Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Yves Gonzalez-Quijano, Arabités numériques. Le printemps du Web arabe

Arles, Actes Sud/Sindbad, coll. Sindbad, 2012, 192 p.
François Huguet
p. 490-492
Référence(s) :

Yves Gonzalez-Quijano, Arabités numériques. Le printemps du Web arabe, Arles, Actes Sud/Sindbad, coll. Sindbad, 2012, 192 p.

Texte intégral

1Ce qu’on nomme aujourd’hui le « Printemps arabe » est-il lié à l’essor des nouvelles technologies de l’information et de la communication (ntic) dans le monde arabe, avec des conséquences sur l’information et sur l’expression de l’opinion ? Si tel est le cas, de quelles manières les réseaux numériques redessinent-ils aujourd’hui les contours politiques et socioculturels de ce monde qui s’étend du Maghreb au Mashreq en passant par l’Indonésie et la péninsule arabique ? Enfin, faut-il parler de révolution face à l’ampleur des mouvements qui ont eu lieu en 2011 dans cette région ?

2C’est à partir de telles questions qu’Yves Gonzalez-Quijano parvient à rendre compte de la complexité et des enjeux qui entourent le développement de nouvelles cultures électroniques et de nouvelles identités numériques qui, selon ses propres termes, « forment les véritables racines de la révolte arabe » (p. 18). Il réussit aussi la prouesse de rédiger une synthèse simultanément objective, problématisée et pédagogique à propos d’une question majeure qui touche l’internet arabe : sa dimension sociopolitique. Yves Gonzalez-Quijano est de ceux qui soulèvent depuis longtemps des pistes de réflexion très intéressantes autant en sciences de l’information et de la communication, qu’en sociologie ou en sciences politiques, et il n’a de cesse de montrer que l’étude des sociétés arabes contemporaines passe par la connaissance approfondie des phénomènes culturels et des façons de faire quotidiennes de ces vastes et différentes populations. Fin analyste des mécanismes d’interactions entre ces acteurs, son travail – à suivre notamment sur son carnet de recherche en ligne, Culture et politique arabes (accès : http://cpa.hypotheses.org/​) –, montre l’intérêt de connaître l’usage des langages vernaculaires non seulement en soi, mais aussi en tant qu’expressions de conflits, d’innovations et de changements pour comprendre les mécanismes des identités et cultures arabes. Plutôt goffmanienne sous certains aspects, sa démarche a notamment pour objet les caractéristiques linguistiques des différents dialectes écrits et parlés, la logique sociale de leurs utilisations et les rôles que mettent en scène les acteurs qui y sont impliqués. Comme il le remémore en début d’ouvrage, « de par leur nature, les soulèvements de l’année 2011 incitent à observer comment ce que l’on nomme ici les nouvelles arabités numériques modifient la définition même du politique et de sa pratique » (p. 22). En effet, l’intérêt principal du livre – composé de cinq grandes parties – est sa cohérence et sa capacité à montrer que des éléments qui peuvent paraître éloignés entre eux et isolés (essor du print nationalism arabe (« nationalisme d’imprimerie »), implantation de la télévision satellitaire dans le monde musulman, utilisation de la voice over internet protocol (« voix sur ip » – voip ; par exemple, avec le logiciel Skype) par ces populations et leurs diasporas (bricolages d’usagers arabes face aux premiers outils d’éditorialisation du web, etc.) constituent, en réalité, la trame d’une même histoire du changement sociotechnique. Ce récit des ntic et de leurs conséquences dans le monde arabe, Yves Gonzalez-Quijano le conte sans fausses notes et avec une attention spécifique aux changements induits par ces technologies aux potentiels disruptifs et aux diverses pratiques qui lui sont attribuées.

3La première partie intitulée « Les shebabs [« jeunes »] ont fait fleurir le désert… numérique ! » (pp. 27-58) vise à replacer le débat sur les ntic et leurs influences loin de toute interprétation hâtive et hasardeuse. Mettant l’histoire récente de l’internet et de cette e-revolution au cœur de véritables données empiriques et à l’écart de certaines interprétations de publics occidentaux qui cherchent, parfois, à inventer des soulèvements à leurs images (p. 30-31), l’auteur relève aussi que cette e-revolution prolonge, d’une certaine manière, ce moment de réinvention identitaire et de renaissance culturelle du xixe siècle appelé Nahda quand naquit « l’arabité », communauté imaginée (Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, trad. de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Éd. La Découverte, 1996 [1983]), symbole de ce vivre ensemble arabe fondé grâce à l’imprimerie et à l’Empire Ottoman. En d’autres termes, « Hier une nouvelle manière d’“être arabe” a vu le jour avec l’arrivée de l’imprimerie et la diffusion de nouvelles médiations techniques dans le monde arabe ; aujourd’hui, à travers la révolution de l’information, ce sont de nouvelles arabités numériques qui se forgent et qui nourrissent les révoltes d’une jeunesse en quête d’une seconde Nahda » (p. 25). Fort de ce constat, et au lieu de partir à la recherche d’un « improbable territoire arabe de l’internet » (p. 54), Yves Gonzalez-Quijano s’interroge sur l’arabisation de l’internet au sens large et non pas dans son strict sens linguistique – avec d’édifiants encarts qui rassemblent, dans cette première partie, des données sur l’internet arabe (p. 35), la croissance de l’internet au sein de cette région (p. 43) et des informations sur la « net-génération » marocaine (p. 50). « L’arabisation d’Internet, […] à savoir non pas la simple traduction superficielle d’interfaces mais l’adoption de pratiques numériques banalement quotidiennes n’a fait qu’accompagner un ensemble de changements, trop nombreux pour ne pas remettre en cause l’immobilisme de la région. Sous cet angle, l’internet arabe est bien la métaphore d’une révolution sociotechnique, qui ne se limite pas à une “révolution de l’information” ni même à un renouvellement de la compétition politique » (p. 56). Cette première partie s’achève sur la démonstration que cette révolution réticulaire ne s’est pas construite sur un désert numérique mais bien sur quatre révolutions successives et interconnectées : celles du développement de la presse transnationale, des chaînes satellitaires, du premier web combiné à l’essor de la presse en ligne et, enfin, celle du web 2.0 et des blogs.

4La deuxième partie de l’ouvrage (pp. 59-87) traite du « web arabe » d’avant printemps et de sa relative invisibilité auprès des publics occidentaux avant 2011. Chronologiquement, le chercheur revient sur les moments historiques qui ont forgé des pratiques numériques, devenues banales depuis lors du Maghreb au Mashreq, mais qui, selon lui, ont durablement accompagné le changement sociotechnique et l’ont conduit à remettre en cause l’immobilisme politique et culturel de cette région. Se fondant sur des exemples relativement emblématiques d’utilisations politiques des réseaux (notamment, le cas des blogs et des pages Facebook politiques tunisiens et égyptiens et celui de la numérisation des quotidiens d’information arabes), l’auteur interroge plus en profondeur la question de savoir si le passage à une nouvelle technique est seulement une question de support. Ainsi remarque-t-il que la perception même du politique a évolué autant chez les utilisateurs que chez les États. Cette partie comporte d’édifiants repères chronologiques sur le web arabe avant 2011 (de 1991 à fin 2010 ; p. 68-70).

5La troisième partie (pp. 89-109) analyse les aspects « cyberoptimistes » de ces nouvelles arabités numériques. Yves Gonzalez-Quijano rend compte du déroulement du printemps arabe et examine « l’action libératrice des nouvelles technologies de l’information et de la communication [qui] s’exerce essentiellement dans trois domaines » (p. 95). Ces trois fonctions qui correspondent aussi à trois phases différentes sont : la mobilisation (ntic : lieu où s’exprimer sans craindre la répression), la coordination (solution pour l’action collective) et la documentation (médias avec lequel on peut avoir une couverture très importante et où l’on peut publiciser son activité militante ou dénoncer des situations ; exemples syriens et égyptiens à l’appui). Dans cette partie, l’auteur commence aussi à envisager trois éléments réellement disruptifs au sein des identités arabes : l’irruption de nouvelles manières d’affirmer son individualité au monde et au sein de la structure socioculturelle arabe, les aspects polyphoniques des messages et de ces discours individués et, enfin, l’extraordinaire mise en récit de ce printemps et de ces acteurs (cette réflexion sera surtout développée à la fin de l’ouvrage).

6Dans la quatrième partie (pp. 111-146), Yves Gonzalez-Quijano aborde le « côté obscur de la force : le cyberpessimisme » (p. 111). Convoquant, tour à tour, les écrits de Evgeny Morozov (The Net Delusion: The Dark Side of Internet Freedom, Philadelphie, Public Affairs, 2011) la doctrine cyberdiplomatique américaine 21st century statecraft, adoptée sous la première administration de Barack Obama et les déclarations de Sami Ben Gharbia, pionnier tunisien de l’internet politique arabe qui, très tôt, alerta les « cyber activistes arabes face à la liberté sur internet Made in usa » (p. 120 ; voir aussi : http://nawaat.org/​portail/​2010/​09/​17/​the-internet-freedom-fallacy-and-the-arab-digital-activism/​), l’auteur démonte les naïvetés qui sont bien souvent concomitantes à l’analyse en surface des mouvements des révolutions arabes de l’année 2011-2012. Ainsi nuance-t-il un propos qui n’était pourtant pas techno-enthousiaste-naïf tout en analysant, encore plus finement, la nature des liens que les réseaux sociaux sont capables de tisser. Il montre de quelles manières les dynasties pétrolières de la péninsule arabiques, mais aussi les États-Unis, ont su utiliser ces soulèvements pour briser des dynamiques de changement bien plus profondes – par exemple, Wael Ghonim, icône révolutionnaire égyptienne qui « incarne à la perfection le nouveau monde arabe prêt à se révolter contre l’injustice mais pas nécessairement au prix de ruptures dans l’univers des relations économiques » (p. 116). Yves Gonzalez-Quijano reprend Ben Gharbia pour avancer trois évolutions négatives de la contestation en ligne : la « politisation à outrance de l’activisme en ligne, [la] perte de crédibilité des réseaux contestataires constitués à l’origine de manière indépendante et enfin [le] développement d’une sorte d’activisme en ligne parallèle, financé par l’extérieur donc moins “authentique” » (p. 124).

7Dans une cinquième et dernière partie intitulée « Les origines numériques des soulèvements arabes » (pp. 147-176), Yves Gonzalez-Quijano conclut son propos en soutenant que les évènements de 2011, quelles que soient leurs conséquences politiques, « gardent toute leur importance, non seulement parce qu’ils ont quelque peu changé le regard du monde sur cette région mais aussi la vision que leurs peuples ont d’eux mêmes et surtout de cette génération du numérique » (p. 148). Évoquant les enjeux liés à la centralisation des flux numériques au sein d’une société globalisée, le chercheur conclut en abordant l’individualisation des pratiques que révèle l’observation de ces cultures internet. « L’affirmation de l’individu en tant que personne autonome est sans cesse plus grande. L’internaute arabe s’affiche désormais, en assumant ses prises de position, ses sentiments, sa vie personnelle qui fait l’objet de blogs, littéraires ou non, et qui se construit, surtout chez les plus jeunes, à travers les échanges incessants des flux numériques » (p. 165). Un ouvrage qui débusque de façon claire, objective et perspicace un nouveau monde arabe qui s’est présenté à la face du monde lors de l’année 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Huguet, « Yves Gonzalez-Quijano, Arabités numériques. Le printemps du Web arabe », Questions de communication, 23 | 2013, 490-492.

Référence électronique

François Huguet, « Yves Gonzalez-Quijano, Arabités numériques. Le printemps du Web arabe », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8614

Haut de page

Auteur

François Huguet

Codesign Lab & Media Studies, Télécom ParisTech, F-75634
francois.huguet@telecom-paristech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page