Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Isabelle Bardiès-Fronty, Ann-Elizabeth Dunn-Vaturi, éds, Art du jeu, jeu dans l’art : de Babylone à l’Occident médiéval

Paris, Éd. La Réunion des musées nationaux, 2012, 160 pages
Boris Solinski
p. 269-271
Référence(s) :

Isabelle Bardiès-Fronty, Ann-Elizabeth Dunn-Vaturi, éds, Art du jeu, jeu dans l’art : de Babylone à l’Occident médiéval, Paris, Éd. La Réunion des musées nationaux, 2012, 160 pages

Texte intégral

1Du 28 novembre 2012 au 4 mars 2013 s’est tenue dans le cadre prestigieux du frigidarium des thermes de Lutèce, au musée de Cluny, l’exposition Art du jeu, jeu dans l’art : de Babylone à l’Occident médiéval. Son catalogue éponyme en constitue simultanément le complément et le reflet. Complément au sens où un éclairage sur certains sous-entendus de l’exposition sont appréciables ; reflet parce que l’on retrouve logiquement dans le catalogue les limites et les partis pris de l’exposition qui l’inspire. Ainsi, dans le catalogue, et à l’instar de l’exposition qui fait le grand écart entre l’objet et sa symbolique (l’amour, l’art divinatoire, le champ de bataille ou les jeux de hasard…), l’organisation de la matière hésite-t-elle entre des chapitres non corrélés aux registres différents : « Jouer par terre » (p. 20), « Le senet » (p. 46), « L’archéologie du jeu » (p. 100), « Le jeu de cartes » (p. 84), « Un jeu sérieux » (p. 126), « Le refus du hasard » (p. 140)… Les auteurs catégorisent une pratique, un objet, un terrain disciplinaire, un ensemble ludique, une attitude ou encore une symbolique en les plaçant à un même niveau d’analyse. Il en ressort l’impression confuse d’un inventaire à la Prévert, sans fil conducteur.

2On retrouve de nombreux éléments issus de catalogues, de collections ou d’expositions antérieures qui, curieusement, semblent restreindre le champ archéologique du jeu à quelques objets phares : le jeu royal d’Ur, un jeu du serpent avec un « œil » en son centre, un jeu des 58 trous en forme d’hippopotame ou surmonté d’un palmier (sur l’affiche de l’exposition) et des vases antiques, déjà croisés dans l’exposition Jouer dans l’antiquité qui s’est tenue au musée d’archéologie méditerranéenne de Marseille du 22 novembre 1991 au 16 février 1992 ; un plateau de jeu de senet en pierre et un autre, iranien, issus des collections du Musée suisse du jeu (dont le catalogue des collections permanentes a été publié en 2009 sous le titre Jeux de l’humanité : 5 000 ans d’histoire culturelle des jeux de société) ; une valve de miroir gravée d’une partie d’échecs disputée par Huon de Bordeaux, une enluminure de Renaud de Montauban, autant de pièces déjà mises en valeur par l’exposition Jeux de princes, jeux de vilains organisée à la bibliothèque de l’Arsenal par la Bibliothèque nationale de France du 17 mars au 21 juin 2009… C’est d’autant plus dommage qu’il existe, pour certains jeux présentés, nombre d’exemplaires différents dans les musées du monde, alors même que l’accent est encore et toujours mis sur les mêmes pièces d’art.

3L’art du jeu est ici essentiellement entendu d’un point de vue matériel : les plateaux de jeux ornementés l’emportent sur ceux qui enrichissent la connaissance du jeu, les objets d’art représentant des joueurs priment sur l’acte de jeu et son traitement dans l’art. Ainsi tel jeu de senet trouve-t-il sa place dans l’exposition pour la beauté du bleu de cobalt de son émail, tel jeu d’échecs dit « de Saint Louis » parce qu’il est en cristal de roche, quartz et or. Mais pourquoi tant d’exemplaires en sont présentés alors que sont passés sous silence le jeu du cottabe, si typiquement hellénistique, de même que le loculus archimedius, ainsi que le gwyddbwll écossais ou l’alquerque décrit par le Livre des jeux d’Alphonse X le Sage. En outre, à l’instar de l’exposition Des jouets et des hommes, qui s’est tenue au Grand Palais du 14 septembre 2011 au 23 janvier 2012, il est impossible de jouer, ni même seulement de connaître les règles des jeux présentés dans les vitrines. Seule la cour du musée offre un exemplaire démesuré d’échiquier en plastique… c’est peu. Pourtant l’excellent ouvrage de Catherine Breyer, Jeux et jouets à travers les âges (Bruxelles, Safran, 2010), livrait toutes les règles des jeux exposés qui auraient pu être pleinement exploitées au prix d’une légère entorse à la rigueur scientifique. Que penser d’une exposition sur le jeu où l’on ne peut ni jouer, ni même, à défaut, accéder au sens des jeux présentés, relégués ainsi au rang de simples objets décoratifs mais muets ?

4De même, si le catalogue cite avec bonheur l’éloge de Pison du pseudo-Calpurnius Siculus, si bien exploité pour la reconstitution des règles des latroncules par Louis Becq de Fouquières dans Les jeux des Anciens (Paris, 1831), les mentions littéraires à propos des jeux sont rares, et Horace, Ovide, Sénèque, Martial, Plutarque, Minucius Felix, Ausone, Sidoine Apollinaire, Omar Khayam voire Adam de la Halle auraient pu être cités fort à propos. Aussi notera-t-on que ni jeux d’adresse (noix, paume, quilles, soule…), ni jeux d’astuce (devinettes, énigmes, mourre…), ni jeux publics (compétitions grecques, jeux du cirque ou de l’amphithéâtre) ne sont représentés. Les lieux du jeu auraient également pu être détaillés davantage : tables de tavernes gravées du jeu des douze lignes, ou mentions de tabliers de jeux dessinés à même le sol sur les parvis des églises et les places des villes. L’analyse ludique est souvent minorée au profit de considérations sur l’origine de l’objet et quand, dans les quelques articles qui introduisent le catalogue des hypothèses sont émises, on est souvent frappé par leur caractère audacieux : « La plupart des jeux-graffiti apparaissent en effet dans des espaces très fréquentés (rues commerçantes, places, théâtres, stades, thermes, etc. preuve que les joueurs voulaient être vus » (p. 22). En effet, il est plus probable que les parties de jeu étaient établies à l’endroit ou se trouvaient rassemblés des partenaires potentiels. Souvent, pour les jeux égyptiens (senet, mehen…), il est mentionné leur caractère funéraire sans qu’aucun parallèle critique ne soit établi avec les jeux funéraires romains à caractère sanglant. On ne trouve également que fort peu de mentions d’interdits frappant le jeu, alors qu’ils furent nombreux dans l’espace romain comme au Moyen Âge.

5Ainsi, à l’instar de l’exposition, le catalogue reflète-t-il la vision des conservateurs qui l’ont dirigée plus qu’il ne répond aux interrogations du public susceptible de s’y intéresser. La plupart des mentions de l’ouvrage énoncent encore trop souvent des problématiques de nature, d’origine, de datation, qui relèvent de soucis de conservation et d’indexation plutôt que de diffusion à travers la fonction et la signification des objets, voire des pratiques que ces derniers sous-tendent. De façon symptomatique, chaque objet est minutieusement enfermé dans une case avec un texte en regard digne d’un cartel, au mieux précédé d’une note introductive sur sa catégorie similaire à celle qu’on pourrait trouver sur un panonceau. La composante artistique semble en permanence l’emporter sur celle ludique, puisque les techniques artistiques sont toujours détaillées, alors que les fonctions ludiques ne le sont que trop rarement : « Dans le système d’origine, au IIIe millénaire avant J.-C., chaque joueur est certain de l’emporter dès lors que le dernier point l’amène au bout du jeu, mais cette règle trop facile est abandonnée vers 2000 avant J.-C. et remplacée par des règles plus complexes, qui font que le joueur qui est près de gagner peut être dépassé à la dernière minute » (p. 52). Il est dommage que les règles du jeu des vingt cases n’en soient pas décrites pour autant, voire que les composantes ludiques des jeux de poursuite n’en soient extraites. À l’ère de la transdisciplinarité, le catalogue convie exclusivement des conservateurs à s’exprimer, tandis que les catalogues antérieurs laissaient au moins une place aux historiens indépendants comme Thierry Depaulis ou Jean-Marie Lhôte.

6L’exposition Game story (présentée au Grand Palais du 10 novembre 2011 au 9 janvier 2012) qui retraçait l’histoire des jeux vidéo avait récolté un beau succès en conviant ses visiteurs, comme dans une salle d’arcade, à jouer sur les machines qui avaient fait le succès des jeux retenus, à défaut de les faire penser sur le jeu vidéo. L’exposition du musée de Cluny avait l’occasion d’inventer une passerelle entre ces deux approches, d’autant que des associations comme Archéolo-J ou Jocari, qui ont nourri l’ouvrage de Catherine Breyer, ont prouvé qu’il est possible de concilier les approches ludique et historique. Même si la passion du jeu ne transpire guère des pages en papier glacé, demeurent dans ce superbe catalogue, au diapason de son ambition artistique, quelques belles sentences inspirées par un intérêt sincère pour la chose ludique : « Ainsi, par le truchement du mythe, le jeu est-il élevé au rang d’allégorie d’un monde dans lequel, si le roi joue, tout est en ordre, même le hasard » (p. 106).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Solinski, « Isabelle Bardiès-Fronty, Ann-Elizabeth Dunn-Vaturi, éds, Art du jeu, jeu dans l’art : de Babylone à l’Occident médiéval », Questions de communication, 24 | 2013, 269-271.

Référence électronique

Boris Solinski, « Isabelle Bardiès-Fronty, Ann-Elizabeth Dunn-Vaturi, éds, Art du jeu, jeu dans l’art : de Babylone à l’Occident médiéval », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8781

Haut de page

Auteur

Boris Solinski

CREM, université de Lorraine, F-5700
boris.solinski@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page