Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Sébastien Dupont, Hugues Paris, L’adolescente et le cinéma. De Lolita à Twilight

Toulouse, Érès, coll. La Vie de l’enfant, 2013, 357 p.
Giuseppe Cavaleri
p. 414-416
Référence(s) :

Sébastien Dupont, Hugues Paris, L’adolescente et le cinéma. De Lolita à Twilight, Toulouse, Érès, coll. La Vie de l’enfant, 2013, 357 p.

Texte intégral

1Les fondements du septième art reposent sur des racines relativement lointaines. Initialement destinée aux classes populaires (Emmanuel Ethis, Sociologie du cinéma et de ses publics, Paris, A. Colin, 2009, p. 12), cette nourriture capte, dès les premiers photogrammes, la réalité qui l’entoure et qu’elle imprime sur cellulose grâce aux artisans de la nouvelle ère. C’est à ce moment que le cinéaste décide de découper des fragments du monde réel pour les assembler en unités continues qu’on dénommera en un seul mot : un film (Pierre Sorlin, Sociologie du cinéma, Paris, Aubier-Montaigne, 1977). Tout comme un film, l’ouvrage L’adolescente et le cinéma. De Lolita à Twilight est le résultat d’une collaboration hétérogène établie par des chercheurs qui analysent l’adolescence au féminin sur la base des productions filmiques qui traitent de cette même thématique. Il est codirigé par Sébastien Dupont, psychologue et maître de conférences associé à l’université de Strasbourg, auteur de l’ouvrage Seul parmi les autres. Le sentiment de solitude chez l’enfant et l’adolescent (Toulouse, Érès, 2010) et par Hugues Paris, psychiatre et psychanalyste, ayant publié avec Hubert Stoecklin, Star Wars au risque de la psychanalyse. Dark Vador, adolescent mélancolique ? (Toulouse, Érès).

2Par une simple association d’idées, si nous pensons au cinéma et à la psychanalyse nous pensons aussi au Cabinet du docteur Caligari (Robert Wiene, 1920), où, hélas, le monde féminin fait partie d’un simple décor. De son côté, Alfred Hitchcock met en scène l’énigmatique Marnie (Alfred Hitchcock, 1964), incarnant avec son personnage les troubles psychiques d’une jeune femme au passé obscur.

3L’ouvrage de référence est structuré par quatre grands ensembles et aborde plusieurs aspects de l’univers adolescent vécu au féminin, analysés avec cette puissante machine qu’est le cinéma. Pour commencer, les auteurs analysent toutes les thématiques qui permettent de construire la figure de l’adolescente d’hier et d’aujourd’hui : la tentation créée par un corps féminin changeant, similaire à une chrysalide se préparant à devenir un être autre, d’une beauté visible et assumée (pp. 49-61). Mais le changement physique n’est pas le seul illustré, puisque les auteurs veulent montrer, par le truchement du cinéma, comment, au cours du xxe siècle, le monde féminin occidental s’est émancipé et comment l’image de l’ange du foyer a laissé place aux modèles féminins actuels ; au cinéma, l’actrice mure qui jouait le rôle d’une femme adolescente (Baby Doll, Elia Kazan, 1956) a laissé place à une éternelle adolescente qui joue le rôle de femme.

4Le voyage continue dans les eaux sombres des aspects cachés de l’adolescente ; l’ouvrage s’approche de sujets tels la sexualité encore interdite mais imaginée (pp. 113-121). Il montre la jeune femme à la découverte de l’autre pour qui l’alter ego masculin représente l’approche vers l’amant interdit, ou encore vers l’ennemi passé qui devient maintenant l’aimé de l’avenir. L’homme aimé du passé est incarné par la figure paternelle qui voit muter l’adolescente sous ces yeux pour y reconnaître, après transformation, les traits de sa propre femme. Et une des particularités de cette dernière est de donner la vie, acte qui peut être effectué même pendant l’adolescence et représenter un changement supplémentaire, physique et mental (Un goût de miel, Tony Richardson, 1961). Dans tous les cas, et dans tous les registres cinématographiques – même dans les plus crus comme celui de la pornographie –, on trouve à l’écran des femmes qui tentent, par des régimes alimentaires et par le tant redouté bistouri, de garder leur jouvence à jamais ; mais, au contraire, l’adolescente, cache les derniers traits de son passé enfantin derrière l’exposition des ses premiers atouts féminins (pp. 130-133). La question relative au modèle perçu par les jeunes spectatrices s’impose, mais elle ne cause pas de grands tourments aux entrepreneurs du cinéma qui tentent, par tous leurs moyens, de remplir les salles de jeunes gens qu’il faut fidéliser à leur fréquentation (pp. 283-284).

5Arrivé « au milieu du chemin » (Alighieri, La Divine Comédie, 1307-1321) de l’analyse, le tournant de l’ouvrage devient encore plus sombre et les auteurs illustrent comment le cinéma capte avec ses filtres optiques les côtés obscurs de l’adolescence féminine, loin des histoires à l’eau de rose et proches du cauchemar incarné désormais par une image réelle (pp. 191). L’inimaginable imaginé devient visible et, sur l’écran, la caméra montre le lien entre le sexe et la mort (pp. 196-197), deux éléments dont les films d’horreurs se sont emparés (e.g. Teeth, Mitchell Lichtenstein, 2007). Si dans un film comme Nosferatu (Friedrich Wilhelm Murnau, 1922) la jeune Ellen est une proie adulte chassée par l’éternel vampire, dans le premier opus de la saga Alien (Ridley Scott, 1979) une autre Ellen est bien plus jeune et, surtout, jeune mère adolescente. Dans l’évolution cinématographique, l’adolescente tend graduellement à faire partie du registre principal des films d’épouvante, où le passage à l’âge adulte peut être associé au dernier des passages, celui de la mort. Mais, dans les films dits d’horreur, le monstre envoûte et essaie de profaner la jeune vierge sacrifiée sur l’autel cinématographique ; selon les auteurs (pp. 209-213), cet acte peut cacher toutes les peurs liées à la découverte de l’autre, un acte qui n’est pas forcément voulu mais peut être subi comme l’attaque d’un vrai monstre. À ce sujet, l’analyse du film Les Enfants volés (Gianni Amelio, 1992) introduit à la prostitution imposée à un très jeune âge (pp. 175-189). Par la suite, elle montre tous les problèmes surgissant à cause de cette soumission abominable, qui oblige la jeune adolescente du film à franchir les portes d’un monde interdit, celui de la prostitution, mais également les portes d’un monde qui, selon les normes et les mœurs humaines, ne lui appartient encore pas : celui de la sexualité. Dans cette partie de l’ouvrage (pp. 251-261), on découvre une adolescence obscure, hantée par des réalités inimaginables, comme celle de la dépression. Pour terminer, la quatrième et dernière partie (pp. 267-345) de ce livre hétérogène est consacrée à des thématiques bien plus plaisantes et, pour être plus précis, aux films « cultes » des adolescentes (e.g. La Boum, Claude Pinoteau, 1980). Dans ces films, et avec ces films, l’adolescente découvre les premières pulsions amoureuses qui conduisent naturellement aux questions sexuelles ; mais l’amour n’est pas le maitre absolu de ces futures femmes qui s’identifient aux modèles présents sur les écrans pour, ensuite, les transformer en phénomène générationnel. Le clivage avec les adultes de référence augmente et, après une période passée à les combattre, l’adolescente se voue, consciemment ou non, vers ce même monde d’adultes vus, jusque-là, comme des maladroits.

6Cependant, le cinéma offre des solutions initiatiques de toutes sortes, représentées en partie par les films de danse dans lesquels l’homme déjà mûr, ou au comportement mur et masculin, s’occupe d’initier la jeune femme aux délices de la danse et de l’amour (Dirty Dancing, Emile Ardolino, 1987). Mais, l’amour n’est pas le seul ingrédient de ses films élevés au rang d’icône ; la vengeance, la lutte et même la mort en constituent autant d’autres qui mettent l’adolescente face à un monde autre où les dangers sont monnaie courante, où l’affranchissement de la figure maternelle signifie liberté mais également responsabilité et maturation. Ces films prennent aussi en compte les anciens registres de l’amour courtois, de l’éternel combat entre le bien et le mal et s’actualisent pour montrer que l’amour homme/femme n’est plus le seul. Dans tous les cas, la lutte entre le bien et le mal est une bataille à mener pour enfin accéder au monde adulte, désormais toujours plus tardif.

7Procédons maintenant à une analyse des points importants de l’ouvrage. Bien que son titre puisse l’associer au monde des livres pour adolescents qui remplissent une partie des rayons des libraires, les auteurs utilisent ce jeu de mots pour égarer tout lecteur peu avisé et pour stimuler la curiosité de ceux qui s’intéressent à l’univers des adolescents, au cinéma et pourquoi pas au deux. L’adolescente et le cinéma. De Lolita à Twilight est un ouvrage qui traite de l’adolescence, mais qui n’est pas nécessairement conçu pour les adolescents. Néanmoins, sa lecture demeure fluide, agréable, adaptée aux publics les plus divers et facilitée par une riche iconographie puisant souvent dans les photogrammes des œuvres cinématographiques traitées et analysées. L’ouvrage est commun, rédigé en grande partie par des universitaires qui ont choisi de traiter une thématique complexe et ramifiée comme celle de l’adolescence au féminin par le truchement du septième art qui, par sa facilité d’accès, permet de transmettre des messages universels à un très large nombre d’individus aux vécus hétérogènes marqués d’altérité.

8Si certaines théories peuvent en partie échapper au lecteur ordinaire, l’ouvrage demeure clair et peut se révéler une excellente introduction aux thématiques tels le cinéma (d’auteur ou commercial), la psychanalyse et la sociologie. L’adolescent n’y trouvera pas nécessairement son compte, mais l’adulte pourra se replonger dans un monde qui n’est plus le sien et qui possède désormais de nouveaux codes, utiles à connaître pour comprendre les futures adultes qui modèleront à leur image, comme d’autres l’ont fait précédemment, la société que nous leur aurons laissée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giuseppe Cavaleri, « Sébastien Dupont, Hugues Paris, L’adolescente et le cinéma. De Lolita à Twilight », Questions de communication, 23 | 2013, 414-416.

Référence électronique

Giuseppe Cavaleri, « Sébastien Dupont, Hugues Paris, L’adolescente et le cinéma. De Lolita à Twilight », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8514

Haut de page

Auteur

Giuseppe Cavaleri

Études romanes, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, F-92001
gius.cavaleri@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page