Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Hervé Glevarec, La culture à l’ère de la diversité

La Tour d’Aigues, Éd. L’Aube, coll. Monde en cours, 2013, 112 pages
Alexandre Eyries
p. 255-257
Référence(s) :

Hervé Glevarec, La culture à l’ère de la diversité, La Tour d’Aigues, Éd. L’Aube, coll. Monde en cours, 2013, 112 pages

Texte intégral

1D’emblée, l’ouvrage présenté par Hervé Glevarec, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique et chercheur au Laboratoire communication et politique, s’impose par son angle d’attaque et par la richesse de la problématique qui en structure les analyses. En effet, en tant que spécialiste reconnu de la sociologie de la culture et des médias, l’auteur choisit de réinterroger, 34 ans après, la postérité d’un livre publié en 1979 par Pierre Bourdieu (La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éd. de Minuit) et qui est toujours considéré comme l’acte fondateur d’une discipline qui en était encore à ses balbutiements : la sociologie de la culture.

2Cependant, depuis, le développement et la diversification du champ des biens culturels ont provoqué un grand nombre de bouleversements dans la structuration et la signification même des goûts et des pratiques culturelles. La principale originalité de l’essai d’Hervé Glevarec provient de sa volonté de rendre compte le plus précisément possible des pratiques émergentes en matière de consommation culturelle afin d’en dessiner un état des lieux fidèle. Comme le rappelle l’auteur, les sociologues ont principalement vocation à rendre compte de la place de plus en plus prépondérante prise, dans les pratiques des individus (et le plus souvent des catégories les plus diplômées), par des genres culturels « n’appartenant pas à la culture classique comme les musiques jazz, rock, électroniques, la littérature policière, la bande dessinée, les jeux vidéo, les séries télévisées, etc., mais aussi de la […] baisse de […] la fréquentation de l’opéra, de la musique classique, des émissions culturelles ou encore de la littérature » (pp. 7-8).

3Ces deux évolutions ont été décrites par certains sociologues (par exemple, Richard Peterson, « Understanding Audience Segmentation: Fromeline and Mass to Omnivore and Univore », Poetics, 21, 1992, pp. 243-258), d’une part, en termes d’éclectisme et, d’autre part, en termes d’affaiblissement de la légitimité culturelle de la culture classique. Le concept d’éclectisme culturel permet de désigner la superposition « de genres culturels anciennement populaires aux portefeuilles de goûts classiques des catégories supérieures et diplômées, tandis que la dévaluation de la culture classique a été mise au compte d’un plus faible rendement de l’affichage culturel » (p. 8). Pour séduisante et opératoire qu’elle soit, cette théorie n’en demeure pas moins une tentative de concevoir une taxinomie destinée à classer les pratiques culturelles en fonction de variables. Néanmoins, l’apport de cette proposition théorique de Richard Peterson (ibid.) doit être soumis à une analyse critique des plus rigoureuses. En effet, dans son développement, le sociologue américain occulte certaines catégories socioprofessionnelles pourtant riches d’enseignements. Il semble méconnaître l’accroissement pourtant significatif des pratiques culturelles des jeunes générations (spécifiquement des femmes) et des catégories populaires. C’est ce réexamen critique que prend en charge Hervé Glevarec, montrant que, en matière de sociologie culturelle, « les biens culturels peuvent […] changer sans qu’aux yeux de certains [ne] bouge le contenant, à savoir la structure – maintenue –, la légitimité – reconduite – et l’explication par la distinction – défendue » (p. 13).

4Dans la première partie de l’ouvrage, intitulée « Reconduction et déni » (pp. 19-44), l’auteur montre la difficulté inhérente à toute tentative de cartographie des pratiques culturelles des Français et la récurrence (pour ne pas dire l’omniprésence) de certains lieux communs propres à la définition du rapport des individus à la culture. Il souligne avec finesse que la culture populaire contemporaine se voit le plus souvent minorée, décrédibilisée, voire occultée tant par les institutions que par les chercheurs qui la prennent pour objet d’étude. Simultanément, la légitimité de la dite « haute culture » tend à s’affaiblir de plus en plus. Il semble donc que « l’arbre de la légitimité classique vient occulter la forêt des éclectismes culturels des catégories supérieures » (p. 31). Cela signifie qu’il n’y a pas d’automaticité entre la catégorie socioprofessionnelle d’un individu et les choix qu’il opère dès lors qu’il doit regarder un film au cinéma ou une émission de télévision à son domicile, visionner un dvd ou assister à une représentation théâtrale.

5Même si elles s’en défendent avec véhémence, les catégories socioprofessionnelles les plus élevées « ont regardé de façon massive les films “Titanic”, “Les Visiteurs” et “Les Bronzés” » (p. 32). Cet état de fait paradoxal s’explique par le concept de réalisations culturelles « omnibus » qui sont consommées indifféremment par différentes catégories sociales. Ainsi le cinéma indépendant et/ou d’auteur – La Vie des autres (Henckel, 2006), Le Secret de Brokeback Mountain (Lee, 2005), etc. – n’est-il pas l’apanage des catégories supérieures, non plus que les blockbusters spectaculaires et pleins d’effets spéciaux – Star Wars (Lucas, 1977-2005), Le Seigneur des anneaux (Jackson, 2001-2003), etc. – ne sont celui des classes populaires. La réalité est plus complexe et plus nuancée : « Les individus diplômés formulent des jugements d’indifférence et de tolérance bien plus prononcés que la condescendance ou la pratique feinte à propos des pratiques populaires contemporaines qu’ils ont ou n’ont pas » (p. 35). Hervé Glevarec ne se limite pas à une analyse sociologique superficielle des pratiques culturelles assimilant les amateurs d’opéra ou de théâtre à des personnes vaniteuses. Il va beaucoup plus loin que le voile des apparences. Les dernières enquêtes (Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des français à l’ère numérique. Enquête 2008, Paris, Éd. La Découverte/ministère de la Culture et de la Communication, 2009) sur les pratiques culturelles ont révélé une montée considérable des genres populaires contemporains et une baisse des genres classiques parmi les jeunes générations. Le sociologue de la culture consigne « la perte d’audience des genres de la musique classique, du théâtre et de l’opéra et le gain d’audience des genres de la visite au musée, de la fréquentation du cinéma, des concerts de musique rock et, enfin, l’apparition de l’ordinateur dans les pratiques » (p. 37).

6Dans la deuxième partie de l’ouvrage (« Diversité culturelle », pp. 45-62), l’auteur rappelle que l’évolution des pratiques culturelles a été accompagnée par l’extension et la diversification du champ culturel à partir des années 60 qui ont vu le déploiement des dispositifs médiatiques et des supports matériels de la culture de masse. L’offre culturelle institutionnelle s’est aussi diversifiée par l’intermédiaire des décisions étatiques et territoriales qui, ensuite, ont entamé un processus de « légitimation par les politiques culturelles des pratiques infraculturelles (rock, bande dessinée) mais aussi des goûts d’avant-garde » (p. 51). L’extension considérable du nombre des genres culturels et du volume des œuvres est allée de pair avec une meilleure accessibilité des publics aux biens culturels de masse par les moyens techniques. En conséquence, les formes de la consommation culturelle « ont […] évolué dans le sens de pratiques moins conventionnelles, plus ludiques, festives, participatives » (p. 55). La transmission de la culture passe par un double mouvement de dissociation : d’une part, des scènes institutionnelles comme l’école ou le marché du travail et, d’autre part, des scènes sociales ordinaires de la sociabilité, celles des pairs. On explique ce mouvement de dissociation par une dialectique entre une culture de l’affichage et de la scène publique et entre une scène intime des goûts et des écoutes réelles plus éclectiques.

7Dans la quatrième partie (« Faiblesses légitimistes », pp. 81-94), l’auteur pose la question de la légitimité des cultures contemporaines et prend l’exemple du rock : « l’assignation du rock à la catégorie des genres à moyenne légitimité culturelle [méconnaît] que le rock est dorénavant légitime parce que écouté par des catégories diplômées […] et institutionnalisé aux yeux de certains » (p. 83). En conclusion, Hervé Glevarec (p. 95) souligne « l’hétérogénéité qu’il y a entre la culture et le savoir, entre le fait d’être cultivé et le fait de produire du savoir ». Cette analyse, éclairante à plus d’un titre pour le chercheur en sciences humaines et sociales, ouvre des perspectives nouvelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Hervé Glevarec, La culture à l’ère de la diversité », Questions de communication, 24 | 2013, 255-257.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Hervé Glevarec, La culture à l’ère de la diversité », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8764

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

I3M, université Nice Sophia Antipolis, F-06200
alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page