Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Aurélie Dudezert, La connaissance dans les entreprises

Paris, Éd. La Découverte, coll. Repères, 2013, 128 pages
Alexandre Eyries
p. 278-280
Référence(s) :

Aurélie Dudezert, La connaissance dans les entreprises, Paris, Éd. La Découverte, coll. Repères, 2013, 128 pages

Texte intégral

1Le livre d’Aurélie Dudezert, maître de conférences habilitée à diriger les recherches en sciences de gestion à l’École centrale de Paris et responsable de l’équipe de recherche epocc (Équipe de recherche en économie et gestion sur les politiques de croissances fondées sur la connaissance) – lève le voile sur un aspect peu connu mais pourtant d’une importance capitale dans la vie d’une organisation (qu’il s’agisse d’une administration ou d’une institution) : la gestion des connaissances sous toutes leurs formes, connaissances qui excèdent d’ailleurs largement les frontières du droit de la propriété intellectuelle et industrielle. Dans le monde économique actuel, la création de valeur découle en majeure partie de l’exploitation de la connaissance de l’entreprise et non plus, comme autrefois, de l’exploitation et de la transformation de ressources naturelles. Dans cet environnement hyperconcurrentiel, les connaissances de l’entreprise (produites, transmises ou capitalisées par elle) sont une ressource capitale à protéger pour conquérir un net avantage sur les concurrents directs du même secteur de marché.

2Cependant, la connaissance n’est pas une ressource tout à fait comme les autres. L’un des mérites de l’ouvrage d’Aurélie Dudezert est de donner des clés de compréhension des modalités managériales émergentes spécifiques à la gestion de la connaissance, les nouveaux enjeux induits par celle-ci ainsi que les nouvelles formes d’entreprise et d’action collective qui sont esquissées. Le livre structuré en trois chapitres – respectivement intitulés « La connaissance organisationnelle : gérer l’ingérable » (pp. 9-38), « Le système de gestion des connaissances comme mode de gestion “classique” de la connaissance » (pp. 39-68) et « Réinventer l’organisation : le modèle de l’entreprise centrée connaissance » (pp. 69-98) – présente de manière synthétique et rigoureuse les évolutions de la gestion des connaissances, les resitue dans l’histoire des approches et des pratiques du management et tente d’en évaluer les conséquences sur le plan socioéconomique.

3Dans l’introduction (pp. 3-8), l’auteure rappelle que le monde est entré, depuis la fin des années 90, dans une économie dite de la connaissance qui se caractérise par le fait que la part des emplois intensifs de ce secteur s’est considérablement accrue, le poids économique des secteurs d’information est devenu déterminant et la part du capital intangible a dépassé celle du capital tangible. Dans cette économie contemporaine, « la connaissance est un actif déterminant sur le marché concurrentiel et une ressource clef pour les entreprises » (p. 3). D’abord, la production de connaissances devient un enjeu pour construire une nouvelle politique industrielle capable de lutter contre la désindustrialisation touchant de nombreux pays dans le monde (notamment occidentaux). C’est ainsi que, selon la chercheuse, « les organisations traditionnellement créatrices de connaissances comme les centres de recherche, les universités, les établissements d’enseignement supérieur deviennent les acteurs clefs de cette transformation industrielle. Elles sont invitées non seulement à confirmer et accroître leur niveau de production de connaissances, mais également à travailler leur transférabilité vers le monde économique » (pp. 3-4). Cela conduit naturellement les entreprises à prendre progressivement conscience de l’évolution économique notable faisant de la connaissance une ressource cruciale pour assurer la compétitivité de l’entreprise sur les plans national et international ainsi que pour garantir la qualité constante des services qu’elle offre à ses clients. « Dans tous ses domaines de compétence (recherche et développement ou r&d, production, marketing, comptabilité, finance, etc.), [les compétences de l’entreprise] deviennent une ressource à gérer au même titre qu’un parc de machines ou que les compétences des salariés » (p. 4). Pour faire face à ce nouvel enjeu, les entreprises sont confrontées à la recherche de démarches spécifiques de gestion des connaissances, que l’on désigne le plus souvent sous le nom de knowledge management. La connaissance n’étant pas une ressource classique, elle entraîne de profonds bouleversements dans les logiques organisationnelles plus traditionnelles.

4Dans le premier chapitre (pp. 9-21), l’auteure tente de définir au plus près ce qu’est la connaissance organisationnelle qui est, pour certains, « une information à valeur ajoutée (par exemple un document scientifique ou technique) ; pour d’autres […] un savoir-faire, un tour de main propre à l’individu et difficilement explicitable ; pour d’autres, enfin, […] une pratique de travail développée par un individu dans un poste donné » (p. 10). Si l’on considère différents travaux de référence, la connaissance serait d’abord un objet à situer par rapport aux données et aux informations. Pour d’autres chercheurs (Dzinkowski, « The Measurement and Management of Intellectual Capital : An Introduction », Management Accounting, vol. 78, 2000, pp. 32-26), elle serait un stock ou un patrimoine apparenté à des actifs de l’entreprise. A contrario, certains (Schubert et al., « A Global Knowledge Medium as a Virtual Community : The Netacademy Concept », pp. 618-620, in : Ellen D., Hoadley, Izak Benbasat, dirs, Proceedings of the Fourth Americas Conference on Information Systems, Baltimore, Association for Information Systems, 1998) y voient une condition d’accès à l’information et un processus permettant de savoir pour agir. D’autres (Jean-Marc Charlot, Agnès Lancini, « De la connaissance aux systèmes d'information supports », pp. 139-159, in : Frantz Rowe, dir., Faire de la recherche en systèmes d'information, Paris, Vuibert, 2002) font de la connaissance des individus un ressort de la productivité et de la compétitivité de l’entreprise. Des études (Chris Argyris, Donald Schön, Organizational Learning. A Theory of Action Perspective, Reading, Addison-Wesley, 1978) ont considéré la connaissance comme un processus organisationnel spécifique liant l’individu à l’organisation. Une perspective interactionniste (Ikujiro Nonaka, Hirotaka Takeuchi, The Knowledge-Creating Company, New York, Oxford University Press, 1995) perçoit la connaissance comme le produit d’une interaction entre l’individu et l’organisation. Pour synthétiser ces différentes définitions, on considèrera que la connaissance est transmise entre individus ou de l’individu à l’organisation via l’information (soit gestuelle, soit orale, soit écrite). Dans le second chapitre de l’ouvrage (pp. 21-29), Aurélie Dudezert précise que, en matière de gestion des connaissances, les entreprises font souvent preuve d’un incroyable opportunisme managérial : « L’idée qui prévaut aujourd’hui est qu’il n’y a pas une “boîte à outils” de la gestion des connaissances qui permettrait de piloter la connaissance de manière optimale dans n’importe quelle organisation, mais qu’au contraire à chaque organisation correspond un mode de gestion des connaissances particulier » (p. 47). La gestion des connaissances étant une procédure de gestion très spécifique, elle demande à chaque entreprise une grande souplesse managériale et une grande capacité d’adaptation. Dans le troisième chapitre (pp. 30-38), l’auteure explique que les entreprises faisant le pari de centrer leurs activités autour de la connaissance sont obligées de réinventer de nouvelles modalités organisationnelles : « Le concept de l’entreprise centrée connaissance (knowledge-centric enterprise), aussi appelé organisation 2.0 s’est développé, […] inspiré d’analyses théoriques de l’évolution de la gestion des connaissances et des organisations, mais aussi d’analyses de choix stratégiques et structurels de certaines entreprises » (p. 69). Ensuite, l’auteur prend l’exemple de la société Google qui, par son positionnement professionnel, valorise la connaissance de ses salariés qui sont tous, sans exception, considérés comme détenteurs de connaissances inestimables pour l’entreprise. Cela renforce encore la légende qui veut que, « chez Google, l’efficacité de l’entreprise repose sur l’ambition, la créativité, la liberté, le bien-être des salariés, la satisfaction du client et l’éthique » (p. 78). Ce sentiment d’appartenance est encouragé et recherché par les recruteurs de la société américaine qui vérifient scrupuleusement que leurs futurs salariés seront en totale adéquation avec le mythe et la culture Google.

5Dans la conclusion de l’ouvrage (pp. 99-108), Aurélie Dudezert insiste sur le fait que l’émergence de la ressource connaissance dans les organisations – ressource qui n’est pas un phénomène naturel, mais un construit social – remet au cœur de l’organisation la question de l’action collective et la dimension sociale de la technologie. C’est là l’apport considérable de ce livre qui intéressera tous ceux (étudiants, futurs salariés, managers, chercheurs, etc.) qui s’intéressent de près aux mutations organisationnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Aurélie Dudezert, La connaissance dans les entreprises », Questions de communication, 24 | 2013, 278-280.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Aurélie Dudezert, La connaissance dans les entreprises », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8794

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

I3M, université Nice Sophia Antipolis, F-06200
alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page