Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Claude Patriat, Isabelle Mathieu, dirs, L’Université et les formations aux métiers de la culture. La diagonale du flou

Dijon, Éd. universitaires de Dijon, coll. U-Culture(s), 2012, 162 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 289-291
Référence(s) :

Claude Patriat, Isabelle Mathieu, dirs, L’Université et les formations aux métiers de la culture. La diagonale du flou, Dijon, Éd. universitaires de Dijon, coll. U-Culture(s), 2012, 162 pages

Texte intégral

1Enfin un ouvrage qui traite d’une question d’actualité brûlante et qui fait l’économie de la langue de bois en osant poser les questions fondamentales dans la crudité de leur violence. En effet, comme le notent les éditeurs, « la malédiction des métiers de la culture tient au fait qu’ils se trouvent par nature placés à l’intersection de l’art, de la culture et de la société : l’art, qu’ils ont pour mission de mettre en culture, la culture, qu’ils ont pour mission de mettre en société » (p. 11). Ce qui pose la question de la définition d’un champ professionnel qui, aujourd’hui encore, n’est toujours pas nettement défini. De cette nébulosité résulte que toutes les formations académiques à vocation professionnalisante rencontrent, à un moment ou à un autre, la difficulté de l’insertion réelle de diplômés formés de manière beaucoup plus générale que les demandes locales et souvent selon des manières de faire relevant de moyens et nécessités étroitement dépendants de chaque milieu universitaire. Deux chiffres significatifs fixent les idées : en 1988, on comptait quatre formations dédiées aux métiers de la culture (deux universitaires et deux conventionnées par le ministère de la Culture). En 2010, ce chiffre s’élevait à plus de 200, selon un processus de « parthénogénèse incontrôlée », selon l’heureuse formule de Claude Patriat (p. 9). À cet égard, les auteurs regrettent que le dialogue entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et le ministère de la Culture et de la Communication soit si faible, et c’est en quelque sorte ce constat qui décide de l’organisation du volume : une première partie consacrée aux universités intitulée « Du savoir au savoir-faire » (pp. 17-55) et une seconde dévolue à « La Culture en métiers » (pp. 57-117), suivies d’une coda titrée « Repérages » qui remet « la culture sur le métier » (Isabelle Mathieu, p. 121) et propose une très intéressante et utile liste des diplômes professionnels universitaires par région. Dans « L’université et la formation professionnelle, une (re)conversion tardive » (pp. 19-27), Gilles Bertrand, ancien président de l’université de Bourgogne et du Comité national d’évaluation, excipant justement de ses anciennes fonctions, propose une analyse critique très documentée de la situation actuelle de ces formations professionnelles. Il montre spécifiquement l’émiettement de l’offre, la ténuité du lien de ces formations avec la recherche, les effets dommageables de parcours d’études qui s’empilent plus qu’ils ne se complètent et qui, en conséquence, ne garantissent pas l’absence de lacunes dans la formation. L’auteur identifie la cause de ces maux comme étant le fait que ces diplômes sont le plus souvent l’œuvre d’enseignants se considérant comme des « entrepreneurs »...

2En conclusion, l’élargissement de la réflexion à l’échelle internationale incite à souhaiter « des articulations plus convaincantes entre formations générales et formations professionnelles » (p. 27). Ancien vice-président de l’Association technique pour l’action culturelle du ministère du même nom, Daniel Girard (pp. 31-40) prend le relais pour exposer la question de la formation des acteurs culturels en plaidant pour une meilleure coordination des structures universitaires avec le milieu culturel afin d’améliorer les dispositifs de formation continue au motif évident que la culture elle-même ne cesse d’évoluer. Dans « Emploi culturel et formation, une équation à deux inconnues », Jean-Pierre Saez (pp. 45-55), directeur de l’Observatoire des politiques culturelles, met à profit son expérience pour souligner le fait que les collectivités territoriales ont tendance à considérer les emplois culturels comme le moyen de développer une politique de proximité guidée par des intérêts souvent éloignés du domaine culturel, et la disparité existant dans ce secteur entre les emplois stables (contrats à durée indéterminée) – autour de 4,4 % des effectifs globaux de ces collectivités – et un peu plus de 45 % d’emplois précaires (contrats à durée déterminée) liés à la dimension événementielle des politiques locales (programmation artistique, salons, festivals, etc.). Reste que la très grande variété des métiers liés à la culture (au moins 250 métiers différents pour le seul secteur du spectacle vivant !) fait obstacle à une vision claire de la situation générale, d’où résulte que la seule formation universitaire doit être sanctionnée une seconde fois par un concours administratif, sauf à accepter que la construction d’une carrière professionnelle passe d’abord par l’épreuve de la précarité, et ce en dépit d’une formation professionnalisante ayant ouvertement comme objectif de lutter contre le chômage des jeunes diplômés.

3C’est justement cet aspect paradoxal des formations que Claude Patriat (pp. 59-68) analyse avec une grande lucidité dans sa contribution, « La spécialité du général ». Revendiquant une articulation plus étroite des compétences pratiques acquises dans ces formations avec les connaissances assimilées dans les cursus généralistes, l’auteur s’inquiète de voir que les universités ne proposent, le plus souvent, qu’un « ravalement de façade » au lieu d’une offre véritablement construite, particulièrement dans le domaine de la culture. Car la formation aux métiers de la culture doit et ne peut que s’inscrire dans une éthique plus générale de l’action culturelle. À cet égard, le témoignage du directeur du Jardin de verre de Cholet, François Gabory, est spécifiquement intéressant. Il note : « Je suis confronté à des étudiants qui ne se cultivent pas ou peu, ne lisent pas et sont souvent éloignés de toutes préoccupations politiques. Ils se forment à être des techniciens de la culture en quête de compétences pratiques : “On veut du concret”, disent-ils. Certains sont rapidement dépassés par l’exigence “critique” » (p. 69). En soulignant ainsi les limites de ces formations spécialisées qui, contraintes par les statistiques de réussite aux diplômes, délivrent des parchemins de même intitulé, mais de valeur variable selon les individus. Dans « Du conservateur au médiateur. Les universités face aux transformations des métiers du patrimoine et des musées » (pp. 71-88), Daniel Jacobi dresse un constat sans concession de l’état actuel de musées saisis par la déferlante médiatrice grâce à laquelle on pense pouvoir ramener vers eux tous ceux qui, à un titre ou un autre, s’en étaient éloignés au motif du déphasage sociétal de la plupart de ces institutions. Mais, apparaît vite un clivage net sous cette vague communicationnelle entre les grands équipements d’État et les petits et moyens musées relevant de collectivités territoriales. Tandis que les premiers embauchent, aménagent, transforment et développent des services annexes très rentables, les seconds ne restent, pour leurs politiques locaux, que des gisements d’emplois réservés. Évidemment nous sommes là dans une totale contradiction. Le regretté Cécil Guitart (pp. 89-97) enfonce en quelque sorte le clou un peu plus profondément lorsqu’il évoque « Les enjeux culturels de la formation des bibliothécaires », car son analyse critique montre que dans le paysage actuel des activités culturelles qui voit l’information et les savoirs doubler tous les ans, s’il revient aux chercheurs de transformer ces informations en savoir et aux pédagogues de transformer ces savoirs en connaissances, il revient aux bibliothécaires de transformer ces connaissances en dynamique de culture puisque celle-ci ne cesse d’évoluer. Or, d’une part, la formation continue des bibliothécaires tend à privilégier des professionnels de catégorie B, souvent surdiplômés par rapport à leurs fonctions, au détriment des catégories A et C tout autant concernées par l’évolution de leur institution. D’autre part, la formation elle-même des étudiants ne donne pas une place suffisante à la documentation dans les dispositifs d’enseignement et de recherche. De ce double constat résulte que la vie des bibliothèques, stimulée par la demande sociale, éprouve toujours quelque peine à être en phase avec l’évolution du monde.

4Avec « La médiation scientifique » (pp. 99-105), Olivier Laügt aborde un autre aspect de la relation existant entre la société et la représentation des savoirs. La Science, avec un grand « S », joue dans nos sociétés un rôle d’argument d’autorité. Mais encore faut-il donner un accès aisé à cette autorité capable de traiter aussi bien les catastrophes de l’industrie chimique, les mensonges pharmaceutiques que les accidents écologiques. Et il faut là des instances susceptibles de vulgariser, dans le meilleur sens du terme, des phénomènes et des objets complexes ayant une incidence sociétale immédiate. Ce sont ces instances de médiation que préparent les masters universitaires, avec la difficulté de leur insertion dans un paysage académique encore trop marqué par l’opposition de l’esprit de géométrie et de l’esprit de finesse. Ainsi Olivier Laügt émet-il le souhait de réviser fortement les processus de formation en communication en proposant une ouverture plus franche à l’histoire des sciences et à ses annexes philosophiques. Dernier secteur envisagé dans le volume, celui du tourisme et de la formation des guides professionnels. C’est l’objet du texte d’Odette Balandraud (pp. 109-117) car la profession de guide-conférencier donne rapidement l’impression d’un métier éclaté du fait des objets que ses personnels doivent présenter. Il a fallu que les ministères du Tourisme, de la Culture et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche se réunissent pour procéder à des arbitrages donnant une plus grande clarté à la définition de ce métier à partir de 2012 et de l’application de leurs préconisations communes. Mais, en dépit de cette clarification, subsiste toujours la double question de l’affichage d’un diplôme plus ou moins théorique ou de compétences appliquées, et de la formation initiale ou permanente nécessaire à l’évolution d’une demande multiforme aux origines – privées ou institutionnelles – également opaques, étant la plupart du temps le fruit des circonstances.

5Il revient alors à Isabelle Mathieu, enseignante-chercheuse à l’université de Bourgogne et animatrice du site cortex-culturemploi.com, de dresser le bilan de ces différentes enquêtes et d’esquisser quelques pistes pour l’avenir sous l’intitulé « La culture sur le métier » (pp. 121-139). Et sa conclusion est teintée de pessimisme. Selon elle, la cause de l’éclatement des formations ne doit pas être recherchée du côté de l’adaptation réelle au marché de l’emploi, elle est plutôt l’effet pervers induit par une hyperspécialisation scientifique des enseignants-chercheurs qui, du même coup, laisse à la marge la prise en compte des besoins réels. En résulte que la culture se présente aujourd’hui comme un territoire démembré, reconnaissable à l’enchevêtrement des domaines scientifiques de référence (p. 134), à l’hétéroclitisme des intitulés de diplômes, à la surévaluation du besoin de techniques de communication, au déséquilibre patent entre les niveaux de formation, et à la sur-représentation des diplômes de niveau Bac + 5 (/20 ?)... Dès lors, la conclusion s’impose d’elle-même : il faut rapidement coordonner ces cursus disparates pour désigner une discipline de référence susceptible de fournir un réel centre de gravité à une organisation cohérente du dispositif de formation sur l’ensemble du territoire, faute de quoi on continuera d’assister à une regrettable dissémination de savoirs et de compétences sans réelle utilité pour la Culture.

6À la suite de ces contributions très éclairantes et bien informées, une cartographie des diplômes professionnels par région (pp. 141-159) contribue à donner un supplément de qualité et d’intérêt à ce volume courageux et très réussi que nombre de professionnels de la culture, d’universitaires, d’institutions et collectivités territoriales devraient lire attentivement et méditer afin d’essayer de sortir des embarras dans lesquels plonge le plus souvent la relation de la culture à la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Claude Patriat, Isabelle Mathieu, dirs, L’Université et les formations aux métiers de la culture. La diagonale du flou », Questions de communication, 24 | 2013, 289-291.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Claude Patriat, Isabelle Mathieu, dirs, L’Université et les formations aux métiers de la culture. La diagonale du flou », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8807

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87036
jacques-philippe.saint-gerand@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page