Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociétés

Romain Pasquier, Le pouvoir régional. Mobilisations, décentralisation et gouvernance en France

Paris, Presses de Sciences po, coll. Références, 2012, 380 p.
Philippe Hamman
p. 474-476
Référence(s) :

Romain Pasquier, Le pouvoir régional. Mobilisations, décentralisation et gouvernance en France, Paris, Presses de Sciences po, coll. Références, 2012, 380 p.

Texte intégral

1En format poche, publié dans la série dirigée par Patrick Le Galès et Denis Segrestin aux Presses de Sciences po, Romain Pasquier livre un ouvrage soigné, appuyé sur une solide bibliographie en science politique et agrémenté de 35 tableaux synthétiques sur les enjeux soulevés. Comme le veut la collection Références, il s’agit d’un essai de synthèse, sur le pouvoir régional que Romain Pasquier, directeur de recherche au cnrs, membre du crape (Centre de recherches sur l’action politique en Europe) à Rennes, est bien placé pour proposer. Le livre est une version remaniée de l’habilitation à diriger des recherches qu’il a soutenue en 2010 à Sciences Po sous la direction de Patrick Le Galès. Dès lors, l’auteur se fonde sur des sources de natures diverses : un programme européen – Citizenship after Nation-State (cans) – auquel il a participé sur le volet français ; des travaux de recherche appliquée, notamment en relation avec l’Institut de la décentralisation ; différentes recherches personnelles ayant permis d’accumuler depuis dix ans un riche matériau d’entretiens ; une importante analyse bibliographique.

2Romain Pasquier poursuit un double objectif : donner à saisir, d’une part, ce que le pouvoir régional dit des transformations des échelles de l’action publique, spécifiquement en termes de jeux multiscalaires, en contexte de mondialisation et d’intégration européenne et, d’autre part, ce qu’il analyse de la régulation publique dans la France contemporaine – à savoir penser la différenciation territoriale, par rapport à l’image classique de l’État unitaire, bien sûr, mais aussi, plus finement, quant à l’inflexion régionale que connaît aujourd’hui la décentralisation. Ainsi sort-on des oppositions binaires pour comprendre que la montée en puissance de certains acteurs territoriaux ne signifie pas mécaniquement un recul de l’État, qui reste associé à une figure de garant des solidarités interterritoriales.

3Ce double questionnement permet d’asseoir deux apports majeurs de l’ouvrage : d’une part, revenir, de façon affinée, sur la « régionalisation » comme tendance forte et largement pointée des dynamiques territoriales en Europe depuis plusieurs décennies, en intégrant les évolutions les plus récentes de la littérature (notamment, John Loughlin et al., eds, The Oxford Handbook of Local and Regional Democracy in Europe, Oxford, Oxford University Press, 2011) et les apports empiriques propres de l’auteur et, d’autre part, éviter de considérer, comme c’est parfois le cas, les problématiques territoriales comme un jeu à somme nulle où l’État perdrait ce que les régions et/ou les métropoles gagneraient – ce qui passe sous silence le fait central que ces espaces sont des territoires protéiformes qui ne sauraient « marcher comme un seul homme ».

4L’hypothèse principale émise par Romain Pasquier est de considérer la région comme une échelle privilégiée d’analyse du changement ; elle l’amène à étudier, à nouveaux frais, deux grandes questions : celle des nouveaux espaces de régulation économique et sociale et celle des dynamiques de territorialisation et d’aménagement du pouvoir (p. 23). Ces deux dimensions valent également pour les espaces urbains et métropolitains, Patrick Le Galès l’a largement pointé (Le retour des villes européennes. Sociétés urbaines, mondialisation gouvernement et gouvernance, Paris, Presses de Sciences po, 2011 [2003]).

5Pour réaliser son projet, c’est-à-dire appréhender les mécanismes de production des territoires et plus spécifiquement ceux d’institutionnalisation des espaces régionaux, Romain Pasquier organise son propos en trois volets : la région comme espace de mobilisation, ou ce qu’on appelle communément le régionalisme, correspondant à une dynamique ascendante – qui est aussi, pour l’auteur, l’occasion d’un retour sur l’épaisseur sociohistorique de l’enjeu régional sur la longue durée ; la région comme espace fonctionnel, celui de l’intervention de l’État ou de l’Union européenne, que l’on entend sous le terme « régionalisation », à travers, cette fois, une analyse « par le haut » ; l’auteur expliquant bien que la distinction entre les deux registres, régionalisme et régionalisation, est analytique ; ils sont en interdépendance ; la région comme espace de gouvernance qui renvoie à des logiques horizontales (et non uniquement verticales, comme les deux premiers registres) produisant des politiques publiques et induisant des stratégies, sachant qu’on a affaire à des espaces composites où, selon l’auteur, la question est largement celle de la capacité d’agir des acteurs régionaux en termes de ressources et de contraintes.

6Dans ce cadre d’analyse, l’auteur met en avant le concept de « capacité politique » – avec en arrière-plan les travaux de Clarence Stone sur le « régime urbain » de la ville d’Atlanta (Regime Politics, Governing Atlanta (1946-1988), Lawrence, University of Kansas, 1989) –, défini suivant une double dimension : « capacité à produire une vision partagée du territoire » et « capacité à construire des coalitions territoriales d’acteurs sur le temps long » (pp. 41, 43).

7Ainsi armé, le chercheur peut revenir sur la « région à la française » (c’est-à-dire un répertoire de légitimation bâti sur les politiques publiques), à l’aune des évolutions de la décentralisation qu’il tient en l’espèce comme un processus de régionalisation politique (élection du Conseil régional au suffrage direct, etc.) doublé d’une « régionalisation de l’organisation de l’administration territoriale de l’État qui consacre la région comme une grande scène de négociation de l’action publique en France » (p. 117) – la montée en force du préfet de région en est une incarnation visible. Cette lecture ne fait pas l’économie d’une réflexion sur les redéploiements inter-échelles qui se jouent simultanément. Partant des politiques de « justice territoriale » mises en œuvre en France depuis la fin de la Première Guerre mondiale à un niveau d’intervention régional (chapitre 3), l’auteur articule le processus, qu’il examine sur la longue durée, avec la mise en œuvre d’une politique régionale de l’Union européenne, autour du développement régional et contre les disparités économiques (on pense notamment à la création en 1975 du Feder (Fonds européen de développement régional) : il y a là un changement d’échelle de la « justice territoriale ».

8Corrélativement, un autre intérêt de l’ouvrage est justement de ne pas tomber dans une simplification des dynamiques d’européanisation : qu’elles se lisent « par le haut », « par le bas » ou horizontalement, elles ne peuvent être considérées comme généralisées – les recherches en termes de multi-level governance peuvent le laisser penser –, ni davantage séparées selon l’une ou l’autre modalité. Il n’y a pas un big bang européen – ce qu’ont bien souligné également Jeanie Bukowski, Simona Piattoni et Marc Smyrl (eds, Between Europeanization and Local Society: the Space for Territorial Governance, Lanham, Rowman and Littlefield, 2003) – et, plus que l’imposition, « l’apprentissage et la socialisation constituent des mécanismes clés pour la construction de stratégies européennes pro-actives » pour les espaces régionaux (p. 254). Précisément, Romain Pasquier avance une distinction entre européanisation normative et européanisation stratégique : sur ce deuxième plan, il montre que les régions françaises et leurs acteurs ne s’organisent pas pareillement autour des politiques européennes de développement régional.

9Au final, abordable et suggestif, l’ouvrage permet d’éclairer un public de spécialistes de l’action publique et de science politique, mais aussi, au-delà, ce que le changement peut vouloir dire aujourd’hui dans les politiques régionales, avec un regard ample, qui croise de nombreuses variables : les dynamiques territoriales de l’économie, l’intégration européenne, le clivage centre-périphérie ou encore la restructuration de l’État. En conclusion (p. 326), Romain Pasquier a raison de définir la région comme un « espace intermédiaire » et compléter le riche tour d’horizon de la littérature française et anglo-saxonne de science politique opéré en la matière par un regard sociologique appuyé par d’autres perspectives – par exemple, les intermondes analysés par Danilo Martucelli (« Penser l’intermonde », Revue du mauss, 27, 2006, pp. 431-443) ou les recherches en termes d’espaces et de projets-frontières, dans lesquelles nous nous inscrivons – permettrait encore d’en prolonger la portée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hamman, « Romain Pasquier, Le pouvoir régional. Mobilisations, décentralisation et gouvernance en France », Questions de communication, 23 | 2013, 474-476.

Référence électronique

Philippe Hamman, « Romain Pasquier, Le pouvoir régional. Mobilisations, décentralisation et gouvernance en France », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8595

Haut de page

Auteur

Philippe Hamman

SAGE, université de Strasbourg, F-67084
phamman@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page