Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Paul Ghils, Le langage est-il logique ? De la raison universelle aux diversités culturelles

Paris/Louvain-la-Neuve, Éd. L’Harmattan/Academia, 2012, 158 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 228-229
Référence(s) :

Paul Ghils, Le langage est-il logique ? De la raison universelle aux diversités culturelles, Paris/Louvain-la-Neuve, Éd. L’Harmattan/Academia, 2012, 158 pages

Texte intégral

1Quiconque a été sensible aux sketches désopilants et pourtant si profonds de Raymond Devos est à même de répondre à la question posée par le titre du présent ouvrage. La conversion du langage en discours fait constamment apparaître les deux faces de ce Janus éternel : d’une part, une logique implacable et, d’autre part, une flagrante tentation de pencher vers la déraison. Cependant, Paul Ghils aborde évidement la question d’un point de vue éminemment plus sérieux et circonstancié que l’humoriste. Et pour cela, il dispose d’une érudition, probablement quelque peu déconcertante pour un public d’honnêtes gens du xxie siècle, qui lui permet de maîtriser aussi bien les faits de culture chinoise que ceux des civilisations indo-gangétiques, ou du Moyen-Orient, en parallèle avec les origines sanscroutanes, comme on disait encore au début du xixe siècle, de notre culture indo-européenne. Le propos de l’auteur est clair dans son principe et l’architecture du volume rend parfaitement compte de son objectif démonstratif. Il s’agit de valider l’hypothèse selon laquelle, en Occident, le langage et la logique – de même origine, mais diversement conçus par Héraclite et Aristote – ont été au fondement de représentations du monde souvent antonymiques. Il n’est que de se rappeler la vieille opposition de l’esprit de finesse et de celui de géométrie, alors que ces deux esprits se développent finalement dans un même espace qui est celui du langage, le langage naturel d’une part, celui symbolique de l’autre, tandis que la rationalité gouverne autant l’un et l’autre. Or, ces représentations opposées que livrent l’objectivité scientifique et le monde perçu, vécu et agi par le sujet, ont toutes l’ambition d’atteindre à la réalité d’une vérité que le langage et les langues ont pour responsabilité d’énoncer. Dans ces conditions, qu’en est-il du statut de l’humain et des cultures qui l’ensorcellent par la prégnance de leurs structures ?

2Une première partie de sept chapitres, « Parler et penser, hier et aujourd’hui » (pp. 29-89) propose une vision panoramique et panchronique du rapport de l’activité de parole à celle de penser. Tandis que les habitudes culturelles indo-européennes penchent plutôt vers un binarisme manichéen, Gustave Guillaume, l’un des premiers, envisageait des schèmes ternaires. Parcourant la voie chinoise, les développements observés au Moyen-Orient et les dialogiques extra-européennes, Paul Ghils propose une réflexion sur la place de la philosophie dans ces différents univers de langage, dont il ressort – de son point de vue – que celle-ci reste et est restée toujours inféodée à la théologie, aux sciences contemporaines, ou, pire encore, à des « impératifs financiers ou politiques » (p. 88). Ce qui a fortement contribué à sa décrédibilisation comme mode d’approche de la vérité.

3La seconde partie de l’ouvrage (pp. 91-142) envisage la question de la priorité du langage et d’une rationalité universelle. L’auteur y aborde de front la question de la rupture radicale que Ludwig Wittgenstein opère dans l’épistémologie du langage avec la publication posthume en 1953 des Investigations philosophiques qui dissocie l’expression des connaissances et les concepts scientifiques qu’elle désigne, d’où une conception désormais dynamique des « jeux de langage » par lesquels s’organise la vie de l’être au monde. En développant cette idée à travers l’étude des paradoxes des linguistes et des transformations de la logique, Paul Ghils met en évidence ce qu’il nomme le flou de la vérité – dépendante des points de vue sous lesquels on l’envisage – et la vérité du contradictoire – le « formalisme indécidable » du langage poétique selon Julia Kristeva (« Du sujet en linguistique », Langages, 24, 1971, pp 107-126). On pourrait considérer cette aporie comme le point indépassable de toute réflexion philosophique sur le langage et de tout discours s’essayant à la philosophie, tant les rapports du pensable au pensé sont inextricables dans l’acte de penser quoique conditionnés par les possibilités sémiotiques de chaque langue. Paul Ghils choisit une voie intermédiaire qui permet de concilier « la recherche d’une réalité objective dont la science ne fait plus un absolu » et « la subjectivité plurielle » (p. 140) qu’assument les individus et les cultures et plaide en faveur d’un « monde intermédiaire » régi par la dialectique perverse de la communication/incommunication qui tend de plus en plus à dominer le monde. Chacun jugera de la validité de cette thèse en fonction de ses propres intérêts, mais l’on s’accordera au moins à reconnaître à l’ouvrage de Paul Ghils une hauteur de vue dont témoigne à coup sûr l’index des auteurs cités (272 noms en 149 pages) qui balaie et balise tout cet univers de réflexion d’Abraham Aboulafia à Zhuang Zi en passant par Sylvain Auroux, Confucius, Boris Cyrulnik, Jean Guénolé, Louis Marie Daniélou, Albert Einstein, Roger Frison-Roche, Ferdinand Gonseth, Héraclite, Michel Maffesoli, Ménon, Thierry de Montbrial, Alexis Prigogine, Philippe Solers, et bien d’autres...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Paul Ghils, Le langage est-il logique ? De la raison universelle aux diversités culturelles », Questions de communication, 24 | 2013, 228-229.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Paul Ghils, Le langage est-il logique ? De la raison universelle aux diversités culturelles », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8728

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87036
jacques-philippe.saint-gerand@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page