipolis, F-06200
alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page