Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

François Farcy, Jean-François Gayraud, Le renseignement criminel

Paris, CNRS Éd.,  coll. Arès, 2011, 132 pages
Gérald Arboit
p. 280-282
Référence(s) :

François Farcy, Jean-François Gayraud, Le renseignement criminel, Paris, CNRS Éd.,  coll. Arès, 2011, 132 pages

Texte intégral

1Il est des livres comme des régimes qualifiables d’« Ancien régime ». Celui de François Farcy et Jean-François Gayraud appartient à cette catégorie tant on comprend qu’il est spécialement écrit pour nourrir le corpus scientifique de la contestée 75e section du Conseil national des universités de « criminologie », créée le 13 février et supprimée le 6 août 2012. L’entreprise de légitimation est doublement signée : une publication dans la collection dirigée par Xavier Raufer et une préface rédigée par Alain Bauer (pp. 9-11). Ce dernier y vante ce « nouveau paradigme » (p. 10) que serait le renseignement, d’un point de vue analytique autant qu’opérationnel, pour la police. Depuis les séminaires de l’amiral Pierre Lacoste, au milieu des années 90, et notamment les constats de Jean-Marc Berlière (Le renseignement à la française, Paris, Éd. Economica, 1998, pp. 9-27, ici pp. 13-20), il est admis que la police, comme les douanes, participent du renseignement de sécurité et font preuve, autant que faire se peut, d’anticipation et de pro-activité.

2Cela dit, le cours ouvrage des deux commissaires belge (François Farcy) et français (Jean-François Gayraud) se décline comme une dissertation d’étudiants… en « criminologie ». Après une longue introduction (pp. 13-24) destinée à présenter l’« approche géopolitique et globale des études criminelles » chère à Alain Bauer et Xavier Raufer (et Yves Roucaute, « Une vocation nouvelle pour la criminologie », Sécurité globale, 5, automne 2008, pp. 89-93, ici p. 91), s’enchaînent deux chapitres déséquilibrés, présentant le renseignement et son acception criminelle – « Qu’est-ce que le renseignement criminel et à quoi sert-il ? » (pp. 25-64) – et expliquant comment en faire – « Comment fait-on du renseignement criminel » (pp. 65-93). Logiquement, une courte conclusion – « Contre la résilience criminelle, la profondeur du renseignement d’intérêt criminel » (pp. 95-96) – rappelant que le « renseignement inscrit l’activité policière dans le qualitatif et le moyen terme (“l’efficacité”), non dans le quantitatif et le court terme » (p. 95) vient clore la démonstration et ouvre sur une suite de quatre annexes présentant l’état actuel du renseignement criminel dans le monde anglo-saxon (pp. 99-102), en France (pp. 103-109), en Belgique (pp. 111-125) et un cas pratique tiré de l’actualité des subprimes (pp. 127-128).

3L’objectif affirmé du livre est de « proposer un nouvel outil » (p. 23) aux décideurs politiques et administratifs, à savoir le « renseignement criminel, une notion encore balbutiante » (p. 21). Pour l’atteindre, les auteurs mobilisent les expériences anglo-saxonnes de community policing (« police de proximité ») et d’intelligence led policing (« fonction policière guidée par l’information »), remontant aux années 70-80, mais surtout de l’expérience belge, élaborée empiriquement suite aux différentes affaires judiciaro-médiatiques (commandant François, 1980 ; Rebelle, 1992-1996 ; Dutroux, 1996-1998 ; Brabant Wallon, 1997) et une adaptation à l’environnement international (trafic de drogue, crimes organisés turc et kurde, terrorisme) (pp. 79-93). Toutefois, cette polyvalence des menaces intérieures, dont les premiers signes apparaissent en Europe dès la fin des années 60, constitue pour les auteurs « la globalisation la plus aboutie depuis la fin de la guerre froide » (p. 19). Selon eux, « la prise de conscience de l’importance du “réel criminel” dans nos société est si lente » que la transnationalisation du crime est devenu un phénomène « massif […], enraciné territorialement […], organisé […], résilient […], destructeur […], ou encore hybride […], corrupteur » (p. 20). Chose que le crime a toujours été, comme le montre la société européenne de l’entre-deux-guerres où les criminels, jamais réellement solitaires si l’on compte les réseaux de soutien qu’ils utilisaient, se jouaient déjà des frontières. Le même postulat de nouveauté conféré au renseignement criminel (pp. 18-21) apparaît aux yeux des recherches récentes comme largement anhistorique (Frédéric Lemieux, Normes et pratiques en matière de renseignement criminel : une comparaison internationale, Québec, Presses de l’université Laval, 2006 ; pour une mise en perspective historique, Hélène L’Heuillet, Basse politique, haute police. Une approche historique et philosophique de la police, Paris, Fayard, 2001 ; Jean-Marie Berlière, « Police et renseignement », pp. 9-27, in : Pierre Amiral, Pierre Lacoste, dirs, Le Renseignement à la française, Paris, Economica, 1998 ; Gérald Arboit, Des services secrets pour la France, Paris, cnrs Éd.  2014). Mais, les auteurs tiennent trop à provoquer un « choc culturel » (p. 23) pour s’en soucier. Ils cherchent – et l’on ne les en blâme pas – à extirper « le concept même de “renseignement” […] du monde du secret (des “services secrets/spéciaux”) afin de pouvoir devenir un principe de management » (p. 23). Or, définir le renseignement est toujours difficile, surtout si on doit le rendre intelligible au grand public – ce à quoi, d’évidence, le livre ne s’attèle pas –, et les auteurs recourent à un habillage souvent habile, comme celui contestant la définition totalisante de Carl von Clausewitz – puisée dans l’Espion d’Alain Dewerpe (Paris, Gallimard, 1994) plutôt que dans le texte original où le penseur prussien se montre plus péjoratif à l’égard du renseignement – pour en arriver à paraphraser Simone de Beauvoir : « On ne “naît” pas renseignement, on le devient » (p. 27). Soit ! Lorsqu’ils se contentent de cerner cet objet spécifique, les deux policiers lui apportent pourtant une lecture intelligente. Le secret en est réduit à sa dimension résultante plutôt qu’à « une donnée a priori » (p. 28), tandis que le renseignement est présenté comme un cycle – recherche (pp. 42-50), analyse (pp. 50-57), diffusion stratégique aux décideurs politiques et tactique aux services de police (p. 59) – et non comme une rareté de l’information ou d’une émotion de l’opinion publique (pp. 29-30). De cette « notion si abstraite de “renseignement” » (p. 35), les auteurs tirent une « conception étroite, le renseignement criminel [qui] répond strictement à l’objet de police judiciaire » (p. 37). Cette construction du renseignement de sécurité, ainsi qu’on le qualifie généralement, semble prendre modèle sur le « Renseignement d’intérêt militaire » élaboré au milieu des années 90 en France afin d’élargir le strict concept militaire, c’est-à-dire de champ de bataille, pour en faire un outil de décision politico-militaire convenant mieux au nouveau concept opérationnel post-Guerre froide. De ce point de vue, la nouveauté paradigmatique contenue dans l’ouvrage apparaît plus intelligible, tant « les services de police ont par tradition une habitude à s’orienter eux-mêmes » (p. 52). Or, en matière de renseignement, l’orientation, c’est-à-dire l’action consistant à indiquer aux différents services de recherche les informations à rapporter, les lieux où les trouver et les conditions dans lesquelles ils peuvent agir, est une étape fondamentale. Pour les auteurs, cette tradition policière serait le « trait commun et banal à la sous-culture policière », tant « il est sain en démocratie que les choix fondamentaux de politique anticriminelle relèvent explicitement du pouvoir politique et non subrepticement de l’administration » (p. 52). En démocratie, ces choix ne s’expriment-ils pas par la loi, qui constitue une orientation importante ?

4Les auteurs connaissent trop le fonctionnement de la police pour croire réellement ce qu’ils écrivent, conscients que « l’information existe mais la bureaucratie ignore qu’elle sait » (p. 59). Aussi se demandent-ils si ce nouveau paradigme ne serait autre chose qu’un « réflexe professionnel à généraliser ? ». Le livre dérive alors du concept prétendument novateur du renseignement vers d’autres questions, celle du « management et de l’organisation administrative » (p. 59) d’abord, celle de la politique anticriminelle ensuite. Dans un cas, ils plaident pour une meilleur « implication sur les modes de fonctionnement (gestion, management) et de ce fait sur la “culture” des services » (p. 102). Dans l’autre, ils se demandent « qui […] souhaite savoir réellement la totalité de la vérité ? Le public peut-être, les autorités publiques, plus épisodiquement » (p. 64). À cet aveuglement plus ou moins voulu des décideurs s’ajoutent « des obstacles financiers » (p. 72). Les auteurs semblent ne pas vouloir comprendre que le principal problème est la nécessité du partage de l’information au-delà des logiques de service, occasionnant ce qu’ils nomment justement des « guerres des polices » (p. 83). La grande leçon du 11 septembre 2001, dont ils usent et abusent comme exemple, est justement cette difficulté à reconnaître l’information utile et à bien la faire remonter vers ceux qui en ont réellement besoin.

5Puis, ressortent les clivages entre « cousins », ces « services intérieurs et extérieurs, civils et militaires » (p. 69) qui se complairaient encore trop dans « leurs domaines habituels (espionnages et terrorisme) » (p. 69) pour se soucier de la criminalité transnationale, alors qu’elle est devenue leur priorité depuis les années 80 au moins. Mais il est vrai que la vision du renseignement, au niveau de « l’ilotier ou agent de quartier, figure centrale d’une police de renseignement » (p. 71), dont la finalité reste l’arrestation, peut sembler incompatible avec une finalité tout autre, résidant dans l’identification des réseaux et la pénétration des filières pour les démanteler. Et pas nécessairement les juger ! Cette incompréhension se trouve contenue dans l’expression « cadre légal » (p. 75), que les auteurs envisagent en réalité comme un cadre juridique (pp. 75-77) permettant aux forces de sécurité d’intervenir sur le territoire national alors que la finalité du renseignement extérieur est uniquement le décideur politique ou militaire.

6Pourtant écrit par deux spécialistes du genre, de ce plaidoyer en faveur du « renseignement criminel », il ressort un texte mal ciblé. Il est trop partiel pour les spécialistes du renseignement, quel que soit leur genre, et trop spécialisé pour un grand public largement ignorant des subtilités du genre. D’autant que, ça et là, apparaissent des allusions au débat public des années Nicolas Sarkozy, comme le « décèlement précoce », un autre concept sorti de la boîte à outil de la « criminologie » signalé comme venant de Xavier Rauffer (p. 53, note 17). En réalité, comme beaucoup de livre du même genre, il reste un livre daté, difficilement utilisable pour le chercheur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Arboit, « François Farcy, Jean-François Gayraud, Le renseignement criminel », Questions de communication, 24 | 2013, 280-282.

Référence électronique

Gérald Arboit, « François Farcy, Jean-François Gayraud, Le renseignement criminel », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8796

Haut de page

Auteur

Gérald Arboit

CRULH, université de Lorraine, F-54000
gerald.arboit@aliceadsl.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page