Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Steven Pinker, L’instinct du langage

trad. de l’anglais (États-Unis) par Marie-France Desjeux, Paris, O. Jacob, 2013 [1994], 495 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 236-237
Référence(s) :

Steven Pinker, L’instinct du langage, trad. de l’anglais (États-Unis) par Marie-France Desjeux, Paris, O. Jacob, 2013 [1994], 495 pages

Texte intégral

1Il s’agit là de la réédition en format de poche du livre que ce chercheur canado-américain (Steven Pinker est né à Montréal) a publié il y a bientôt 20 ans… À l’époque de sa parution, l’ouvrage avait jeté quelque trouble dans la communauté scientifique, notamment chez les linguistes, les sociologues et même chez quelques psychologues en raison de la thèse innéiste ou nativiste que l’auteur soutenait en bon disciple des travaux de Noam Chomsky : « Le langage n’est pas un produit culturel qui s’apprend comme on apprend comment dire l’heure ou comment fonctionne le gouvernement de son pays. Au contraire, c’est une partie distincte de la structure biologique de notre cerveau. Le langage est un savoir-faire complexe et spécifique qui se développe spontanément chez l’enfant, sans effort conscient et sans apprentissage formel, qui s’articule sans qu’il en connaisse la logique sous-jacente, qui est qualitativement le même chez tous les individus et qui est distinct d’aptitudes plus générales pour traiter les informations ou se comporter avec intelligence. C’est ainsi que certains spécialistes de sciences cognitives ont décrit le langage comme une faculté psychologique, un organe mental, un système de neurones et un module de traitement de données, mais je préfère le terme, archaïque je l’admets, d’instinct. Il rend l’idée que les gens savent parler plus ou moins dans le sens où les araignées savent tisser leur toile » (p. 15).

2Et l’on reconnaîtra dans ces lignes la force d’une pensée qui fut novatrice à son époque. En effet, comment ne pas reconnaître dans l’écriture de Steven Pinker – que souligne bien ici la traduction de Marie-France Desjeux – une alacrité de pensée susceptible d’emporter immédiatement l’adhésion de ses lecteurs ? Mais, depuis et au-delà ? Composé de treize chapitres, l’ouvrage posait en thèse liminaire que l’homme disposait d’un instinct pour acquérir un art, celui du langage et des langues. Et, après une brillante déambulation à travers les moulins à paroles, le mentalais, les fonctionnements du langage et les mots, le silence, Babel, les bébés, les organes du langage et les « gènes de la grammaire », le big bang, le purisme linguistique, l’auteur arrivait à dégager – conformément aux objectifs du cognitivisme – tout simplement la structure de l’esprit.

3Les comptes rendus de l’époque témoignaient de l’impact d’une telle réflexion sur un milieu académique dans lequel se déchiraient des chercheurs aux objectifs et aux ambitions diverses (Ray Jackendoff, André Joly, Ronald Langacker, Sylvain Auroux, Jerry Fodor, etc.), ou se contentaient de s’étonner des idées développées dans l’ouvrage (Libération, 27/04/99, accès : http://www.liberation.fr/​sciences/​1999/​04/​27/​linguistique-selon-steven-pinker-le-langage-est-un-instinct-pas-un-apprentissage-les-genes-de-la-gra_269662, consulté le27/09/13 ).

4Aujourd’hui, cette ambition magnifique se trouve confrontée à de nombreuses formes de contestation. Une des plus argumentées et des plus fortes est incontestablement celle de Jean-Michel Fortis (« Le langage est-il un instinct ? Une critique du nativisme, de Chomsky à Pinker », Texto ! Textes et cultures, 4, vol. 13, 2008, accès : http://www.revue-texto.net/​docannexe/​file/​1870/​fortis_le_langage_est_il_un_instinct.pdf, consulté le 27/09/13) parue en 2008 dans la revue électronique Texto ! qui montre bien comment l’épreuve des faits met à mal certaines thèses de Steven Pinker, qui n’étaient au fond que des hypothèses ou, pire, des postulats. Ainsi la « découverte » du gène de la grammaire, permettant de poser l’existence d’une grammaire universelle, a-t-elle pu faire plus voir en Noam Chomsky un prophète et en ses disciples des « évangélistes » attentifs, qu’un scientifique à l’épreuve de la réalité des phénomènes. Mais, depuis la publication de récents travaux concernant l’énigme la plus importante de la science contemporaine (Merritt Rühlen, The Origin of Language : Tracing the Evolution of the Mother Tongue, 1994, New York, J. Wiley & Sons ; Terrence W. Deacon, The Symbolic Species : The Co-evolution of Language and the Brain, New York, W.W. Norton, 1997 ; Peter MacNeilage, The Origin of Speech, Oxford, Oxford University Press, 2008 ; etc.), il semble que les débats autour de l’origine du langage aient réinjecté dans le circuit des arguments nouveaux qui remettent en question les postulations brillantes de Steven Pinker. C’est pourquoi on accueillera avec plaisir cette réédition au format de poche qui, permettant une plus large diffusion de l’ouvrage, saura stimuler la réflexion sur la question de savoir s’il existe des structures universelles – au sens d’entités autonomes de dépendances internes – du langage, si les fondements de ce dernier sont réellement biologiques et si, par l’existence de gènes de la grammaire, il est envisageable de recréer le langage humain avec ses roueries, ses points aveugles, par l’application de l’intelligence artificielle.

5Comme on le voit, l’ouvrage qui a fait date et qui, par conséquent, est aujourd’hui daté, trouve en cette réédition une occasion inédite sinon de surprendre, du moins d’étonner encore des conceptions spontanées moins argumentées du langage, de son origine et de sa nature, qu’il force à justifier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Steven Pinker, L’instinct du langage », Questions de communication, 24 | 2013, 236-237.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Steven Pinker, L’instinct du langage », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8739

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87036
jacques-philippe.saint-gerand@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page