Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Françoise Hiraux, Françoise Mirguet, éds, La valorisation des archives. Une mission, des motivations, des modalités, des collaborations. Enjeux et pratiques actuels

Louvain-la-Neuve, Éd. Academia, coll. Publications des archives de l’université catholique de Louvain, 2012, 192 p.
Anthony Michel
p. 451-452
Référence(s) :

Françoise Hiraux, Françoise Mirguet, éds, La valorisation des archives. Une mission, des motivations, des modalités, des collaborations. Enjeux et pratiques actuels, Louvain-la-Neuve, Éd. Academia, coll. Publications des archives de l’université catholique de Louvain, 2012, 192 p.

Texte intégral

1La dizaine de contributions émanant de professeurs d’histoire, de sciences de l’information et de la communication, d’archivistique, mais aussi de directeur d’archives et d’archivistes sont issues de la dixième journée des Archives de l’université catholique de Louvain. La citation d’Yvon Lemay, à savoir « L’archive n’est pas tournée vers le passé, mais davantage vers l’avenir et ne se réalise pleinement que lors de son utilisation » (quatrième de couverture), présente immédiatement la thématique de l’ouvrage. Il s’agit d’évoquer l’archive sous tous les angles : les enjeux, les modalités, les usages.

2Si l’introduction précise la répartition des articles en trois parties – la situation du cadre culturel et anthropologique des valorisations actuelles des archives, l’analyse des dimensions politiques, mémorielles, historiennes, économiques et managériales et, enfin, le rapport des opérations proprement dites et la mise en partage des expériences européennes et québécoises –, il est difficile de s’y retrouver à la lecture de l’ouvrage puisque ces dernières ne sont nullement rapportées. N’empêche, tous les travaux convergent vers la même finalité : celle d’installer les archives comme source de construction pour l’avenir.

3Françoise Hiraux souligne la raison d’être des archives, qui, selon elle, « tient dans l’information en de multiples significations : agir avec pertinence et efficacité, témoigner ou transmettre, désir de savoir et besoin de comprendre » (p. 9). Si l’enjeu des archives est de construire un vaste système documentaire, sa fonction de service s’incarne dans la valorisation. Et cela concourt à l’approfondissement de l’exercice des libertés publiques qui se retrouve aussi dans les politiques de démocratisation culturelle. Ainsi, « trois maîtres-mots structurent le paysage actuel de la valorisation des archives : la transparence, l’accessibilité et la réutilisation » (p. 12).

4Dans le prolongement, Jean-Luc Brackelaire (pp. 21-32) relève que la valorisation est un processus humain de base que chacun actionne pour pouvoir vivre la mutation incessante du présent et affronter la disparité et la perte. Pour l’auteur : « Valoriser, c’est virtualiser et virtualiser contre la disparition » (p. 22). Ce processus opère sur de l’absence et de la perte dont il porte les traces, permettant d’en faire l’expérience contre le risque de la disparition. Il illustre ses propos avec les récits des victimes de l’emprisonnement politique et de la torture sous Augusto Pinochet.

5Plus précisément, Martine Cardin (33-50) conduit une réflexion sur la valorisation des enregistrements institutionnels et des documents patrimoniaux. Ainsi la gestion et l’acquisition préviennent-elles la perte ou la destruction du patrimoine, tandis que la classification et la description favorisent l’exploitation. « La diffusion (ou la valorisation) intervient sur la production récente pour favoriser son intégration dans les pratiques de la société » (p. 40). L’archive est aussi utilisée à diverses fins selon les ancrages institutionnels, professionnels et sociétaux. Il en va de même quant au rôle de l’archiviste puisque ce sont les approches disciplinaires qui configurent son rôle : il peut être l’intermédiaire entre le chercheur et la source, le gestionnaire de ressources à faire fructifier ou encore le médiateur culturel participant à la construction d’un espace produisant de la cohésion sociale.

6La réflexion d’Isabelle Chave (pp. 51-64) porte sur l’analyse des ressorts de valorisation des archives, entre politiques publiques, attentes des individus et aspirations des archivistes. Elle explique que les archives ont deux finalités : l’approche critique et l’utilisation de la source, servent à construire une mémoire nationale en rappelant le passé et note, à cet effet, la présence d’enjeux politique et communautaire.

7Dans cette optique, Yvon Lemay (pp. 65-86) analyse la profusion actuelle des utilisations des archives entre regards et attentes. Prenant des exemples canadiens et québécois, il présente l’utilisation des documents d’archives « sous quatre composantes : l’objet, le dispositif, le contexte et la relation au spectateur » (p. 81). Pour l’auteur, cette trace du passé est un gage d’avenir.

8C’est pourquoi Diane Baillargeon (pp. 87-104) s’est penchée sur les objectifs et les résultats de la Déclaration québécoise – devenue universelle depuis son adoption par l’Unesco – sur les archives en exposant les étapes de l’élaboration, de la promotion et de la réception du texte. Le but est d’officialiser l’intérêt des archives dans le développement des connaissances puisque celles-ci ont « pour les citoyens des valeurs de preuve, de témoignage et d’information » (p. 94). Cette déclaration cherche quatre niveaux d’approbation inclusive : individuel, institutionnel, national et international.

9Marie-Laurence Dubois (pp. 105-112) expose clairement l’usage des archives comme instrument de la démocratie. En effet, elles donnent accès à toutes sortes d’informations (il s’agit de la libre communicabilité) et sont « un service de mémoire rendu à la société » (p. 105). Leur utilité est une meilleure connaissance du passé et une aide à la réflexion pour concevoir l’avenir.

10Cependant, l’archiviste joue un rôle primordial dans l’utilisation des archives. Ainsi, Thierry Delplancq (pp. 113-118) réfléchit-il aux conditions que les archivistes doivent pouvoir mobiliser pour mener à bien leur exercice. Michel Molitor (pp. 119-126) présente le projet du portail de documentation consacré aux intellectuels chrétiens en Belgique francophone au xxe siècle, dans lequel les archivistes ont une quadruple mission : l’identification des personnes, la collecte de leurs archives, le traitement et la communication des archives.

11Il est aussi nécessaire de se doter d’une stratégie d’archivage pour renouer avec le public et répondre au passage au numérique. Helen Wallenda et Jacqueline Kavanach (pp. 127-136) ont travaillé sur les archives de la British Broadcasting Corporation (bbc) en se situant simultanément entre la recherche et la pédagogie, le divertissement et le plaisir et, enfin, entre la famille et la communauté. Quant à Nicola Mazzanti (pp. 137-140), il a travaillé sur la cinémathèque royale de Belgique. En exposant toute l’inaccessibilité du cinéma d’hier, il a affirmé que, dorénavant, « tout doit être disponible toujours et partout » (p. 139) et que cela passe par un changement des mécanismes d’acquisition, une numérisation en masse, la définition de nouveaux modèles d’accès et une reconversion technologique.

12Concernant le service d’archive, Catherine Oudin (pp. 141-148) met en lumière le fait que la valorisation ne se superpose pas à cette mission mais y est intimement liée. Ainsi tout doit-il tendre vers la réponse aux demandes d’ordres opérationnel, administratif, judiciaire, historique et médiatique.

13Ensuite, Xavier Laubie (pp. 149-164) expose les articulations entre les archives et la logique pédagogique en centrant son analyse sur le cas des itinéraires pédagogiques, qui ne sont autres que des sujets spécifiques et identifiés par un objectif pédagogique précis dont le parcours d’apprentissage est évolutif et progressif. Les archives prennent en comptent « trois balises fondamentales : le public, les objectifs et les outils » (p. 154). De plus, le questionnement des archives redonne vie aux documents et la confrontation entre le document original et celui numérisé est « source d’approfondissement sur la place et le rôle des archives dans l’étude de l’histoire » (p. 161). C’est dans cette même perspective que Jean-Marie Yante (pp. 165-174) a travaillé sur la réutilisation des données, à partir du Musée administratif international de Bruxelles (1920-1934).

14Enfin, François Burgy (pp. 175-184) évoque les grandes évolutions qui marquent le monde des archives. Pour l’auteur, il y a une mise à disposition avant une mise en valeur, et celle-ci passe par la diffusion et la transmission d’une information, que le web publie plus facilement et plus rapidement. L’accès aux informations installe donc « une société démocratique dont le contrôle se fait a posteriori par les Citoyens » (p. 178).

15En conclusion, cet ouvrage a permis d’explorer, avec divers exemples, l’ère des méta-savoirs que constituent les différents modes d’organisation et d’accès aux savoirs, ici représentés par les archives. Ainsi peut-on prendre conscience de la teneur de celles-ci par l’enjeu de leur valorisation, qui n’est autre que l’actualisation des traces anciennes pour qu’elles demeurent pertinentes au regard des préoccupations du présent et sans en dénaturer la signification originale. Aujourd’hui, la valorisation des archives passe par leur virtualisation dans le but d’éviter la disparition de la mémoire. Leur reprise et leur interprétation libre sont des moteurs de la vie et de la culture puisque valoriser, c’est ouvrir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Michel, « Françoise Hiraux, Françoise Mirguet, éds, La valorisation des archives. Une mission, des motivations, des modalités, des collaborations. Enjeux et pratiques actuels », Questions de communication, 23 | 2013, 451-452.

Référence électronique

Anthony Michel, « Françoise Hiraux, Françoise Mirguet, éds, La valorisation des archives. Une mission, des motivations, des modalités, des collaborations. Enjeux et pratiques actuels », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8564

Haut de page

Auteur

Anthony Michel

CREM, université de Lorraine, F-57000
michelanthony@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page