Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Gilles Polizzi, Anne Réach-Ngô, dirs, Le livre « produit culturel » ? De l’invention de l’imprimé à la révolution numérique

Paris, Orizons, coll. Universités, 2012, 364 p.
Gilles Boenisch
p. 464-466
Référence(s) :

Gilles Polizzi, Anne Réach-Ngô, dirs, Le livre « produit culturel » ? De l’invention de l’imprimé à la révolution numérique, Paris, Orizons, coll. Universités, 2012, 364 p.

Texte intégral

1L’ouvrage introduit une nouvelle façon d’analyser, de concevoir et de comprendre l’objet-livre, depuis son apparition sous forme de produit imprimé jusqu’à sa récente mutation en service dématérialisé imposée par le numérique. Selon les coordinateurs, il ne s’agit pas de faire l’apologie des innovations, mais plutôt d’apporter un regard critique sur les mutations du « livre-produit » (p. 13) en l’abordant d’un point de vue diachronique, de l’invention de l’imprimé à la révolution numérique. « Que l’on adopte sur le livre le point de vue de la production, où le produit désigne un ensemble de caractéristiques et de fonctionnalités, ou celui de la commercialisation, qui désigne par le terme de produit l’ensemble des attentes à satisfaire formulé par le consommateur, celui-ci apparaît bien comme “un produit”, c’est-à-dire un objet conçu et fabriqué en fonction des usages et des attentes des consommateurs » (p. 14).

2En désirant explorer particulièrement les statuts « de marchandise » et « de produit » associés au livre, les auteurs interrogent tantôt le lieu de réalisation et de transmission, tantôt les différents espaces d’appropriation, lieux rhétoriques autant que spatiaux ; ils analysent et expliquent leurs points de convergence et de divergence à travers divers exemples et aboutissent en considérant le livre « comme un objet dynamique régi par des composantes fonctionnelles bien déterminées » (p. 15). Mais plus que cela encore, parler de « produit » ne semble pas suffisant, car il est aussi le lieu de propagation de la culture. Les auteurs prennent donc le parti de le considérer comme un « produit culturel » : « envisager le livre comme un “produit culturel”, revient alors à dépasser la “dialectique potentiellement conflictuelle entre légitimité artistique (évaluée par les pairs et les experts) et légitimité industrielle (fondée sur le succès commercial et la rentabilisation de l’investissement consenti)” pour se demander quelle pensée de l’œuvre le livre suscite, dès lors qu’il est engagé dans un circuit de production et de diffusion qui le traite par définition comme une marchandise destinée à la consommation » (p. 14).

3La première partie, « Le livre d’Ancien Régime ou la culture négociée » (pp. 41-96), réunit des approches s’intéressant aux pratiques éditoriales et aux représentations du livre du xvie au xviiisiècle. Elle s’attache à montrer que les réflexions et discours sur la marchandisation de la culture ne résultent pas du marketing moderne des industries culturelles, mais semblent bien ancrés, dès la Renaissance, dans le principe de commercialisation de l’imprimé et de la constitution de l’objet-livre, aboutissant aux grandes bibliothèques modernes. Dans cette optique, Anne Réach-Ngô (pp. 43-62) analyse la participation de l’objet-livre à la constitution et à la valorisation, à la Renaissance, du patrimoine culturel français, par son statut « d’outil » adapté à la conservation et à la consécration de l’identité nationale. En examinant le dispositif éditorial des romans des xviie et xviiie siècles, l’article d’Anna Arzoumanov (pp. 63-76) étudie comment le recours au satirique constitue un procédé commercial efficient pour republier « autrement » des ouvrages ayant connu une préalable notoriété. Elle arrive à en conclure qu’il s’en dégage une certaine conception de la culture entendue comme un lieu de partage de références et intérêts communs (pp. 72-73). Sara Harvey (pp. 77-96) clôture cette partie en analysant les ouvrages de portraits littéraires du xviiie siècle. Elle met en exergue les différents processus d’adaptation du genre « portrait littéraire » à des publics et à des usages distincts, de l’édition précieuse jusqu’au produit de librairie. Ces trois contributions ont en commun de mettre en lumière la valeur symbolique de l’objet-livre, accompagné de tout un imaginaire qui a contribué à le façonner. Elles témoignent également de progressives évolutions du rapport des médias à la culture.

4La seconde partie, « Le livre de Boulevard : la transaction et ses acteurs » (pp. 97-170), s’intéresse plus spécifiquement à « la représentation de la transaction et de ses acteurs à partir de la Révolution industrielle : présenté comme un produit commercial en tant que tel, le livre s’exhibe sur la scène culturelle » (p. 17). L’industrialisation des processus de fabrication et le développement de la presse accompagné par celui de la publicité contribuent à l’émergence et la diffusion des livres. Caroline Raulet-Marcel (pp. 99-118) montre les ambivalences du discours éditorial à visée promotionnelle en évoquant sa mutation et son influence dans les processus d’écriture eux-mêmes. On apprend que le discours promotionnel devient une ressource, pénétrant peu à peu l’univers de la fiction pour formaliser une littérature marchande. L’article de Vasilica Le Floch (pp. 119-132) s’attache à analyser les stratégies typographiques mises en œuvre pour préserver l’identité des textes face aux contraintes éditoriales. Car, il semblerait que c’est « dans la matière même du texte […] que s’opère la véritable transaction intellectuelle » (p. 18) permettant l’adhésion des lecteurs. Suit l’article de Sylvie Ducas (pp. 133-150) qui s’intéresse à la valeur ajoutée promotionnelle des prix littéraires attribués aux auteurs. Des prix qui relient éditeurs et auteurs dans des systèmes servant de levier commercial plus que de légitimité. Cette approche s’interroge donc sur la dimension symbolique de ces dispositifs, en regard d’une certaine image de la culture que sont censées représenter ces distinctions. Enfin, dans la dernière contribution de cette partie, Alexandra Gueydan-Turek (pp. 151-170) interroge l’influence de la diversité des lieux de publication sur la représentation des auteurs et la réception de leurs textes dans les espaces éditoriaux.

5La troisième partie, « La diversification du produit : typologie et catalogues » (pp. 171-265), se consacre à l’étude des différentes conditions éditoriales délimitant les champs culturels. L’objectif est de décrire les procédés d’identification qui permettent la diversification du livre en tant que « produit éditorial ». L’article de David Alliot (pp. 173-194) pose la question des modalités de réappropriation des œuvres en comparaison à d’autres œuvres imprimées. Ensuite, Nicolas Surlapierre (pp. 174-214) examine les livres d’artistes irréductibles à tout classement qui, par cette caractéristique particulière, ont su intégrer les circuits de diffusion en gardant des qualités « perfomantielles » (p. 21). Bertand Ferrier (pp. 215-242) interroge le statut de la littérature de jeunesse en questionnant la validé de la valeur culturelle de ce type d’ouvrage. Il tente de décrypter le paradoxe qui conduit le livre à produire les éléments même qu’il dénonce ou dont il se nourrit simultanément. Enfin, Brigitte Ouvry-Vial (pp. 243-265) termine par un article consacré au livre et à la bibliothèque et relativise le statut de « produit culturel », qui omet la légitimité de l’imaginaire personnel des auteurs, mais aussi celle imprégnée de chaque production dans sa réception individuelle.

6La dernière et quatrième partie, intitulée « L’immatériel numérique, produit, service ou création ? » (pp. 267-350), traite de la question numérique et des politiques éditoriales et des stratégies de librairie s’y attenant. D’une actualité récente, tant en contradiction qu’en continuité avec les parties précédentes, les contributions montrent toutes l’importance et l’influence du concept du livre imprimé malgré sa dématérialisation et ses modes d’accès différents. Benoît Berthou (pp. 269-284) entame cette partie avec un article consacré aux librairies en ligne devenues des « interfaces » (pp. 280-281) impliquant de nouvelles modalités de distribution et d’accès. S’ensuit l’analyse d’Anaïs Guilet (pp. 285-300) qui s’interroge sur la place qu’occupe le livre papier à l’époque de la publication numérique et démontre les incapacités des nouveaux outils de s’affranchir de la culture de l’imprimé, et donc d’innover. Pauline Gauquié (pp. 301-316), compare ensuite les modalités de cohabitation des publications imprimée et numérique, notamment sur l’internet, qui sont à envisager comme une réelle mutation des contenus éditoriaux. Cécile De Bary (pp. 317-332) poursuit par une analyse des sites d’auteurs publiés sur l’internet en décrivant un moyen d’expérimenter et d’interroger le statut des livres et surtout de la publication via des gestes nouveaux de création exploitant le numérique. Enfin, Julie Hétu (pp. 333-350) propose une formalisation nouvelle de la publication sous l’appellation de « livre-lecteur », une expérimentation qui est à comprendre comme un livre sonore et communicant dans un seul et même « objet-roman ».

7Dans leurs spécificités, ces contributions montrent que le livre, à l’heure du numérique, est loin de se dématérialiser. Il s’agirait même du contraire ; sa prégnance en tant qu’objet ne fait qu’influencer et canaliser les nouvelles tentatives de s’en éloigner, malgré les potentialités variées des nouveaux outils de lecture que sont les multiples dispositifs numériques. En cela, malgré les nouveaux usages, le livre semble imposer sa standardisation ancienne comme un modèle à décliner dans son renouveau électronique, plus que jamais devenu une « marchandise », un « produit » de la culture communicationnelle contemporaine.

8Finalement, l’ouvrage se veut particulièrement instructif et éclairé pour qui désire approfondir ses connaissances. « Le livre », faisant déjà l’objet de nombreux travaux, apparait sous un jour nouveau : celui de la standardisation et de la marchandisation qui ont permis de le modeler sous la forme que nous connaissons et qui semble à l’aune d’une évolution avec ses transpositions numériques qui cherchent encore leurs spécificités. Ainsi le rapprochement de la variété des points de vue des auteurs offre-t-il une lecture large et permet-il au lecteur non initié de se forger une riche idée sur la question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Boenisch, « Gilles Polizzi, Anne Réach-Ngô, dirs, Le livre « produit culturel » ? De l’invention de l’imprimé à la révolution numérique », Questions de communication, 23 | 2013, 464-466.

Référence électronique

Gilles Boenisch, « Gilles Polizzi, Anne Réach-Ngô, dirs, Le livre « produit culturel » ? De l’invention de l’imprimé à la révolution numérique », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8582

Haut de page

Auteur

Gilles Boenisch

CREM, université de Lorraine, F-57000
gilles.boenisch@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page