Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Roland Cayrol, Jean-Marie Charon, dirs, Médias, opinions et présidentielles

Paris, ina Éd., coll. Médias essais, 2012, 178 p.
Alexandre Eyries
p. 445-446
Référence(s) :

Roland Cayrol, Jean-Marie Charon, dirs, Médias, opinions et présidentielles, Paris, ina Éd., coll. Médias essais, 2012, 178 p.

Texte intégral

1Sous la direction de Roland Cayrol, directeur de recherche associé au Centre de recherches politiques de Sciences po (cevipof), et de Jean-Marie Charon, ingénieur d’études au Centre national de la recherche scientifique et membre du Centre d’étude des mouvements sociaux (cems) l’ouvrage recueille les actes du 23e colloque ina-Sorbonne qui s’est tenu le 10 décembre 2011. Il s’attache à mesurer l’impact des médias (spécifiquement de la télévision) sur les différentes campagnes électorales menées en vue des élections présidentielles entre 1965 et 2007.

2Dans la première partie de l’introduction générale, Jean-Marie Charon remémore que le premier rendez-vous entre l’élection présidentielle française et la télévision est issu de la vRépublique et coïncide avec la montée en puissance de ce média novateur qui va prendre, les années suivantes, une importance sans précédent dans la société française. Cette première rencontre s’est accompagnée de « questions pratiques quant à l’accès des candidats au nouveau média (la répartition du temps de parole entre les candidats, l’organisation des “face à face”, etc.) » (p. 9). Entre 1960 et 1975, la presse écrite s’enrichit d’un nouveau type de publication, les newsmagazines : « la nouvelle formule de L’Express date de 1964, rapidement suivie par la mutation du Nouvel Observateur. Le Point apparaît en 1972 et sa création est généralement reliée à la candidature de Valéry Giscard d’Estaing (le magazine ayant appuyé sa candidature » (ibid.).

3Durant les années 80-90, on assiste à une évolution notable des genres télévisuels avec, notamment, l’émergence des « phénomènes de “reality show” et de téléréalité [qui] apparaissent » (ibid.). Pendant la campagne 2007, on observe l’apparition de blogs (aussi bien ceux des journalistes que des hommes politiques) qui s’intègrent au dispositif médiatique déjà existant et l’arrivée des « premiers “pure players” d’informations généralistes (Rue 89, Mediapart plus tard, etc.) » (p. 11).

4Dans la seconde partie de l’introduction, Roland Cayrol (p. 11) souligne que « les élections présidentielles sont le moment privilégié de notre imagerie politique. En effet, ce sont des souvenirs, des phrases marquantes (même si, selon la génération, ce ne sont pas les mêmes élections présidentielles qui sont mémorables ». Selon le chercheur, pour traiter la question des médias en politique, il n’est de meilleure occasion que les élections présidentielles car, en France comme aux États-Unis, il existe un véritable système présidentiel : « cette élection est à la fois l’élection politique majeure […], et en même temps, c’est une élection extrêmement personnalisée » (p. 11). Cette très forte personnalisation de la campagne présidentielle restera une constante aussi bien dans la vie politique française que sur la scène internationale.

5Dans l’article ouvrant la première partie (pp. 17-25), l’historien Christian Delporte (p. 17) écrit : « non seulement la télévision donne le tempo de la campagne, contribuant même à son rituel, mais les hommes politiques ont moulé leur communication aux cadres d’exposition spécifiquement proposés par le petit écran ». Si, en 1965, les émissions politiques n’existent pas encore, quatre ans plus tard, le journal télévisé couvre « les meetings des candidats, en en diffusant de larges extraits lors des éditions du lendemain, […] envoie des reporters suivre certains déplacements des favoris » (p. 18). Un glissement s’est opéré qui voit le discours du journaliste s’effacer progressivement devant l’image publique (construite) du candidat qui se montre habile dans la mise en scène de lui-même.

6En 1981, au cours de l’élection qui marquera l’accession de François Mitterrand à la plus haute fonction de l’État, « la campagne télévisée traduit, à bien des égards, le triomphe d’une communication politique scintillant à la lumière des paillettes de la publicité, comme en témoignent les émissions officielles » (p. 20). Durant la campagne officielle, les candidats diffusent à la télévision des clips publicitaires qui introduisent leur intervention. Certains marquent les esprits « comme celui préparé par Jacques Séguéla pour Mitterrand qui consiste en un vidéogramme de 800 photos projetées en seulement 78 secondes » (p. 22).

7En 1988, tout est rassemblé pour que les journaux télévisés s’en tiennent aux péripéties de campagne, ponctuées par les sondages, les faits et gestes des candidats, les comportements et formules spectaculaires. En 1995, la principale nouveauté provient de ce que tous les candidats exaltent « la proximité avec les Français […], qu’ils illustrent notamment dans leurs clips de campagne où apparaissent désormais des “anonymes”, censés refléter les sentiments et préoccupations de la population » (p. 23). L’émission de télévision est donc principalement consacrée à la fabrication d’un échange fictif, factice, entre les électeurs et les hommes politiques : « Chirac répond aux interrogations de quatre Lillois, réunis dans une brasserie, Balladur, lui, à celle de quatre Montpelliérains, rassemblés dans un café, etc. » (ibid.). Cette manipulation des images s’assortit de la construction d’une mise en scène d’échanges féconds et chaleureux liant les politiciens avec leurs concitoyens, qui ressortit simultanément au storytelling et à la théâtrocratie politiques.

8Dans sa contribution, Jacques Gerstlé (pp. 71-78) propose de repartir « d’une conception de la campagne électorale définie comme une compétition sur le sens à donner à la confrontation entre des offres politiques concurrentes » (p. 71). L’auteur montre que la campagne est avant tout une compétition interactive car aucun acteur ne peut prétendre contrôler à lui seul sa dynamique, et « elle est donc marquée par de l’interdépendance stratégique entre les candidats » (ibid.). Selon Jacques Gerstlé (ibid.), la campagne se pense aussi comme « une interaction symbolique en ce qu’elle porte sur l’interprétation à donner de la situation politique présente et future ». En définitive une campagne électorale pour la présidence de la Répubblique française n’est rien d’autre qu’une compétition symbolique dans laquelle chaque acteur s’efforce de contrôler le sens dominant de la situation. Dans la plupart des campagnes électorales, « les candidats ont deux types de moyens principaux pour faire entendre leur voix auprès du grand public : ce que j’appelle la communication contrôlée sur laquelle ils ont la maîtrise totale du contenu et de la forme (discours, affiches, clips, meetings, tracts, blogs, allocutions officielles, etc.) d’une part, et l’information des médias sur laquelle ils ne peuvent que peser, d’autre part » (ibid.).

9La communication politique s’accompagne d’une aptitude, plus ou moins grande selon les individus, à composer avec les effets persuasifs de l’information. L’accès privilégié de certains politiciens leur donne une « visibilité qui leur permet de dominer quasi-physiquement la scène politique » (p. 77). En définitive, la politique se caractérise essentiellement par une capacité à orienter l’attention publique et à dicter les enjeux sur lesquels une collectivité doit agir et se prononcer. Cet ouvrage propose donc un regard nouveau sur les liens entre élections présidentielles et média télévisuel et c’est principalement là que résident son apport et son originalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Roland Cayrol, Jean-Marie Charon, dirs, Médias, opinions et présidentielles », Questions de communication, 23 | 2013, 445-446.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Roland Cayrol, Jean-Marie Charon, dirs, Médias, opinions et présidentielles », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8556

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

I3M, université Nice Sophia Antipolis, F-06200
alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page