Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Patrick Germain-Thomas, La danse contemporaine, une révolution réussie ? Manifeste pour une danse du présent et de l’avenir

Toulouse/Paris, Éd. L’Attribut/Arcadi, coll. La Culture en questions, 2012, 193 p.
Monique Jucquois-Delpierre
p. 416-418
Référence(s) :

Patrick Germain-Thomas, La danse contemporaine, une révolution réussie ? Manifeste pour une danse du présent et de l’avenir, Toulouse/Paris, Éd. L’Attribut/Arcadi, coll. La Culture en questions, 2012, 193 p.

Texte intégral

1Dans La danse contemporaine, une révolution réussie ?, Patrick Germain-Thomas reprend les données essentielles de son doctorat soutenu en 2010 dont le titre neutre et sobre – Politique et marché de la danse contemporaine en France (1975-2009) – ne prêtait à aucune polémique. Il s’efforçait d’étudier objectivement la danse contemporaine, ses acteurs, ses créations, sa diffusion et son enseignement à travers les aléas des subventions publiques, des capacités de programmation des théâtres et festivals, des formes d’emploi et de l’évolution de la société pour laquelle la danse se donne en spectacle et où la danse contemporaine comme ses critiques prennent racine.

2La première partie « La découverte d’un nouveau monde » (pp. 15-74) expose dans quelles circonstances la danse contemporaine a bénéficié en France d’un soutien public ainsi que de l’élaboration d’une politique dans ce domaine après avoir esquissé une histoire de la danse (contemporaine), notamment à travers certains de ses artistes. L’auteur met en évidence la création des centres chorégraphiques (CCN – pp. 57-64, 127-134) qui superpose au monument qu’est l’Opéra de Paris, une structure régionale ouverte à une plus grande liberté d’expression, à une « danse dissidente » (p. 31).

3La seconde partie, « Le télescopage de la politique et du marché » (pp. 75-143), étudie concrètement la mise en place de spectacles de danse contemporaine grâce aux actions conjuguées des artistes, des diffuseurs et des autorités de tutelle. Patrick Germain-Thomas étudie spécifiquement trois cas de financement de projets chorégraphiques (pp.105-109). Simultanément, la danse elle-même – art « impermanent » –, l’intermittence – type d’emploi le plus fréquemment exercé par les acteurs de la danse –, et la « création à tout prix » avec des « primes à l’innovation » conduisent ensemble à déséquilibrer le marché. De nombreuses œuvres proposées ne trouvent pas de scènes où les faire valoir ou ne sont programmées qu’une seule fois. C’est le principe capitaliste de la « destruction créatrice » (p. 124) dans un « système à trois temps » (subvention, coproduction, achat) qui reste très centralisé (pp. 127-134), surtout par l’intermédiaire du Centre national de danse de Pantin (cnd).

4En troisième partie, titrée « La lutte continue » (pp. 145-185), l’auteur se préoccupe de la réception des spectacles chorégraphiques, de leur reconnaissance par le public dans toute sa spécificité, du développement nécessaire de la pratique artistique dans la société, de la compétence très relative des critiques et de la situation de la danse hors de France.

5Par la matérialité des faits exposés, par les arguments positifs invoqués et par la description des enjeux mis en place, l’ouvrage convainc, mais il pose de prime abord une question dont tous les termes sont à définir : qu’est-ce que la danse contemporaine, en quoi est-elle une révolution ? Et cette révolution est-elle réussie ? Le volume se veut un Manifeste pour une danse du présent et de l’avenir. L’aspect français de la problématique doctorale disparaît donc du titre du livre de même que la période envisagée et c’est là l’une des ambiguïtés de l’œuvre. Où et quand cette révolution a-t-elle eu lieu ?

6Les premières phrases guident le lecteur en France à la fin des années 60, à l’époque des mouvements sociaux et des changements culturels de mai 68. Cependant, le 22 novembre  2007, le Spiegel titre « Un révolutionnaire du ballet, le chorégraphe Maurice Béjart est mort ». Son 1789 de chorégraphe, c’est sa mise en scène devenue légendaire du Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky. C’était en 1959 à Bruxelles. Les spectacles de Maurice Béjart font vibrer un public enthousiaste et immense. Les représentations quittent la scène de l’opéra pour celle du Cirque Royal et, ensuite, pour celle de Forest National. Maurice Béjart fait de la danse quelque chose d’absolument passionnant à regarder. Patrick Germain-Thomas mentionne cette popularité étonnante de Maurice Béjart (pp. 37-39) et sa création au Festival d’Avignon en 1966 de la révolutionnaire Messe pour le temps présent, sans cesser de mettre en avant l’influence majeure des courants étrangers (Merce Cunningham, Mary Wigman, Pina Bausch, Kurt Joos) et des états généraux de la danse en 1968. Laissant échapper « Maurice Béjart, lui-même » dans la troisième partie de son livre consacrée à « La lutte continue », Patrick Germain-Thomas montre la difficulté de parler de la danse et son profond attachement à la tête de file du fragile art chorégraphique : « Je redoute de parler de danse car j’ai l’impression que chaque fois on la détruit » affirmait Maurice Béjart en 1990 à Lausanne, où il a trouvé son ultime refuge (pp. 152-153).

7L’ouvrage pose une autre question : « Dans la plupart des disciplines artistiques, il existe des textes – texte théâtral, scénario cinématographique, partition musicale – sur lesquels peuvent s’appuyer les décisions des financeurs, alors qu’un projet de création chorégraphique ne peut être consigné sur aucun support (sauf sur une éventuelle note d’intention de l’artiste) » (p. 115). Serait-ce un paradoxe ? « Le mot « chorégraphie » n’est-il pas, par traduction du grec, une « écriture » de la « danse en chœur » ? Il existe des supports écrits, la méthode de transcription Laban par exemple, mais les moyens actuels les plus sûrs sont les supports audiovisuels qui sont considérés comme pièces légales pour les droits d’auteurs. En outre, il existe pour la plupart des projets chorégraphiques, un libretto, des notes de l’auteur, des dessins comparables au storyboard du cinéma, une correspondance avec les auteurs, les artistes associés au projet (scénographe, costume designer, compositeur, chef d’orchestre, etc.). Ces notes, ces dessins ne permettent pas de reproduire une pièce chorégraphique. Seul le support vidéo, avec les indications d’un danseur, d’un maître de ballet permet de la reproduire. « Dans les “théâtres de la ville” (Stadttheater), en Allemagne, en Autriche ou en Suisse, la répétition générale est toujours filmée ». Cette remarque d’un chorégraphe rapproche la danse d’autres activités culturelles susceptibles d’être financées. Mais la danse contemporaine ne « veut-elle pas l’involontaire et répéter l’irrépétable » (in : Anne Boissière et Catherine Kintzler, éds, Approche philosophique du geste dansé. De l’improvisation à la performance, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2006, pp. 145-162) ?

8Ce qui conduit aux questions suivantes. Peut-on séparer la danse que Patrick Germain-Thomas appelle « contemporaine » de multiples autres types de danse : la danse orientale, Mudra et le sacré, la danse populaire dans les Balkans ou le Flamenco ? Peut-on parler de l’œuvre accomplie en France dans le domaine de la danse en ne faisant qu’esquisser ce qui se passe dans d’autres pays ? L’étude s’ouvre à l’international en fin de la troisième partie (pp. 178-185). Elle traite des Stadttheater en Allemagne où la danse contemporaine a pu s’épanouir à côté ou même à l’intérieur d’œuvres traditionnelles (Olaf Schmidt, Le lac des cygnes ; Jochen Ulrich, Casse-noisettes et le roi des souris). Certaines formes différentes de coopérations (entre l’Église, l’État, l’Entreprise et l’Université privées par exemple), en Europe ou ailleurs, auraient également valu la peine qu’on s’y attarde.

9« Que la fête commence » oui ! Mais surtout « Que la lutte continue » ! Pour preuve, cet article paru récemment qui met en lumière la condition difficile des danseurs et le déséquilibre entre des édifices culturels monstrueusement coûteux (Hambourg en Allemagne ou Linz en Autriche) et la condition précaire des « danseurs-esclaves » : Du Ballet à l’esclavage (Christine Grüll, « Vom Ballett zur Sklavenarbeit », Kirchenzeitung, 12 mars 2013)…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Jucquois-Delpierre, « Patrick Germain-Thomas, La danse contemporaine, une révolution réussie ? Manifeste pour une danse du présent et de l’avenir », Questions de communication, 23 | 2013, 416-418.

Référence électronique

Monique Jucquois-Delpierre, « Patrick Germain-Thomas, La danse contemporaine, une révolution réussie ? Manifeste pour une danse du présent et de l’avenir », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8518

Haut de page

Auteur

Monique Jucquois-Delpierre

Université Heinrich Heine, Düsseldorf, D-40225
juquois@uni-duesseldorf.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page