Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Marc Arabyan, Des lettres de l’alphabet à l’image du texte. Recherches sur l’énonciation écrite

Limoges, Lambert-Lucas, coll. Linguistique & sémiotique, 2012, 300 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 223-224
Référence(s) :

Marc Arabyan, Des lettres de l’alphabet à l’image du texte. Recherches sur l’énonciation écrite, Limoges, Lambert-Lucas, coll. Linguistique & sémiotique, 2012, 300 pages

Texte intégral

1Marc Arabyan se définit lui-même comme n’étant pas publiant, au moins selon les critères de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Aeres). Cependant, il est un éditeur avisé (Lambert-Lucas) et l’ensemble des articles qu’il a remaniés et réunis pour constituer le volume le montre. C’est un éditeur qui n’ignore rien de la typographie, de sa sémiotique visuelle, de l’histoire de la ponctuation et des découpages textuels en alinéas. Divisé en trois grandes sections, l’ouvrage offre 18 études de sémiolinguistique portant sur des aspects relativement peu étudiés de l’écriture imprimée et de l’énonciation éditoriale. La première (pp. 13-105), sobrement intitulée « Structures de l’écriture et lettres de l’alphabet », se compose de sept articles centrés sur l’étude de l’écriture latine et passe d’une sémiotique de l’alphabet à une sémiotique de la lettre (texte inédit). On voit là s’esquisser une riche réflexion concernant les concepts de type et token, empruntés à Charles S. Peirce, fondement sur lequel s’édifie – entre linguistique et sémiotique – le massif des variations typographiques que l’auteur étudie en analysant les sept paramètres du dessin d’une police de texte. Dans la seconde section (pp. 107-163), « Questions de lecture », quatre articles prolongent la réflexion précédente en proposant une étude du jeu des rapports unissant écriture et lecture, onoma et séma... et une révision du mythe des origines de la lecture silencieuse dont l’historicisation est ici critiquée à partir de l’observation des multiples niveaux et types de lecture, et des ambiguïtés dont le mot lettre est l’objet jusqu’au xviiie siècle, entre sonum, littera et figura, littera scripta, raison pour laquelle la Grammaire de Port Royal (Antoine Arnauld, Claude Lancelot, 1660, Grammaire générale et raisonnée contenant les fondements de l'art de parler, expliqués d'une manière claire et naturelle, Paris, Prault) préfère le terme de caractère au sens de lettre de l’alphabet. Quant à la troisième section (pp. 165-270), « Mise en paragraphes et image du texte », en sept articles, elle propose un approfondissement du concept sémiolinguistique d’énonciation éditoriale élaboré à propos du paragraphe narratif. En effet, l’observation des modes d’édition du paragraphe et des éléments de discours direct à partir de documents allant de Jean Joinville (La vie de Saint-Louis, éd. et trad. par Jacques Monfrain, Paris, Dunod, 1995) et Jean Froissart (Chroniques. Livres I et II, éd. et trad. par Peter F. Ainsworth et George T. Diller, Paris, Le Livre de poche, 2001) à Alphonse Allais (« Un drame bien parisien », pp. 187-196, in : Alphonse Allais, Œuvres anthumes, Paris, R. Laffont, 1989) en passant par Jean-Léonor Le Gallois de Grimarest (Traité sur la manière d’écrire des lettres, Paris, Veuve Estienne, 1735) et la Princesse de Clèves (Marie-Madeleine de Lafayette, Paris, C. Barbin, 1674) – pour ne citer que quelques titres – montre que, selon les époques, les auteurs et les éditeurs ont eu diverses approches de cette unité textuelle. Or, d’une part, celle-ci est profondément affectée par les « variations et la complexification du matériel ponctuationnel » (p. 275) et, d’autre part, elle voit « l’influence indéniable sur sa composition syntaxique est stylistique » (p. 276) de la configuration matérielle du texte, ce que l’auteur résume dans l’expression de « machinerie textuelle ». On voit ici tout ce que les textologues et les stylisticiens peuvent tirer de ces remarques très pertinentes. De plus, des « Référence et indications bibliographiques » abondantes et précises aident le lecteur à se repérer dans un ensemble de réflexions très originales et à les prolonger selon l’excellente formule des anciens : « Pro captu lectoris habent sua fata libelli » (« La destinée des livres dépend de l’intelligence du lecteur »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Marc Arabyan, Des lettres de l’alphabet à l’image du texte. Recherches sur l’énonciation écrite », Questions de communication, 24 | 2013, 223-224.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Marc Arabyan, Des lettres de l’alphabet à l’image du texte. Recherches sur l’énonciation écrite », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8719

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87036
jacques-philippe.saint-gerand@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page