Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, épistémologie

Florence Paravy, éd., Littératures africaines et comparatisme

Metz, Centre Écritures/Association pour l’étude des littératures africaines, coll. Littératures des mondes contemporains, 2011, 214 p.
Kusum Aggarwal
p. 444-445
Référence(s) :

Florence Paravy, éd., Littératures africaines et comparatisme, Metz, Centre Écritures/Association pour l’étude des littératures africaines, coll. Littératures des mondes contemporains, 2011, 214 p.

Texte intégral

1Issue d’un colloque de l’Association pour l’étude des littératures africains (apela) tenu les 26 et 27 septembre 2008 à Paris, la publication vise une double finalité : d’une part, assurer une plus grande visibilité aux littératures africaines au sein du comparatisme français, peu porté à prendre acte des nouvelles littératures de langue française provenant des anciennes colonies françaises et, d’autre part, de pointer les potentialités, pour les études comparatistes, des recherches actuelles sur le transnational, les migrations et le postcolonialisme. Dans cette perspective, Jean-Marc Moura (« Préface ») rappelle la pertinence, pour les comparatistes français, d’une ouverture sur les littératures africaines, susceptible de les sensibiliser davantage aux mutations affectant la société française contemporaine.

2Les douze études sont réparties en quatre sections principales. La première a pour but de baliser les frontières du comparatisme africain et de l’éclairer à partir des systèmes littéraires auxquels ils participent. Ainsi Charles Bonn appelle-t-il de ses vœux un renouvellement du comparatisme français où prédomine encore, selon lui, une conception linguistique des identités littéraires, nuisible à la reconnaissance de la riche diversité de la production francophone qui se trouve à la croisée d’une pluralité de cultures et de langues. De son côté, Molly Grogan Lynch analyse la place assignée aux littératures africaines dans les anthologies consacrées à la World Literature et constate – à bon droit – que le comparatisme mondial permet de faire ressortir de nouvelles juxtapositions littéraires en enrichissant davantage la lecture de ces littératures généralement méconnues. Quant à Dominique Ranaivoson, elle plaide fermement en faveur d’un comparatisme continental, intra-africain, qui, selon elle, saurait renouveler la cartographie littéraire africaine pour susciter de nouvelles séries dans les corpus et de nouvelles interrogations thématiques.

3La deuxième section est consacrée à ce comparatisme intra-africain, aux connexions et aux influences réciproques dans les pratiques d’écritures africaines. En ce sens, Ursula Baumgardt fait prestement ressortir les incidences de la situation de communication en contexte oral et écrit sur la production littéraire. Elena Bertoncini éclaire les particularités et les différences du champ littéraire africain en étudiant le cas du roman swahili de Zanzibar et du Kenya. Pour sa part, Christine Le Quellec Cottier s’intéresse au croisement de pratiques formelles et génériques dans la fiction d’Afrique subsaharienne en comparant Karim d’Ousmane Socé (Paris, Nouvelles Éd. latines, 1948) et Une vie de boy de Ferdinand Oyono (Paris, R. Julliard, 1956).

4La troisième section porte sur les relations entre littératures africaines et littératures européennes et, à ce propos, Bernard Mouralis fait valoir l’importance de la bibliothèque antique chez les écrivains africains et les usages qu’ils en font – il faisait paraître en même temps un ouvrage sur le sujet (Littératures africaines et Antiquité. Redire le face-à-face de l’Afrique et de l’Occident, Paris, H. Champion, 2011). Pour sa part, Benoît Conort observe une filiation entre la poésie gréco-latine et la poésie senghorienne non pas sur le plan de la forme, mais sur le plan des mythes, et notamment celui du lamantin. Ensuite, Marie Lefèvre discerne les traces de la pensée des Lumières, et notamment du Candide de Voltaire (Genève, J. Cramer, 1759) et de Jacques Le Fataliste et son maître de Diderot (Paris, Éd. Buisson, 1796) dans Allah n’est pas obligé (Paris, Éd. Le Seuil, 2000) et Quand on refuse, on dit non (Paris, G. Carpentier/Éd. Le Seuil, 2005) d’Ahmadou Kourouma.

5La quatrième section traite de la représentation de l’expérience des migrations et des diasporas africaines. À ce propos, Ieme Van Der Poel oppose deux romans marocains dont l’un est d’expression néerlandaise et le second d’expression française dans le but d’étudier les modalités de la représentation que les romanciers proposent de leur pays d’origine ; elle conclut que celle-ci est soumise à leur expérience de leur pays d’immigration. Germain Nyada se consacre à l’analyse de deux récits d’enfance – d’un Kurde germanophone et un d’un Camerounais francophone – pour montrer combien prime l’universalité du genre sur les particularités culturelles. Pour sa part, Manfred Loimeier donne à voir les relations tricontinentales dans les œuvres de Tierno Monénembo, d’Abdulrazak Gurnah et José Eduardo Agualisa orientées vers leurs diasporas dans le Sud.

6Au total, l’ouvrage est instructif et dresse un bilan complet des orientations actuelles du comparatisme africain. Il intéressera certes les spécialistes des littératures africaines désireux d’appréhender les possibilités de la démarche comparatiste, à même de les sensibiliser à d’autres littératures, du Nord comme du Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kusum Aggarwal, « Florence Paravy, éd., Littératures africaines et comparatisme », Questions de communication, 23 | 2013, 444-445.

Référence électronique

Kusum Aggarwal, « Florence Paravy, éd., Littératures africaines et comparatisme », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8553

Haut de page

Auteur

Kusum Aggarwal

Université de Delhi, IN-110007
kusumaggarwal@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page