Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Érik Neveu, Les mots de la communication politique

Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. Les Mots de, 2012, 128 p.
Julien Pierre
p. 436-438
Référence(s) :

Érik Neveu, Les mots de la communication politique, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. Les Mots de, 2012, 128 p.

Texte intégral

1« Il n’y a pas de pouvoir nu et muet ». La paternité de cette affirmation revient à Georges Balandier (Pouvoir sur scène, Paris, Presses universitaires de France, 1980), signifiant explicitement l’importance des mots employés par les hommes politiques, notamment à des fins de conquête du pouvoir. On pourrait ajouter une citation de Pierre Bourdieu qui explique en préambule de son ouvrage Sur la télévision (Paris, Éd. Raisons d’agir, 1996) que « paradoxalement, le monde de l’image est dominé par les mots ». Levons d’emblée une ambiguïté : ce ne sont pas vraiment sur des joutes verbales, sur des tirades extraordinaires, sur des mots qui claquent ou qui choquent que le petit dictionnaire d’Érik Neveu s’attarde. L’auteur s’extirpe du piège de la spectacularisation des « gros » mots et préfère se concentrer sur un vocabulaire récurrent qu’aiment à employer trois types d’acteurs clés : les professionnels de la communication que sont les journalistes et autres acteurs médiatiques ; les profanes ou « citoyens ordinaires » comme les nomme l’auteur ; enfin, les spécialistes des sciences sociales qui cherchent à décoder et décortiquer les stratégies des professionnels de la politique. Ainsi, sur les 123 entrées recensées, trouve-t-on les classiques et attendus « Publicité », « Campagne », « Journalistes politiques », « Popularité », « Programme » ou bien encore « Scandale ». Mais d’autres, comme les néologismes et autres anglicismes « Actio », « Feeding Frenzy », « svm », « Think Tank » ou encore « Spin Doctors » attestent, s’il en faut, que l’ouvrage est résolument d’actualité. Une obligation à l’heure du tweet et des chaînes d’infos en continu, de la télévision connectée et des communautés facebookiennes. S’y ajoutent quelques expressions franchement inattendues qui ont le mérite d’aiguiser la curiosité du lecteur : « Course de petits chevaux », « Bus » (celui à l’éthanol de François Bayrou), « Pasteurisation » ou bien encore « Réunion Tupperware » : nous n’en dirons pas plus sur ce que cachent ces entrées, l’évocation de ces dernières ayant simplement vocation, ici, de faire du « buzz ». Ce dernier vocable faisant évidemment l’objet d’une entrée spécifique, notamment pour préciser à quel point ce « phénomène contribue au caractère anxiogène du métier politique puisqu’il suffit de la présence d’un téléphone portable pour rendre accessible à tous la gaffe ou le propos imprudent » (p. 16).

2Construire un dictionnaire des mots de la communication politique relève de la gageure : ne retenir que ceux qui paraissent dignes d’attention et en faire un traitement approfondi… tout en respectant certains « cadrages » bien connus des journalistes de la presse écrite. Dans ce grand mélange des mots et des maux, différents acteurs et auteurs se mêlent. S’emmêlent parfois. On passe de Marcel Mauss à Laurent Ruquier. Puis de Joseph Goebbels à Mark Granovetter en passant par Marc-Olivier Fogiel et l’inévitable Jacques Séguéla. Au-delà de ce mélange des « genres », c’est la valeur heuristique ou – pour le formuler plus simplement – le poids et l’intérêt variables des différentes entrées qui sont susceptibles de désorienter le lecteur. Parfois, la frontière entre un dictionnaire pur (au sens strict du terme) et un ouvrage analytique s’obscurcit : on est dans le registre informatif avec l’entrée « Focus group » alors que la « Faute aux médias » ou la « Médiacratie » – pour ne prendre que ces exemples – condensent une réflexion sérieuse, approfondie et référencée. À ce titre, précisons que ce « petit dictionnaire » comme l’appelle son auteur ne saurait – pas plus qu’il ne prétend d’ailleurs – se comparer à une étude sociologique approfondie, fine et ciblée. Rappelons que le sociologue et politiste a d’ores et déjà publié Sociologie du journalisme (Paris, Éd. La Découverte, 2004) et Sociologie de la presse (Paris, Éd. La Découverte, 2009). Ceux qui souhaitent en savoir davantage sur le métier des journalistes, leurs contraintes, la pluralité de leurs missions ou encore sur l’évolution de l’écriture de presse ont donc de quoi être rassasiés en lisant ces ouvrages. Pour autant, l’ancien directeur de Sciences po Rennes n’omet pas de faire référence à un certain nombre d’auteurs et de concepts qui ont posé, jadis, les jalons d’une analyse sociologique des médias, confirmant ainsi son érudition et sa maîtrise globale de l’espace journalistique. On ressert (et ressort) la fameuse « circulation circulaire de l’information » chère à Pierre Bourdieu (Sur la télévision, Paris, Éd. Raisons d’agir, 1996). Ou comment, à partir du moment où certains médias considérés comme légitimes valorisent une information, d’autres médias concurrents s’obligent à la relayer ; d’où le fonctionnement en chorale des médias qui conduit à une « pasteurisation de l’offre médiatique ». L’auteur recourt également au concept de chaînes d’interdépendances forgé par Norbert Elias (notamment pour souligner l’étroitesse des liens entre les trois acteurs précités – professionnels de la communication, citoyens ordinaires et spécialistes des sciences sociales). La force des liens faibles chère à Mark Granovetter est également convoquée… par exemple, par des hommes politiques à des fins de diffusion d’une information. On découvre aussi que le concept de mana de Marcel Mauss s’applique au « communicateur », celui qui revendique un statut à part, « une capacité d’action à distance sur une matière-opinion qu’il sait pouvoir infléchir et canaliser » (p. 66). Marcel Mauss (Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, 1950, p. 105) dira de ce communicateur qu’il détient « une sorte d’éther, impondérable, communicable et qui se répand de lui-même ».

3On l’aura compris, ce volume se picore. On zappe. Ce qui a l’avantage indéniable de laisser toute latitude au vagabondage intellectuel, n’en déplaise à ceux qui aiment dévorer des livres en étant emportés par une thèse qui interpelle et agrippe dès les premières lignes. On se remémore quand même les slogans et petites phrases célèbres. On prend toute la mesure de l’importance de ces mots qui sont le sel de l’audience de ces chaînes thématiques prêtes à diffuser en boucle – et à incruster régulièrement sur un bandeau – telle ou telle expression. En somme, on plonge dans les arcanes de la communication politique.

4Justement, la communication est d’abord appréhendée en tant que support tangible : on apprend – même si c’est un grand mot car ce n’est plus un secret pour personne – que les bonnes vieilles affiches de campagnes électorales, si elles n’ont pas disparu, reculent dans la hiérarchie des moyens. Évidemment, à l’heure des réseaux sociaux, c’est l’ubm qui prime ! L’unité de bruit médiatique qui se calcule en agrégeant le nombre de pages de presse, les minutes d’exposition à la télévision ou à la radio, le nombre de connexions. À ce titre, l’auteur rappelle qu’on lit « peu souvent des articles sur le couturier qui habille François Hollande, sur la plastique du président du Sénat » (p. 53) alors que fusent les commentaires sur Ségolène Royal ou Rama Yade. Différemment, certaines assertions tel « Alibi-photo » soulignent l’instrumentalisation des médias et rappellent comment certaines opérations ne sont destinées (officieusement) qu’à rendre possible la réalisation de photographies et de vidéos pour le moins avantageuses pour un candidat par exemple. Ainsi Ronald Reagan consacra-t-il une journée à récompenser les athlètes à l’occasion des Jeux paralympiques de Los Angeles (1984)… alors qu’il venait d’ordonner la réduction des budgets sociaux pour les handicapés. Une sorte de « com-washing » (l’entrée n’est pas proposée…). On redécouvre l’usage des médias par les hommes politiques pour observer la réaction du grand public et de quelques observateurs éclairés (comme on les appelle parfois). La stratégie est simple : organiser la fuite par une personne de « second rang » – comme un ministre ou un secrétaire d’État – d’une information ou d’une possible réforme pour tester une idée, appréhender sa viabilité. Si le propos suscite un tollé, on plaidera alors facilement la maladresse. Ce développement d’Érik Neveu fait écho à un article programmatique dans lequel Pierre Bourdieu affirmait, un brin provocateur, que « l’opinion publique n’existe pas » (Les Temps modernes, 318, pp. 1292-1309, 1973) – expliquant ô combien les sondages contribuaient à infléchir les comportements des hommes politiques. Au rang des mots qui semblent manquer à l’appel, on aurait aimé un développement sur les « Promesses » de campagne ou sur les insultes du type « Casse-toi pauv’ con ». Une occasion de faire écho à l’ouvrage Noms d’oiseaux. L’insulte en politique de la Restauration à nos jours de Thomas Bouchet (Paris, Éd. Stock, 2010). Et pourquoi pas un développement (à l’occasion d’une prochaine édition ?) sur le vocable « Normal » ou encore sur l’anaphore « Moi, Président de la République » qui ont fait couler tant d’encre ? Nul doute qu’il y a encore matière à écouter. À lire. Et conséquemment à écrire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Pierre, « Érik Neveu, Les mots de la communication politique », Questions de communication, 23 | 2013, 436-438.

Référence électronique

Julien Pierre, « Érik Neveu, Les mots de la communication politique », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8544

Haut de page

Auteur

Julien Pierre

E3S, université de Strasbourg, F-67000
julien.pierre@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page