Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Stefan Goltzberg, Théorie bidimensionnelle de l’argumentation juridique. Présomption et argument a fortiori

Bruxelles, Bruylant, coll. Penser le droit, 2012, 144 p.
Ana-Maria Cozma
p. 427-429
Référence(s) :

Stefan Goltzberg, Théorie bidimensionnelle de l’argumentation juridique. Présomption et argument a fortiori, Bruxelles, Bruylant, coll. Penser le droit, 2012, 144 p.

Texte intégral

1D’une clarté et concision remarquables, l’ouvrage est destiné à combler un manque tant sur le plan de la théorie argumentative juridique que sur celui des outils pratiques dont disposent les praticiens du droit. Pour atteindre cet objectif, Stefan Goltzberg fait appel aux apports récents de la réflexion linguistique. La théorie bidimensionnelle de l’argumentation juridique qui est proposée s’inspire, notamment, des principes énoncés à partir des années 80 par les théories de Jean-Claude Anscombre et d’Oswald Ducrot (L’argumentation dans la langue, Bruxelles, P. Mardaga, 1983) : les échelles argumentatives, l’argumentation dans la langue, la théorie des topoï. Les deux principaux facteurs retenus – qui, d’ailleurs, justifient le nom donné à cette théorie – sont l’orientation et la force par lesquelles se caractérise tout argument. Ces deux facteurs sous-tendent l’idée essentielle de présentation des arguments et sont susceptibles, selon l’auteur, de rendre compte d’une manière systématisée du mode de fonctionnement des arguments dans leur ensemble. Ainsi les réductionnismes, aussi bien logique que topique – en d’autres termes, rhétorique –, sont-ils battus en brèche, notamment, par la description que la théorie bidimensionnelle rend possible pour la notion de présomption et pour l’argument a fortiori.

2L’ouvrage se compose de trois parties dont la lecture est soigneusement préparée par une ample introduction (pp. 1-18). Chacune de ces trois parties forme un tout cohérent en soi, pouvant facilement être considéré indépendamment de l’ensemble. La première partie (pp. 19-50) énonce les principes de la théorie bidimensionnelle, qui se veut une théorie non réductionniste de l’argumentation. Ensuite, elle aborde, exemples à l’appui, le caractère (in)défaisable, (ir)réfutable des arguments, qui est vu comme étant une question de présentation : les arguments sont présentés comme défaisables ou indéfaisables. Enfin, un certain nombre de marqueurs argumentatifs sont décrits en croisant bidimensionnalité et (in)défaisabilité des arguments ; les marqueurs sont décrits eu égard à leur force et orientation (plus forts ou moins forts, co- ou anti- orientés) et à leur caractère (in)défaisable. Les deuxième (pp. 51-64) et troisième (pp. 65-106) parties de l’ouvrage sont consacrées respectivement à la présomption et à l’argument a fortiori. L’examen détaillé de ces deux types d’arguments prend comme point de départ les conceptualisations qui en ont déjà été proposées par les différents théoriciens – y compris en droit hindou et en droit talmudique, dans le cas de l’a fortiori – et s’oriente vers une conceptualisation dans les termes de la théorie bidimensionnelle de l’argumentation. Ces deux parties de l’ouvrage sont destinées, in fine, à prouver l’existence d’arguments indéfaisables.

3La toile de fond sur laquelle se dessine la théorie bidimensionnelle de l’argumentation juridique est celle des réductionnismes auxquels ont mené les théories topiques et logiques de l’argumentation. La volonté de l’auteur de situer sa théorie à mi-chemin entre les deux approches est explicite (pp. 2, 25, 39, 49). Les différentes approches topiques et logiques de l’argumentation sont abordées à plusieurs reprises : dans l’introduction, où elles sont présentées d’un point de vue chronologique, dans la première partie, où il est question des réductionnismes logique et topique – celui-ci rejetant l’idée d’indéfaisabilité des arguments, celui-là, l’existence d’arguments défaisables –, et, enfin, dans la troisième partie, où sont discutées les interprétations que reçoit l’argument a fortiori selon quelques-unes de ces approches. Quoique la perspective logique soit aussi prise en compte (pp. 84-91), celle de la rhétorique semble davantage intéresser l’auteur, qui s’oppose aux deux types de réductionnisme en faisant appel à « l’argumentation dans la langue » initiée par Oswald Ducrot et Jean-Claude Anscombre (pp. 20-23), elle-même une théorie topique. L’auteur jette un pont entre argumentation rhétorique et argumentation dans la langue en se démarquant explicitement de la rigidité du réductionnisme logique, qu’il considère peu adapté pour rendre compte du fonctionnement de l’argumentation dans les langues naturelles (pp. 1, 15, 65). Ce faisant, il s’attache néanmoins à la notion d’indéfaisabilité des arguments, dont il vise à justifier l’utilisation (pp. 36-39), dans le cadre d’une théorie qui est pourtant à prépondérance topique.

4Cette justification, qui a comme effet de réconcilier les deux formes de réductionnisme, passe, avant tout, par la prise en compte du rôle de la langue dans la présentation des arguments (pp. 4-6, 26), et plus précisément par les instructions (pp. 11, 22) – au sens d’Oswald Ducrot – véhiculées par les marqueurs argumentatifs. Les instructions concernent, notamment, l’orientation et la force des arguments (pp. 20-23), deux dimensions qui donnent lieu à quatre types d’arguments, selon qu’ils sont co- ou anti-orientés, plus forts ou plus faibles (pp. 14, 49). L’appareil descriptif de la théorie bidimensionnelle de l’argumentation mobilise un nombre restreint d’éléments interdépendants et une terminologie facile d’accès. Outre l’idée de présentation des arguments et les instructions quant à l’orientation et à la force, outre le caractère (in)défaisable des arguments – question centrale de l’ouvrage –, la théorie fait intervenir des notions telles la comparaison (pp. 28-33), la proportionnalité (pp. 77-78, 94-95, 103), les échelles argumentatives (p. 70), les marqueurs argumentatifs (pp. 39-49) et l’interaction entre les arguments (pp. 6, 39).

5La théorie bidimensionnelle de l’argumentation est mise à l’épreuve à travers la description succincte du mode de fonctionnement de plusieurs arguments et procédés argumentatifs (pp. 28-39) – clauses mutatis mutandis et ceteris paribus, arguments a pari et a contrario, conditions nécessaires et suffisantes, argument par définition, argument de proportionnalité – et, par la suite, à travers une explication approfondie de la présomption et de l’argument a fortiori (pp. 51-103). Dans le cas de la présomption, il s’agit de démontrer l’opportunité de la notion juridique de présomption irréfragable, qui n’admet pas la preuve du contraire (pp. 61-63). Dans les termes de la théorie bidimensionnelle, l’explication réside dans la description d’un argument anti-orienté plus faible, qui préserve à l’argument précédent – la présomption – une force prévalente (pp. 63-64). Cette solution passe par la prise en compte de la force et de l’orientation des arguments même si et nonobstant (pp. 42, 44, 60-61), servant à présenter des objections non rédhibitoires, en opposition avec sauf et sauf si (pp. 42, 60-61), qui introduisent des objections rédhibitoires. Quant à l’argument a fortiori, il s’agit d’en montrer le caractère contraignant (p. 16), qui lui confère un statut à part en tant qu’argument indéfaisable, « la pierre de touche des théories de l’argumentation » (p. 66), selon l’auteur. Après la description de plusieurs positions topiques et logiques face à cet argument, l’explication proposée rejoint le droit talmudique (pp. 93-104) et, s’appuyant sur les échelles argumentatives et sur la description du marqueur au moins (pp. 70, 92), conçoit l’argument a fortiori comme un argument co-orienté plus faible qui a comme effet d’accroître la force de conviction de l’argument plus fort (p. 92). Pour expliquer le fonctionnement de la présomption irréfragable et de l’a fortiori, les solutions proposées sont d’une simplicité déconcertante : d’une part, un argument anti-orienté plus faible suffit pour rendre compte de la spécificité de la présomption irréfragable (pp. 63-65) et, d’autre part, un argument co-orienté plus faible suffit pour justifier le caractère simultanément topique et contraignant de l’a fortiori (pp. 92, 104).

6Parmi les questions que pourrait susciter ce traitement des procédés argumentatifs, on peut envisager celle du rapport entre bidimensionnalité des arguments et caractère (in)défaisable, rapport qui est affirmé à plusieurs reprises (pp. 6, 9, 14, 25, 39) sans être clairement justifié. L’importance de l’(in)défaisabilité peut facilement rester incomprise, pour le linguiste notamment, d’autant plus lorsqu’il adhère à la théorie de l’argumentation dans la langue, où une telle question n’aurait sans doute pas lieu d’être. Si l’on comprend que le caractère (in)défaisable puisse découler des instructions sur la manière dont l’argument est orienté et sur sa force, et donc que c’est un résultat de la présentation des arguments, on ne voit pas bien de quelle manière il en découlerait. Ainsi pourrait-on s’attendre à ce que l’(in)défaisabilité des arguments soit explicitement redéfinie à l’issue de l’ouvrage, selon l’esprit qui est annoncé par la théorie bidimensionnelle de l’argumentation. Ou, du moins, l’indéfaisabilité de la présomption irréfragable et de l’argument a fortiori pourrait être mise en rapport avec leur orientation et/ou force de manière explicite. Nous pouvons aussi constater que, malgré le rapport qui est établi entre orientation/force et (in)défaisabilité à travers l’idée de présentation (les arguments sont présentés comme co- ou anti-orientés, plus forts ou plus faibles, ils sont aussi présentés comme défaisables ou indéfaisables), on conserve deux catégorisations : l’une selon l’orientation/force, l’autre selon l’(in)défaisabilité. On peut donc se demander pourquoi les deux catégorisations ne fusionnent pas pour en engendrer une seule. D’autant plus que la théorie bidimensionnelle a un souci de systématisation évident et que, selon l’auteur, les marqueurs argumentatifs contiennent en puissance tous les types d’arguments (p. 22). Toujours sous l’angle de ce souci de systématisation, on remarque que Stefan Goltzberg fait appel à la double dimension des arguments pour justifier l’indéfaisabilité de la présomption irréfragable et de l’argument a fortiori (pp. 63-65, 92, 104), tandis qu’il en fait l’économie pour justifier l’indéfaisabilité de l’argument par définition et des conditions nécessaires et suffisantes (pp. 36, 37). Par ailleurs, la théorie bidimensionnelle de l’argumentation juridique soulève la question de la différence de statut des arguments selon qu’il s’agit de la langue spécialisée ou de la langue commune : d’une part, on peut se demander si la notion d’(in)défaisabilité est indispensable pour décrire la langue ; d’autre part, si la présomption irréfragable se manifeste vraiment en langue, si la présomption de non-ubiquité invoquée à cet effet ne devient pas simplement une certitude dans la langue commune, ou encore, si l’utilisation du marqueur même si en langue est nécessairement identique à celle du langage juridique. Par ailleurs, la théorie bidimensionnelle de l’argumentation juridique soulève la question de la différence de statut des arguments selon qu’il s’agit de la langue spécialisée ou de la langue commune : d’une part, on peut se demander si la notion d’(in)défaisabilité est indispensable pour décrire la langue ; d’autre part, si la présomption irréfragable se manifeste vraiment en langue, si la présomption de non-ubiquité invoquée à cet effet ne devient pas simplement une certitude dans la langue commune, ou encore, si l’utilisation du marqueur même si en langue est nécessairement identique à celle du langage juridique.

7Ces questions ne diminuent en rien l’intérêt qu’on trouve à la démarche adoptée par Stefan Goltzberg. Il souhaitait mettre à la disposition et à la portée des spécialistes du droit les acquis de la théorie linguistique ; en tant que linguiste, on constate que, inversement, l’argumentation juridique est rendue facile d’accès aux non-spécialistes, grâce à la clarté des sections consacrées spécifiquement à l’argumentation juridique. Certes, le métalangage réduit au minimum et la mise à disposition des théories argumentatives à des publics différents ont un coût, et certains regretteront peut-être ce qui a été laissé de côté sur le plan juridique ou linguistique. Néanmoins, cette concision aura valu la peine ; elle contribue pleinement à une meilleure compréhension de la vision que l’auteur souhaite mettre en avant. D’ailleurs, on aurait du mal à reprocher des omissions, tant l’architecture soignée de ce livre donne l’impression que rien n’a été laissé au hasard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ana-Maria Cozma, « Stefan Goltzberg, Théorie bidimensionnelle de l’argumentation juridique. Présomption et argument a fortiori », Questions de communication, 23 | 2013, 427-429.

Référence électronique

Ana-Maria Cozma, « Stefan Goltzberg, Théorie bidimensionnelle de l’argumentation juridique. Présomption et argument a fortiori », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8533

Haut de page

Auteur

Ana-Maria Cozma

CODIRE, université de Nantes, F-44300
Université de Turku, FI-20014
anacoz@utu.fi

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page