Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Jean Davallon, dir., L’économie des écritures sur le web. Volume 1 : traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme

Cachan, Hermès/Lavoisier, coll. Ingénierie représentationnelle et constructions de sens, 2012, 288 p.
Fredj Zamit
p. 481-484
Référence(s) :

Jean Davallon, dir., L’économie des écritures sur le web. Volume 1 : traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme, Cachan, Hermès/Lavoisier, coll. Ingénierie représentationnelle et constructions de sens, 2012, 288 p.

Texte intégral

1Ce premier volume de l’ouvrage collectif L’économie des écritures sur le web est le fruit d’un projet soutenu par l’Agence nationale de la recherche (anr) débuté en 2006 sous le titre « Traces d’usages et médiations éditoriales dans les grands corpus du web » regroupant une équipe de recherche réunissant le Laboratoire Culture et communication (université d’Avignon et des pays de Vaucluse), le gripic (Paris-Sorbonne, celsa), MoDyCo (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et geriico (université Charles-de-Gaulle Lille 3). En adoptant une approche sémiotique et sociale des écrits numériques en ligne, l’étude aborde la question des énonciations dans les médias informatisés et s’intéresse précisément à la dynamique des écritures entre les configurations formelles des interfaces et les participations créatives et individualisées des internautes. Ainsi interroge-t-elle les possibilités offertes aux énonciateurs dans la définition des formes techniques et sémiotiques et dans la gestion des activités des usagers, notamment à travers des dispositifs de délégation énonciative destinés aux internautes. Après avoir questionné, dans une étude préliminaire, les formes de médiation sociale, scripturale et technique sur des sites internet de tourisme, les chercheurs focalisent leur travail non pas sur les pratiques d’écriture elles-mêmes, mais plutôt sur l’étude des traces d’usage, à savoir aux conditions de production de l’écriture, à sa transcription et à sa représentation. C’est ce que les auteurs appellent la « textualisation » des contributions écrites des usagers (p. 25). D’ailleurs, un des apports de l’ouvrage est la conceptualisation. Des notions comme « architexte » et « réseau » ont été remises en question, d’autres comme « trace » et « filière sémiotique » ont été élaborées au cours de la recherche. Ayant pour dénominateur commun l’articulation des deux versants opératif et sémiotique des textes, l’ouvrage comporte cinq chapitres qui abordent respectivement l’interférence entre la dimension technique des écritures et leurs formes de réception, la définition des activités informationnelles à travers la programmation informatique, la relation entre les modes de présence des lieux et les pratiques d’écriture du voyage et, enfin, les modes de construction des figures d’identité.

2Nous donnerons un aperçu de la problématique générale de cette recherche et nous rendrons seulement compte d’une sélection de trois contributions dont le chapitre introductif qui porte le surtitre « Ouverture ». Titré « Battle at Kruger. Web 2.0 et filières sémiotiques » (pp. 37-50), la première contribution de l’ouvrage retrace les diverses formes d’appropriation et les marques d’usage d’une vidéo amateur. Publiée en 2007 sur Youtube sous le titre Buffalo survives lions Attack, puis sous le titre Battle at Kruger, la vidéo, qui rend compte de l’histoire d’un bufflon sauvé par le troupeau de l’attaque d’un groupe de lions, jouit d’une popularité grandissante. Elle suscite aussi des formes diverses de réactions et d’écritures participatives comme le visionnage, les avis, les commentaires écrits et les commentaires vidéo. L’auteure de cette contribution, Catherine Saouter, distingue deux formes d’appropriation. La vidéo appartient d’abord à la filière de la « culture de masse » (p. 41) incarnée dans le site de visionnage Youtube et les formes d’expression spontanées qu’il autorise pour les internautes. Ces derniers réalisent des performances intertextuelles autour de la vidéo par le truchement des textes, des photographies, des vidéographies, des paroles, etc. Les usagers réagissent à cette vidéo, la commentent et créent une série de contenus qui dépassent le cadre de l’histoire originale. Ensuite, Battle at Kruger s’inscrit dans la filière « de la culture légitime » (ibid.) à travers la création d’un site internet portant le même nom avec un copyright. Il comporte des éléments contextuels et d’autres productions hétérogènes qui relèvent aussi bien de la « culture basse » que de la « culture haute » (p. 44). Le changement de registre se manifeste également dans l’acte de la chaîne de télévision National Geographic qui réalise un documentaire sur la vidéo. Ainsi, après avoir été l’objet d’une énonciation particulière et individuelle sur Youtube, en s’institutionnalisant, la vidéo est-elle désormais régie par une véritable stratégie d’énonciation.

3L’étude des traces d’usage montre également que la vidéo a changé de filière sémantique passant de l’univers du documentaire animalier avec un titre original dénotatif Buffalo survives lions Attack avec des éléments intertextuels sous forme de liens du même genre vers un registre épique énonçant l’aventure du bufflon comme une épopée. Ainsi l’auteure fait-elle ressortir l’ampleur de la fonction expressive qu’acquiert l’événement à travers son énonciation et sa réception. Elle conclut que les avis et les traces produits par les internautes ne relèvent pas du débat, mais qu’ils sont plutôt une expression de soi. À ce propos, on peut nuancer cette conclusion en remarquant que l’importance de la dimension expressive s’explique par la nature extraordinaire de l’histoire du bufflon ainsi que par la vocation ludique de l’outil Youtube. D’ailleurs, les discussions que les contributeurs de Wikipédia alimentent au sujet de la véracité des informations communiquées dans les articles représentent une forme de débat.

4Dans le troisième chapitre, qui porte le titre « Les modes de présence des lieux et de leurs pratiques dans l’écriture du voyage » (pp. 123-163), Émilie Flon et Yves Jeanneret analysent les formes particulières que prennent les relations entre les pratiques des lieux et l’écriture du voyage dans les productions sur les cinq sites collaboratifs de tourisme Cityzeum, Webcity, Voix nomades, Participez.com et Mapsack. En s’appuyant sur l’exemple du site Mapsack, les auteurs interrogent l’articulation entre les représentations des lieux et les activités qui y sont liées. Ils constatent que le système de classification sur le site n’associe pas les lieux et les actions et qu’il se contente de répartir une gamme de stéréotypes visuels sur une typologie des lieux. Comme les autres sites étudiés, Mapsack privilégie le point de vue panoramique sur le monde comme moyen de connaissance afin de surmonter les contradictions et la complexité du réel ce qui représente une « utopie de savoir » selon l’expression utilisée par Michel de Certeau dans son ouvrage L’invention du quotidien. Vol. 1. Arts de faire (Paris, Gallimard/Folio, 1990). Ainsi en surplombant le monde à travers les représentations cartographiques, les contributeurs se placent-ils en position de détenteurs de savoir et prétendent-ils tout connaître et tout classer. Or, comme il l’a été démontré dans la recherche, les catégories qu’ils établissent restent imprécises et les lieux représentés demeurent dissociés des pratiques qu’ils suggèrent. En effet, dans cette contribution, les auteurs mobilisent, entre autres outils, la notion d’utopie telle qu’elle a été développée par Michel de Certeau. Nous notons qu’un autre rapprochement entre l’étude et l’œuvre du même auteur mentionnée plus haut aurait été utile : la prédominance des configurations sociotechniques par rapport à la marge de manœuvre dont disposent les usagers est un des constats principaux de cette recherche. Cependant, Michel de Certeau a démontré l’importance des « tactiques » quotidiennes des « consommateurs » (ibid. : 45, 37) et leur capacité à s’approprier les outils et les productions pour faire face aux « stratégies » (ibid. : 47) et aux dispositifs qui tendent à orienter leurs perceptions et leurs actions. En ce sens, la réflexion de Michel de Certeau vient nuancer les résultats de cette recherche.

5Par ailleurs, contrairement au site Mapsack qui s’appuie sur la représentation cartographique, les autres sites mobilisent une économie d’écriture fondée sur la raison graphique et alphabétique, ce qui, selon les chercheurs, représente un glissement du visible vers le lisible. Ainsi la représentation visuelle du monde n’est-elle pas nécessaire au dispositif panoramique car il peut s’exprimer par l’écriture linguistique. Le mode descriptif du panorama repose sur la description synoptique qui prétend fournir une description exhaustive des lieux au point que ces derniers n’existent que par le discours et demeurent dissociés du monde réel. Cette représentation synoptique s’apparente à l’utopie en tant que prétention du langage de donner une description totalisante de l’espace. La médiation au sein des sites étudiés se caractérise par un mode discursif qui est la description synoptique. Ce mode discursif est activé par un processus opérant, à savoir la figure du neutre qui permet de dépasser les contradictions tels le caractère systématique de la classification et la singularité des pratiques. La médiation se manifeste dans le mécanisme de classement qui détermine le format des productions et permet de rendre le monde lisible malgré la mise à distance des pratiques des lieux.

6Dans le quatrième chapitre « Petites formes, grands dessins : d’une grammaire des énoncés éditoriaux à la standardisation des écritures » (pp. 165-201), les chercheurs Étienne Candel, Valérie Jeanne-Perrier et Emmanuël Souchier s’interrogent sur la manière dont les formes s’agencent à l’écran. Ils constatent une articulation entre la diversité des énoncés éditoriaux (icônes, photos, titres, hyperliens, etc.) qui forment une grammaire éditoriale et la standardisation des écritures (grands dessins, gabarits de page, Content Management Systems, templates, etc.) qui se substituent aux fonctions éditoriales assumées auparavant par le maquettiste. Le texte devient un assemblage de « petites formes » manipulables ayant la fonction opérative de « signes passeurs » (p. 169). Les icônes, les flèches de navigation, les hyperliens, etc. sont agencés sous forme d’une structure tabulaire à l’instar de l’index. Ils représentent une promesse d’accès permettant d’agir sur le texte. Les auteurs notent donc une taylorisation des écritures impliquant, d’un côté, les experts comme le concepteur, le développeur informatique, l’intégrateur html qui uniformisent les données et, de l’autre côté, les internautes ayant un savoir-faire dans les « petites formes » et auxquels on délègue des tâches dans le domaine de l’édition en ligne. Ainsi, suivant la logique du web 2.0, les usagers intègrent-ils la chaîne d’industrialisation et de production de l’écriture. À la fin du chapitre, les chercheurs observent que la dynamique de « petites formes » qui représentent une stylistique des écrits d’écran n’est pas nécessairement liée aux sites de tourisme et qu’elle semble généralisable à l’écriture dans les médias informatisés.

7Au terme de cette recherche, les auteurs constatent une dissociation entre les mécanismes d’automatisation dans le traitement des contenus informationnels et les possibilités d’action offertes aux internautes et ceci malgré la dynamique participative des nouveaux médias. Somme toute, les opérateurs techniques formalisent les contributions des internautes via la classification et les versants culturel et éditorial de l’écriture tendent à régresser en raison de l’industrialisation de celle-ci. Sur le plan méthodologique, en s’intéressant plutôt au processus d’écriture, de transformation et de circulation des documents, les chercheurs défendent l’hypothèse selon laquelle les médiations s’allongent à travers les actions de différents agents techniques et humains qui interviennent dans la configuration et l’énonciation des textes. Néanmoins, l’allongement des médiations est interprété par les auteurs comme une hybridation des univers formel et culturel de l’écriture, car celle-ci est fondée sur des opérateurs techniques (calculs, logiciels, gabarits, etc.), mais ces opérateurs prennent sens dans le contexte social de l’internaute qui peut effectuer des choix d’écriture et faire usage des possibilités d’interaction et de collaboration offertes par l’informatisation des pratiques sociales comme celles relatives au tourisme. En effet, en étudiant la médiation, l’équipe de recherche met l’accent sur la dimension procédurale et technique et donne beaucoup moins d’importance à ses significations sociales et symboliques. Bien que les auteurs se revendiquent d’une approche sémiotique, ici, la logique formelle incarnée dans la technique prime sur les perceptions des acteurs, les valeurs qu’ils confèrent à leurs actions, les usages et les appropriations qu’ils font des documents et des outils. Le second volume à paraître, La dynamique réflexive des régimes documentaires, sur lequel débouchera ce projet de recherche se focalisera, peut-être, davantage sur les acteurs sociaux et la dimension sémiotique des actions et des productions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fredj Zamit, « Jean Davallon, dir., L’économie des écritures sur le web. Volume 1 : traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme », Questions de communication, 23 | 2013, 481-484.

Référence électronique

Fredj Zamit, « Jean Davallon, dir., L’économie des écritures sur le web. Volume 1 : traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8605

Haut de page

Auteur

Fredj Zamit

CREM, Université de Lorraine, F-57000
fredj.zamit@yahoo.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page