Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Otto B. Kraus, Le Mur de Lisa Pomnenka, suivi de Catherine Coquio, Le Leurre et l’espoir. De Theresienstadt au block des enfants de Birkenau

Paris, Éd. L’Arachnéen, 2013, 366 pages
Carine Trevisan
p. 285-287
Référence(s) :

Otto B. Kraus, Le Mur de Lisa Pomnenka, suivi de Catherine Coquio, Le Leurre et l’espoir. De Theresienstadt au block des enfants de Birkenau, Paris, Éd. L’Arachnéen, 2013, 366 pages

Texte intégral

1« La guerre que fit Adolf Hitler à la plupart des pays européens pour imposer “l’ordre nazi” […] fut également la première guerre de l’histoire consciemment livrée aux enfants » (Félix Tych, Archives clandestines du ghetto de Varsovie, Paris, Fayard/bdic, 2007, cité in : Catherine Coquio, Aurélia Kalisky, L’Enfant et le génocide, témoignages sur l’enfance pendant la Shoah, Paris, R. Laffont, 2007, p. 15). Co-auteure avec Aurélia Kalisky d’une monumentale anthologie publiée sous le titre L’Enfant et le génocide, témoignages sur l’enfance pendant la Shoah, Catherine Coquio commente ici, dans la continuité de l’intérêt qu’elle porte au sort faits aux enfants sous l’Allemagne nazie, un texte d’Otto B. Kraus : Le mur de Lisa Pomnenka. Le livre se situe entre le témoignage et la fiction. Il raconte la façon dont des enfants, destinés à la mort dans le camp de Birkenau, ont vécu quelques mois « à l’ombre » des crématoires presque comme si de rien n’était. Ces enfants ont développé une étonnante capacité à jouer, à rêver – « une autre liberté dont les SS ne pouvaient les priver était celle de rêver » (p. 117) –, une curiosité et un désir d’apprendre – « Ici le prisonnier n° 170 563, qui joue aux billes ou saute à la corde ou apprend les noms des jours de la semaine en allemand » (pp. 112) –, élans entretenus par des « éducateurs », eux-mêmes voués à être exterminés. Dans le « block des enfants » de Birkenau, les jeux, les spectacles de théâtre, les activités poétiques étaient autorisés, mais on y interdisait toute forme d’enseignement. Les enfants qui n’étaient pas orphelins pouvaient rejoindre, pendant la nuit, leurs mères dans un bloc voisin. Comme le note Catherine Coquio dans l’essai remarquablement documenté qui accompagne le texte, ce bloc des enfants avait l’aspect d’une sorte d’île ou de bateau en naufrage dont les passagers feignent d’ignorer ce qui les attend. Une feinte « entre le leurre et l’espoir », pour reprendre son expression.

2Le leurre apparaît très vite comme celui qui est imposé par les nazis. Le bloc des enfants de Birkenau a été conçu, dans l’attente d’une visite de la Croix-Rouge, comme le prolongement du ghetto-vitrine de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie. L’histoire est connue, on en a fait un film de propagande, tourné en 1944, sous le titre Le Führer offre une ville aux Juifs (Kurt Gerron). Le ghetto de Terezin – où étaient entassées 50 000 personnes – fut embelli fin 1943, les déportés les moins « présentables » furent soustraits aux regards. On fit ouvrir un jardin d’enfants, jouer un opéra d’enfants, genre qu’appréciaient particulièrement les nazis, comme le note Catherine Coquio. Des extraits de ce film ont été magnifiquement commentés par l’écrivain Winfried G. Sebald dans Austerlitz (trad. de l’allemand par Patrick Charbonneau, Paris, Gallimard, 2006 [2001]), où il cherche à retrouver le visage de sa mère, déportée dans ce ghetto.

3À Birkenau, il semble que l’espoir prévale sur le leurre. Lisa Pomnenka, qui donne son titre au livre, est une jeune femme juive qui, en échange de portraits de tsiganes et d’arbres généalogiques que lui commande Josef Mengele (« médecin » du camp, qui pratique, on le sait, la vivisection sur les corps humains) obtient les matériaux nécessaires pour peindre un mur du bloc des enfants. Un mur où elle tente de faire exister ce que les enfants n’ont jamais vu : des arbres, des chats, des vaches, des poules, des oiseaux, des fleurs. « Je peindrai, dit Lisa, tout ce qui nous manque ici » (p. 76). Auprès de ce mur, est créée une « bibliothèque ambulante ». Les adultes s’occupant des enfants tentent de se remémorer les livres qu’ils ont lus, qu’ils leur racontent – on songe ici à Farenheit 451 (Ray Bradbury, trad. de l’américain par Henri Robillot, Paris, Denoël, 1955 [1953]) où la question se pose de savoir que faire quand il n’y a plus de livres, chacun explorant sa mémoire des livres lus. Un extraordinaire art de la pénurie s’invente, développé par les adultes, encouragé par les enfants.

4Les pages sans doute les plus bouleversantes de l’ouvrage sont celles du récit de la célébration de Pessah, fête juive commémorant la sortie d’Egypte, le passage, pour les Juifs, de l’esclavage à la liberté. Pour cette célébration, les gâteaux sont faits de confiture de betteraves. Le thé fait office de vin. Les enfants détenus chantent l’Ode à la joie de Beethoven : « À ce moment précis, ils avaient vaincu les Allemands » (p. 95). L’île de Birkenau devient « l’île de Robinson » : la preuve d’une extraordinaire capacité de résistance. La vitalité étonnante des enfants semble alimenter celle des adultes chargés de s’occuper d’eux : ils préparent une révolte, ils gardent la capacité d’être amoureux et désirants.

5Reste que les enfants ne sont pas dupes. Ils savent qu’ils vont mourir et que tout le monde fait « comme si… », sur le modèle, peut-être, d’Alice au Pays des merveilles : « let’s pretend… » Certains enfants font « comme si… », mais d’autres renoncent à l’illusion : ainsi le petit Adam qui, pour survivre, devient Piepel (objet sexuel du kapo) tout en écrivant des poèmes fait-il songer à ceux qu’évoque Jean Cayrol dans « les rêves concentrationnaires » (Les Temps modernes, 36, sept. 1946, pp. 520-535), des rêves de couleur : « Un monde vert/Avec une porte verte/et un oiseau au plumage vert » (p. 82). À la fin d’un conte triste, la petite fille note-t-elle : « Ils n’étaient pas pauvres. Ils pouvaient marchander leur pain et leurs lentilles » (p. 109). La première prière juive que ces enfants entendent est celle du kaddish, la prière pour le mort…

6Dans l’essai qui accompagne ce texte, Le leurre et l’espoir. De Theresienstadt au block des enfants de Birkenau, Catherine Coquio fait une histoire très précise de ce livre paru à Prague en 1993 sous le titre Mon frère en fumée, puis en Israël, en 1995, sous le titre The Painted Wall. L’auteur, jeune homme juif tchèque a vécu de décembre 1943 à juillet 1944 dans le bloc des enfants de Birkenau, où il était chargé de les encadrer. Le camp, et en particulier ce bloc, était contrôlé par Josef Mengele avec l’approbation d’Adolf Eichmann. Les enfants ont été « liquidés » six mois après leur arrivée, en juillet 1944. Otto B. Kraus écrit un journal fictif, sous le couvert d’Alex Ehren, exécuté lors d’une marche de la mort.

7Catherine Coquio, et c’est là l’un des aspects les plus intéressants de l’essai, montre combien le texte d’Otto B. Kraus est important parce qu’il touche non seulement le sort des enfants au xxe siècle, mais « la mémoire plombée du génocide » (p. 232) dans les « démocraties populaires » (ibid.) sous l’égide du communisme soviétique. En 1959, sur l’un des murs d’une synagogue de Prague furent gravés les noms de 77 297 juifs tchèques assassinés. En 1968, après l’invasion soviétique, ces noms furent effacés…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine Trevisan, « Otto B. Kraus, Le Mur de Lisa Pomnenka, suivi de Catherine Coquio, Le Leurre et l’espoir. De Theresienstadt au block des enfants de Birkenau », Questions de communication, 24 | 2013, 285-287.

Référence électronique

Carine Trevisan, « Otto B. Kraus, Le Mur de Lisa Pomnenka, suivi de Catherine Coquio, Le Leurre et l’espoir. De Theresienstadt au block des enfants de Birkenau », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8801

Haut de page

Auteur

Carine Trevisan

CERILAC, université Paris Diderot-Paris 7
carine.trevisan@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page