Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Magda Jeanrenaud, La traduction. Là où tout est pareil et rien n’est semblable

Bucarest, est-Samuel Tastet Éd., 2012, 341 pages
Justine Houyaux
p. 231-233
Référence(s) :

Magda Jeanrenaud, La traduction. Là où tout est pareil et rien n’est semblable, Bucarest, est-Samuel Tastet Éd., 2012, 341 pages

Texte intégral

1« Encore un livre sur la thématique de la traduction ! », s’écrie rhétoriquement Claude Hagège en ouverture de la préface (p. 7), et on serait tenté de lui donner raison. Il existe un nombre incalculable d’ouvrages consacrés à la traduction et il arrive souvent que les lecteurs soient perdus face à la masse de références. Or, le livre de Magda Jeanrenaud présente une différence considérable avec les aux autres travaux du même genre : l’auteure s’intéresse très majoritairement à la langue roumaine (à part quelques exemples tirés de l’anglais, du russe et de l’allemand). Les cas qu’elle étudie sont issus d’œuvres classiques et contemporaines d’expression roumaine qu’elle compare avec leurs traductions françaises.

2L’ouvrage se découpe en sept chapitres. Le premier, « Traducteur-auteur : une relation décalée » (pp. 33-47), s’intéresse à l’effritement de la notion d’auteur, avec Roland Barthes, d’abord, l’intentional fallacy lancée par le New Criticism américain ensuite, et la valorisation du rôle du lecteur. Magda Jeanrenaud expose ensuite les deux théories ayant contribué à dédramatiser, sans pour autant l’atténuer, la tension entre auteur et traducteur, à savoir le polysystème de Gideon Toury (Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam/Philadelphie, J. Benjamins, 1995) et la théorie du Skopos d’Hans Vermeer et de Katerina Reiss (Problématiques de la traduction, trad. de l’allemand par C. Bocquet, Paris, Economica, 2009). De cette tension naît le décalage « du dédoublement de l’intentionnalité, décalage entre les contraintes du texte et l’horizon d’attente du contexte d’accueil, décalage entre la disponibilité du texte d’origine et le désir du traducteur de le rendre compréhensible » (p. 47).

3Ensuite, vient « Francophonie, bilinguisme et traduction » (pp. 49-76). Ce deuxième chapitre présente une métaphore filée fort intéressante sur la francophonie, tantôt vieille bourgeoise maussade et jalouse, tantôt jeune femme curieuse et ouverte aux échanges culturels, dont les deux visages posent des problèmes de transposition que, selon l’auteure, ne connaît pas la culture roumaine. Le troisième chapitre, « Les sept procédés de Vinay et Darbelnet pour mieux se comprendre… » (pp. 77-100), plonge dans l’étude des claques et des idiotismes, notamment en rappelant les trois degrés de traduction de John C. Catford (A Linguistic Theory of Translation, an Essay in Applied Linguistics, Oxford, Oxford University Press, 1965) et s’intéresse aux emprunts de la langue roumaine à la langue française.

4Le quatrième chapitre, « La troisième langue de la traduction : Ion Luca Caragiale en français » (pp. 101-190), s’attache aux cas d’Eugène Ionesco et des traductions de ses œuvres, de Monica Lovinescu et de l’histoire d’une traduction publiée tardivement, pose la question de la traduction ou de l’adaptation du théâtre pour se diriger vers le cas concret de la traduction du théâtre de Ion Luca Caragiale à travers une étude de la langue roumaine pendant la première moitié du xixe siècle. Puis, l’auteure expose le dilemme éternel de la traduction des répétitions, après une parenthèse sur la traduction des didascalies et la problématique de la traduction des références culturelles, des noms propres, des sobriquets et des formules d’adresse affective, ainsi que la « traduction » (qu’elle-même met entre guillemets) des interjections et de la ponctuation. Elle conclut sur la troisième langue de la traduction, celle qui permettrait de conserver l’altérité du texte, sa différence par rapport à la langue standardisée.

5« Quelques réflexions en marge des auto-traductions de Panaït Istrati » (pp. 191-242), cinquième chapitre, indique les motivations de Panaït Istrati lorsqu’il décide de s’auto-traduire, mais aussi les affres de la langue d’emprunt auxquels il sera confronté. Magda Jeanrenaud pose la question de ce qu’est l’auto-traduction, entre traduction, recréation, adaptation ou version remaniée. Dans ces quelques réflexions, elle couvre aussi la visée de l’auto-traduction istratienne, le niveau macrotextuel et le niveau textuel, nourrissant son étude de très nombreux exemples. L’auteure tente ensuite de définir l’auto-traduction et s’intéresse, entre autres sujets, aux calques du français présents dans le texte de Panaït Istrati.

6Le sixième chapitre, « Les universaux de la traduction » (pp. 243-296), expose de manière nuancée le débat, sans pour autant le résoudre de façon définitive, des universaux de la traduction et prend position en faveur d’une discipline à la fois traductologique et éthique qui « porte le nom de critique et évaluation des traductions » (p. 296). Septième et dernier chapitre, « Les réticences de la traduction » (pp. 297-329) a pour sous-titre « Comment on [n’] a [pas] traduit en français les œuvres roumaines de Cioran ». Il porte sur les mutilations qu’ont subies, en français, les textes d’Emil Cioran, au nom du style et au détriment du sens, du ton, de la passion et de l’exaltation de l’original, jusqu’à ne produire finalement que la traduction française d’un texte qui n’existe pas réellement en roumain.

7De Roman Jackobson à Hans Vermeer en passant par Michel Ballard, Mona Baker, Lawrence Venuti et Tzvetan Todorov, toutes les références de la traduction y passent, et plus encore, sous l’angle original de la langue roumaine, mais aussi à l’éclairage de la méticulosité de la plume de Magda Jeanrenaud. Les références littéraires ne sont pas non plus en reste puisque l’auteure file avec légèreté de Voltaire à Milan Kundera en passant par Amélie Nothomb et Romain Rolland. Dire que La traduction. Là où tout est pareil et rien n’est semblable est un ouvrage érudit est un euphémisme. À la fois réflexion sur la traduction et histoire par la bande de la pensée, l’ouvrage offre une synthèse originale et décalée des théories de la traduction de ces 60 dernières années, qu’il conviendrait presque de mettre entre les mains de tous les étudiants en traduction. Seul bémol, l’absence d’une table des matières qui aurait permis de mieux manipuler le livre de référence, mais cette lacune est en partie compensée par l’index des noms d’auteurs, auquel on aurait bien voulu voir adjoint un index des concepts cités. Outre son florilège d’exemples, sa longue bibliographie et ses nombreux tableaux, il s’agit d’un ouvrage fascinant, que l’on relira sans doute à plusieurs reprises au fil des années pour mieux en appréhender le contenu, mais aussi, sûrement, pour y puiser l’inspiration d’une démarche d’analyse traductologique idéale. En effet, si la précision avec laquelle Magda Jeanrenaud expose une étude de deux langues spécifiques peut sembler très ponctuelle, l’auteure n’en parvient pas moins à mettre le doigt sur les problèmes universels de traduction. En outre, et c’est assez rare pour être souligné, on prendra certainement un grand plaisir à lire ce texte élégant qui réussit le tour de force d’évoquer tout en légèreté des problèmes plus souvent complexes qu’à leur tour. Le lecteur féru de traduction refermera ce livre passionnant avec un seul regret, celui de n’avoir pas eu le talent de l’écrire lui-même. « Encore un livre sur la thématique de la traduction », certes, mais s’il n’en était qu’un à lire cette année, ce serait celui-là.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Houyaux, « Magda Jeanrenaud, La traduction. Là où tout est pareil et rien n’est semblable », Questions de communication, 24 | 2013, 231-233.

Référence électronique

Justine Houyaux, « Magda Jeanrenaud, La traduction. Là où tout est pareil et rien n’est semblable », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8733

Haut de page

Auteur

Justine Houyaux

Université de Mons, B-7000
justine.houyaux@umons.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page