Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Julie Maeck, Montrer la Shoah à la télévision : de 1960 à nos jours

Paris, Éd. Nouveau Monde, coll. Histoire/Médias, 2009, 430 p.
Anne-Sophie Legros
p. 457-458
Référence(s) :

Julie Maeck, Montrer la Shoah à la télévision : de 1960 à nos jours, Paris, Éd. Nouveau Monde, coll. Histoire/Médias, 2009, 430 p.

Texte intégral

1« L’analyse historique des productions télévisuelles relatives au génocide des Juifs est un domaine encore largement en friche » (p. 15). C’est sans doute pour cela que Julie Maeck décide de consacrer sa thèse de doctorat en histoire à ce sujet. Intitulée Voir et entendre la destruction des Juifs d’Europe. Histoire parallèle des représentations documentaires à la télévision allemande et française (1960-2000), celle-ci est soutenue en 2007 et l’ouvrage Montrer la Shoah à la télévision : de 1960 à nos jours en constitue l’aboutissement. Le livre vise à réaliser une généalogie des représentations documentaires du génocide juif à travers les films produits et diffusés sur les télévisions allemande et française entre 1960 et 2000. Il s’ouvre sur un paradoxe : comment « voir » et « entendre » la destruction des Juifs d’Europe puisqu’il n’existe aucune image prise dans les chambres à gaz et, par définition, pas de témoins ? L’analyse fine et complète des documentaires à travers les traces sonores, visuelles et scripturales permet de répondre à cette question. Pour cela, l’auteure s’appuie sur trois corpus de films documentaires programmés sur des chaînes publiques françaises, allemandes et sur Arte. Ces corpus permettent l’examen parallèle de la réception des deux côtés du Rhin et garantissent de l’originalité à ce travail. Le plan de ce livre suit un ordre chronologique et couvre cinq périodes différentes caractéristiques de changements dans les représentations documentaires du génocide juif.

2Le premier chapitre (pp. 25-81) s’ouvre sur l’année 1961. En effet, c’est pendant cette année qu’une rupture profonde est marquée dans l’évolution mémorielle et dans l’étude historique du sort des Juifs pendant la seconde guerre mondiale. D’ailleurs, le procès d’Adolf Eichmann, responsable de la logistique de la solution finale, est l’événement fondateur de cette évolution. Les télévisions allemande et française commencent à produire et diffuser les premiers documentaires sur l’extermination systématique des Juifs. Plus spécifiquement, dans ce premier chapitre, Julie Maeck étudie quatre de ces documentaires dont Mein Kampf (1960), d’Erwin Leiser, qui, selon Arte, est « le premier documentaire allemand sur le IIIème Reich qui osa aborder le sujet après la guerre » (p. 27). Cependant le génocide juif ne constitue pas le sujet principal de ces documentaires dans les années 60, il ne le deviendra qu’à partir de la fin des années 70. Dans ces documentaires pionniers, la part belle est faite aux images d’archives émanant principalement des nazis. Les premiers témoins commencent à apparaître dans des « films de conversation » ; ils ont un pouvoir d’authentification et permettent une visée morale et pédagogique. Le Chagrin et la Pitié (1971) de Marcel Ophuls est un de ces premiers films dans lesquels des témoins ont le rôle de dire l’histoire. L’image d’archive ne se montre désormais plus qu’au second plan pour laisser sa puissance évocatrice aux témoignages.

3Pourtant, ce n’est qu’à la sortie de la série Holocaust (1978), réalisée par Marvin Chomsky, que le public prend vraiment conscience de la tragédie vécue par les Juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale. En mettant en scène une famille juive sous le nazisme, il se crée une rupture importante dans le contexte historiographique ouest-allemand. Julie Maeck analyse cette rupture ainsi que la manière dont les chaînes allemandes et françaises ont préparé et accueilli la venue de cette série documentaire. En République fédérale d’Allemagne (rfa), Holocaust est un « événement médiatique avant même sa programmation à la télévision allemande » (p. 141). En effet, un important travail de promotion a été réalisé en amont de sa diffusion et il émerge peu de critiques de ce documentaire, contrairement à la France où, après cinq mois de polémiques, il est enfin diffusé et placé sous le signe de l’éducation. À l’instar d’Holocaust, les documentaires des années 70 marquent un tournant dans les représentations télévisuelles de la destruction des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, du point de vue du contenu comme de la réalisation. Le génocide juif, devenu le sujet principal des films, est relaté par le truchement du témoignage qui joue un rôle matriciel bien que, et malgré cette importance donnée au témoignage, le matériel iconographique existant reste toujours utilisé.

4Cependant, concernant ce même matériel iconographique, un changement radical s’opère en 1985. Après six ans de recherches, dix campagnes de tournage dans 14 pays et cinq ans de montage, Claude Lanzmann sort Shoah, film documentaire de neuf heures et demie refusant catégoriquement les images d’archives et se construisant autour et contre l’impossibilité de « voir » et d’« entendre » la destruction des Juifs d’Europe. Il s’inspire de la méthode de du témoignage de Marcel Ophuls tout en la radicalisant. Pour Claude Lanzmann, les témoins ont « un pouvoir omnipotent : ils doivent transmettre le savoir, la vérité » (p. 333). Dans Shoah, le contenu et le dispositif filmique ne bouleversent pas les carcans du récit documentaire, mais cela reste une « borne essentielle pour saisir les représentations des années 1980 » (p. 342).

5Dans les années 90, le matériel iconographique se banalise, il s’agit dorénavant de fournir une représentation inédite du passé. Le statut de l’image d’archives se transforme : désormais, les réalisateurs cherchent des prises de vues en couleur et des films d’amateurs, mais ils peuvent également donner une nouvelle signification aux anciennes images. Après l’âge d’or du témoignage, nous pouvons penser aujourd’hui qu’il laisse sa place à l’expertise. En effet, le rôle et la fonction accordés aux témoignages mutent en passant de l’ordre de l’intelligible à celui de l’affectif, tandis que l’historien fait son entrée dans les films documentaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie Legros, « Julie Maeck, Montrer la Shoah à la télévision : de 1960 à nos jours », Questions de communication, 23 | 2013, 457-458.

Référence électronique

Anne-Sophie Legros, « Julie Maeck, Montrer la Shoah à la télévision : de 1960 à nos jours », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8572

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Legros

CREM, université de Lorraine, F-57000
anne-sophie.legros3@etu.univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page