Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociétés

Patrick Baudry, La ville, une impression sociale

Belval, Circé, coll. L’Art de ne pas, 2012, 120 p.
Alexandre Eyries
p. 468-470
Référence(s) :

Patrick Baudry, La ville, une impression sociale, Belval, Circé, coll. L’Art de ne pas, 2012, 120 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Patrick Baudry, professeur de sociologie à l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3, met en parallèle corps humain et corps urbain dans une dynamique permanente de saisie/dessaisie. L’auteur remémore que l’intérêt collectif excessif pour le lieu cache, le plus souvent, une méconnaissance du lieu, une impossibilité à saisir le lieu dans son essence même : « Le coin, le lieu, le recoin, la racine, le chez soi, l’entre-nous, l’entre soi, tout cela m’horripile. L’art du hors lieu consiste à faire du lieu un endroit dont on ne sait quoi faire » (p. 9). À force d’utilisation massive, la catégorie conceptuelle du lieu s’est, peu à peu, dépossédée de sa substance. En outre, elle est devenue un topos (au sens étymologique du terme), un « lieu commun », un passage obligé qu’on se sent sommé de convoquer dès lors qu’on s’aventure à parler de la ville.

2Contre les injonctions contradictoires qui rattachent à un lieu tout autant qu’elles en éloignent, le sociologue invite à pratiquer un art de vivre moins en ville que la ville. Dessinant les contours d’une manière inhabituelle d’appréhender le tissu urbain, Patrick Baudry affirme avec force que « dans le registre le plus rigoureux a priori, comment ne pas entrevoir qu’il n’y a de science qu’en art de débloquer ? Mettre du milieu, du hors lieu surtout, là où il faudrait un début » (p. 11). Appelant à refonder la sociologie urbaine, il propose de réapprendre à voir la ville sous un angle inédit et, pour cela, recommande de cesser de jauger tous les évènements à l’aune du concept de lieu, mais plutôt de repartir d’une tabula rasa (« table rase »), le « hors lieu » (emprunté au philosophe Emmanuel Levinas), pour recommencer à voir avec un œil neuf.

3Le livre conte les situations hésitantes et néanmoins précises où l’individu, le corps, l’image et la ville sont en interaction et en interconnexion constantes. Plus loin, l’auteur précise la visée qui sous-tend l’ouvrage : « la situation de soi, c’est-à-dire la pratique, est inséparable de l’image. D’où la nécessité d’une mémoire décousue d’une histoire linéaire. L’intrication de l’image et de la pratique, cette réalité non pas nécessairement nouvelle mais qui s’intensifie aujourd’hui, peut nous aider à comprendre ce que deviennent l’identité jouée et la scène urbaine. Elles aussi dans une interaction » (p. 12). Sur la scène urbaine circulent une multiplicité d’identités qui évoluent en profondeur en fonction des situations de la vie quotidienne qui les mobilisent et les mettent en œuvre. Patrick Baudry appelle à pratiquer le décentrement, le déplacement et le changement d’angle et de focale pour percevoir différemment les lieux, les choses et les individus.

4En définitive, Patrick Baudry donne une initiation à la liberté en affirmant que « ce sont les enfants qui ont toujours à se débrouiller dans un monde d’héritage, dont, par bonheur, ils peuvent parfois s’inventer libres : inventant leurs racines, en fabriquant ici et ailleurs, brouillant la fixation au lieu par des jeux d’espacements, auxquels il n’est pas nécessaire de croire » (p. 13). C’est en refusant les héritages, les filiations, les exhortations qu’on peut repenser son attachement à un lieu spécifique et même en brouiller les frontières, en estomper les cartographies. Brouiller la fixation au lieu, se déclarer originaire d’un lieu choisi plutôt qu’imposé, voulu plutôt que subi, c’est là toute la leçon de l’ouvrage qui pose comme principe que l’absence de croyance est le fondement : « nous sommes toutes et tous d’origine étrangère. Hors de nous-mêmes. Ou bien nous ne ferions que répéter ce que nous devrions être » (ibid.). C’est pour échapper à la force de reproduction sociale qui assigne une identité et un lieu de naissance qu’il faut en passer par une translation qui permet de percevoir l’étrangeté endémique qu’on recèle au fond de soi. Échapper à la logique, fuir les voies tracées d’avance pour creuser soi-même son propre sillon, telle est l’alternative offerte par le livre qui s’attache à construire « un art de ne pas être soi, d’échapper à la logique » (ibid.).

5Dans la première partie de l’ouvrage, intitulée « L’urbain le hors lieu » (pp. 15-35), le sociologue (p. 15) s’attache à définir l’urbain qui « est un mot qui sonne mal et [que] l’on ne songerait pas à […] utiliser pour parler de la ville où l’on habite ». Mentionnant le malaise qui saisit lorsqu’il faut dire d’où on vient ou préciser où on habite, il montre qu’un automatisme largement répandu fait parler de Paris, de Rio ou de Bordeaux, et donc de sous-entendre « qu’il s’agit, chaque fois, d’une ville » (ibid.), ou d’une simple extension de la superficie de la ville. D’ailleurs, on parle volontiers d’agglomération urbaine, de périphéries urbaines ou encore de péri-urbain mais toutes ces appellations ne font que renforcer l’idée que la ville en elle-même suppose une clôture tandis que la méthode sociologique proposée par Patrick Baudry ne peut concevoir l’urbain que comme ouverture des frontières, comme un au-delà de l’espace clos de la ville.

6Avec le concept d’urbain, « le privé et le public s’entremêlent. […] Les limitations du dedans et du dehors n’ont plus force d’autorité. En effet, on ne sait plus ce qui relève du maintenant et du possible. L’avenir devient l’à-venir dans une immédiateté qui déconcerte et qui peut sembler fausse. En effet, le faux et le vrai semblent se mêler. La ville distingue, tandis que l’urbain métisse et superpose » (p. 17). C’est dans ce métissage que le concept d’urbain s’épanouit le mieux puisqu’il s’accompagne d’un important brassage identitaire, interpersonnel et interculturel. Dans l’urbain, ce qui importe au sociologue, ce n’est pas tant son concept, son intelligence que son inexactitude, parce qu’il permet de battre en brèche un certain esprit de sérieux qui est de mise lorsqu’on traite de la ville et qui est globalement celui qui préside à toutes les politiques d’aménagement du territoire urbain depuis de nombreuses années. En effet, ces politiques sont indissociables de l’idée d’intégration : « on voudrait visser la ville à la ville, à son identité, à sa fixité, à son unité. Or un quartier n’est pas seulement “intégré” à une ville. […] La banlieue dévisse la ville » (p. 27).

7La ville telle que la pense Patrick Baudry n’est pas seulement un territoire intégré dans un autre plus grand (département, région) et subdivisé en parties plus ou moins égales (les quartiers, faubourgs ou arrondissements). Elle est une part non négligeable de ce que Marshall McLuhan (Marshall McLuhan, Quentin Fiore, Guerre et paix dans le village planétaire, Paris, R. Laffont, 1970 [1968]) a désigné sous le nom de village planétaire. De nos jours, plus personne n’habite seulement dans un quartier, dans une ville ou dans un département. Tous les êtres humains sont de plus en plus des citoyens du monde avant d’être des ressortissants de telle ou telle nationalité.

8La troisième partie de l’ouvrage met en évidence le lien indissoluble qui unit la problématique urbaine et les questions sociales (ou sociétales) dès lors qu’on s’intéresse de près au système urbain : « on dit que l’on fabrique de l’espace. Mais cette fabrication est aussi agencement du social, “réfection” des solidarités, “édification” des ambiances » (p. 69). Comme l’observe l’auteur, les mots qui servent à décrire la mise en œuvre du « bâti » peuvent s’employer pour parler du lien social, des convivialités, des connivences et des communautés liant et reliant les individus qu’il s’agit d’y impliquer.

9Ainsi forme-t-il l’hypothèse selon laquelle « la ville serait ainsi tout à la fois le lieu d’une déréliction, des replis sur soi, des sentiments d’insécurité et le moyen grâce auquel pourraient se retrouver les sociabilités perdues (ou en voie de perdition) » (pp. 69-70). Ce n’est donc qu’au prix d’un travail sur la ville et par la ville que le maintien de la cohésion sociale pourra être obtenu. C’est en tout cas le vœu – nécessairement utopique – que porte l’ouvrage de Patrick Baudry.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Patrick Baudry, La ville, une impression sociale », Questions de communication, 23 | 2013, 468-470.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Patrick Baudry, La ville, une impression sociale », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8588

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

I3M, université Nice Sophia Antipolis, F-06200
alex.eryries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page