Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Séverine Arsène, Internet et politique en Chine. Les contours normatifs de la contestation

Paris, Karthala, coll. Recherches internationales, 2011, 420 p.
Tiphaine Zetlaoui
p. 479-480
Référence(s) :

Séverine Arsène, Internet et politique en Chine. Les contours normatifs de la contestation, Paris, Karthala, coll. Recherches internationales, 2011, 420 p.

Texte intégral

1En s’intéressant au développement de l’internet en Chine, Séverine Arsène examine la manière dont les internautes chinois utilisent la toile pour se mobiliser. En ce sens, l’auteure s’attache à mettre en visibilité les enjeux, les mécanismes et la portée des e-contestations dans un pays fortement marqué par la censure. L’auteure a le mérite de présenter clairement ses hypothèses et sa méthodologie qui s’appuient, principalement, sur une enquête de terrain réalisée auprès d’internautes installés à Pékin et avec lesquels elle a mené des entretiens semi-directifs. Par ailleurs, elle analyse ce qui se dit sur des forums de discussion ou des blogs chinois tout en se référant à des données chiffrées – qu’elle ne manque pas de manier avec précaution – issues d’enquêtes statistiques produites par les autorités chinoises, le Chinese Internet Network Information Center et l’Académie des sciences sociales chinoise. Séverine Arsène a aussi étudié des articles de presse afin de mieux comprendre le contexte dans lequel les réactions des internautes chinois prenaient forme. L’originalité de la démarche réside dans la capacité que possède l’auteure à déconstruire subtilement un certain nombre d’études menées par des chercheurs travaillant sur le caractère subversif du réseau numérique. Ainsi s’applique-t-elle à ne pas faire basculer sa réflexion dans un dogmatisme qui la conduirait là où la communauté scientifique à tendance à se diriger. D’abord, elle évite d’idéaliser le pouvoir de mobilisation de l’internet qui, par ailleurs, est souvent perçu comme le lieu par excellence où les principes habermassiens du consensus et de l’intersubjectivité seraient les mieux à même de se réaliser et d’être institutionnalisés. Ensuite, elle ne surestime pas certaines causes qui servent souvent à expliquer les échecs des contestations numériques comme les dispositifs de censure ou l’apathisme politique de la jeunesse post-80. De manière inductive, la sociologue montre à quel point il est difficile de cerner les mécanismes de la contestation chinoise. La mobilisation des Chinois par l’internet revêt non seulement un caractère profane, désordonné et imprévisible, mais ses objectifs sont ambigus et complexes à déterminer car souvent animés de logiques paradoxales. Force est de reconnaître que s’il existe une évaporation ou une crise du politique, le sentiment national des Chinois est toujours présent. En effet, si la population entre dans l’ère de l’individualisme et du matérialisme, elle reste attachée à la tradition, demeure respectueuse de l’État et de ses dirigeants et est particulièrement attentive à la cohérence des agissements de ces derniers. Ainsi, si la contestation des internautes ne s’incarne pas dans un projet politique défini, ni dans une volonté de renverser le pouvoir en place, les internautes chinois sont-ils soucieux de défendre leurs intérêts en faisant preuve d’« empowerment » c’est-à-dire de « capacitation » (p. 40). De ce fait, c’est dans cette contradiction entre adhésion et désintéressement que se jouent les processus de la mobilisation qui arrivent souvent à se mettre en place et à retentir. C’est en montrant qu’ils sont en accord avec les principes de modernité défendus par leurs gouvernants que les internautes finissent par se faire entendre et même à obtenir le changement de certaines lois. Ainsi les Chinois reprennent-ils les valeurs instiguées par le gouvernement comme celles de « qualité » d’« harmonie » et d’« unité » (p. 59) pour faire valoir leurs droits et entendre leurs mécontentements lorsque celui-ci ne respecte pas ce qu’il prône, à l’instar de l’affaire de Sun Zhigang (p. 301) qui constitue le premier cas très connu de mobilisation de la population et des élites intellectuelles chinoise par l’internet. En 2003, lors d’un contrôle d’identité, Sun Zhigang, jeune styliste, n’a pas pu montrer un certificat de résidence aux policiers. Placé dans un centre de détention, il est décédé à la suite de coups et blessures. La mobilisation par le réseau fut telle que le gouvernement chinois fut contraint de réagir en lançant une enquête, en désignant des coupables et en modifiant la loi régissant ce type de centres de détention.

2De manière générale, c’est l’idéologie étatique qui sert de repères aux Chinois et qui les aide à fixer les limites de ce qu’il est bon ou non de dire. Selon Séverine Arsène, « le pouvoir est ici envisagé comme une relation à laquelle participent tant les dominants que les dominés » (p. 73). Son approche du pouvoir s’appuie sur un paradigme interactionniste ; ainsi met-elle en avant les jeux d’interaction existant entre les citoyens et les gouvernants en cherchant à les contextualiser à l’aune des évènements en cours.

3En définitive, le livre éclaire la manière dont les Chinois utilisent la technologie internet en même temps qu’il invite à réfléchir sur la complexité et la diversité des formes de mobilisation qui se créent sur la toile. Ainsi permet-il de prendre conscience qu’il est primordial de ne pas généraliser les pratiques des internautes et de ne pas croire en leur universalité. Toutes les mobilisations ne se ressemblent pas. C’est à ce titre qu’une frustration se fait tout de même ressentir car si la thèse de l’auteur est riche d’exemples, les paramètres historiques de la tradition relevant de la culture et de la politique chinoises n’ont pas été approfondis. L’auteure aurait pu mieux explorer les symboles forts de la Chine confucéenne et communiste afin que le lecteur puisse plus précisément comprendre ce qui se joue dans les paradoxes de la contestation chinoise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiphaine Zetlaoui, « Séverine Arsène, Internet et politique en Chine. Les contours normatifs de la contestation », Questions de communication, 23 | 2013, 479-480.

Référence électronique

Tiphaine Zetlaoui, « Séverine Arsène, Internet et politique en Chine. Les contours normatifs de la contestation », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8599

Haut de page

Auteur

Tiphaine Zetlaoui

CEISME, université Sorbonne nouvelle – Paris 3, F-75230
université Charles-de-Gaulle – Lille 3, F-59650
tiphainezetlaoui@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page