Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Michaël Bourgatte, Vincent Thabourey, dirs, Le cinéma à l’heure du numérique. Pratiques et publics

Paris, MkF Éd., coll. Les Essais numériques, 2012, 223 p.
Yan Liu
p. 480-481
Référence(s) :

Michaël Bourgatte, Vincent Thabourey, dirs, Le cinéma à l’heure du numérique. Pratiques et publics, Paris, MkF Éd., coll. Les Essais numériques, 2012, 223 p.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Michaël Bourgatte (Télécom ParisTech) et Vincent Thabourey (Cinémas du Sud) réunit six textes de chercheurs et neuf contributions de professionnels du cinéma et de la culture. Il s’inscrit dans un travail de recherche collectif portant sur des pratiques utilisant les nouvelles technologies cinématographiques. Il s’affilie dans un processus de réflexion globale et vient conclure près de huit années de discussions, d’échanges et de travail.

2Face à l’arrivée de l’ère du cinéma numérique, les salles de cinéma vivent une véritable révolution technologique avec la généralisation de la projection des films au format numérique. Avec le développement des techniques, quels intérêts les nouvelles technologies peuvent-elles présenter pour la vie quotidienne ? Existe-t-il des limites à ces nouvelles technologies ? Comment le public considère-t-il ces mutations numériques ? L’œuvre répond à ces questions.

3En effet, les chercheurs ont effectué une recherche transversale dans plusieurs domaines pour répondre à ces questions. Des articles issus du monde de la recherche et du secteur professionnel donnent un point de vue sur la révolution des techniques. Il apparaissait incontournable de faire un état des lieux des changements technologiques et de leur impact sur les pratiques et les publics du cinéma afin de repenser la manière dont l’industrie cinématographique continue de s’insérer dans son époque. Les auteurs rendent compte à la fois des possibles et des limites des nouvelles technologies pour les pratiques et les publics du cinéma.

4L’ouvrage est clairement séparé en deux parties ; c’est en tout cas la première impression qui s’en dégage. La première partie s’intéresse à la question théorique, met en discussion les notions de rupture et de continuité qui accompagnent le plus généralement les réflexions portant sur le numérique. L’article de Jérôme Brodier – délégué général du Groupement national des cinémas de recherche (gncr) s’interroge sur l’émergence des nouvelles techniques dans les salles et cherche à comprendre comment financer les équipements du secteur en termes de distribution et d’exploitation. Cela dit, il manque une intervention sur ce nouveau marché. Comment résoudre ce problème ? Le Centre national du cinéma et de l’image animée (cnc) veut établir un système mutualiste pour compenser les conséquences de cette non-intervention. À la fin de son article, Jérôme Brodier souligne qu’il est important de conserver une place pour la diversité culturelle afin d’éviter une baisse de la fréquentation.

5La deuxième partie s’intéresse à « Approcher autrement la question de la culture cinématographique » (p. 111), plutôt qu’à la situation pratique et publique réellement. Elle aborde la question de la pratique cinématographique liée aux nouvelles technologies numériques dans le contexte culturel pris au sens large. Les chercheurs indiquent que la culture n’est pas réductible à des activités artistiques, c’est aussi une somme de savoir que les individus ont acquis des phénomènes socio-économiques (p. 14). Dans cette partie, Michaël Bourgatte développe son sujet : « le public du cinéma d’art et essai tel qu’il est ». L’auteur s’appuie sur des gens ordinaires habitant la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour analyser les modalités de formation et de circulation de la valeur cinématographique. Il considère que les inégalités sociales d’accès à la culture sont d’un ordre nouveau : il existerait des phénomènes qui ont une relation entre la fréquence d’accès à la culture et la scolarisation ou la précarisation de l’emploi.

6L’identité des salles d’art et essai repose sur le maintien d’une position alternative et non concurrentielle. Cette conception d’un marché bipolaire consolide la présence de ce que l’historien nomme un « invariant », autrement dit, l’impossibilité d’exister de manière autonome, mais nécessairement en rapport à une entité autre. D’un autre côté, il insiste sur la place du film dans une programmation de salle de cinéma selon les villes, les films et le type d’ambition de sortie.

7Sabine Putorti, directrice de l’Institut de l’image d’Aix-en-Provence, effectue sa recherche dans deux salles du cinéma de l’Institut – une salle économique et une autre salle d’art et essai. L’objectif est de montrer l’histoire de cinéma dans chaque période. Dans sa contribution, Sabine Putorti interroge la communication qui est fortement liée aux attentes du public quant au cinéma de patrimoine. D’abord, elle analyse la catégorie de public qui vient à l’Institut d’image pour voir les films et distingue une catégorie qui regroupe surtout des seniors, ceux-ci n’hésitant pas à faire trois heures de trajet pour venir (p. 190). Il s’agit d’une ville étudiante. Le public jeune occupe une grande proportion de la fréquentation et l’auteure explique qu’il vient plutôt aux séances de l’après-midi ou en début de soirée avant de rentrer chez lui. Ensuite, Sabine Putorti indique que les gens entre 35 et 50 ans constituent la tranche d’âge la moins représentée parce qu’ils ont des enfants et sont très pris par leur vie professionnelle (p. 191). En même temps, elle remarque que les meilleurs taux de fréquentation sont le dimanche après-midi et les films ayant le plus de succès sont les films d’actualité. En tant que chercheuse et face à cette situation inégale, elle propose que l’Institut de l’image fasse un effort sur la programmation en la diversifiant pour augmenter progressivement sa fréquentation. Selon l’auteure, si l’on veut parvenir à capter la plupart des audiences, il faut prendre en compte le facteur notoriété dans l’organisation d’une programmation (p. 195).

8L’ouvrage présente une très large palette de productions dont les descriptions très détaillées auraient mérité de laisser place à des analyses plus approfondies. Mais, et peut-être est-ce en tant que lectrice chinoise, je regrette qu’une grande majorité des exemples soient uniquement français. Ces exemples sont à rapprocher de la situation actuelle du cinéma en Chine car les chercheurs chinois considèrent que les nouvelles technologies ont une influence sur la société et sur les publics. Pour autant, l’ouvrage aide à prendre conscience des possibilités que les nouvelles technologies du cinéma offrent à l’étude de la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yan Liu, « Michaël Bourgatte, Vincent Thabourey, dirs, Le cinéma à l’heure du numérique. Pratiques et publics », Questions de communication, 23 | 2013, 480-481.

Référence électronique

Yan Liu, « Michaël Bourgatte, Vincent Thabourey, dirs, Le cinéma à l’heure du numérique. Pratiques et publics », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8601

Haut de page

Auteur

Yan Liu

CREM, université de Lorraine, F-57000
eliane.0716@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page