Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Aurélie Laborde, dir., tic et agriculture. Appropriation des dispositifs numériques et mutations des organisations agricoles

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication des organisations, 2012, 242 p.
Gilles Boenisch
p. 492-493
Référence(s) :

Aurélie Laborde, dir., tic et agriculture. Appropriation des dispositifs numériques et mutations des organisations agricoles, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication des organisations, 2012, 242 p.

Texte intégral

1L’ouvrage permet de mettre au jour la longue relation que l’agriculture entretient avec les technologies de l’information et la communication (tic). Depuis la mécanisation massive, les agriculteurs paraissent engagés dans un processus de changement continu de leur métier et de leurs modes de production. De fait, ils semblent avoir intégré l’innovation technologique comme une dimension indissociable de l’évolution de leurs pratiques. En ce sens, comme le démontrent les contributions, l’agriculture a souvent été considérée comme précurseur en matière d’informatisation et d’équipements numériques. Cet ouvrage s’attache à étudier ces pratiques anciennes et nouvelles, à même de faire évoluer la production, le travail, les processus de circulation et de diffusion des informations et les multiples places que peuvent prendre les tic dans ces contextes. Les textes alternent entre articles de fond et entretiens. Cela permet de croiser astucieusement et de manière cohérente différentes approches thématiques et disciplinaires interrogeant toutes les rapports existants entre la situation globale de développement de l’agriculture française et les multiples places que peuvent y prendre les tic.

2Le premier chapitre, « Agriculture numérisée : histoire, enjeux et perspectives » (pp. 35-85), propose de contextualiser la problématique et avance des éléments historiques et prospectifs permettant à la fois d’appréhender l’histoire de l’informatique agricole et les possibles développements à venir qui impacteront les diverses pratiques. Dans la première partie (pp. 37-52), Gilbert Grenier fournit un état des lieux des dispositifs de l’informatique agricole d’hier et d’aujourd’hui et de ses enjeux futurs. Selon le chercheur, « le développement des technologies d’agriculture de précision et de capteurs de toute sorte » fait que l’agriculteur devient « celui qui produit les données et les informations sur la totalité de ses parcelles et de ses cultures » (pp. 51-52). Une position qui ne fera qu’accroître des changements prévisibles « entre chefs d’exploitation et salariés, tout comme entre agriculteurs et organismes économiques en amont et/ou en aval ». Mais il met aussi en garde car, pour lui, « les tic pourront être la pire ou la meilleure des choses selon ce qu’en feront les utilisateurs » (p. 52). Suit l’entretien avec Alexis Laroche (pp. 53-60), agriculteur qui replace ces évolutions dans le quotidien des exploitations et met en exergue, en mentionnant des exemples, les difficultés rencontrées.

3Dans la seconde partie (pp. 61-80), Didier Paquelin analyse le développement, dans les années 80, de l’informatique et de la télématique en agriculture. Cette approche s’avère essentielle pour éclairer la compréhension de l’appropriation actuelle des tic que l’auteur nomme « agriculture numérisée ». Puis, l’entretien avec Charles Burriel (pp. 81-84), professeur agrégé, rappelle que l’innovation est une constante culturelle permanente dans le secteur agricole depuis le début du xxe siècle.

4Dans le second chapitre, « Analyses des équipements et des usages des tic en agriculture » (pp. 85-146), Aurélie Laborde et Nadège Soubiale (pp. 87-110) proposent un état des lieux de l’équipement en technologies numériques des exploitations agricoles aquitaines et de la perception qu’en ont les agriculteurs. Les conclusions restent assez mitigées, mais permettent d’affirmer que les outils numériques spécifiques « sont finalement peu développés et restent l’apanage des grandes exploitations dites modernes » (p. 108). Les auteures pensent que les discours qui accompagnent les dispositifs techniques « devraient occuper une place plus importante dans la recherche sur l’innovation en agriculture ». Elles préconisent la possibilité de proposer aux agriculteurs « des outils moins complexes et mieux adaptés aux besoins des petites structures » (p. 109). Ensuite, Thierry Mazet (pp. 111-118) discute certains résultats de ce chapitre en faisant part de son expérience de terrain et d’éléments de prospective sur le devenir de l’agriculture dans cette région. La contribution de Nathalie Joly (pp. 119-140) permet de replacer l’usage de l’informatique et des tic dans les pratiques de traçabilité des agriculteurs. Elle décrit comment les exploitants produisent et gèrent de l’information dans leurs activités. Selon elle, les agriculteurs oscillent entre deux positions contradictoires : « D’un côté, la traçabilité est pour eux l’occasion d’améliorer la gestion de leur exploitation et de prendre conscience de l’impact de leurs pratiques […], d’un autre côté, les exigences de traçabilité, associées à la perspective des contrôles, sont un facteur de stress important [et sont] perçues comme une perte d’indépendance » (p. 135). Une contradiction qui semble développer « des stratégies destinées à s’approprier/contourner les systèmes de surveillance existants », de produire « du jeu autour des règles » (ibid.). S’ensuit l’entretien avec Jean-Marc Gautier (pp. 141-146), chef de projet à l’Institut de l’élevage, qui conforte cette problématique.

5Le dernier chapitre de l’ouvrage, « La viticulture à l’ère du numérique », traite du secteur particulier de la viticulture. Élizabeth Gardère et Gino Grammacia (pp. 149-176), analysent les mutations de la communication du vin via les réseaux sociaux et l’internet collaboratif. Ils remarquent que par « propagation numérique des discours » (pp. 172-173), le vin devient un objet au centre d’une pratique collective. L’entretien de Gilles Bianceau (pp. 177-182), qui traite des concepts de propagation, signale que « l’investissement de la sphère numérique par la filière viticole est encore faible et peu organisé.

6Par la suite, Marina Duféal et Julien Gelly (pp. 183-202) analysent la présence sur l’internet des établissements viticoles de France, d’Espagne et du Portugal. Leur ambition est « d’articuler espace géographique et cyberespace, d’ancrer la présence immatérielle de la filière du vin dans l’espace et les territoires » (pp. 202-202). Dans l’entretien qui en découle, Evelyne Resnick (pp. 203-210) discute les concepts géographiques et les choix des dispositifs numériques associés.

7Dans la dernière approche de l’ouvrage, Valérie Kociemba (pp. 211-230) s’attache, à étudier les sites internet viticoles pour tenter de dresser « l’identité du territoire viticole en ligne » en regard de l’espace réel et de ses représentations. Il apparaît que l’ancrage territorial semble être « un des éléments majeurs de la communication du vignoble […], ce sont les mots-clés en lien avec le socio-terroir qui dominent ; et le travail de l’homme qui est largement mis en évidence » (p. 228). Enfin, le dernier entretien, avec Christophe Château (pp. 231-235), confirme largement l’analyse de Valérie Kociemba en affirmant que l’identité en ligne et les outils de communication numérique vers les publics présentent à la filière viticole un point essentiel pour son avenir.

8Toutes ces contributions ont en commun de mettre en évidence l’intégration des tic et des dispositifs numériques dans un secteur où ils apparaissent à la fois comme des catalyseurs, ou des outils de changement. Pourtant, en agriculture, il semble impossible d’avoir recours à des scénarios précis explicitant les relations multiformes qu’entretiennent les nouvelles techniques et l’évolution des métiers s’y attenant. Néanmoins, à la lumière de ces intéressantes approches, les tic en agriculture semblent accélérer les évolutions bien que ne trouvent des terrains favorables que dans la mesure où les utilisateurs et exploitants intègrent les représentations de l’activité ou de la diffusion qu’ils sont susceptibles d’appuyer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Boenisch, « Aurélie Laborde, dir., tic et agriculture. Appropriation des dispositifs numériques et mutations des organisations agricoles », Questions de communication, 23 | 2013, 492-493.

Référence électronique

Gilles Boenisch, « Aurélie Laborde, dir., tic et agriculture. Appropriation des dispositifs numériques et mutations des organisations agricoles », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8617

Haut de page

Auteur

Gilles Boenisch

CREM, université de Lorraine, F-57000
gilles.boenisch@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page