Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Landry Charrier, Karine Rance, Friederike Spitzl-Dupic, éds, Circulations et réseaux transnationaux en Europe (xviiie-xxe siècles). Acteurs, pratiques, modèles

Berne, P. Lang, coll. Convergences, 2013, 228 pages
Gérald Arboit
p. 273-274
Référence(s) :

Landry Charrier, Karine Rance, Friederike Spitzl-Dupic, éds, Circulations et réseaux transnationaux en Europe (xviiie-xxe siècles). Acteurs, pratiques, modèles, Berne, P. Lang, coll. Convergences, 2013, 228 pages

Texte intégral

1L’ouvrage collectif est le résultat de deux journées d’étude organisées en 2010 à la Maison des sciences de l’homme de Clermont-Ferrand et cherchant à « poser les jalons d’une perspective qui transcenderait le cadre national, tout en l’investissant lorsqu’il s’avère pertinent » (p. X). Pour cela, trois thèmes ont été retenus : migrations – « Circulation des acteurs » (pp. 1-68) –, « Circulation des modèles politiques » (pp. 71-142) et « Circulation des idées culturelles » (pp. 143-216). Cette « réflexion sur la transnationalisation des idées, modèles et pratiques politiques en Europe » (p. 45) dans le cadre chronologique des époques moderne et contemporaine se compose de quinze études se jouant des échelles micro et macro-historiques entre des exemples locaux (Trieste, Clermont-Ferrand, Bruxelles, Anvers), nationaux – malgré tout – (Espagne, Saxe, Suisse, Norvège) et globaux (suffragistes, hybridation et constitutionnalisme). Aucune référence n’est faite à la « République des Lettres » – qui se situe pourtant au début de l’époque moderne. À la Renaissance, elle constituait une « communauté imaginée » (autour du latin et de valeurs partagées), selon les critères du transnationalisme définis par Steven Vertovec (« Conceiving and Researching Transnationalism », Ethnic and Racial Studies, 22, 2, 1999, pp. 447-462, ici p. 494), maître à penser des éditeurs de l’ouvrage. Tout juste l’étude de Friederike Spitzl-Dupic – « La transnationalisation du concept de génie de la langue et ses traits en pays germanophones » (pp. 157-171) – en montre-t-elle la fragmentation à travers l’exemple de la transformation du « génie de la langue », cher à l’Académie française, par le concept national dans une Europe prérévolutionnaire pour constituer un espace germanophone se nourrissant d’un imaginaire social. Francesca Zantedeschi – « L’invention d’un espace transnational : l’idée latine dans la renaissance littéraire en langue d’oc 1860-1880 » (pp. 173-185) – et Hendrikje Hartung – « “Accordez au Norvégien le droit de parler le norvégien et pas le danois ou le suédois”. Quelques réflexions sur l’idée et l’évolution de la langue nationale dans la Norvège du xixe siècle » (pp. 187-200) – ne procèdent pas différemment en présentant qui l’affirmation centripète de la latinité dans la Provence et le Languedoc d’après 1870, qui l’antagonisme linguistique autour duquel se bâtit la Norvège pendant tout le xixe siècle.

2De fait, le cadre épistémologique de l’ouvrage traite plus largement de la nation, tandis que la chronologie se trouve contrainte par la Révolution française (53 % des études), la Restauration [française s’entend] (27 %), les années 1860-1890 (13 %) et la Première Guerre mondiale (27 %), soit 1763-1932 en Europe. Friedemann Pestel – « Les monarchiens – acteurs français et européens. Aspects transnationaux de l’émigration française après 1789 » (pp. 31-44) – et Amandine Fauchon – « Les réseaux maçonniques d’un émigré français à Trieste. Analyse des processus de transnationalisation des pratiques de la franc-maçonnerie sur les rives de l’Adriatique » (pp. 45-56) – évoquent les émigrés français partis se réfugier dans une Europe encore d’Ancien régime où le français était encore la lingua franca. Quant à Dorit Kluge – « Une œuvre d’art comme bien économique ? La politique artistique, les arts et la critique d’art en Saxe dans la deuxième moitié du xviiie siècle » (pp. 145-155) –, Antoine Renglet – « Transnationaliser l’ordre révolutionnaire ? Les fêtes républicaines à Bruxelles et Anvers en l’an iii » (pp. 71-88) – et Jean-Philippe Luis – « Le premier constitutionalisme espagnol et la circulation des modèles politiques dans l’Europe du début du xixe siècle » (pp. 89-101) –, ils montrent comment s’opère le transfert culturel dans des espaces conquis aussi bien par un « ailleurs » économique, la France des Lumières, que par les armées françaises de la Révolution et de l’Empire, qu’il s’agisse de la Saxe d’après 1763, de la Belgique de l’An iii (1794-1795) ou de l’Espagne de 1808-1812. Delphine Diaz, avec « Les sociabilités politiques des réfugiés libéraux dans la France des monarchies censitaires : des pratiques aux dimensions transnationales ? » (pp. 3-16), et Karine Rance, avec « Les réfugiés politiques à Clermont-Ferrand au xixe siècle : une communauté transnationale ? » (pp. 17 29), montrent deux dimensions de l’immigration libérale fuyant la répression contre-révolutionnaire d’Espagne (1823) et de Pologne (1830), l’une au niveau du banquet « républicain » qui permettrait une sociabilité transnationale, l’autre au niveau des regroupements par nationaux au sein d’espaces publics clivés par la réalité économique des villes de province où étaient exilés les réfugiés.

3Les mutations politiques et économiques du second xixe siècle autour du suffragisme – Malcolm Crook, « L’avènement du suffrage féminin dans une perspective globale (1890-1914) » (pp. 57-68) –, du naturisme nourrissant la social-démocratie (Anne Desffarges, « Naturalisme et social-démocratie : chassés-croisés entre littérature française et politique allemande à la fin du xixe siècle », pp. 103-116), de l’hybridation des pratiques politiques, c’est-à-dire adaptation de modèles importés autant qu’acculturation réciproque (Christina Reimann, « L’hybridation des pratiques politiques européennes », pp. 117-130), sont mieux perçues dans une véritable dimension transnationale. Les circulations entre le centre et les marges apparaissent, toujours, de manière non linéaire à travers le monde occidental (en raison de l’expansion coloniale) ; elles peuvent aussi apparaître à travers des espaces plus restreints, comme dans les bordures frontalières (France-Allemagne, France-Belgique). Entre ces deux dimensions, s’insère l’Europe, autant comme « concept » que comme « idée », « c’est-à-dire [passant] de l’état de produit de la démarche cognitive, d’acquisition de l’intellect, à celui de la valeur, du statut de notion à celui d’aspiration et de volonté » (p. 216). Pourtant, elle n’est perçue que comme le même biais du même rapport bilatéral que celui des autres études. Landry Charrier – « Le modèle suisse et l’Europe à (re)construire au cours du “premier âge d’or de l’engagement européen” » (pp. 131-141) – et Jean-Daniel Olivieri – « L’européisme de la revue Il Baretti (1924-1928) » (pp. 201-216) présentent chacun un européisme de convenance, motivé par un idéal postnational, tant en Suisse, au moment du « “premier âge d’or de l’engagement européen” (1916-1932) » (p. 131), qu’en Italie à l’époque de la lutte contre le fascisme (1924-1928).

4On regrettera que le journalisme n’ait pas figuré au catalogue des intervenants. Pourtant, « les journalistes sont au cœur des réseaux de soutien aux réfugiés » (p. 24) à l’époque de la Restauration (pp. 24-28). Ils deviennent même des acteurs sociaux amplement transnationaux au cours des époques suivantes figurant au sommaire de l’ouvrage. Peut-être cela tient-il à une faiblesse conceptuelle initiale de la définition du « transnationalisme » et de la « transnationalisation » ? Les éditeurs se focalisent moins sur la notion d’échelle que sur celle « de [la] circulation et [de] l’échange » (p. ix). Ils privilégient « le comparatisme, l’étude des transferts culturels, l’histoire croisée, l’histoire connectée » (p. ix) et font reposer leur mise en avant des « circulations et réseaux transnationaux en Europe (xviiie-xxe siècles) », de ses « acteurs, pratiques, modèles » sur « des études de cas » qui, contrairement à leur sentiment, ne « surévalu[ent pas] la dimension transnationale » (p. ix). Au contraire, il apparaît que la transnationalisation est prise dans les seuls sens d’acculturation, plutôt que comme communauté (d’origine, de culture, d’idée, de travail…), et d’espaces publics clivés. Loin du concept de multiperspectivité, cher au Conseil de l’Europe (Robert Stradling, La multiperspectivité dans l’enseignement de l’histoire : manuel pour les enseignants, Strasbourg, Conseil de l’Europe/Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est, 2001), dépassant même la conception anglo-saxonne du transnationalism (globalisation et migration) qu’ils prennent pour modèle, les éditeurs livrent une série d’études de cas inégales sur le fond.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Arboit, « Landry Charrier, Karine Rance, Friederike Spitzl-Dupic, éds, Circulations et réseaux transnationaux en Europe (xviiie-xxe siècles). Acteurs, pratiques, modèles », Questions de communication, 24 | 2013, 273-274.

Référence électronique

Gérald Arboit, « Landry Charrier, Karine Rance, Friederike Spitzl-Dupic, éds, Circulations et réseaux transnationaux en Europe (xviiie-xxe siècles). Acteurs, pratiques, modèles », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8786

Haut de page

Auteur

Gérald Arboit

CRULH, université de Lorraine, F-54000
gerald.arboit@aliceadsl.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page