Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Irène Tamba, Le hérisson et le renard : une piquante alliance

Paris, Klincksieck, 2012, 160 pages
Guy Achard-Bayle
p. 242-245
Référence(s) :

Irène Tamba, Le hérisson et le renard : une piquante alliance, Paris, Klincksieck, 2012, 160 pages

Texte intégral

1Répondre à la question « Que veut dire l’assimilation des philosophes à des hérissons et des anthropologues à des renards ? » est l’objet et la visée inattendue de l’ouvrage animalier. Donnée en conclusion (p. 143), la réponse est la suivante : « Les hérissons sont le symbole d’une pensée unitaire, qui ramène tout à un unique principe d’explication. Les renards, eux, symbolisent une pensée souple et diversifiée qui s’accorde à la multiplicité des phénomènes ». Soit, mais nombre d’autres questions surgissent immédiatement à l’esprit et suscitent la curiosité : la symbolique animale évoquée semble assez obscure, pour le sens commun s’entend ; même celle du renard – le rusé – qui est le plus familier des deux animaux concernés…

2L’auteure en convient : pour arriver à ses fins, à cette fin, autrement dit « pour élucider le mystère de ce couple imagé », il lui aura fallu une « enquête quelque peu tortueuse » (ibid.). La source est un proverbe grec attribué à Archiloque (Archiloque, Fragments, trad. du grec et commenté par A. Bonnard, Paris, Les Belles Lettres, 2002) : « Il sait bien des tours le renard. Le hérisson n’en connaît qu’un ». On y voit un peu plus clair : le renard est rusé. Certes, mais tout aussi avisé… Quant au hérisson ? Pour lui, il faut attendre une glose du second siècle de notre ère pour trouver une explication : « L’unique stratégie défensive du hérisson – qui se protège derrière ses piquants en s’enroulant sur lui-même – l’emporte sur la multiplicité des ruses qu’invente le malin renard » (ibid.).

3On connaît Irène Tamba pour ses travaux et ouvrages qui font référence en matière de sémantique, qu’il s’agisse de lexicologie et de sémantique générale (La sémantique, Paris, Presses universitaires de France, 2005), ou d’idiomaticité (Le sens figuré, Paris, Presses universitaires de France, 2011 [1982]) : le présent ouvrage s’inscrit dans cette lignée. Pourtant, il étonne et même détonne un peu dans ladite lignée, au vu de la multiplicité des motifs qu’il déploie. Il s’agit d’abord, versant ou facette anthropologique, d’un ouvrage sur la symbolique du monde animal, mais aussi, facette zoologique, sur le monde animal, tant l’histoire naturelle, d’Aristote (Histoire des animaux, Paris, trad. du grec par J. Bertier, Gallimard, 1994) à Buffon (Histoire des animaux, 1749-1789, cité in : François Dagognet, Le catalogue de la vie, Paris, Presses universitaires de France, 1970, p. 72), nourrit cette symbolique, quand elle ne s’en imprègne pas. Il s’agit encore d’un ouvrage d’épistémologie ou d’histoire des sciences, puisque l’énigme à résoudre est, comme on l’a dit, celle de l’assimilation de champs du savoir ou de disciplines scientifiques, à travers ceux qui les incarnent, à des catégories ou des espèces animales : philosophes-hérissons, anthropologues-renards ; assimilation, que l’on doit, au xxe siècle, au grand anthropologue (ceci explique cela) Clifford Geertz (Savoir local, savoir global, trad. de l’américain par Denise Paulme, Paris, Presses universitaires de France, 1999 [1983]). Enfin, et peut-être surtout tant « l’enquête tortueuse » suit des méandres et s’attarde dans des contrées linguistiques, il s’agit d’un ouvrage sur le lexique et le sens… Essayons de refaire, brièvement, ce chemin.

4L’ouvrage est composé de sept chapitres regroupés en trois parties. La première (pp. 13-43) comprend deux chapitres, tous deux consacrés à la « résurrection » du proverbe grec au xxe siècle (voir supra) : le premier – « Le couple métaphorique du renard et du hérisson chez Clifford Geertz » (pp. 15-26) – présente les travaux de Clifford Geertz, le second – « Stephen Jay Gould et le couple humaniste du renard et du hérisson » – (pp. 27-43) ceux de Stephen J. Gould (Le renard et le hérisson, trad. de l’américain par Nicolas Witkowski, Paris, Éd. Le Seuil, 2005 [2003]). Cette partie relèverait donc comme, on l’a dit, de l’histoire des sciences. Mais, nous en retenons aussi la démarche de l’auteure qui n’oublie pas pour son « enquête » sa méthode originelle : la chercheuse enquête donc, mais en linguiste, relevant pour commencer, chez Clifford Geertz (1999), les « occurrences du couple [lexical] renard-hérisson » (ch. I, p. 15). Elle en fait ensuite l’interprétation en contexte : les occurrences relevées sont citées dans des extraits de trois à six lignes ; cette interprétation textuelle et contextuelle lui permet de donner à son travail – proprement herméneutique – une dimension philologique : dans quels ouvrages ou quels textes, et particulièrement les dictionnaires de locutions, les recueils de fables et de contes, trouve-t-on la trace de ce couple animalier ?

5Nulle part, ou tout comme, pour le Moyen Âge européen (p. 41, l’auteure a consulté la Base textuelle du moyen français – xiv-xve siècle) ; jusqu’à ce qu’Érasme rappelle le proverbe grec dans ses Adages (Jean-Christophe Saladin, dir., Paris, Éd. Les Belles Lettres, 2011 [1515])… C’est ainsi qu’on peut dire, telle Irène Tamba, qu’Isaiah Berlin (Le hérisson et le renard, 1953, repris in : Isaiah Berlin, Les Penseurs russes, trad. de l’anglais par Olivier Dara, Paris, A. Michel, 1984) « ressuscite » l’image ou l’imagerie grecque au xxe siècle. Dans les milieux académiques anglo-saxons en l’occurrence, cette résurrection tardive permet à l’auteure de se poser une autre question qui ouvre un nouvel horizon linguistique et, plus exactement, soulève de nouvelles interrogations sur les relations langue(s)-culture(s). Car il s’agit d’envisager les langues et les significations qu’elles véhiculent et transmettent dans leur relation très étroite avec les cultures et les mentalités collectives : qu’est-ce qui explique qu’un proverbe ou un énoncé proverbial disparaît et réapparaît ainsi (accès : http://aliento.msh-lorraine.fr/​?q=fr/​node/​63, consulté le 01/11/13) ?

6Bien entendu, il est difficile de répondre à la première question, celle de la disparition. Pour la résurrection du proverbe à la Renaissance, elle s’explique aisément par le retour des humanistes aux textes de l’Antiquité gréco-romaine. Quant à sa réapparition au xxe siècle, elle est, on l’a vu, l’œuvre d’Isaiah Berlin (op. cit., p. 57), qui tente de catégoriser « les écrivains, les penseurs et peut-être les êtres humains en général » par l’opposition, voire le « grand abyme qui sépare ceux qui, d’une part, rapportent tout à une seule grande vision centrale […] d’autre part, ceux qui poursuivent plusieurs fins ». Quant à Stephen J. Gould (2005, p. 15), il témoigne du succès (anglo-saxon) de cette catégorisation quand il écrit : « Il est dès lors devenu commun, chez les étudiants, de qualifier leurs artistes favoris (ou détestés) soit de hérissons tenaces […] soit de renards à la curiosité inassouvie ».

7Ainsi, si l’on laisse de côté la question de savoir pourquoi notre Moyen Âge, mais aussi nos xviie, xviiie et xixe siècles n’ont rien retenu du hérisson, voit-on que la figure ou la symbolique (occidentale) du renard n’est pas uniforme : celui-ci incarne, tour à tour ou à la fois, ruse, intelligence, curiosité… Or, il a pu en aller de même pour le hérisson des Anciens. C’est donc à « démêler les composantes réalistes et mythiques qui s’entrecroisent dans les représentations collectives du renard et du hérisson et leur variation au cours du temps » (p. 43) qu’Irène Tamba consacre la suite de son ouvrage, en « part[ant] des stéréotypes lexicaux actuels du renard et du hérisson [pour les comparer] aux images attachées à leurs ancêtres latins – echinus, vulpes – et grecs – echinos, alôpex –, tout en [s]’intéressant aux questions transversales posées par la classification des animaux et la motivation de leurs noms dans les nomenclatures savantes et folkloriques contemporaines et dans l’Antiquité gréco-latine » (p. 43).

8La deuxième partie (pp. 45-113) commence donc par un chapitre (iii, pp. 47-75) consacré aux « appellations et représentations actuelles » qui se fonde sur une étude de définitions en français, notamment dans le Dictionnaire Hachette 2006. Là encore, si l’on peut dire, le renard se fait remarquer, car le propos est de montrer, par ce biais lexical, que les définitions elles-mêmes véhiculent (reposent sur) des stéréotypes ; plus exactement, dans le fin travail sémantico-lexical qui est conduit, l’auteure fait remarquer que les stéréotypes sont précisément attachés aux noms d’espèce : si rusé comme un renard est acceptable, rusé comme un fennec ne l’est pas. Le chapitre est donc l’occasion pour l’auteure de reprendre ou d’approfondir ses/les recherches (Georges Kleiber, La sémantique du prototype, Paris, Presses universitaires de France, 1990 ; Problèmes de sémantique, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999 ; Georges Kleiber, Irène Tamba, « L’hyponymie revisitée : inclusion et hiérarchie », Langages, 98, pp. 7-32) sur la catégorisation, ou les niveaux de catégorisations lexicales, ici dans leur relation aux classifications zoologiques. Pour autant, à la fin du chapitre (pp. 72-75), l’auteure, qui compare la fiche zoologique de Vulpes vulpes dans Wikipédia et la description lexicographique de Renard dans le Dictionnaire Hachette de 2006, montre que « les dénominations et les classifications des animaux relèvent […] bien de deux systèmes distincts » (p. 73, en référence à Conrad Gesner) : « Les unités taxonomiques sont, par principe, monosémiques […] loin des multiples valeurs que peuvent prendre les unités lexicales plurivoques ou polysémiques, comme hérisson ou renard… ». C’est que, en effet, les dénominations, par leur origine et leur usage, que l’on peut dire « vulgaires » (au sens de « folk » ou de « populaire » comme dans Nancy A. Niedzielski, Dennis R. Preston, folk linguitics, Berlin, W. de Gruyter, 2000, ou Guy Achard-Bayle, Marie-Anne Paveau, coords, « Linguistique populaire ? », Pratiques, 139-140, 2000), « non seulement cristallisent des images […] disparates et changeantes au fil du temps, mais en valorisent certains aspects par des transferts métaphoriques ».

9Les deux chapitres suivants (pp. 77-89, 91-113) sont consacrés aux « ancêtres » grecs et romains du renard et du hérisson. Irène Tamba suit la même méthode, partant de dictionnaires (le Bailly, le Gaffiot) pour passer ensuite à la comparaison/confrontation lexicographie-zoologie (via, par exemple, L’Histoire des animaux d’Aristote) et arriver finalement au symbolisme animal (dans la Rhétorique du même ou encore les Adages d’Érasme). Ainsi peut-on expliquer le sens du proverbe ancien, d’Archiloque à Erasme : les animaux étudiés ici incarnent bien « deux types de savoirs antithétiques » (p. 87). Cette partie centrale de l’enquête (pp. 87-89) se fait réflexion sur le figement en général et les proverbes en particulier, et sur le rapport métaphorique fondamental que ceux-ci, comme les fables, instaurent entre mondes humain et animal. À ce moment-là, une explication de la « disparition » du hérisson de nos imaginaires et de nos énoncés sapientiels européens est avancée par Irène Tamba : « [À] y regarder de plus près, le proverbe imbrique deux caractéristiques du hérisson : celle de se protéger en se roulant sur lui-même parce qu’il est recouvert de piquants […]. Or seul le repli sur soi est commun aux hérissons et aux hommes, à qui il est difficile de se couvrir de piquants protecteurs même par métaphore ! C’est là, pourrait-on dire, le défaut de la cuirasse symbolique de ce proverbe, qui a dû en freiner l’extension ». Cette deuxième partie à deux pôles, dénominations et représentations actuelles versus anciennes (gréco-latines), se termine par un bilan comparatif : les deux pôles se rejoignent sans conteste pour le renard, tant en termes de référence (désignation d’une même espèce de mammifère dans les diverses langues-cultures), que de symbolique ; tandis que, avec le hérisson, les noms sont multiples, les référents se confondent (le hérisson et l’oursin sont désignés en grec par un même echinos)… Et, non sans humour, Irène Tamba de conclure : « On retrouve bien la dichotomie classificatoire de Berlin, mais en quelque sorte inversée : le hérisson est un renard au sens de Berlin, en raison de la pluralité de ses appellations, de la diversité des animaux auxquels il est assimilé et de l’hétérogénéité de ses représentations symboliques. Et, de son côté, le renard est un hérisson dans la classification de Berlin, lui qui reçoit une appellation unique, désigne primitivement une seule espèce de mammifère terrestre et est l’archétype animal de la ruse » (p. 113). Ce pourrait être le mot de la fin. Mais la question de la diversité des appellations et la question corrélative – et inverse – de la diversité des espèces auxquels un nom d’animal est « assimilé », ouvre à une autre problématique : l’homonymie dans la désignation des animaux. C’est l’objet de la dernière partie (pp. 115-142).

10Comme la première, celle-ci comporte deux chapitres (pp. 117-125, 127-142) : relativement court, le premier est un traité de sémantique « concentré » en quelques pages, la question des « noms d’animaux » (titre du sixième chapitre) n’étant véritablement abordée que dans le suivant. Celui-ci n’en est pas moins indispensable pour clarifier, d’un point de vue métalinguistique, la question de la dénomination des espèces animales : c’est pourquoi il sert en quelque sorte d’introduction méthodologique ou épistémologique au suivant ; d’ailleurs, il est l’occasion (pour Irène Tamba) de rappeler l’importance des travaux pionniers de Michel Bréal (Essai de sémantique, Limoges, Lambert-Lucas, 2005 [1897]) en matière de sémantique, à la fin du xixe siècle et au début du xxe : d’ailleurs, Michel Bréal en est l’inventeur, si l’on veut, puisqu’il crée le terme même dans et pour son Essai, fondateur de la discipline ; fondateur, si l’on considère ce que cet Essai apporte de nouveau par rapport à la linguistique historique alors dominante, qui ne s’intéresse alors qu’à l’étymologie des mots. Michel Bréal, lui, consacre ses travaux, entre autres, mais notamment, à la polysémie ; ce qui ramène à notre sujet : un nom d’animal (zoonyme) peut désigner diverses espèces (homonymes) ; les espèces peuvent être désignées de diverses manières (polyonomie).

11Voilà donc l’objet de l’ultime chapitre (pp. 127-142). On trouve dans l’Histoire des animaux d’Aristote, suivant les estimations, quelque 500 zoonymes parmi lesquels une vingtaine de polyonymes contre 140 homonymes. Cela permet à Irène Tamba (p. 130, suivant Janine Bertier, « Introduction », pp. 11-56, in : Aristote, Histoire des animaux, Paris, Gallimard, 1994) d’introduire la notion d’homonymie métaphorique qui fonde toute une partie de son travail et de ses chapitres antérieurs : « Le bœuf marin est un “squale” [bous] On suppose que l’aspect de sa tête a pu contribuer à sa dénomination. Même situation pour le “sanglier” [kapros] réputé émettre un grognement » (Aristote, Histoire des animaux, iv 9, 535b, 18, 1994). On retrouve le procédé métaphorique chez le latin Varron (Lingua latina) : cuculus (le coucou), ulula (la hulotte)… On peut en tirer divers enseignements : notamment qu’il « existe des matrices dénominatives plus ou moins productives [comme] le cri ou le chant, la couleur [enfin] le transfert métaphorique des noms d’animaux terrestres à des animaux aquatiques » (p. 133), comme pour le hérisson des mers (oursin) chez les Grecs…

12Ensuite, se référant aux travaux du lexicologue Pierre Guiraud (Structures étymologiques du lexique français, Paris, Payot, 1986), qui parle de « sèmes lexicogéniques », Irène Tamba dégage les principales caractéristiques de l’homonymie métaphorique : le transfert se fait généralement de la terre vers la mer, mais aussi, plus rarement, vers les airs ; par contre, des noms d’oiseaux (mais non injurieux !) peuvent être donnés à des animaux marins ; inversement, aucun nom d’animal terrestre ne tient son nom d’un animal marin… Dernière caractéristique : comme la plupart des motivations, l’amorçage métaphorique finit par se perdre ; qui s’en souvient ou s’en soucie pour le poisson appelé mulet, voire le loup (qui est lui un « poisson spécifié par le sème “voracité” » suivant Pierre Guiraud (ibid., p. 234) ?

13Ainsi rejoint-on la problématique plus générale du figement ou de l’idiomaticité « où le rapport entre la forme et le sens n’est plus perceptible » (p. 138). Mais pour finir, Irène Tamba – suivant encore François Dagognet (Le catalogue de la vie, Paris, Presses universitaires de France, 1970) et Pierre Guiraud, et celui-ci Claude Lévi-Strauss (La Pensée sauvage, Paris, Plon, 1962) – rappelle que, au-delà du métaphorique, ce mode de désignation « constitue le code d’un système de classification » (Pierre Guiraud, op. cit., p. 223) ; c’est donc une caractéristique dénominative qui « fonde les divisions entre les vivants [un] index [de] partition » (François Dagognet, op. cit., p. 175).

14Par ce final, on voit combien les intérêts et la méthode d’Irène Tamba sont ouverts à la diversité des sciences et combien l’auteure, via la « double fonction appellative et classificatoire » (p. 141) des zoonymes, tient à rappeler l’importance de la relation mots-monde. Pour le lecteur, cet attachement au réel et à ses dénominations dans toutes leurs motivations, mais aussi dans les caprices de leur fortune diverse, est la garantie d’un beau « voyage accompagné » : « tortueux » certes, comme l’écrit l’auteure, mais également maîtrisé, curieux et érudit, entre nature et culture. Il pourra donc facilement intéresser d’autres lecteurs ou spécialistes que les linguistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Achard-Bayle, « Irène Tamba, Le hérisson et le renard : une piquante alliance », Questions de communication, 24 | 2013, 242-245.

Référence électronique

Guy Achard-Bayle, « Irène Tamba, Le hérisson et le renard : une piquante alliance », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8746

Haut de page

Auteur

Guy Achard-Bayle

CREM, université de Lorraine, F-57000
guy.achardbayle@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page