Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Françoise Ménand Doumazane, Miroirs d’Aline. Ethnocritique d’un roman de C. F. Ramuz

Nancy, PUN-Éd. universitaires de Lorraine, coll. EthnocritiqueS, 2013, 349 pages
Ammar Benkhodja
p. 257-258
Référence(s) :

Françoise Ménand Doumazane, Miroirs d’Aline. Ethnocritique d’un roman de C. F. Ramuz, Nancy, PUN-Éd. universitaires de Lorraine, coll. EthnocritiqueS, 2013, 349 pages

Texte intégral

1On s’est longtemps habitué à lire Aline, premier roman de Charles-Ferdinand Ramuz (Lausanne, Payot, 1905) comme la tragédie d’un personnage victime d’un innocent amour passionnel. Mais, à la lecture pluridisciplinaire, au carrefour des sciences des textes littéraires et de l’ethnologie du symbolique qu’en propose Françoise Ménand Doumazane, on apprendra vite que l’enjeu esthétique et poétique dépasse le cadre réaliste d’un drame amoureux. En effet, la chercheuse en révèle l’agora et l’architecture des voix culturelles qui s’y jouent et s’y orchestrent.

2Cette professeure agrégée de lettres classiques et docteure en langue et littérature françaises explore donc l’esthétique et la poétique de Charles-Ferdinand Ramuz. Rencontrant l’esthétique picturale de Lorenzo Lotto dès la première scène du roman d’Aline, cette poétique se révèle petit à petit au long de ce parcours analytique qu’on a tant plaisir à lire grâce à un jeu de miroirs qui renvoie aux expériences sociales et scripturales de l’auteur tout en les faisant s’entrecroiser. Miroirs d’Aline s’ouvre sur une première partie intitulée « Aline en miroir » (pp. 21-114). Dans ses huit chapitres, la critique tente un parcours « ethnobiographique », explorant les « commencements » de l’auteur. Ses 27 premières années sont parcourues : sa naissance et son enfance, son parcours à l’école préparatoire et ses années de collège jusqu’au moment où il commence l’expérience scripturale d’Aline. De cet ensemble d’« expériences », la chercheuse sélectionne des biographèmes dont elle propose une lecture culturelle qui fait ressortir trois mots clés : « circulations », « passages » et « transactions ». Ainsi l’ethnocritique éloigne-t-elle son approche des lectures biographiques classiques tout en mettant « en miroir récit romanesque (1re édition d’Aline en 1905) et récit autobiographique (1re édition de Découverte du monde en 1993) » (p. 22). Conformément à la démarche ethnocritique, elle permet aussi de conjoindre littérature et sciences humaines. Françoise Ménand Doumazane relève aussi tous les croisements qui existent entre le texte de Charles-Ferdinand Ramuz et d’autres auteurs, tels François-René de Chateaubriand, John Berger…

3La deuxième partie, « Aline au miroir » (pp. 119-225), fait structurellement écho à celle qui la précède : elle est pareillement composée de huit chapitres. Ici, le miroir est orienté vers le matériau textuel qui se révèle être riche en éléments culturels. Données culturelles et symboliques que « Ramuz, par un travail d’écriture en spirale, s’approprie, réélabore et se réapproprie » (p. 119). Ainsi, s’agissant avant tout d’une étude tournée vers la littérarité du texte, l’auteure commence-t-elle par en étudier les grandes catégories narratives : espaces-temps, parcours actantiels des personnages et structure de l’intrigue y sont judicieusement décortiqués et, par la prouesse méthodologique que permet l’ethnocritique de la littérature, la chercheuse met au jour la polyphonie culturelle en œuvre. Catégorisant et nommant la configuration spatiale du roman grâce à des concepts empruntés à l’anthropologie, Françoise Ménand Doumazane  a mis au point une structure ternaire lui permettant d’approcher anthropologiquement la réélaboration fictive de l’espace : la domus (espace familier et domestique), le saltus (terres incultes et abandonnées à la végétations) et le campus (terres maitrisées et cultivées par l’homme) s’imbriquent avec une structure temporelle cyclique condamnant le personnage d’Aline à un destin manqué et inachevé à bien des égards. Aussi, tout au long de son parcours, une figure semble être révélatrice du destin comme de la poétique du personnage et de la culture à l’œuvre : celle de la taupe et du taupier. Le croisement du fil métaphorique qui animalise Aline et du fil symbolique de la figure de la taupe fait entendre Aline à la critique comme une passante au destin manqué, un  personnage liminaire, bloqué au seuil d’un destin manqué.

4La troisième partie, « Aline, livre-miroir » (pp. 229-326), est un retour autoreflexif tourné en une « auto-ethnologie » de l’analyste elle-même. Elle est composée de l’ensemble des notes de lectures qui figure le déroulement de son itinéraire analytique, et cela de mi-janvier 2004 à septembre 2010. Ce chapitre rend non seulement compte de l’expérience de Françoise Ménand Doumazane en tant que chercheuse, mais aussi et surtout de son expérience en tant que lectrice traversant les « champs contemporains du savoir et de la société » (p. 323), et avançant à contre-courant d’une « auto-subjectivation ».

5La prouesse de la lecture érudite de Françoise Ménand Doumazane réside non seulement dans son attention minutieuse au détail de l’œuvre qui fait « surgir toute l’œuvre » (p. 322), révélant ainsi la richesse des univers orchestrés par l’écriture de Charles-Ferdinand Ramuz, mais aussi et surtout dans la finesse d’une herméneutique qui révèle l’insolite là où l’on ne voit que du commun, du banal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammar Benkhodja, « Françoise Ménand Doumazane, Miroirs d’Aline. Ethnocritique d’un roman de C. F. Ramuz », Questions de communication, 24 | 2013, 257-258.

Référence électronique

Ammar Benkhodja, « Françoise Ménand Doumazane, Miroirs d’Aline. Ethnocritique d’un roman de C. F. Ramuz », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8766

Haut de page

Auteur

Ammar Benkhodja

CREM, université de Lorraine, F-57000
a.benkhodja@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page