Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociétés

Simone Landry, Le pouvoir, c’est pas sorcier : il suffit d’en avoir les clés

Presses de l’université du Québec, Coll. Praticom, 2012, 160 pages.
Jean Zoungrana
p. 471-473
Référence(s) :

Simone Landry, Le pouvoir, c’est pas sorcier : il suffit d’en avoir les clés, Presses de l’université du Québec, Coll. Praticom, 2012, 160 pages.

Texte intégral

1Le titre est explicite : il s’agit bien de démystifier le pouvoir en donnant aux lectrices et lecteurs les clés de compréhension des phénomènes de pouvoir. Pour ce faire, l’auteure propose non pas un traité du pouvoir, mais un opuscule très didactique agrémenté d’exercices, de corrigés d’exercices et de jeu de clés sans omettre d’y ajouter un glossaire adéquat afin que chacun puisse voir et expérimenter les jeux du pouvoir en acte. En effet, le pouvoir est en général présenté comme quelque chose de complexe, trop complexe même pour se laisser appréhender d’emblée en raison de son abstraction et, paradoxalement, de son omniprésence. Le pouvoir n’est-il pas partout ? On aurait tendance à ajouter partout et nulle part. Et pourtant, des relations interpersonnelles qui unissent la mère et l’enfant aux relations entre chefs d’État en passant par les organisations qui nourrissent le tissu social, le pouvoir demeure présent, souterrainement présent. Ce serait le lieu pour convoquer Michel Foucault et sa thèse sur la microphysique du pouvoir, mais Simone Landry, professeure au département de communication sociale et publique de l’université du Québec à Montréal (uqam), ne le fait pas. Les théoriciens du pouvoir ne sont guère invités à cet exercice de démystification en raison de la nature même du projet de l’auteure. Mais, on peut aussi se demander si une confrontation entre la question du pouvoir et celle du genre ne serait pas éclairante sur la nature même du pouvoir ; cela n’est pas non plus le propos de Simone Landry. Dans l’ouvrage, il s’agit – d’abord et avant tout – de pratique de pouvoir telle qu’elle se manifeste concrètement dans les groupes et les organisations.

2En effet, c’est comme formatrice, chercheuse et femme que Simone Landry s’est toujours intéressée à la question du pouvoir. Elle tire enseignement de sa propre expérience immédiate du pouvoir à travers sa longue fréquentation des instances universitaires, syndicales et politiques et de ses travaux de recherche pour proposer le jeu de déploiement du pouvoir. Sa thèse de doctorat, inédite à ce jour, portait très justement sur cette question : Le processus d’émergence de la structure du pouvoir dans les groupes restreints : la place des femmes et la place des hommes (Montréal, université du Québec, 2002). Si d’autres travaux et interventions porteront sur cette même thématique, l’ouvrage le plus significatif reste à ce jour Travail, affection et pouvoir dans les groupes restreints : le modèle des trois zones dynamiques, (Québec, Presse de l’université du Québec, 2007).

3Si donc le pouvoir, loin d’être un attribut personnel, relève d’une dimension relationnelle, il importe d’en dégager les multiples facettes afin d’assainir les relations dans tous les domaines de l’activité humaine. « Dans la sphère des rapports intimes, d’amour, d’amitié, de parentalité, où le pouvoir est aussi omniprésent, mieux en comprendre les tenants et les aboutissants peut contribuer à assainir les relations, à les rendre plus harmonieuses dans l’écoulement de la vie quotidienne » (p. 3). Ainsi le livre est-il divisé en cinq chapitres. Les deux premiers (pp. 5-20, 21-32) sont consacrés à la compréhension et aux fondements psychologiques du pouvoir : quelle distinction établir entre pouvoir et abus de pouvoir ? Le troisième (pp. 33-56) s’intéresse aux sources ainsi qu’aux déterminants du pouvoir avec une attention particulière portée sur la question du pouvoir des femmes. Les quatrième et cinquième (pp. 57-88, 89-112) étudient respectivement les questions du leadership et des stratégies de pouvoir. Enfin, tout au long de son exposé, Simone Landry met en évidence des clés de compréhension du pouvoir qui, regroupées, constitueront la conclusion du livre.

4Alors de quoi ce trousseau de clés indispensable au démontage de la mécanique du pouvoir est-il constitué ? Pour l’auteure, la compréhension du pouvoir passe d’abord par un constat : toute relation porte nécessairement en elle une composante de pouvoir. De sorte que l’une des clés majeures dans la compréhension de la nature de sa nature réside dans le fait que « pouvoir » et « influence » sont des termes synonymes : l’influence étant perçue comme la mise en acte du pouvoir.

5La conséquence de ce constat est qu’aucun pouvoir ne peut se passer du besoin de contrôle qui peut se décliner de deux manières : « le pouvoir de » et « le pouvoir sur ». Le premier renvoie à celui sur soi dans la mesure où c’est ce qui permet de développer des talents et des capacités. Le second souligne la dimension relationnelle qui s’opère dans toutes nos interactions quotidiennes.

6Le troisième jeu de clés montre qu’il n’est pas de pouvoir sans reconnaissance. Toutefois, des ressources et des attributs personnels sont indispensables à quiconque veut exercer de l’influence. Simone Landry montre qu’il existe six formes de pouvoir fondées sur six types de ressources : « le pouvoir de récompense, fondé sur la capacité de procurer des récompenses ; [celui] de coercition, fondé sur la capacité d’infliger des punitions ; [celui] légitime, fondé sur la position occupée, d’une part, et sur les valeurs intériorisées de ceux et celles que l’on veut influencer, d’autre part ; [celui] de référence, fondé sur l’amitié, l’amour ou l’admiration que l’on a pour la personne qui cherche à nous influencer ; [celui] d’expert, fondé sur la compétence ; et [celui] informationnel, fondé sur l’accès à des informations ou à des réseaux d’information pertinents » (p. 55). Il peut donc être important de tenir compte des déterminants sociaux du pouvoir : l’âge, le sexe, l’origine ethnique ou géographique, la religion… On comprend mieux la position particulière des femmes qui, bien souvent, n’ont exercé leur pouvoir que dans la sphère domestique. Au-delà des obstacles structurels et des obstacles personnels à l’accession des femmes à des postes de pouvoir, elles disposent néanmoins d’atouts : « la confiance en elles-mêmes ; la capacité d’oser et de prendre des risques ; l’appui de leur parti, de leur bureaucratie, de leur organisation ; le soutien d’un mentor ou d’une mentore dans leur démarche d’accession au pouvoir » (p. 56).

7Le quatrième jeu se focalise sur la question du leadership. De même qu’il n’est pas de pouvoir sans reconnaissance, il ne saurait y avoir de leadership sans reconnaissance. Car ce dernier repose sur la légitimité, la capacité de récompenser et de punir, l’accès aux informations, l’estime et l’admiration. Il existe deux types de leadership : celui des femmes est centré sur les processus et les résultats ; celui des hommes serait davantage orienté vers les résultats et déterminé par l’ambition de progression dans la hiérarchie.

8Enfin, le dernier jeu de clés relève de la mise en acte du pouvoir à travers les stratégies et les jeux, autrement dit les modes de son exercice. Il en ressort que toute stratégie d’influence passe par la possession d’un statut externe relativement élevé, la compétence perçue, la confiance en soi, la fluidité communicationnelle. Et au-delà des stratégies positives (la prise de parole, l’orientation de l’action) et les stratégies négatives (la manipulation, l’intimidation), aucune organisation n’est exempte de jeux de pouvoir. Ce sont là autant de clés constitutives d’une véritable pédagogie du pouvoir telle qu’expérimentée et analysée par Simone Landry.

9En somme, en mettant l’accent sur la dimension fonctionnelle du pouvoir, ce livre à l’écriture concise, à la démarche méthodique et à la tonalité pédagogique affirmée se présente comme une bonne introduction à la question du pouvoir tout en soulignant sa dimension fondamentalement relationnelle. Ainsi Simone Landry guide-t-elle et offre-t-elle un vade-mecum ou plutôt une boîte à outils à expérimenter et à partager afin de démonter la mécanique du pouvoir à l’œuvre dans les relations sociales et précisément dans les jeux de pouvoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Zoungrana, « Simone Landry, Le pouvoir, c’est pas sorcier : il suffit d’en avoir les clés », Questions de communication, 23 | 2013, 471-473.

Référence électronique

Jean Zoungrana, « Simone Landry, Le pouvoir, c’est pas sorcier : il suffit d’en avoir les clés », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8592

Haut de page

Auteur

Jean Zoungrana

SAGE, université de Strasbourg, F-67000
zoungrana@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page