Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Jean-François Sablayrolles, dir., « Néologie sémantique et analyse de corpus »

Cahiers de lexicologie, 100, 2012, 254 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 237-239
Référence(s) :

Jean-François Sablayrolles, dir., « Néologie sémantique et analyse de corpus », Cahiers de lexicologie, 100, 2012, 254 pages

Texte intégral

1De la rencontre des tendances nouvelles en recherche sémantique avec l’intérêt porté aux corpora d’étude, que soutiennent globalement les avancées des nouvelles technologies informatiques, est née l’idée de cet intéressante livraison des Cahiers de lexicologie. Bien sûr, il n’y a rien de fortuit dans cette rencontre et ce sont d’abord des hommes qui ont impulsé le projet. On trouvera donc les propositions de quatorze acteurs de ce champ de recherche qui tous font preuve à la fois d’originalité, de rigueur dans l’analyse et de conscience critique dans leur souci d’étayer solidement leur argumentation sur des fondements épistémologiques sains. Il est loin le temps où le sens pouvait se comprendre et s’interpréter sur des bases intuitives à partir de fondements non explicites. Ludwig Wittgenstein pouvait bien dire que les mots n’ont pas de sens, mais n’ont que des emplois et John Ruppert Firth de surenchérir par « You shall know a word by the company it keeps » (« Vous devriez connaître un mot par ce qui l’accompagne »), nous n’en sommes plus – heureusement – à l’âge où la sémantique de Michel Bréal avait maille à partir avec l’étymologie et la morphologie lexicale de James Darmesteter. La néologie sémantique affronte aujourd’hui bien d’autres et de bien plus complexes difficultés.

2Dans leur introduction (pp. 11-35), Christophe Gérard et Johannes Kabatek balaient en un large panorama toute l’extension problématique du champ couvert par cette dénomination de néologie sémantique. Ils s’interrogent à juste titre sur les bornes de cette dernière. Tout usage conduit-il à une variation néologique ou, inversement, la stabilité du corps de la langue interdit-il l’éclosion singulière d’un hapax néologique ? Cette double interrogation conduit les auteurs à poser la question du format sémiologique de la néologie : si, naturellement, le format élémentaire de la néologie est la lexie simple, il convient, par ailleurs, de ne pas négliger le cas des lexies composées et complexes (non phrastiques) qui soulèvent le problème de la distinction entre création proprement dite et simple innovation, elle-même dépendante des niveaux de langue, des variations sociolinguistiques et diachroniques. Ayant débrouillé ces requisits préliminaires, les directeurs de la publication abordent la question des dimensions du texte interrogeables aujourd’hui (p. 13). « Pour être identifiée et comprise comme telle, toute création verbale fait nécessairement l’objet d’une interprétation située : les co-textes ne sont pas seulement livrés à des fins documentaires, mais aussi parce que de nombreuses créations lexicales nous apparaîtraient sinon hermétiques du moins trop faiblement intelligibles » (p. 26). Intervient ici le point de méthode impliqué par les avancées contemporaines de la fouille de textes et de l’étude sur corpus. En dépit de la diversité potentielle de ces modes d’approche, les auteurs argumentent en faveur de deux grandes approches complémentaires et d’ailleurs entremêlées de la néologie sémantique : d’une part, une approche interprétative qui a besoin du repérage d’indices pertinents et, d’autre part, une approche technologique qui s’appuie sur une implémentation toujours plus fine des logiciels d’analyse. Dans « Extraction automatique et types de néologismes : une nécessaire clarification » (pp. 37-54), Jean-François Sablayrolles pose les fondements de la réflexion nécessaire à la distinction par la machine des néologismes sémantiques et formels. Les premiers relèvent d’innovations syntactico-sémantiques, d’emplois figurés qu’il reste toujours difficile d’identifier automatiquement. Esme Winter Frömmel (pp. 55-79) étudie le cas des emprunts entre langues dans « Néologie sémantique et ambiguïté dans la communication et dans l’évolution des langues : défis méthodologiques et théoriques ». People, grappa, flipper, notamment, lui servent d’exemples grâce auxquels elle peut distinguer entre deux formes d’ambiguïté : l’ambiguïté dans le discours (qui rend si riche l’étude de la langue et si subtile celle des discours) et celle dans le système même de la langue. Dans « Néologie sémantique et néologie catégorielle » (pp. 81-104), Michelle Lecolle envisage de manière circonstanciée et très pertinente la nominalisation d’adjectifs par conversion sous l’angle d’une procédure de néologie sémantique potentielle, ce qui lui permet de clarifier les notions de conversion, trans-catégorisation, distorsion catégorielle dans le cadre conceptuel de la néologie sémantique. Cette partie théorique et métathéorique est suivie d’une application à un corpus d’adjectifs dérivés en -aire extrait de la base de données Frantext, dont l’auteure tire l’enseignement que les cas réels de néologie sémantique, plus rares qu’il n’y paraît, exposent une valeur nominale nouvelle opérant comme désignateur stable d’une classe sémantique sociolinguistiquement pertinente. L’article rédigé en allemand (mais traduit par Antoine Aufray) par Lothar Lemnitzer « Mots nouveaux et nouvelles significations : que nous apprennent les mots composés ? » (pp. 105-116) analyse le fonctionnement d’un logiciel allemand de veille en ligne dédié aux néologismes Wortwarte. Ce dernier explore quotidiennement un ensemble de textes de presse germanophones et y repère les néologismes formels, mais s’avère dans l’incapacité de cerner l’apparition de nouvelles significations. Toutefois, l’auteur montre que ces néologismes peuvent servir à mettre en évidence les changements sémantiques affectant ces néologismes formels lorsque ceux-ci entrent dans la constitution de mots composés inédits. Ce qui conduit l’auteur, en conclusion, à se demander sous quelles conditions il serait possible de traiter automatiquement ce genre de problèmes. Le temps, sa nature, sa mesure, son impact, étant probablement des questions philosophiques les plus essentielles pour la constitution du sujet fini que nous sommes, Armelle Boussidan, Anne-Lyse Renon, Charlotte Franco, Sylvain Lupone et Sabine Ploux (pp. 117-136) s’attachent à en cerner les contours dans la complexité des phénomènes de néologie sémantique. Dans « Vers une méthode de visualisation graphique dynamique de la diachronie des néologies » (ibid.) les auteurs s’appuient sur le programme acom, un des avatars des atlas sémantiques, dont l’objectif est de reconnaître automatiquement les modèles organisationnels des contextes, pour développer une extension qui permettra de filtrer objectivement et dynamiquement les processus de réorganisation structurale de la polysémie d’un terme dans le temps. Dans « Propositions pour la détection automatique de la néologie sémantique » (pp. 137-159), Coralie Reutenauer revient sur la difficulté de traiter automatiquement les faits de la néologie sémantique. S’inscrivant dans la mouvance rastiériste des études de sémantique textuelle, et appliquant la méthode d’analyse sémique à l’adjectif « toxique », elle propose une procédure informatisée de repérage mettant en jeu une annotation de corpus en traits sémantiques qui permet de repérer des faits de néologie sémantique. Comme en tout fait d’annotation du corpus, la difficulté relève des principes épistémologiques guidant cette annotation. C’est-à-dire, en fin de compte, de l’homme derrière la machine. Anne Condamines, Nathalie Dehaut et Aurélie Picton (pp. 161-184) reviennent sur « Le rôle du temps et de la pluridisciplinarité dans la néologie sémantique en contexte scientifique. Études outillées en corpus » et proposent à l’examen un corpus scientifique donnant lieu au repérage d’indices quantitatifs, formels (variations comprises) et environnementaux. En traitant du projet doris élaboré au Centre national d’études spatiales (cnes) et des recherches sur l’exobiologie (origines de la vie sur terre et possibilités de sa réalisation en d’autres lieux), les auteures mettent en évidence l’importance de l’évolution du temps et de la pluridisciplinarité dans la construction de l’interprétation néologique. Enfin, Sylvain Loiseau – « Un observable pour décrire les changements sémantiques dans les traditions discursives : la tactique sémantique » (pp. 185-201) –, met l’accent sur la particularité du signifié ou de l’emploi de certaines unités lexicales à dépendre de leur position dans le texte. En utilisant les mesures d’attirance lexicale sur un corpus d’articles de journaux (norme sociolectale) et sur un corpus d’essais philosophiques (norme idiolectale), il étudie ces variations d’emploi en soulignant que les modèles actuels de contexte sémantique demeurent trop simples et demandent à être approfondis.

3Comme on l’aura pressenti, l’ensemble de ces contributions est d’un haut niveau heuristique et l’on se réjouira que ces recherches soient étayées par des analyses concrètes de corpora en général bien choisis. Sémantique et néologie n’ont pas fini d’entretenir un dialogue complexe mais fructueux aussi bien pour le morphologue, que le lexicologue, le sémanticien et l’historien de la langue. Enfin, deux articles hors thématique complètent la livraison et traitent d’aspects de la lexicographie portugaise du xviiie siècle. Ana Margarida Borges (pp. 203-218) étudie les dictionnaires de Pedro Jose da Fonseca qui, globalement, constituent une réponse au besoin de renouvellement et d’accroissement de la scolarisation de l’époque. Ou de cohésion textuelle, comme le fait Ramona Pauna avec « L’expression de l’anaphore dans la presse économique » (pp. 219-233). Parfaitement documenté, soigné dans sa réalisation matérielle, ce volume des Cahiers de lexicologie, indépendamment des positions que chacun peut avoir en face du recours au traitement informatique des données langagières, propose un état des lieux intéressant d’une réflexion en devenir qui ne cesse de soulever quantité de problèmes auxquels n’aurait guère songé une conscience plus affine avec des traitements empiriques. Et c’est bien là son plus grand et remarquable mérite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Jean-François Sablayrolles, dir., « Néologie sémantique et analyse de corpus » », Questions de communication, 24 | 2013, 237-239.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Jean-François Sablayrolles, dir., « Néologie sémantique et analyse de corpus » », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8741

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87036
jacques-philippe.saint-gerand@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page