Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire

Gilles Richard, dir., Mai 68… et après ? Une nouvelle donne politique

Bordeaux, Éd. CRDP d’Aquitaine, 2008
Olivier Dard
p. 437-438
Référence(s) :

Gilles Richard, dir., Mai 68... et après ? Une nouvelle donne politique. Bordeaux, Éd. CRDP d’Aquitaine, coll. Histoire de notre temps, 2008, 342 p.

Texte intégral

1Comme on pouvait s’y attendre, Mai 2008 a généré une série d’ouvrages en cette année anniversaire. À dire vrai, comme le souligne Gilles Richard, professeur d’histoire politique à l’IEP de Rennes, le processus commémoratif et éditorial a commencé dès 2007, dans le sillage d’une campagne présidentielle que le candidat Nicolas Sarkozy a placée sous le signe d’une rupture avec Mai 1968.À côté des acteurs et des essayistes, les historiens n’ont pas manqué ce rendez-vous et l’historiographie s’est enrichie. L’ouvrage de Gilles Richard y contribue. Spécialiste de l’histoire des droites parlementaires (on lui doit une thèse sur le Centre national des indépendants et paysans), des élites patronales (il a notamment travaillé sur Claude-Joseph Gignoux) et récemment codirecteur avec Gilles Morin d’un collectif important sur le Front populaire (Les deux France du Font populaire, Paris, Éd. L’Harmattan, 2008), il propose une histoire politique et sociale de mai 1968. La démarche est plus originale qu’il y paraît, tant l’accent a été mis sur ses aspects culturels au point de faire négliger l’importance du mouvement social alors à l’œuvre (7 millions de grévistes) et le succès politique sans précédent des gaullistes aux législatives de juin. Ces deux faits qu’il qualifie de « contradictoires » et de « concomitants » sont au cœur de son interrogation. L’auteur cherche à comprendre le sens de l’événement à l’échelle d’un temps court et sur le moyen terme.

2Comme beaucoup d’historiens aujourd’hui, à commencer par Michèle Zancarini et Philippe Artières, il inscrit en effet son interprétation de mai 68 dans une durée qui dépasse mai-juin et se prolonge jusqu’au milieu des années 80. Le plan de l’ouvrage, en quatre parties, est classique : il s’ouvre par un tableau suggestif de la France de et en 1968, se poursuit par le récit des « événements », enchaîne par une étude fouillée des mouvements sociaux et des mutations du système partisan entre 1968 et 1974, partagés selon les camps entre espoir ou crainte d’un nouveau mai 68 et s’achève par une réflexion sur la postérité de 1968 à l’heure du chômage de masse.

3De cet ouvrage, on retiendra principalement deux apports. Le premier renvoie à l’articulation constamment conduite entre mutations de la société française et recompositions de son système partisan. Il s’agit là d’un domaine familier à Gilles Richard qui a organisé et publié sur le sujet, avec sa collègue rennaise Jacqueline Sainclivier, une série (en cours) de colloques parmi lesquels on retiendra l’ouvrage Les partis et la République. La recomposition du système partisan 1956-1967, publié aux Presses universitaires de Rennes en 2008. Une telle démarche permet à l’histoire politique, et en particulier des forces politiques, de ne pas être autocentrée et par trop internaliste. À cet égard, les pages écrites sur l’émergence d’un nouveau clivage « droites-gauches » à l’occasion de l’élection présidentielle de 1974 sont intéressantes et ouvrent des pistes qui gagneraient à être approfondies. Il en va de même avec l’accent mis sur la « contre-offensive patronale » après 1968. Gilles Richard s’intéresse fort justement à une catégorie trop oubliée et négligée et montre que, comme en 1936,le patronat peut comprendre une crise et s’y adapter. Le CNPF,à commencer par son principal dirigeant d’alors, François Ceyrac,a pris la mesure de l’événement, cherché à transformer discours et pratiques sur les « relations sociales » qui deviennent« humaines »,et facilité l’émergence, au fil des années 70, d’une « nouvelle idéologie patronale » qui vante les mérites de l’entreprise et tout particulièrement des PME. En définitive donc, une synthèse stimulante accompagnée d’un fort utile cédérom de documents réunis et commentés par des enseignants du secondaire qui permettent de compléter et d’illustrer la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Dard, « Gilles Richard, dir., Mai 68… et après ? Une nouvelle donne politique », Questions de communication, 15 | 2009, 437-438.

Référence électronique

Olivier Dard, « Gilles Richard, dir., Mai 68… et après ? Une nouvelle donne politique », Questions de communication [En ligne], 15 | 2009, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/827

Haut de page

Auteur

Olivier Dard

CRUHL, université Paul Verlaine-Metz
olivierdard@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page