Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Jacques Gerstenkorn, Martin Goutte, dirs, Cinémas en campagne. De la chronique électorale à la fiction politique

Lyon, Fage Éd., coll. Actifs, 2012, 160 p.
Alexandre Eyries
p. 418-419
Référence(s) :

Jacques Gerstenkorn, Martin Goutte, dirs, Cinémas en campagne. De la chronique électorale à la fiction politique, Lyon, Fage Éd., coll. Actifs, 2012, 160 p.

Texte intégral

1Dirigé conjointement par Jacques Gerkenstorn, professeur en cinéma à l’université Lyon 2, et Martin Goutte, intervenant en cinéma à la même université constitue l’occasion de souligner de nouveau les affinités bien connues qui existent entre les champs du cinéma et ceux de la politique qui, en tant que comédie du pouvoir, s’appuie tant sur des acteurs que sur des répliques percutantes et mémorables ou sur un sens certain de la dramaturgie. Dans l’introduction de l’ouvrage (pp. 4-11), Jacques Gerkenstorn et Martin Goutte (p. 4) écrivent : « le cinéma serait-il le modèle métaphorique inavoué du jeu politique moderne ? Point n’est besoin d’aller chercher très loin pour conforter cette hypothèse : tel second rôle hollywoodien devient Président des Etats-Unis, tel premier rôle est élu gouverneur de Californie ». Par cette référence à peine voilée aux trajectoires très cinématographiques et pourtant exactement inverses de Ronald Reagan et Arnold Schwarzenegger (le premier a débuté au cinéma avant de rejoindre la télévision puis d’entamer une profession politique qui l’a mené à la présidence américaine ; le second a connu une carrière cinématographique inégale remplie de succès et de demi-échecs et s’est ensuite lancé dans la course au mandat électoral jusqu’à devenir le Governator ultra-médiatisé de l’État le plus riche des États-Unis.

2Dans leur introduction, les deux auteurs mettent bien en évidence les profondes affinités électives qui rapprochent, chaque jour un peu plus, la politique du cinéma, à moins que cela ne soit l’inverse : « stars, vedettes ou seconds rôles, la vie politique a ses acteurs. Ô combien soucieuse de son image, elle n’ignore pas la mise en scène et cultive les petites phrases comme autant de répliques cultes. Quant aux campagnes électorales, elles obéissent à une dramaturgie immuable qui s’achève, comme tout bon western, par un duel au sommet » (p. 4). La structuration du champ politique en fonction de son personnel spécifique et du rôle qu’il joue sur le plan symbolique constitue évidemment un point commun avec le théâtre et sa machinerie complexe.

3La comédie du pouvoir emprunte au théâtre un certain nombre de ses attributs dont, notamment son vocabulaire spécifique : « scène », « coulisses », « acteurs », « stratégies de mise en scène », « processus de dramatisation ». Cet héritage théâtral de la vie politique française s’appuie simultanément sur la dimension politique du théâtre et sur la théâtralité de la politique (que l’on retrouve principalement dans les meetings et les discours de campagne, mais aussi dans les querelles fratricides qui divisent certains partis). Néanmoins, il convient de nuancer l’influence du modèle théâtral et, surtout, celle du paradigme cinématographique sur l’exercice de la politique. Effectivement, il convient de rappeler le « court-circuit qui, à l’ère de la société du spectacle, s’est opéré entre le grand et le(s) petit(s) écran(s). Le modèle de la “théatrocratie” (Georges Balandier) voisine non pas avec celui d’une éventuelle “cinécratie”, mais avec celui de la “télécratie” (Bernard Stiegler) et plus globalement de la “vidéocratie” et de la “médiacratie” » (p. 5). Depuis maintenant une trentaine d’années, la télévision est devenue le théâtre privilégié de l’expression politique et le principal outil de sa mise en visibilité. On assiste à une croissance exponentielle du nombre de débats et d’émissions politiques à la télévision et à une augmentation considérable de leur zone d’influence sous l’action conjuguée de l’internet et des réseaux (médias) sociaux.

4Ainsi est-on passé « de la téléprésidence au sarkoberlusconisme » (p. 5) et, pendant que les hommes politiques débattent sur le petit écran, leurs conseillers en communication (ceux qu’on désigne sous le nom de « spin doctors ») s’agitent dans les coulisses à grand renfort de stratégies publicitaires – dont le célèbre storytelling, qui a connu une importante notoriété en 2007 à l’occasion de la publication du livre de Christian Salmon (Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, Éd. La Découverte, 2007).

5Les modalités mêmes de la médiatisation du fait politique sont modifiées par ce nouvel équilibre des forces comme l’atteste le glissement progressif des seules émissions autorisées (information, débats, entretiens) vers des émissions a priori beaucoup plus consacrées au divertissement (qui relèvent de ce qu’on appelle parfois de l’« infotainment ») : talk-shows, émissions grand public, etc. Très souvent produits pour et par la télévision les films prenant pour objet la politique font une place centrale au modèle théâtral. S’ils veulent rendre visible les règles du jeu politique et être au plus près de la vérité, ces films doivent mettre au point des approches alternatives et innovantes, car « filmer la politique, ce n’est ni nécessairement participer au carnaval médiatique, ni non plus tourner le dos au corps et au jeu politiques. Ce peut être également faire un pas de côté pour devenir spectateur de la construction d’un autre mode de représentation, d’une nouvelle fabrique du personnage » (p. 6). Les films à visée politique constituent des objets difficiles à définir car s’ils relèvent, par essence, d’un « non-genre », « c’est bien à l’identification d’un certain genre documentaire » (p. 9) que le spectateur est confronté lorsqu’il regarde ce type de film de campagne qui apparaît comme un genre « précisément délimité par son objet et par la conjonction d’éléments thématiques récurrents (candidats, meetings, etc.) et de traits stylistiques non moins évidents (caméra à l’épaule, discrétion du commentaire, etc.) » (ibid.). Le corpus de l’ouvrage se compose, pour une large part, de films de campagne et, pour une part plus restreinte, de films d’auteurs proposant des « dispositifs de mise en perspective critique de la parole politique, sous les formes diverses du commentaire distancié, de l’analyse circonstanciée ou de la privation de discours » (p. 10).

6Dans la première partie, Martin Goutte mentionne le film intitulé 50,81 % réalisé en 1974 par Raymond Depardon : « le film fut […] financé par le candidat Valéry Giscard d’Estaing, désireux de conserver la trace d’une campagne qu’il abordait avec confiance, puis fut empêché de distribution par le président Valéry Giscard d’Estaing, gêné par son image et sans doute soucieux de maîtriser celle d’une fonction qu’il incarna sans complexe » (p. 22).

7Dans ce film, la musique (classique) vise à désamorcer l’efficacité spectaculaire de la représentation politique au bénéfice de celle propre à la représentation cinématographique elle-même. Exemple même du film de campagne commandité, celui-là de illustre les écueils qui guettent les cinéastes de campagne et, notamment, la censure ou l’autocensure qui peuvent conduire au retrait pur et simple du film ou à sa disparition forcée. Ironie de l’histoire, Valéry Giscard d’Estaing a autorisé le cinéaste à ressortir le film en 2002, persuadé qu’il aura valeur de référence.

8Les divers films du corpus proposent un parcours intéressant (quoique nécessairement déformant) à travers une histoire parallèle de l’audiovisuel, de la politique et de la communication. Cette histoire croisée de la communication politique et du cinéma s’appuie sur un souci d’incarnation et de restitution de la parole politique auquel se rajoutent des perspectives critiques. Par l’ampleur du panorama proposé, ce livre constitue une référence pour toute étude critique des rapports étroits entre cinéma, télévisuel et politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Jacques Gerstenkorn, Martin Goutte, dirs, Cinémas en campagne. De la chronique électorale à la fiction politique », Questions de communication, 23 | 2013, 418-419.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Jacques Gerstenkorn, Martin Goutte, dirs, Cinémas en campagne. De la chronique électorale à la fiction politique », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8521

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

I3M, université Nice Sophia Antipolis, F-06200
alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page