Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Alain Lallemand, Journalisme narratif en pratique

Bruxelles, De Boeck, coll. Info & Com, 2011, 223p.
Hadj Bangali Cissé
p. 455-457
Référence(s) :

Alain Lallemand, Journalisme narratif en pratique, Bruxelles, De Boeck, coll. Info & Com, 2011, 223p.

Texte intégral

1Alain Lallemand est un grand reporter au quotidien bruxellois Le Soir, spécialiste des groupes criminels, des réseaux clandestins et guérillas et auteur de N’oubliez pas le guide (Avin, L. Wilquin, 2007) – un récit sur la relation entre un journaliste et son guide arabe jusqu’à la mort de ce dernier – et de L’Organizatsiya (Paris, Calmann-Lévy, 1996) – un livre sur la mafia russe. En choisissant Peter Arnett (prix Pulitzer 1996 pour sa couverture de la guerre du Vietnam) pour préfacer son ouvrage (pp. 7-20), l’auteur veut montrer l’importance de l’implication réelle du reporter dans les missions qu’il est appelé à couvrir. Peter Arnett a couvert des zones de conflits du Vietnam à l’Afghanistan en passant par l’Irak, le Salvador, l’Iran, le Nicaragua, le Liban et la Guyane. Dès les premières pages, son expérience sert à aborder et décrire le métier de reporter de guerre et l’ouvrage traduit bien l’assertion qu’on trouve dans N’oubliez pas le guide, «  il n’y a pas de journalisme sans entretien amoureux ».

2Le livre est élaboré dans le cadre du nouveau système européen de transfert de crédits (ects) et couvre le niveau master 2 en France, en Suisse, en Belgique et au Canada. Il est composé de huit chapitres, d’un glossaire et d’une bibliographie/webographie.

3Le premier roman de l’auteur, La femme héroïne (Alian Lallemand, Bruxelles, L. Wilquin, 2007), a puisé dans les sources du reportage de terrain en retraçant le double assassinat réel d’une coopérante belge, Hélène De Beir, travaillant pour Médecins sans frontières – d’ailleurs, une fondation portant son nom a pour devise « Résistez à l’injustice, à la haine, à la peur et à la bêtise ! » (accès : http://www.helenedebeirfoundation.org/​fr/​; consulté le 14/03/13) –, et de la journaliste Maria Grazia Cutili du quotidien italien Corriere della Sera.

4Dans le premier chapitre (pp. 21-47), les fondamentaux du récit – composé de quatre sous-chapitres : « L’âge de la non-fiction » (pp. 24-31), « Tentative de définition » (pp. 31-34), « Comment déceler le récit ? » (pp. 34-39) et « En chasse ! » (pp. 39-47) –, l’auteur plonge dans le « souffle du réel » (p. 43).

5 « L’action est le maître-mot du récit journalistique » (p. 21), telle est la quintessence même des fondamentaux du récit. En retraçant l’âge d’or de la non-fiction à travers des rédacteurs célèbres tels Ernest Hemingway, Albert Londres, Joseph Kessel, François-Jean Armorin et David Finkel, Alain Lallemand montre comment le reporter-journaliste « s’abandonne dans l’action, “l’expérimente, la digère” » (p. 23).

6Selon l’auteur, l’héritage de Léon Tolstoï – qui, au xixe siècle, couvrit le siège de Sébastopol par ses récits, diffusés en langue française dans le journal bruxellois Le Nord – et celui de Rudyard Kipling – sous forme de roman avec des articles publiés dans Civil and Military Gazette de Lahore – ont influencé la pratique du récit journalistique. Aujourd’hui, les sources d’inspiration se trouvent chez des auteurs tels Jon Krakauer – qui a relaté son ascension du mont Everest dans le récit Tragédie à l’Everest (Paris, Presses de la cité, 1998) – et Anderson Cooper– figure emblématique du journalisme et de la télévision américaine, chef d’antenne du Anderson Cooper 360° sur la célèbre chaîne américaine Cable News Network (cnn) possédant, depuis le 11 septembre 2011, sa propre émission de débat ou talk-show, Anderson.

7En faisant le pari de rassembler dans une même analyse le romancier Truman Capote, le reporter Gay Talese et Tom Wolfe, le jeune auteur américain innove en inventant la littérature de non-fiction, fondée sur le réel et l’enquête journalistique. Selon lui, celle-ci offre plus de possibilités : 

  • « le réel peut-être mis en scène et non plus froidement relaté,

  • La première personne du singulier est adéquate pour rendre le point de vue des protagonistes

  • Le délai démonstratif est plus efficace que l’affirmation

  • La restitution de dialogues entiers est préalable à des citations incomplets noyées dans un paragraphe » (p. 28).

8Ceci va marquer « le triomphe discret du récit [qui s’impose] comme un monde dominant d’écriture journalistique à l’occasion de la guerre du Vietnam » (pp. 28-29). En prenant comme métaphore le « slam ou crowd surf, cette technique consistant à se laisser porter physiquement par la foule lors des concerts » (p. 23), l’auteur s’attarde sur un élément fondamental du récit journalistique, l’abandon. Ceci est tellement vrai que même « cnn forme actuellement ses équipes à des reportages plus européens – avec plus de sons d’ambiance, une qualité d’images et de commentaires plus recherchée » (Loïc de la Mornais, « cnn, un modèle d’innovation », pp. 143-147, in : Rémy Le Champion, Journalisme 2.0, Paris, Éd. La Documentation française, 2012, p. 147). Cependant, il convient de pouvoir déceler le récit qui, comme une fable, doit avoir des « des perspectives, morales, voire existentielles » (p. 36).

9L’humilité, le rapport du journaliste à son sujet, sa source – en prenant quelques précautions, par exemple, avec l’interview d’enfants mineurs, surtout en zone de conflits –, son positionnement – qui ne doit être guidé que par les règles de l’éthique professionnelle –, la collecte d’informations sur le récit – notamment sur les paroles captées – sont indispensables pour démarrer une enquête solide. Celle-ci suppose « une mise à niveau préalable de l’information du journaliste » (p. 39). S’impliquer plutôt que s’immerger dans l’action, être prêt du souffle de l’explosion pour en sentir réellement les effets sans pourtant être submergé par l’explosion ; telle est la place du journaliste qui doit se garder d’être trop longtemps affecté par l’histoire qu’il doit relater. Le récit n’est pas seulement un simple rapport des faits. À l’instar d’un spectacle, il se prépare, se met en scène pour espérer recueillir l’information essentielle. Une femme se livre plus facilement qu’un homme écrit l’auteur ; je dirais plutôt que tout dépendra du contexte, de la mise en scène et du flair du journaliste. Celui-ci doit savoir capter la parole comme une action au moyen d’un enregistrement audiovisuel permettant de mieux faire ressortir tous les détails du récit. « Enfin rappelez-vous la règle du pied : un portier d’hôtel ne s’intéresse guère aux faits divers que vous traquez, il s’intéresse à ses pieds. D’où la nécessité d’aborder une source par ses centres d’intérêts et non pas par les vôtres » (p. 44-47). Ce discours techniciste est à relativiser puisque les journalistes impliqués n’ont pas toujours les moyens adéquats pour faire correctement leur travail.

10Dans le deuxième chapitre, « Les ingrédients de la “bonne histoire” » (pp. 49-75), et en deux sous-chapitres – « L’arc narratif » (pp. 51-64) et « Le narrateur et sa voix » (pp. 64-74), l’auteur décrit les règles d’une bonne narration journalistique. Le journaliste est lié à son histoire par un contrat dans lequel l’arc narratif – qui est une ligne d’action –, la tension narrative – qui constitue une montée en puissance, faite de rebondissements – et le narrateur et sa voix – le choix de l’adoption d’une voix narrative, la première ou la troisième personne du singulier, peu importe, l’essentiel est de respecter le lecteur en tant qu’être humain doué de raison et de sentiments – sont les piliers. Certes, il est engagé, mais il ne doit pas perdre de vue qu’il n’est pas lui-même le héros de son récit – voir l’interview de Jonathan Littel, prix Goncourt 2006, auteur des carnets de Homs de retour en Syrie dans le journal le Progrès (09/07/12, p. 11). En refusant le terme héroïque, Jonathan Littel explique que les journalistes ne vont pas risquer leur vie pour des salaires de 2 000 ou 3 000 euros.

11Dans l’arc se retrouvent le(s) protagoniste(s) ; la complication faite d’actions et de réactions sous la forme d’un combat porteur de tension qui capte l’intérêt et l’attention du lecteur, et enfin le dénouement – qui répond à la complication.

12Le schéma narratif est abordé dans le troisième chapitre (pp. 76-94) par trois parties : « Les enjeux » (pp. 78-85), « Le schéma narratif » (pp. 85-91) et « Les segments de la narration » (pp. 91-94). Fondé sur le couple complication-dénouement, cette section traite essentiellement de la nécessité de situer les enjeux de l’histoire à relater dans laquelle « l’accessoire et la digression doivent […] figurer aux côtés d’éléments essentiels de compréhension » (pp. 78-85). Comme tout récit, l’action doit demeurer le moteur de l’histoire et il est capital que la complication et le dénouement s’expliquent par un verbe d’action qui aura davantage de force narrative. Des sous-complications peuvent survenir et l’intérêt du journaliste est toujours d’entourer son récit de symboles moralisants qui, comme une évidence, devraient s’imposer au lecteur. Par exemple, il peut varier dans la forme d’écriture avec la règle de trois (rebonds) du récit journalistique permettant de déboucher sur le dénouement d’une histoire (pp. 86-94).

13Dans le quatrième chapitre, « Mise en scène » (pp. 95-105), composé des sous-parties « Construire les scènes » (pp. 97-100), « Placer les transitions » (pp. 100-103) et « La ligne brisée » (pp. 104-105), tel un metteur en scène, le journaliste construit son décor. Ce bref résumé plonge dans un atelier de montage multimédia où les story-boards sont élaborés et toutes les séquences mises en place avec les éventuels effets de transition. Le journaliste peut s’extraire de son récit, c’est ce que Roy P. Clark (Writing Tools. 50 Essential Strategies for Every Writer, New York, Little Brown Group, 2006 : 171) appelle « la ligne brisée ».

14La boîte à outils du journaliste exposée dans le chapitre suivant (pp. 107-156) – composé de « La structure » (pp. 108-135), « La voix » (pp. 135-141), « Scènes et paragraphes » (pp. 141-144), « La parole » (pp. 145-148), « La phrase » (pp. 148-151) et « L’image » (pp. 151-155) – est à la disposition du journaliste et riche de ses éléments constituants. La structure textuelle comprend l’ouverture ou lead, le corps, la chute faite de retour en arrière ou tieback, de retour vers le futur, de récompense, de citation cruciale, de dégagement (kicker), les jeux d’ombres avec ses préfigurations, les jeux temporels composés de Flash-back (analespe) ou déchronologie, les jeux avec le lecteur autorisant certaines digressions comme la trappe (trapdoor), l’ellipse, l’atténuation et la spéculation, à un degré moindre le leurre – à condition de l’utiliser avec modération et surtout de montrer du respect au lecteur –, le cliffhanger ou fin ouverte et enfin le faux climax. Les outils de la voix sont sa position, la distance psychologique, l’angle d’attaque, l’importance de l’implication, la vision du monde, l’humilité et le hors-champ, le ton et la couleur ou ton de la voix narrative en narration écrite, le temps pour la conjugaison (avec la concordance des temps). Des scènes et paragraphes (pp. 144-156) doivent fournir au lecteur une image mentale du lieu avec une maîtrise des techniques de scénarisation, de description, de l’art de la chute sans oublier des indicateurs typographiques pour rythmer la structure du texte. La parole – dialogue plein, demi-dialogue, dialogue à voix multiples, altérité du dialogue en constituent les fondamentaux pour une restitution immédiate des scènes d’interaction. La phrase doit sonner comme une musique (p. 149). L’image doit être vérifiée dans sa véracité et prise en compte dans la construction. Le journaliste peut se prêter à quelques fantaisies ou écarts à condition de revenir au plus vite sur le récit, le corps guidé par l’arc narratif, la chute. On a l’impression que le journaliste est l’architecte de son récit, mais il convient de signaler qu’il peut aussi être instrumentalisé par des personnes sources, témoins dans son plan de construction comme on a pu le constater lors de l’enquête menée par Jean-Pierre Métivet et Annick Burel (« Sur les traces de Gilles Jacquier », Envoyé spécial, France 2, 19/01/12) en hommage à Gilles Jacquier après sa mort sa mort à Homs en Syrie, le 11 janvier 2012.

15Le sixième chapitre  « Conseils d’écriture » (pp. 157-164) – « Le brouillon » (pp. 157-161) et « La finition » (pp. 161-163)  s’attarde sur le brouillon d’un récit où l’on voit s’affronter deux écoles : celle d’une réécriture progressive suivant la plan de l’article et celle d’une réécriture, en priorité, du début et de la fin.

16Suivant la longueur du texte, le récit est élaboré soit comme un livre en tenant compte de la structure qui doit toujours le guider pour, justement, éviter l’impasse. Tel est l’objet du septième chapitre, « Les superstructures » (pp. 165-185), composé de trois sous-chapitres : « Le livre » (pp. 165-170), « Les structures non-linéaires » (pp. 170-180) et « L’écriture narrative digitale » (pp. 180-185). Pour échapper à une écriture linéaire, la structure non linéaire est tout indiquée. L’auteur fait appel aux notions d’hypertexte, de carte interactive, de webdocumentaire et de narratif d’immersion. L’écriture narrative digitale servira à exposer les possibilités du numérique avec, notamment, des logiciels aidant à l’écriture de textes narratifs comme Scrivener .

17Enfin, le dernier chapitre, « L’éthique du récit » (pp. 187-206) – avec cinq sous-chapitres, « La notion de vérité » (pp. 189-191), « La relation aux sources » (pp. 191-198), « La relation aux sujets » (198-201), « La relation aux lecteurs » (pp. 201-206) et « Le devoir d’humanité » (pp. 206-209) –, remémore le la déontologie du journaliste narratif. En tant que civil, ce dernier se doit de respecter les obligations des conventions de Genève. S’il est professionnel, le journaliste narratif n’hésitera pas à suivre les règles que lui dicte sa morale soit pour porter assistance, soit pour protéger ses sources. Pour le journaliste narratif, cette relation aux sources devient plus exigeante ; il ne doit pas perdre de vue des états des faiblesse implicites ou potentiels de ses sources.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hadj Bangali Cissé, « Alain Lallemand, Journalisme narratif en pratique », Questions de communication, 23 | 2013, 455-457.

Référence électronique

Hadj Bangali Cissé, « Alain Lallemand, Journalisme narratif en pratique », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 05 juillet 2017, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8569

Haut de page

Auteur

Hadj Bangali Cissé

CREM, université de Lorraine, F-57000
cissehadj@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page