Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, épistémologie

François Dosse, Histoire du structuralisme. Tome 1. Le champ du signe 1945-1966 ; Tome 2. Le chant du cygne 1967 à nos jours

Réédition, Paris, Éd. La Découverte, coll. La Découverte/Poche, 2012, 472 p. (tome1), 550 p. (tome 2).
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 442-444
Référence(s) :

François Dosse, Histoire du structuralisme. Tome 1. Le champ du signe 1945-1966 ; Tome 2. Le chant du cygne 1967 à nos jours, Réédition, Paris, Éd. La Découverte, coll. La Découverte/Poche, 2012, 472 p. (tome1), 550 p. (tome 2).

Texte intégral

1En 1991, la publication, de la première édition de cette Histoire du structuralisme a suscité débats, polémique et un grand nombre de recensions critiques. À cette époque, plusieurs des acteurs de la « révolution » structurale étaient encore vivants et, s’ils ne l’étaient plus, du moins leurs dépouilles étaient-elles encore chaudes. Aujourd’hui, 20 ans après, soit l’espace d’une génération, alors que quasiment tous les noms qui ont illustré cet épisode de l’histoire intellectuelle de la France ne résonnent plus que comme l’écho de personnalités aux caractères, desseins et ambitions contrastés, François Dosse propose une réédition de son ouvrage, augmentée d’un avant-propos et d’une postface qui en font tout l’intérêt puisque le contenu des deux volumes n’a en rien été modifié – ce que, d’ailleurs, on peut regretter en raison d’un certain nombre d’erreurs factuelles (t. 1, p. 231, « Gérard », au lieu de « Pierre-Georges Castex, » etc.) et de la reprise, pas même corrigée en note, d’idées tout faites et acceptées comme telles dans les années 80-90, mais révisées voire démenties depuis (comme la célèbre assomption selon laquelle Saussure aurait totalement et définitivement répudié la parole ; t. 2, p. 520). À cet égard, sans thanatomanie morbide, peut-être eût-il été significatif de noter dans la liste des personnalités auprès desquelles les entretiens ont été réalisés, celles qui sont aujourd’hui définitivement privées de parole, afin de mieux identifier l’aporie à laquelle s’est heurté le travail de François Dosse : restituer des moments d’une histoire qui ne se figera comme telle qu’à la disparition de tous les protagonistes de l’intrigue.

2Je ne reviendrai pas sur le contenu de cette histoire, puisqu’il est désormais bien connu : en opposant la montée du structuralisme vers son apogée (t. 1), puis son déclin subi (t. 2), l’auteur avait choisi le mode narratif d’exposition le plus simple, un mode correspondant d’ailleurs à la manière dont il avait conduit son enquête, puisque celle-ci reposait avant tout sur des interviews de personnalités du domaine comme la mode en était alors. Et il est vrai que le succès du structuralisme est largement imputable à l’irrésistible vague éditoriale qui, entre 1957 et 1970, a porté à 29 650 exemplaires les Mythologies de Roland Barthes (Paris, Éd. Le Seuil, 1957), avant de les hausser à 350 000 exemplaires entre 1970 et 1980 lorsqu’elles sont passées en collection de poche, tandis que Michel Foucault vendait 20 000 exemplaires des Mots et les choses dès l’année de la sortie du livre (Paris, Gallimard, 1966)... Des chiffres ordinairement inimaginables pour des ouvrages de cette nature. Une vague qui emporta en quelques années les fortifications des vieilles citadelles humanistes et impressionnistes parce qu’elle proposait d’unifier l’ensemble des sciences humaines sous une même méthodologie dérivée des travaux de la linguistique et de la sémiologie. Une méthodologie dénonçant les habitudes et conformismes universitaires insoucieux des critères épistémologiques dont la philosophie des sciences – renouvelée par les approches de Gaston Bachelard, Georges Canguilhem et de chercheurs étrangers – mettait alors en évidence la nécessité.

3Ce sont donc les textes de l’avant-propos et de la postface qui font ici tout l’intérêt de cette réédition, et sur lesquels je m’appesantirai brièvement. L’idée séminale de l’avant propos du premier tome est qu’il était nécessaire de rééditer les deux volumes de 1991 au motif de la redécouverte de la richesse du gisement structural(iste) à partir de 2000. Trop rapidement abandonné à la disparition de ses figures tutélaires, ce gisement n’était pas entièrement épuisé, et la recherche épistémologique et historiographique des débuts du xxie siècle, en le creusant de nouveau, y a découvert d’autres richesses de réflexion dignes d’être exploitées. François Dosse voit se dessiner et se renforcer ce mouvement dans la célébration officielle du centenaire de Claude Levi-Strauss et la publication de ses œuvres dans la collection La Pléiade, dans une lecture renouvelée de ses travaux d’anthropologie qui fait apparaître chez lui une philosophie morale cherchant à rédimer l’humain en dépit des tragédies historiques du xxe siècle. De même, l’œuvre de Michel Foucault est-elle l’objet actuel d’une réappropriation de la part des historiens qui trouvent en elle les outils dont ils ont besoin pour identifier et faire émerger leurs objets de recherche. Similairement, la publication des Œuvres complètes de Roland Barthes aux Éditions Le Seuil, de ses cours séminaires et de son Journal de deuil (2009) fournit les matériaux – comme dans le cas récent de l’édition et publication des Dernières leçons de Benveniste au Collège de France – nécessaires à une réévaluation de l’évolution des conceptions herméneutiques et pragmatiques de celui qui se définissait comme l’antithèse de l’Université traditionnelle. Il y aurait certainement là, dans chacun des cas mentionnés, espaces à discussion, mais on retiendra surtout la réactualisation de modes de penser et d’analyser qui ont fourni à l’intelligentsia française, éprouvée par la Seconde Guerre mondiale, les moyens de décrire, conceptualiser et critiquer une société à la peine d’échapper à son histoire et à la sanctuarisation académique de ses archétypes culturels.

4La postface du second tome se veut moins justification que démonstration du bien-fondé de la méthode suivie par François Dosse et de la validité des résultats obtenus. Pour y parvenir, l’auteur rappelle le principe d’indétermination épistémologique auquel il a adhéré pendant son enquête puisque « les témoignages oraux [auxquels il a eu recours] ne disent rien d’autre que la vérité reconstruite au moment où elle est recueillie » (t. 2, p. 543). Ainsi, revenant sur la méthode qu’il a appliquée à son objet, l’auteur assume pleinement le fait que son Histoire est une histoire, une narration avant un modèle explicatif. Soit. Dans l’argumentation développée à ce sujet, un point reste toutefois problématique pour l’actuel recenseur dont la culture est fondamentalement linguistique. François Dosse fait usage de la notion de « connecteur » et en distingue quatre : la notion de période, celle de paradigme, les relations conflictuelles entre le champ universitaire et le monde des lettres et, enfin, la notion de génération. En quel sens faut-il donc entendre cette notion, qui, logique ou argumentative, renvoie aux éléments assurant une liaison entre deux énoncés, voire entre un énoncé et une énonciation ? Il semble que la seule utilisation de la notion de point de vue aurait été tout autant et plus simplement éclairante pour justifier la démarche phénoménologique d’un historien qui a choisi de constituer son objet à partir de la réfraction d’actes de parole individuels et parcellaires dans le temps et l’espace, tandis qu’il aurait pu le définir a priori comme une épistémologie et des pratiques à dimensions variables. En effet, comme le note le chercheur, si la lecture du pseudo-Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure, dans sa version de 1916, a joué un rôle de catalyseur pour la réflexion structurale, cette lecture a fait naître des outils conceptuels que les différents maîtres des sciences humaines se sont appropriés, chacun à l’aune de ses propres objectifs. Il en a résulté des translations de concepts que Michel de Certeau appelait du « braconnage », mais qui ont finalement fait apparaître la face visible du bricolage épistémologique dont l’ensemble des sciences humaines eut besoin à un moment de son développement pour paraître moins friable dans son opposition aux sciences dures occupant alors le devant de la scène de la recherche. Toutefois, cette moindre friabilité ne fut acquise qu’au prix d’une porosité plus grande intimée par le seul souci de définir en méthode un point commun générateur à ces diverses sciences ; un point commun qui fit de l’immanence et de l’immanentisme un credo facilement partagé et érigeant la structure, entité autonome de dépendances internes, en une théophanie irréfutable. En dépit du passage du temps et de l’érosion qu’il induit, il était certainement utile de re-proposer aujourd’hui à la lecture et à la réflexion l’ouvrage de François Dosse qui historicise un mouvement de pensée particulier et qui, simultanément, historicise le sens même de sa démarche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « François Dosse, Histoire du structuralisme. Tome 1. Le champ du signe 1945-1966 ; Tome 2. Le chant du cygne 1967 à nos jours », Questions de communication, 23 | 2013, 442-444.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « François Dosse, Histoire du structuralisme. Tome 1. Le champ du signe 1945-1966 ; Tome 2. Le chant du cygne 1967 à nos jours », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8551

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87036
jacques-philippe.saint-gerand@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page