Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociétés

François Audigier, Pascal Girard, dirs, Se battre pour ses idées. La violence militante en France des années 1920 aux années 1970

Paris, Riveneuve Éd., coll. Actes académiques, 2011, 244 pages.
Anne-Catherine Schmidt-Trimborn
p. 466-468
Référence(s) :

François Audigier, Pascal Girard, dirs, Se battre pour ses idées. La violence militante en France des années 1920 aux années 1970, Paris, Riveneuve Éd., coll. Actes académiques, 2011, 244 pages.

Texte intégral

1Une journée d’études organisée par François Audigier et Pascal Girard, avec le soutien du Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire et du ministère de la Défense, s’est tenue à Nancy le 8 juin 2010 avec pour ambition d’appréhender « La violence militante en France des années 1920 aux années 1970 ». Les débats de cette journée ont donné lieu à la publication.

2D’abord, les organisateurs s’attachent à définir le concept de violence politique qui comprend à la fois les violences physiques tangibles, celles matérielles et celles des discours, des mots, des images et des postures. La violence militante appartient au champ de la violence politique à ceci près que cette dernière « émane à strictement parler d’une organisation structurée (parti, syndicat, ligue...) et de ses membres » (p. 9).

3L’objet d’étude ainsi défini, il convient de le replacer dans son univers historiographique. Force est de constater que le thème de la violence militante a été largement délaissé par les historiens français à la différence de leurs homologues allemands ou italiens. C’est pour pallier ce manque que la journée d’études choisit un axe résolument francofrançais sur une période relativement longue. Si les aspects comparatifs et transnationaux sont volontairement mis de côté, les horizons politiques étudiés sont très divers : des communistes aux ligueurs d’Action française en passant par les gaullistes et les écologistes.

4Jean Philippet (pp. 33-49) s’intéresse à la théorie de la violence chez Charles Maurras et les maurrassiens. La violence, littéraire et esthétique, est ouvertement revendiquée à l’Action française (af), notamment dans les colonnes de son quotidien du même nom. Les Camelots du roi ont cherché à représenter un débouché à la violence du journal mais, si certaines actions spectaculaires – comme la fessée infligée à Amédée Thalamas à la Sorbonne en décembre 1908 – ont donné vie à la « propagande par l’action » (p. 39) chère aux dirigeants du mouvement, il reste un fossé entre la violence théorisée par les maurrassiens et la réalité. D’ailleurs, c’est ce qui explique le glissement progressif de certains ligueurs d’af vers le fascisme au cours des années 30. Las d’attendre le passage à l’acte, déçus par « l’inaction française » (p. 43) du 6 février, certains ligueurs choisissent la dissidence et rejoignent notamment la Cagoule, objet d’une seconde contribution de Jean Philippet (pp. 51-70). La Cagoule est entièrement dédiée à la violence : le terrorisme est son moyen exclusif d’action. Au printemps 1936, les dissidents d’af rencontrent les Croix-de-feu mécontents. Finalement, la Cagoule est une synthèse de la violence souhaitée par les anciens de l’af et des méthodes d’organisation des Croix-de-feu (bureaucratie, hiérarchie, secret). Si l’on sait que la Cagoule n’a jamais pu compter sur une masse militante importante (6 000 hommes), des doutes subsistent quant à son véritable projet politique : restauration d’un roi après une période de dictature militaire ou instauration d’un régime fasciste ?

5Quant à eux, les communistes français ont un projet politique défini et bien connu. Comme à l’extrême droite, l’utilisation de la violence est une constante de leurs pratiques militantes. Sylvain Boulouque (pp. 21-32) cherche à déterminer dans quelle mesure l’action violente est un critère de l’expérience militante communiste entre 1920 et 1939. Pour cela, il s’attache à brosser un portrait de groupe des militants connus pour leur violence avant de montrer que l’apprentissage par la violence représente une voie d’accès à la carrière militante au sein du Parti communiste même si elle ne garantit pas l’orthodoxie des militants. Les pratiques elles-mêmes constituent le second volet de l’analyse. La violence manifestante, en tant que « réponse légitime au système » (p. 28) en est un premier type. Il existe aussi une violence qui vise spécifiquement les forces de l’ordre, les adversaires politiques et les dissidents du parti. Ces deux violences sont à leur apogée au cours de la période 1947-1953, étudiée par Pascal Girard (pp. 93-117). L’entrée dans la Guerre froide entraîne une augmentation des violences physiques et matérielles (sabotage, attentats contre des demeures « jaunes » ; p. 103). Il convient également de souligner que la violence militante est encadrée par le parti à travers des directives et des consignes, mais aussi par une certaine exaltation dans les discours.

6Plus ambiguë et plus paradoxale est l’utilisation de la violence militante par les socialistes. Ces derniers ont notamment eu à faire face à la gestion de la violence militante en tant que responsables politiques locaux. Aude Chamouard (pp. 71-80) s’intéresse à la réaction des maires socialistes de Toulouse entre 1919 et 1939 face aux violences qui opposent Jeunesses socialistes et Camelots du roi. L’auteure montre que, officiellement, les maires socialistes appellent au calme et au respect de l’ordre tout en cherchant, en certaines occasions, à protéger les troupes socialistes des violences ennemies en faisant de la police un instrument politique. Le rôle de cette police, lors de confrontations entre groupements de gauche et d’extrême droite, est également mis en cause au moment des incidents de la salle Franklin, à Bordeaux, le 7 décembre 1931. Gilles Morin (pp. 81-91) remémore les grandes lignes de la manifestation qui oppose 300 hommes proches des Jeunesses patriotes (jp) à 2 000 représentants de divers mouvements de gauche. À l’issue de l’altercation, tous les blessés sont issus des rangs des jp. Ainsi la violence est-elle directement employée par la gauche comme le confirme Anne-Laure Ollivier (pp. 119-135) qui s’attache à étudier la situation dans la région marseillaise à la Libération. Les socialistes se posent alors en parti d’ordre, fidèles à la légalité républicaine et en opposition avec les gaullistes et les communistes. Toutefois, la violence est légitimée par la nécessité de défendre la République, notamment à l’occasion des campagnes électorales.

7Dans un tout autre registre que les socialistes, les poujadistes et, plus tard, les activistes de l’Algérie française ont aussi analysé la violence comme un moyen d’action légitimé par les circonstances. Nathalie Pistre (pp. 137-154) explique que, pour les poujadistes, la violence n’a jamais représenté un but en soi, mais bien un moyen de faire valoir leurs idées. Par ailleurs, le rapport de ceux-ci à la violence évolue selon le contexte. D’abord, l’Union de défense des commerçants et artisans (udca) est un groupe d’opposition qui souhaite faire entendre sa voix, si besoin par le biais de la violence. Ensuite, les poujadistes entrent en politique et cherchent à acquérir une certaine respectabilité avant de dériver, peu à peu, vers une sphère droitière et activiste.

8Olivier Dard (pp. 193-206) aborde la question de la violence des activistes de l’Algérie française au cours de la période 1955-1962. Le chercheur montre que l’héritage des droites nationalistes et des doctrines contre-subversives dans l’emploi de la violence est notable, mais en aucun cas prépondérant. La violence apparaît plutôt comme un « capital militant » (p. 200), comme une compétence requise, apprise et développée par les activistes de l’Algérie française de l’Union française nord-africaine (ufna) à l’Organisation armée secrète (oas). Toutefois, plusieurs phases successives se distinguent. Une première qualifiée de « contre-terroriste » (p. 201) qui constitue la période d’apprentissage de la violence ; une seconde phase « partisane » (p. 203) liée au Front national français fondé en novembre 1958 ; une dernière, la phase « clandestine et terroriste » (p. 205).

9Ensuite, Édouard Lynch (pp. 155-168) s’intéresse à la violence paysanne entre 1930 et 1970. La violence est largement employée par les paysans tout au long du xxe siècle et émane, en règle générale, des organisations de travailleurs (ouvriers et agricoles). Cependant, les années 30 semblent marquées par l’émergence d’une violence plus politique liée au dorgérisme. Dans les années 50, la violence paysanne est alternativement déclenchée par les organisations d’extrême gauche et d’extrême droite. Les années 60 sont le point de départ d’une nouvelle phase de mobilisation paysanne caractérisée par l’apparition de nouveaux leaders syndicaux et par la généralisation d’activités localisées au détriment des grandes manifestations régionales, ce qui implique un recours croissant à la violence.

10Néanmoins, en matière de violence militante, au cours des années 60, François Audigier (pp. 169-192) observe une décrue nette et rapide à l’échelle nationale, qui s’explique par la conjoncture de plusieurs facteurs : mise à l’écart des courants traditionnellement les plus violents (communistes et nationalistes), adaptation de la réponse policière aux violences politiques, évolution des modes de communication politique. Les gaullistes au pouvoir ont joué un rôle dans cette évolution, notamment par la formation, à la fin de 1959, du Service d’action civique (sac) qui se professionnalise dans le maintien de l’ordre tout au long des années 60.

11Dans les années 70, la lutte antinucléaire apporte de nouveaux éléments. Alexis Vrignon (pp. 207-221) explique que cette contestation est à l’origine de nombreuses violences et que celles-ci semblent largement tolérées par les tenants de l’écologie politique, courant alors en construction. Toutefois, après la manifestation de Malville le 31 juillet 1977, qui fait un mort parmi les manifestants, il semble que le seuil de la violence acceptable s’abaisse. Cette date représente un moment charnière pour l’écologie politique qui choisit désormais d’investir le mouvement social et de participer aux élections.

12Les caractéristiques de la violence militante semblent toujours liées aux organisations qui l’emploient. Néanmoins, il est une forme de violence que l’on retrouve d’un bout à l’autre de l’échiquier politique et sur toute la période envisagée. Il s’agit de la violence verbale étudiée par Jean El Gammal (pp. 223-236). Pourtant, cette dernière se place dans un registre différent car elle est souvent le fait des intellectuels à la tête des partis ou des organisations. La base militante, actrice privilégiée des violences, est moins familière des figures de style rhétoriques.

13Finalement, l’ouvrage témoigne du caractère persistant de la violence militante en France des années 20 aux années 70. Évidemment, les organisations d’extrême droite et d’extrême gauche sont au cœur de la problématique, mais il est intéressant de souligner qu’elles ne sont pas seules. Les pratiques violentes ont pu représenter une forme d’engagement ultime en faveur de ses convictions d’un bout à l’autre de l’échiquier politique. Lorsqu’il s’agit de violence militante, une question traverse tous les débats, à savoir celle de la légitimité de la lutte. Les militants, les membres des services d’ordre, les policiers, les dirigeants des organisations, tous placent l’idée de combat légitime au cœur de leurs arguments. On en revient donc toujours à cette question : peut-on sortir de la légalité pour défendre une cause jugée légitime ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Catherine Schmidt-Trimborn, « François Audigier, Pascal Girard, dirs, Se battre pour ses idées. La violence militante en France des années 1920 aux années 1970 », Questions de communication, 23 | 2013, 466-468.

Référence électronique

Anne-Catherine Schmidt-Trimborn, « François Audigier, Pascal Girard, dirs, Se battre pour ses idées. La violence militante en France des années 1920 aux années 1970 », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8585

Haut de page

Auteur

Anne-Catherine Schmidt-Trimborn

CRULH, université de Lorraine, F-54000
anne-cath.schmidt@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page